Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2010

Relier les points : meurtre de masse en Haïti, avions fous dans les cieux. Edit Link

Éditeurs SOTT
sott.net
Mardi 9 février 2010


© Associated Press

Invasion par les faucons de pacotille : les troupes étasuniennes atterrissent sur la pelouse du palais présidentiel à Port-au-Prince après sa destruction par une frappe chirurgicale.


Cela fait un an qu’Obama est arrivé au pouvoir dans une vague d’euphorie, beaucoup espéraient qu’il les soulagerait en ces temps difficiles. Il a bien apporté l’espoir pour certains mais pas pour l’humanité. Il a bien apporté le changement, mais malheureusement pour le pire. Derrière l’image minutieusement élaborée d’un homme de paix, derrière l’apparence finement voilée des bonnes intentions, les forces des ténèbres ont utilisé la machinerie gouvernementale étasunienne comme une arme de destruction massive.

Dans le Relier les points de ce mois nous constatons comment, en un seul coup, l’empire du mal a décimé et envahi un pays de plus. La guerre environnementale et la guerre informatique sont passées au premier plan et se sont unies avec les drones tueurs sur la ligne de front de la quête menée par le Pentagone pour une domination totale. Le cadeau spécial d’Al-Qaeda pour Noël a été suivi par une vague de répliques hystériques au cours de janvier qui ont de sinistres implications à de nombreux niveaux.

Avec en toile de fond un climat polaire sur tout l’hémisphère Nord l’édifice du réchauffement planétaire est en train de s’effondrer. La collusion entre les gouvernements des grands pays et les grandes entreprises pharmaceutiques visant à nous vacciner contre une pandémie inexistante masque la seule vraie pandémie qui menace l’humanité : les psychopathes et leurs lots d’assassinats ciblés, guerres, torture, vaccins toxiques…et puis rendent l’humanité responsable de leurs conséquences. Aucun vaccin ne peut protéger nos esprits, seule la conscience de la présence de prédateurs parmi nous le peut. La « grippe porcine » semble s’être estompée, mais les porcs sont toujours parmi nous.

Si en 2010 les événements continuent à ce rythme, alors l’humanité va connaître des moments difficiles. Tenez bon pendant que nous naviguons à travers ce mois de janvier.


Haïti : Meutre & associés


La joie du Nouvel An s’est transformée en désespoir face à la longue souffrance des Haïtiens touchés par un séisme d’une magnitude de 7 parfaitement centré sur Port-au-Prince et qui l’a détruite le 12 janvier. La situation critique d’Haïti écrasé par la domination que les États-Unis exercent sur ses nations satellites avait été quasiment oubliée par un monde absorbé par le cirque médiatique de la guerre contre la terreur. Ce désastre total a fait au moins 150 000 morts et a laissé des centaines de milliers de personnes sans eau, sans nourriture et sans aide médicale. En décembre, Glen Ford a fait un point sur la politique étasunienne en Haïti sous l’ère du président du non-changement [allusion à Obama et au leitmotiv de sa campagne : le changement - NdT] :

La présidence de Barack Obama était censée marquer une nouvelle ère dans la politique internationale des États-Unis, y compris l’Amérique latine, qui s’était manifestement opposé aux provocations, à l’oppression et aux coups d’État de Georges Bush. Ce qui est apparu sous Obama n’est pas une inversion de la politique impérialiste menée sur le continent américain par les États-Unis, mais un ajustement cosmétique. Le président Obama a beaucoup moins recours à un langage belliqueux que son prédécesseur, mais il utilise tous les subterfuges et tromperies imaginables pour maintenir la domination étasunienne dans la région. Et comme tous les tyrans qui ont essuyé un revers, il tente d’instiller la peur dans cet hémisphère en s’attaquant aux pays les plus petits.

La semaine dernière le parti du président Aristide s’est vu interdire la participation aux élections législatives haïtiennes prévues en février. La commission électorale contrôlée par l’oligarchie a prétendu que le parti n’avait pas correctement rempli certains documents. En juin dernier, seulement 10 % de la population a participé aux élections dont le parti d’Aristide était exclu.

Ces deux simulacres d’élections révèlent la véritable nature de la politique menée par Obama dans les démocraties du continent américain. Partout où les États-Unis ont le pouvoir de faire dérailler le processus démocratique, ils le font, et puis ils attendent patiemment qu’une nouvelle opportunité de poignarder leurs voisins dans le dos se présente.

 


© Eduardo Munoz / Reuters

3 février, un Haïtien fait des gâteaux avec de la boue pour les vendre dans le quartier de Cité Soleil à Port-au-Prince. Élaborés à partir de terre, de sel et d’huile végétale, ces gâteaux constituaient déjà l’une des rares options possibles pour les plus démunis en Haïti même avant le tremblement de terre dévastateur du 12 janvier.

Combien d’entre vous se sont posé la question que nous nous la sommes posée : « Qu’est-ce que les Haïtiens ont fait pour mériter cela ? » Ils ont été battus, maltraités, exploités et négligés depuis l’époque où les Européens ont éradiqué les autochtones pour les remplacer par des Africains enlevés dans leur pays natal et qui à ce jour sont toujours esclaves en Haïti.

Même avant le tremblement de terre, la plupart des Haïtiens n’avaient pas d’eau courante, d’électricité ou de toilettes rudimentaires. 75 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour, et 56 % – 4,5 millions de personnes – vivent avec moins de 1 dollar par jour. D’après l’UNICEF, le 11 janvier il y avait déjà 380 000 orphelins pour une population de 9 millions d’habitants. Le contrôle exercé par le FMI sur l’économie a décimé la production de nourriture, forçant le pays à dépendre de l’importation de céréales venant des États-Unis. Une force de « maintien de la paix » de l’ONU a pris le relais des soldats étasuniens sur place depuis 2004 date de la dernière intervention étasunienne, où Bush avait autorisé l’intervention de mercenaires entraînés par les États-Unis contre Jean-Bertrand Aristide pour avoir osé adopter des mesures mineures visant à améliorer la qualité de vie des Haïtiens. En fait, c’était le deuxième Bush à prendre cette décision. Son père était président lorsqu’Aristide fut évincé au cours d’un coup d’État fomenté par la CIA en 1991. Bien que l’ONU ait été critiquée lorsqu’elle a ignoré « les agissements de » la police nationale haïtienne (une autre promotion des escadrons de la mort entraînés par les États-Unis et œuvrant pour le compte des élites criminelles d’Haïti), l’horrible vérité est que depuis le coup d’État de 2004 l’ONU a été directement impliquée dans l’assassinat ciblé de membres du parti Lavalas dirigé par Aristide et a brisé des manifestations populaires en tuant impudemment des manifestants en plein jour

Finian Cunningham a écrit dans le Gulf Daily News:

Pouvez-vous imaginer combien de vies humaines auraient pu être sauves à l’occasion du tremblement de terre haïtien si une fraction de l’argent dilapidé dans des guerres futiles avait été investie dans le développement économique et social de ce pays ?

Bien sûr, la morale et la logique pleine de sensibilité de cette idée ne s’appliquent pas dans un monde dirigé par la politique internationale de Washington. Cela provient des impératifs et de la logique du capitalisme dominé par les États-Unis, qui nécessite que des pays comme Haïti soient maintenus dans un état de pauvreté au nom des profits d’entreprises et qui nécessitent de focaliser le peuple sur des menaces illusoires afin de dissimuler son besoin de contrôler les ressources géopolitiques (principalement énergétiques). Voilà le véritable visage du système économique que Washington et ses alliés imposent au monde. Et Haïti a retiré le masque de cet horrible visage.

Les médias occidentaux n’ont pas perdu de temps pour tenter de remettre le masque. Les Haïtiens, sous le choc, étaient encore en train de courir en tout sens, couverts de sang et de boue, à la recherche de leurs proches, lorsque les officines médiatiques (majoritairement étasuniennes) ont repris le scénario fictif utilisé à la Nouvelle-Orléans suite à l’ouragan Katrina, faisant un battage énorme autour d’imaginaires « gangs de maraudeurs armés de machettes » et « pillards » saccageant Port-au-Prince. D’après les témoins sur place, les gens étaient généralement coopératifs dans leurs efforts visant à sauver les biens qui pouvaient l’être afin d’assurer leur survie.



© AFP/Getty Images

Les casques bleus de l’ONU continuent comme avant le tremblement de terre… sauf que maintenant ils utilisent des gaz lacrymogènes à la place des balles (avec le monde entier qui regarde et tout ça).

Au milieu de toute cette souffrance, une entreprise étasunienne affrétant des paquebots a maintenu ses croisières, acheminant de riches touristes dénués de conscience vers une plage privée et une jetée détenues par cette entreprise, où les passagers ont débarqué pour une journée de farniente, de fête et de cocktails devant le coucher de Soleil. Que de volonté faut-il pour ignorer l’océan de souffrances juste derrière les clôtures électrifiées et les gardes armés protégeant votre « petit coin de paradis ». Le croisiériste Royal Caribbean, qui a acheté cette plage grâce au pouvoir de persuasion de Bill Clinton, l’a baptisée « Labadee® », en mémoire du Marquis de Labadie, propriétaire d’esclaves qui s’établit en Haïti au XVIIe siècle. Par conséquent, il n’est pas étonnant que ni le croisiériste ni ses clients n’aient ressenti la moindre crise de conscience – dans la mesure où il est juste naturel que les psychopathes et les esclavagistes modernes par procuration s’identifient à leurs ancêtres.

Le lendemain du tremblement de terre des médecins cubains étaient sur les lieux, les Gazaouis frappés par la pauvreté ont donné ce qu’ils pouvaient, la Chine a envoyé des équipes de secours d’urgence, tandis que la plus grande démocratie de la planète envoyait des scientologues, des bibles audio alimentées par énergie solaire (qui peuvent « diffuser les saintes Écritures en Créole haïtien à plus de 300 personnes à la fois ») et des armes. Des tas de grosses armes. Nous savions ce qui se profilait lorsqu’il est apparu que la flotte de navires de guerre, de porte-avions et d’hélicoptères étasuniens étaient remplis d’armes et de munitions, et non pas de nourriture, d’eau ou de médicaments dont le besoin était si pressant. Sûrement seul un cerveau psychopathique pourrait envoyer 10 000 soldats dans ce cauchemar ? Le gouvernement français a élevé la voix lorsque les soldats étasuniens « ont sécurisé » le principal aéroport d’Haïti et ont commencé à détourner les appareils qui apportaient de l’aide. Tout à coup l’empire étasunien a envahi et occupé un pays de plus (encore un autre). Pour couronner le tout, l’ONU a envoyé 3 500 forces de « maintien de la paix » supplémentaires pour éviter que les Haïtiens ne s’organisent pendant cette période flottement du pouvoir. Avec l’aide humanitaire bloquée à l’aéroport Toussaint [aéroport de Port-au-Prince – NdT] et les rues couvertes de cadavres en putréfaction et des bâtiments penchant précairement, une forte réplique d’une magnitude de 6.1 a renforcé la terreur parmi les survivants.

La destruction des coupe-gorges de Port-au-Prince a révélé les brutales répercussions de 100 ans de domination étasunienne par procuration. Les enfants discrètement vendus à des familles plus riches en échange d’argent et d’une promesse qu’il sera élevé dans un environnement plus confortable sont localement connus sous le nom de Restaveks (du français « rester avec »). Invariablement, ils finissent esclaves – souvent ils se retrouvent littéralement enchaînés dans la demeure de leur maître – et traités comme des animaux. Avant le tremblement de terre, le nombre d’enfants esclaves était estimé à 300 000 à ajouter aux 400 000 orphelins. Désormais une campagne d’adoption gratuite ouverte à tous s’organise tandis que l’UNICEF estime qu’un million d’enfants supplémentaires ont perdu leurs parents. Avec un gouvernement haïtien quasiment absent, les gouvernements étrangers et les agences internationales d’adoption ont transféré par avion depuis Haïti vers les pays occidentaux, principalement les États-Unis, des enfants kidnappés dans des camps, des centres médicaux et des refuges. Il s’agit d’une pratique totalement illégale puisque les conventions internationales imposent une période minimum de deux ans pour que les parents réclament leurs enfants suite à un désastre. La voie est grande ouverte pour que les prédateurs de tout genre fassent un festin sur le compte d’un pays traumatisé et rempli d’enfants perdus. Nombre d’entre eux seront vendus pour la somme dérisoire de 50 dollars et deviendront des Restaveks ou des enfants prostitués destinés au commerce sexuel dans les Caraïbes et au-delà.



© Nicolas Garcia/AP
Les agences de l’ONU en Haïti ont entamé une campagne de vaccinations multiples, apparemment pour prévenir d’éventuelles épidémies…

D’ores et déjà un groupe de 10 étasuniens appartenant à New Life Children’s Refuge, une organisation basée dans l’Idaho, a été pris en train de faire passer illégalement 33 enfants à travers la frontière entre Haïti et la République Dominicaine, où il projetait de placer 100 enfants dans un « orphelinat » qui n’est même pas encore construit. Le groupe prétendait que les enfants qu’il avait trouvés étaient abandonnés, mais lorsqu’ils ont été auditionnés, certains des enfants ont déclaré que leurs ravisseurs avaient téléphoné au domicile de différentes personnes et qu’ils avaient offert de prendre les enfants que leur famille ne pouvait nourrir. Les dangers que courent ces enfants sont illustrés par la récente inculpation dans le Connecticut de Douglas Perlitz, fondateur du Projet Pierre Toussaint, accusé d’avoir attiré au moins 18 enfants avec des cadeaux et puis de les avoir agressés sexuellement dans une école qu’il a établie en Haïti.

Les forces étasuniennes ont pris le contrôle des vestiges du palais présidentiel, de trois autres aéroports du pays et ils ont mis en place un blocus naval d’Haïti empêchant les gens de fuir par la mer. Par-dessus le tout, Obama a déployé 10 000 troupes supplémentaires. Où trouve-t-il tous ces soldats disponibles ? L’armée étasunienne n’est-elle pas en manque d’effectifs avec les aventures coloniales qu’elle mène dans d’autres régions ?

Ce n’est pas la première fois au cours de l’Histoire récente que cela se produit. Trois ans de dictature militaire suivirent le coup d’État de 1991 avant que l’ « humanitaire » président Clinton, envoie 20 000 soldats étasuniens de « maintien de la paix » en Haïti en 1994. Comme Michel Chossudovsky l’explique, « l’intervention des militaires étasuniens n’était pas destinée à rétablir la démocratie. Bien au contraire : elle fut décidée afin de prévenir une insurrection populaire contre la junte militaire et ses acolytes néolibéraux. »

Quel sens de l’humour nauséabond a conduit Obama à envoyer Bush II et Clinton en tant qu’ « envoyés humanitaires spéciaux » dans un pays couvert de ruines largement dues aux actions autorisées par ces deux mêmes psychopathes pendant la dynastie qu’ils ont partagée à la barre figurative du navire impérial. Les sous-traitants du Pentagone et les capitalistes du désastre se sont alignés derrière la prise de contrôle militaire, offrant « des escortes armées pour les cargaisons » et « la fin des menaces majeures » dues aux « pillards » et à « l’agitation des travailleurs », tandis que le déploiement des 100 000 maisons mobiles remplies de formaldéhyde ayant accueilli les rescapés de Katrina était sérieusement envisagé.


© Inconnu
Êtes-vous des agents de Blackwater déguisés ? Les forces d’occupation étasuniennes patrouillent dans Port-au-Prince

Et que faisait donc l’armée israélienne en Haïti ? Se pourrait-il que l’État fasciste d’Israël ait réellement voulu aider des êtres humains dans le besoin ? Israël a mis en place des hôpitaux de campagne spécialisés dans les soins d’urgence et équipés d’appareils médicaux de haute technologie afin de réaliser des interventions chirurgicales deux fois plus vite, ce qui a amené le quotidien israélien Maariv à se réjouir du désastre haïtien qui est « une bonne chose pour les Juifs. »

Les médias occidentaux ont suivi en louant la généreuse réaction israélienne, obérant soigneusement le comportement des troupes israéliennes « à la maison » : à Gaza et dans les territoires occupés, où les interventions chirurgicales pratiquées par l’armée israélienne sont notoirement efficaces.

Comme si tout cela n’était pas assez sinistre, la CIA a introduit sa singulière technique dépourvue de conscience permettant le contrôle des foules : des drones surveillant les cieux au-dessus de la zone de la catastrophe, tandis que l’USAID qui constitue son organisation sœur à « façade amicale » a pris le commandement de la distribution de nourriture, ordonnant à un moment aux soldats étasuniens d’interrompre la remise des rations tant qu’elles ne respecteraient pas les « procédures opérationnelles ».

Quel scénario l’armée et les services secrets étasuniens suivent-ils ici ? Il s’agit d’un scénario très particulier préparé à l’avance : Un « plan de crise suite à une catastrophe » en Haïti avait été envisagé par l’armée étasunienne la veille du tremblement de terre. Il se trouve que la DISA, l’Agence des systèmes d’information de défense du Pentagone (Defense Information Systems Agency) était dans les locaux du Centre de commandement américain Sud (U.S. Southern Command) basé à Miami afin de mener une « simulation » consistant à apporter de l’aide à Haïti suite à un cyclone. Le lendemain se produisait le tremblement de terre, et le commandement Sud décida d’appliquer « en vrai » le système de réponse militaire intégré qu’il était censé « tester ». Cela vous rappelle quelque chose ? L’opération Vigilant Guardian du 11 septembre ? Les exercices dans le métro londonien le 7 juillet ?

L’imposante et hautement coordonnée réponse militaire des États-Unis fait sens si un seul « changement » était nécessaire pour mobiliser 20 000 soldats, un porte-avions, le navire-prison USS Bataan, des drones de la CIA, et une grande variété d’équipements de haute technologie dans ce qui constitue immanquablement un plan d’invasion sophistiqué. D’autres révélations aggravent les sinistres implications de l’ « exercice » du Pentagone. Le général de corps d’armée Ken Keen, sous-directeur du commandement américain Sud, a pris un vol pour Port-au-Prince le 12 au matin et à 17 h 00, au moment où le tremblement de terre s’est produit, il était dehors avec toute son équipe d’officiers à l’exception d’un seul. Keen supervise désormais les opérations militaires étasuniennes en tant que commandant du corps expéditionnaire conjoint en Haïti. Selon le Times, le gouvernement britannique a retiré ses navires situés dans les Caraïbes une semaine seulement avant le tremblement de terre, ceci étant « la première fois depuis le XVIIe siècle que la Royal Navy connait une absence significative dans cette région. » La petite île d’Haïti héberge la 4e plus grande ambassade au sein de l’empire étasunien, une forteresse gigantesque faite pour résister aux tremblements de terre et déménagée loin de la ville après le coup d’État de 2004. La nouvelle « ambassade » se trouve désormais dans la banlieue de Tabarre, située comme par hasard à proximité de l’aéroport international Toussaint Louverture


© Daryl Cagle

Pour quelle raison les États-Unis pourraient-ils vouloir une telle ambassade ? Hugo Chavez connaît la réponse : Haïti offre aux États-Unis une position stratégique idéale pour lancer des attaques contre le Vénézuéla. Entourée par les bases étasuniennes de Guantanamo et Puerto Rico, l’île d’Hispaniola fournit aux États-Unis la plateforme de lancement nécessaire à ses aventures impériales en Amérique Latine. À l’instar de la plupart des autres gouvernements, Chavez sait probablement que le tremblement de terre a été délibérément provoqué suite aux ordres des pouvoirs en place qui gèrent l’état de sécurité nationale étasunien, sans que la Maison Blanche en soit forcément informée. Initialement le président vénézuélien a déclaré que les États-Unis utilisaient le tremblement de terre en Haïti comme prétexte pour envahir le pays mais ensuite il a déclaré que les États-Unis avaient provoqué le séisme à l’aide d’une « arme tectonique ». Sa source présumée était un rapport de la flotte Nord russe affirmant que le test d’une « arme sismique » par la marine étasunienne, afin d’être ultérieurement utilisée contre l’Iran, avait «particulièrement mal tourné ». Cette histoire de « test lié à HAARP qui a mal tourné » est probablement de la désinformation ayant pour objectif de déformer le signal émergeant du chaos ambiant et selon lequel le gouvernement secret au sein de la structure hiérarchique des États-Unis a tout à fait délibérément planifié le meurtre de centaines de milliers d’Haïtiens pour atteindre ses fins et réduire toute opposition au silence.
Voici comment l’Agence France-Presse a décrit la décision de la Maison Blanche quant à l’envoi de ses 10 000 premiers soldats en Haïti :

« Mercredi Obama a ordonné un effort rapide ‘coordonné et agressif visant à sauver des vies,’ en Haïti suite au tremblement de terre meurtrier, tandis qu’une importante mission humanitaire étasunienne se mettait en branle, réunissant soldats, navires, avions et équipes de sauvetage. »

 


© Felix Evens / Reuters

Les soldats étasuniens n’ont pas perdu de temps pour « protéger les propriétés privées » des « pillards »

Un « tremblement de terre » meurtrier ? Mère nature « tue » des gens, mais elle ne choisit pas de commettre des « meurtres » ! Est-ce la manière dont les services secrets français nous informent que ce séisme n’était pas naturel ? Est-ce que l’avion d’Ethiopian Airlines qui s’est enflammé puis écrasé juste après son décollage de l’aéroport de Beyrouth le 24 janvier a quelque chose à voir avec cette affaire ? L’épouse de l’ambassadeur de France au Liban faisait partie d’un groupe d’officiels français tués dans ce « crash » tandis que le Times indique qu’il pourrait s’agir d’un sabotage. Trois jours avant l’ « accident », le Premier ministre libanais Saad Hariri rencontrait l’ambassadeur français pour discuter d’« une stabilisation » du Moyen-Orient, situation que certaines personnes ne souhaitent manifestement pas. Plus important encore, juste deux jours avant ce crash suspect, Hariri s’est rendu au palais de l’Élysée pour s’entendre avec le président Sarkozy sur une vente d’armes. Le « rapport de la flotte Nord russe » selon lequel les États-Unis ont « testé une arme sismique » en Haïti est sorti à ce moment-là. Les officiels français ayant rencontré le dirigeant libanais ont-ils été supprimés pour dissuader les services secrets français de révéler la responsabilité des États-Unis dans le tremblement de terre ? Ajouté à l’appel à une enquête de l’ONU sur l’invasion étasunienne lancé par Alain Joyandet, ministre français de la coopération et sa réprimande à l’encontre des États-Unis : « il s’agit d’aider Haïti, il ne s’agit pas d’occuper Haïti » on se demande quelle lutte entre services secrets se déroule dans l’ombre.

En plus de destituer Chavez et de (ré) établir l’hégémonie des États-Unis dans la région, prenant ainsi le contrôle des réserves de pétrole vénézuéliennes, Haïti et les eaux l’entourant pourraient receler d’importantes réserves de pétrole pas encore exploitées, tandis que la prospection d’or et de cuivre s’est révélée concluante.

Israël a certainement choisi un moment intéressant pour annoncer des « recherches en cours sur l’origine des tremblements de terre » conduites en générant des séismes, alors que le 7 février le Pentagone annonçait qu’il planifiait des « simulations de séismes » supplémentaires, qui débuteront en Alaska au cours de ce printemps.

Nous voyons que depuis le 11 septembre le gouvernement étasunien n’a aucun scrupule à éradiquer des pays entiers par « destruction créatrice » [théorie selon laquelle les « destructions créatrices » dont les crises sont des opportunités menant à des innovations, de nouveaux modes de fonctionnement – NdT], faisant des millions de morts et de blessés pour atteindre ses objectifs impérialistes et étancher sa soif de pétrole. Si le gouvernement étasunien avait les moyens de provoquer un tremblement de terre en un lieu donné, hésiterait-il à l’utiliser ? Nombreux sont ceux qui désignent HAARP comme le coupable probable, mais la grande quantité d’énergie nécessaire pour provoquer un tremblement de terre en un lieu donné pourrait nécessiter une méthode d’administration plus précise. Peut-être qu’un premier domaine où chercher est celui des armes spatiales. Le programme d’initiative de défense stratégique de Reagan aussi appelé « guerre des étoiles » n’est pas mort avec l’Union Soviétique. En fait, l’ « empire du mal » était la justification utilisée par le véritable empire du mal pour développer des technologies qui lui permettraient de régir la planète entière :

« La guerre environnementale est définie comme la modification ou la manipulation délibérée de l’écologie naturelle, telle que le climat et le temps, les systèmes naturels tels que l’ionosphère, la magnétosphère, les plaques tectoniques, et/ou le déclenchement d’événements sismiques (tremblements de terre) afin de provoquer délibérément la destruction physique, économique, psychosociale d’une cible géographique ou d’une population, dans le cadre d’une guerre stratégique ou tactique. » (Eco News)


© Ulises Rodríguez / EPA

Cruelle ironie : Un bus de transports publics avec une image du président étasunien Barack Obama traverse le centre du séisme dans le centre-ville de Port-au-Prince

Déjà en 1955, John von Neumann déclarait que « les interventions dans le domaine atmosphérique et climatique… vont se développer à un niveau difficile à imaginer aujourd’hui… ce qui va lier les affaires de chaque nation avec celles des autres, plus fermement qu’une menace nucléaire ou toute autre forme de guerre ne l’aurait pu. » En 1977, les nations de la planète étaient manifestement conscientes des dangereuses implications du développement de « techniques de modifications environnementales » mené par le Pentagone puisque l’assemblée générale des Nations-Unies ratifia une convention internationale interdisant « l’usage militaire ou tout autre usage hostile des techniques de modifications environnementales », qui sont définies comme « toute technique permettant de modifier – via la manipulation délibérée des processus naturels – la dynamique, la composition ou la structure de la Terre, y compris la faune, la flore, la lithosphère, l’hydrosphère et l’atmosphère ou l’espace. »

La déclaration du Pentagone sur sa capacité à modifier le temps sur Terre ou dans l’espace dans le cadre de son arsenal stratégique est publique (ou plutôt l’était jusqu’à ce que le rapport soit retiré d’Internet) :

« [Les modifications climatiques] offrent au belligérant une large variété d’options afin de vaincre ou de contraindre un adversaire… Les modifications climatiques feront partie de la sécurité nationale et internationale et pourront être utilisées unilatéralement… Elles pourront être utilisées à des fins offensives, défensives ou même dissuasives. La capacité de générer des précipitations, du brouillard et des orages autour de la planète ou même de modifier la météo dans l’espace… et la création d’une météo artificielle font toutes partie d’un ensemble intégré de technologies [militaires]. » (Rapport final du document AF 2025 de l’armée de l’air étasunienne US Air Force document AF 2025 Final Report)

En avril 1997, au cours d’une conférence sur le terrorisme, William Cohen le secrétaire à la Défense d’alors, répondant à la question d’un journaliste sans rapport avec ce sujet, glissa quelques remarques curieuses concernant le type d’armes à la disposition de ceux qui sont enclins à terroriser l’humanité. La conversation suivante est reprise mot pour mot d’une retranscription publiée sur le site Internet du département de la Défense que l’on pouvait trouver ici :

Q : Je voudrais spécifiquement vous poser une question sur la vague de panique qui s’est abattue ici à Washington la semaine dernière, et sur ce que nous pourrions avoir appris sur notre niveau de préparation concernant (inaudible), à B’nai Brith.

R : Hé bien, cela montre la nature de la menace. Il s’est révélé qu’il s’agissait d’une fausse menace dans de telles circonstances. Mais comme nous l’avons appris dans le milieu des services secrets, nous avions quelque chose appelé – et nous avons ici James Woolsey qui pourra peut-être répondre à cette question sur les taupes fantômes. La simple crainte qu’une taupe ait infiltré un service secret peut provoquer une réaction en chaîne et une traque de cette taupe-là qui peut paralyser l’agence pendant des semaines, des mois voire même des années pendant qu’on la recherche. La même chose s’applique pour la crainte infondée d’une menace concernant l’usage de quelque sorte d’arme chimique ou biologique. Par exemple, il existe certains rapports selon lesquels certains pays ont essayé de produire quelque chose qui ressemble au virus Ebola, et ce serait un phénomène très dangereux, c’est le moins qu’on puisse dire. Alvin Toeffler a décrit comment certains scientifiques essayent de concevoir dans leur laboratoire certains types de pathogènes ethno-spécifiques permettant d’éliminer uniquement certains groupes ethniques ou certaines races ; et d’autres développent des sortes de technologies, des sortes d’insectes pouvant détruire des cultures spécifiques. D’autres s’engagent même dans une forme de terrorisme écologique par lequel ils peuvent altérer le climat, provoquer des tremblements de terre et des éruptions volcaniques à distance à l’aide d’ondes électromagnétiques. Il y a donc un tas d’esprits ingénieux qui œuvrent à découvrir des moyens de répandre la terreur dans d’autres nations.

En effet.


Folie des voyages en avion


© Anonyme
Vous avez le droit de faire la queue

Avez-vous entendu celle du type qui monte à bord d’un avion avec une bombe dans ses sous-vêtements ? Certainement. À part nous donner une occasion de nous amuser de la propagande de la War on Terror®, l’épisode du pirate de l’air aux sous-vêtements piégés a été suivi ce mois-ci par un accès de folie énorme à propos des aéroports et des avions sur toute la planète.

Il était prévisible que la farce des sous-vêtements provoquerait des « mesures de sécurité » et des crises d’hystérie encore plus ridicules. De toute évidence, l’idée la plus exaspérante à laquelle ont pensé nos chers leaders est le scanneur corporel (alias strip-searcher ou pervscanner) comme si la sécurité des aéroports n’était pas déjà suffisamment humiliante. On nous dit que ces gadgets étaient opérationnels depuis longtemps mais étaient gardés en réserve à cause de « soucis d’intimité. » Mais la réelle question sous-jacente dont peu de gens parlent est que les scanneurs émettent des ondes térahertz qui, selon une étude réalisée au Laboratoire National de Los Alamos, pourrait « … dissocier la double hélice de l’ADN, créant ainsi des bulles dans la double hélice qui pourrait interférer significativement avec des processus comme l’expression génétique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Expression_g%C3%A9n%C3%A9tique)  et la réplication de l’ADN. » Ce n’est pas seulement une autre mauvaise plaisanterie à endurer avec notre stoïcisme habituel : c’est une attaque directe de la santé de la population et une preuve supplémentaire que notre bien-être, quels que soient leurs « soucis d’intimité » ou notre « sécurité », n’a jamais présenté d’intérêt à l’élite dirigeante. C’est une chose d’être totalement méprisé alors que notre dignité est piétinée ; c’en est une autre que votre ADN soit perturbé « pour votre protection. » Nous pouvons apprendre à nous adapter au premier ; mais assez tôt il n’y aura pas de moyen  d’éviter le second au cas où vous voudriez prendre l’avion pour aller quelque part.

Toute discussion des dommages causés par la machine à détruire l’ADN est obscurcie par un souci marginal concernant l’exposition aux rayonnements que présente son utilisation, ce qui semble être minime. Le faux débat détourne l’attention des gens vers l’indignation au sujet des soucis d’intimité qui, aussi justifiables soient-ils, sont moins importants en comparaison d’avoir son ADN réduit en pièces. Quoi qu’il en soit, quels que soient les soucis que peuvent avoir les gens, la pathocratie espère les étouffer avec l’histoire absurde du « bavardage d’Internet » sur les sites arabes qui a révélé qu’Al-Qaïda projette d’insérer des ‘bombes chirurgicales’ dans ses terroristes, pour les faire détoner avec une auto-injection par seringue hypodermique. Pouvons-nous suggérer aux commandants imaginaires de l’Al-Qaïda™ inexistant de ne pas s’inquiéter de ce genre de sophistication : les scanneurs corporels ne peuvent même pas détecter les explosifs en poudre.

Remarquez également que, tandis que les aéroports étasuniens offrent une fouille alternative de tout le corps par palpation, le Royaume Uni a refusé catégoriquement aux gens le choix d’éviter le déshabillage térahertz. Les aéroports d’Heathrow et de Manchester ont commencé à utiliser les scanneurs, ainsi que plus de 30 aéroports étasuniens, Amsterdam et dans d’autres grands aéroports européens, en dépit du fait que les législateurs de l’U.E. ne diffuseront qu’en avril leur étude sur les effets biologiques de cette sinistre technologie.


© Spyraal / artchemicalmatter.com

Plus de sécurité pour votre esprit

Il semble que les Pouvoirs en place considèrent les aéroports comme des terrains d’essai, comme des modèles de société du type de société mondiale dirigée par un contrôle extrême dont ils envisagent la mise en place dans chaque aspect de nos vies. Un papier confidentiel des autorités néerlandaises qui a été divulgué décrit un plan pour introduire des unités mobiles de ces zappeurs d’ADN lors d’événements publics comme des matchs de sport où de grandes foules sont amassées. Les aéroports sont le cauchemar en microcosme du Nouvel Ordre Mondial : des centres commerciaux d’une architecture froide où la surveillance totale est la norme, où chacun est suspect, et tout le monde un criminel sans les documents adéquats et un comportement totalement conformiste. À moins d’être un des surveillants, bien entendu. (Pour un aperçu de la manière dont les psychopathes et leurs cousins moins déviants vivront dans un système parallèle, regardez le manuel de dépistage de l’administration de la sécurité des transports US qui a été posté « par inadvertance » sur Internet et décrit les règles spéciales pour dépister les diplomates, les agents de la CIA, les policiers et les divers agents de la Pathocratie).

Alors que les voyages par avion continuent sur ce chemin, nous devons nous demander si le plan n’est pas d’arriver de façon graduelle à une interdiction complète ? Israël vient de mettre à niveau sa sécurité des voyages internationaux avec un nouveau système Hi-Tech de contrôle biométrique qui exige un prélèvement d’empreintes et une imagerie du visage, ainsi que la question des ‘cartes intelligentes’ à la place des cartes d’embarquement en papier. Ces ‘ingénieux’ Israéliens développent aussi un système qui projette des images et des symboles sur de grands écrans dans les aéroports que soi-disant seuls les terroristes reconnaîtraient et trahiraient ainsi leurs intentions ‘terroristes’ par de subtiles réactions comportementales. L’idée est que bien qu’ils puissent ne rien avoir fait, ils ont néanmoins pensé à faire quelque chose de criminel ! Mais bien entendu avec les aéroports qui rendent les gens de plus en plus nerveux, cette technologie piègera quiconque ayant une conscience parce que seuls les psychopathes peuvent rester calmes et échapper sans se faire remarquer aux scanneurs qui lisent le cerveau. Au fait, le nom de la société qui vend cette technologie est WeCU Technologies. We C U… Nous vous voyons (We see you) ? Oh, très futé. Diaboliquement intelligent.

Pour ne pas être surpassés dans le domaine du pré-crime, les technocrates allemands ont annoncé le développement d’un nouveau système de sécurité pour les aéroports qui implique un réseau de scanneurs laser et de détecteurs chimiques pour identifier les suspects. Les États-Unis ont annulé les visas de ceux suspectés de liens terroristes sans s’inquiéter de spécifier combien de visas avaient été annulés ou si les ‘liens’ suspectés étaient moins ténus que le soupçon de porter des sous-vêtements. De vagues incidents « liés à la sécurité » ont abouti à des réactions hystériques dans les avions et les aéroports en Inde, au Royaume Uni et aux États-Unis, où dans un cas, l’aéroport de Newark est devenu un chaos total avec des avions au départ bloqués au sol et des centaines de passagers forcés d’attendre un nouveau contrôle alors que tout le monde était évacué du terminal principal… tout cela parce qu’un homme avait été accidentellement au mauvais terminal et essayait de revenir sur ses pas. Apparemment, marcher dans la mauvaise direction d’un couloir à sens unique est maintenant considéré comme ‘terroriste’.

Avec ce niveau de contrôle obsessionnel, vous penseriez que rien en dehors des règles ne pourrait arriver près d’un aéroport – de toute façon pas un aéroport US – pourtant un sans-abri à réussi à voler et faire écraser un avion dans un aéroport municipal du Maryland, tandis qu’un citoyen français a acheté et piloté un avion en Floride mais fut accusé de vol et forcé d’atterrir par des avions militaires parce qu’il ne pouvait pas parler en anglais aux contrôleurs aériens !


© Fred R. Conrad/The New York Times

Michael Hicks, 8 ans, boy scout junior à Clifton au New Jersey, soupçonné de terrorisme

Un cas typique de ce que cette folie du contrôle peut faire aux êtres humains est celui de l’infortuné Mike Hicks âgé de 8 ans, qui se trouve avoir le même nom qu’une personne sur l’infâme ‘no-fly list’ (liste d’interdiction de vol – NdT) et a donc dû endurer un harcèlement à l’aéroport depuis l’âge de 2 ans. Dans un autre exemple glaçant de ce que les surveillants peuvent nous faire, un vol passant par Dublin avait été choisi pour amusement ; où huit « marchandises de contrebande » avaient été mises par des inconnus dans les bagages de passagers qui ne se doutaient de rien à l’aéroport de Bratislava en Slovaquie. Sept ont été détectés par la sécurité de l’aéroport, mais la huitième – 90g d’explosif prototype ou d’hexogène, pas moins ! – avait été mis dans le bagage d’un électricien slovaque qui vit à Dublin et n’avait pas été trouvé jusqu’à ce qu’il reçoive un coup de fil amical de la police de Dublin pour confirmer qu’il était bien revenu chez lui. On ne lui dit rien d’autre jusqu’à ce qu’un raid de police massif impose l’évacuation de toute sa rue dans le centre de la ville. Imaginez maintenant l’histoire de couverture au parfum de terreur si les explosifs avaient accidentellement explosé. Pensez aussi aux implications de ce petit incident pour chacun de nous. Avec quelle facilité deviendrions-nous tous des kamikazes involontaires si les marionnettistes le décidaient ? Les précédents attentats terroristes ont-ils été fabriqués de cette manière ? Ou bien les faiseurs de troubles ont-ils un ‘petit quelque chose’ mis dans leur bagage, leur accordant des vacances prolongées au Guantanamo Beach Resort ?

Il y a eu un autre fil de haute étrangeté concernant les aéroports et le transport en général qui semble être relié à un nombre élevé de coupures de courant ce mois-ci, dont certaines sont expliquées par des causes naturelles, comme le temps, mais d’autres qui restent un mystère. Bien que nous n’ayons pas d’explication pour ceux-ci, nous avons remarqué dans le passé que ces événements similaires qui se produisent de façon rapprochée, mais en divers endroits distincts, tendent à signaler que les choses sont sur le point de devenir très intéressantes.

Souvenez-vous, ce sont juste des cas du mois précédent :

L’accident d’avion le plus mortel du mois a été le crash dans la Mer Méditerranée du vol Ethiopian Airlines 409 en provenance de Beyrouth. Le Boeing 737 a été décrit par les témoins comme « du feu tombant du ciel ». Marla Pietton, épouse de l’ambassadeur français au Liban était à bord. L’armée libanaise a déclaré que l’avion était en feu peu après le décollage, tandis qu’un représentant officiel a ajouté que certains témoins ont rapporté que l’avion s’est cassé en trois morceaux. Avec tous ces éléments d’information, il est curieux que le président libanais Michel Suleiman ait écarté immédiatement le sabotage – contredisant d’autres rapports qui suggéraient immédiatement un sabotage ou « ne l’avaient pas écarté. » Peut-être que Suleiman voulait éviter par avance la conclusion inconfortable et probable. En supposant un moment qu’il y a eu délit, si l’épouse de l’ambassadeur de la France était la cible, qui envoyait un message à la France, et pourquoi ?

On a retrouvé la boîte noire mais n’espérez pas que la vérité soit dite.


Cyberguerre contre la Chine

À la fin de 2007, le directeur général du MI5 du Royaume Uni a envoyé une lettre à 300 PDG et chefs de sécurité britanniques les avertissant d’être sur leurs gardes au sujet de « pirates informatiques chinois sponsorisés par le gouvernement qui exécutaient des attaques de surveillance électronique. » Ce mois-ci, Google Inc, suivant une « consultation étroite avec le département d’État des États-Unis »,

a relevé le défi de la Chine en disant qu’il ne voulait plus censurer les résultats de recherche sur son service chinois.

Le premier moteur de recherche au monde a déclaré que la décision faisait suite à une cyberattaque qui visait, le croit-il,  à récolter des informations sur les activistes des droits de l’homme chinois.


© Budi Putra

Saisie d’écran de Baidu (moteur de recherche chinois le plus populaire) après qu’il ait été piraté par… hum, des ‘cyberterroristes iraniens’

Menés par un tollé des médias étasuniens, les commentateurs ont encensé la noble décision de Google de prendre position pour les droits individuels quand la société monstre a accusé ce mois-ci le gouvernement chinois de lancer une cyberattaque qui lui permettait de pirater les comptes Gmail de « douzaines d’activistes des droits de l’homme » en Chine, en Europe et aux États-Unis. Le diable dans les détails était qu’il n’y avait pas des « douzaines » mais juste deux comptes Gmail piratés « très probablement par suite d’attaques d’hameçonnage ou de logiciels malicieux » qui étaient limités à acquérir des informations de base comme la date de création du compte Gmail, plutôt que le contenu des courriels en eux-mêmes. De plus, ces deux comptes ont été piratés en réalité en décembre, néanmoins Google a choisi de le rendre public le 13 janvier, le jour même où son concurrent Baidu, le moteur de recherche le plus populaire en Chine, subissait une réelle cyberattaque paralysante qui l’a mis hors service pendant 4 heures. La page d’accueil de Baidu a été redirigée sur « l’Iranian Cyber Army » (Cyberarmée iranienne) qui revendiquait l’attaque !

Il semble que [Baidu] a eu son DNS piraté par « l’Iranian cyber Army », les mêmes types qui ont piraté Twitter il y a quelques semaines. Le processus, appelé contamination du cache DNS, est la corruption d’une table de système de noms de domaine d’un serveur Internet en remplaçant une adresse Internet par celle d’un autre, une adresse malhonnête, dans ce cas celle que l’Iranian Cyber Army veut que vous voyiez.

L’implication évidente (et ridicule) fut que l’attaque venait d’Iran. Suite à une enquête, Baidu a intenté un procès pour dommages dans un tribunal de New York contre son fournisseur de service d’enregistrement de nom de domaine, Register.com Inc, qui est accusé de logiciel « modifiant illégalement et malicieusement » derrière son domaine, entrainant une contamination du cache DNS qui a corrompu le système de nom de domaine de Baidu. Incidemment, Larry Kutscher, PDG de Register.com a été dans le passé directeur général de la Gestion des Richesses chez Goldman Sachs.

Bien entendu, cela a été complètement ignoré par les médias occidentaux qui ont encensé la prise de position de Google contre les méchants censeurs gouvernementaux communistes chinois. Oui, la Chine n’autorise pas Twitter dans ses réseaux, mais qui peut les blâmer étant donné ses capacités de cheval de Troie visibles dans les « révolutions douces » de la CIA en Moldavie et en Iran ? La Chine sait que le concept de la « liberté d’expression » de certains gouvernements se résume à une couverture pour bombarder les pays visés avec une propagande fabriquée conçue pour semer la discorde et dévergonder les populations. Ce que condamnent Google, le gouvernement US et les médias occidentaux comme « censure croissante », le gouvernement chinois dit que c’est son droit de protéger ses réseaux d’une influence malveillante. Écoutons la version chinoise de l’histoire :

Vendredi, la Chine a écarté fermement les accusations des États-Unis à propos de Pékin restreignant la liberté d’Internet et avertissant que ces revendications étaient dommageables aux relations entre les deux nations.

« Les États-Unis ont critiqué la politique chinoise d’administrer l’Internet et ont insinué que la Chine restreint la liberté d’Internet, » a déclaré Ma Zhaoxu, porte-parole du ministre des Affaires étrangères. « L’Internet de la Chine est ouvert et géré selon la loi.”
[…]
Fu Mengzi, un chercheur des Instituts chinois pour les Relations contemporaines internationales, a déclaré que les nations souveraines doivent superviser le contenu d’Internet pour maintenir la sécurité sociale.

« Chaque pays a les droits de protéger sa sécurité nationale et les États-Unis ne font pas exception, » a-t-il affirmé, en ajoutant que les citoyens chinois du net ont suffisamment d’accès aux informations dont ils ont besoin en accord avec les lois.

Ce que la Chine a fait est de sauvegarder la sécurité du flux de l’information sur Internet, a-t/il dit.

« Il est faux d’établir une fausse dichotomie entre la liberté d’Internet et la supervision, » a-t-il ajouté.

Fu a aussi fait remarquer que Google a violé les lois chinoises en fournissant des liens vers des sites pornographiques et en enfreignant les droits de la propriété intellectuelle.

 


© Anonyme

Le gouvernement chinois, comme tous les centres de pouvoir, est manifestement ponérisé, mais le plus intéressant que nous ayons entendu est la propagande centrée sur les États-Unis via des outils dociles comme Google. L’establishment psychopathique US accusant la Chine de faire ce qu’il fait lui-même, démontre nettement cette dissonance. Google a accusé plus tard les « pirates chinois » de cyberattaques contre 20 autres grandes sociétés, pourtant aucune d’entre elles n’a choisi de se manifester et de confirmer ce point. Puis le Washington Post a augmenté l’hystérie en prétendant que 34 sociétés avaient été attaquées, y compris les marchands de morts Northrop Gruman, et que cela faisait partie d’une vaste campagne d’espionnage chinoise. Tout ceci était de la fiction bien sûr, fournie par des « sources industrielles et le Congrès, » une Peur Rouge moderne créée pour justifier l’attaque de « l’ennemi. »

Au moment où Hillary Clinton s’est manifestée pour soutenir publiquement les accusations spécieuses de Google, la puanteur de l’hypocrisie atteignait des niveaux insupportables. L’État de sécurité nationale US surveille habituellement toutes les communications électroniques, pas uniquement aux États-Unis, mais partout où vont ses tentacules de surveillance globale.  Nous avons une expérience directe de la censure de Google, où les résultats de recherche de Sott.net étaient régulièrement omis des listings de Google. Et en ce qui concerne Google StreetCam ? Google s’en fiche « d’enlever les restrictions de censure » ; tout ce dont il se soucie est de supprimer les entraves à la propriété de toute information, tout en servant ses maîtres en même temps. C’est ce que le PDG de Google, Eric Schmidt, noble patriote qu’il est, pense réellement de votre vie privée :

« Si vous avez quelque chose que vous voulez que personne ne sache, peut-être que vous ne devriez pas le faire en premier lieu. […] Si vous avez réellement besoin de ce genre de vie privée, la réalité est que les moteurs de recherche – y compris Google – gardent cette information pendant quelque temps et il est important de se souvenir, par exemple, qu’aux États-Unis nous sommes tous sujets au Patriot Act et il est possible que toutes ces informations puissent être rendues disponibles aux autorités. »

La quête de Google pour la domination mondiale avance sans entraves dans la sphère d’influence de l’empire US (démontré récemment par un amendement proposé au Royaume Uni qui accorderait essentiellement à Google une immunité de copyright sous la loi anglaise)  mais lutte pour pénétrer la part de marché de 77 % de Baidu en Chine. Et c’est là où se raccordent les intérêts de Google et du gouvernement US.

La dernière fois qu’une vague de cyberattaques » contre des cibles étasuniennes a été attribuée à un pays du Sud-Est asiatique, il est apparu rapidement que la source des attaques remontaient à des serveurs au Royaume Uni. La nouvelle cyberarmée multi-agences du Pentagone, « CyberCommand », venait d’entrer en ligne juste avant les attaques, il semble donc raisonnable de suggérer que c’était un test de ses capacités. Nous suggérons que cet enthousiasme soudain de Google pour le gouvernement chinois ce mois-ci était synchronisé comme un leurre pendant que le CyberCommand lançait sa première attaque en temps réel contre Baidu en utilisant « l’Iranian Cyber Army » comme mandataire de faux drapeau.

© scroogle.org

NSA et Google fusionnés en une seule entité… ou bien étaient-ils tout le temps dans la même équipe ?

Cette vengeance des États-Unis était-elle due au fait d’avoir été complètement éclipsés par les Chinois à la conférence de Copenhague en décembre, peut-être ? Ou bien une démonstration de force en face de la réticence chinoise à approuver des sanctions contre l’Iran ? Insouciante, la Chine a répondu à la provocation implacable de la meilleure manière possible ; avec la vérité :

“Derrière ce que l’Amérique appelle la liberté d’expression se trouve une machination politique brute. Comment les troubles après l’élection iranienne sont-ils arrivés ? […] Ce fut à cause d’une guerre en direct lancée par l’Amérique, via les vidéos de YouTube et les microblogs de Twitter, de rumeurs répandues, de scissions créées, attisées et de discorde semée entre les partisans des factions réformistes conservatrices. »

[...]

« Nous avons peur qu’aux yeux des politiciens étasuniens, seule l’information contrôlée par les États-Unis soit de l’information libre, seules les nouvelles reconnues par les États-Unis sont des nouvelles libres, seuls les discours approuvés par les États-Unis sont des discours libres, et seul le flot d’information qui sied aux intérêts étasuniens est un flot d’information libre. »

La machination politique brute a bouclé la boucle avec la nouvelle que Google, la plus grande société de recherche d’Internet au monde, va former une alliance scandaleuse avec la NSA, l’organisation de surveillance électronique la plus puissante au monde, au nom de la cybersécurité contre la cyberguerre qu’ils viennent de lancer en secret.


Cible : Iran


©eyeranian.net

Pendant que le ‘monde civilisé’ réprimande le gouvernement iranien pour sa brusque réponse aux « protestations d’opposition » (en réalité des tentatives du renseignement occidental pour amplifier les troubles en Iran), divers groupes terroristes mandatés ont augmenté la guerre secrète durant tout le mois de janvier. Le Pakistan a déjoué une opération quand il a arrêté et accusé certains étasuniens armés dans sa région frontalière avec l’Iran. Puis un physicien impliqué dans le programme de recherche nucléaire de l’Iran a été assassiné en plein jour à Téhéran. Le soutien du scientifique au candidat défait à la présidence Mir-Hossein Mousavi a été cité comme preuve de son assassinat par le régime iranien, mais même le Haaretz a admis qu’il n’y avait pas de précédent pour un meurtre aussi violent commit par le régime iranien. Les États-Unis ont nié naturellement toute implication, mais un groupe monarchiste basé à Los Angeles, l’Iran Royal Association, a revendiqué la responsabilité du meurtre seulement quelques heures après l’incident. Puis un système explosif improvisé » a visé le gouverneur général de la province, Khorassan Razavi, tuant un passant. Le Parti de la Libre Vie du Kurdistan (PJAK), un groupe militant kurde basé au Kurdistan irakien, a rejoint le parti attaquant lorsqu’il a revendiqué la responsabilité de l’assassinat d’un procureur d’état iranien près de la frontière turque. Cela fut suivi par une explosion puissante qui a traversé une base militaire au sud du pays.

De toutes les directions, des groupes aux idéologies séparatistes concurrentes et avec des racines communes dans l’appareil militaro-renseignement du Méchant Empire ont été préparés à infiltrer l’état iranien là où c’est possible et exécuter des actes violents de terrorisme. Le Jundullah attaque de l’Est, le Moudjahidines-e Khalq (MKO) de l’Ouest, le PJAK du Nord et les factions royalistes rivales – l’ Iran Royal Association et l’assemblée du royaume d’Iran – attaquent partout où les envoient leurs maîtres-espions aux États-Unis.

Malgré le carnage croissant et le fait d’être assiégé de tous côtés, le gouvernement iranien est déterminé à maintenir une image de force. Les enquêtes sur les émeutes du Jour d’Achoura à la fin du mois de décembre ont établi que le MKO basé en Irak avait joué un rôle central dans l’instigation des émeutes. Avec une similarité frappante avec le meurtre de Neda Soltani, « la martyre de la démocratie » tuée dans des circonstances suspectes en juin dernier, le neveu de Mousavi a été tué par une arme rare, c’est-à-dire une arme qui n’est pas utilisée par les forces de sécurité iraniennes, loin du lieu des manifestations.


© Anonyme
Pas touche à l’Iran

Un crash d’avion, un accident de train et un séisme ont ponctué un mois turbulent en Iran. De manière typiquement schizoïde, le lauréat du Prix Nobel de la Paix 2009 a ordonné qu’une chaîne d’unités de missiles Patriot « défensifs » soit installée autour de l’Iran « pour dissuader l’Iran de frapper les cibles étasuniennes » une fois que le siège économique de l’Iran commencera sérieusement. Ces « cibles étasuniennes » sont les unités de missiles qui sont positionnées dans les fiefs arabes le long du Golfe Persique. Au moins une chose est sincère avec Obama : contrairement au prélude au choc et effroi en Irak, il ne va pas y avoir de tentatives pour convaincre les Nations Unies de violer la loi internationale et d’approuver des « sanctions paralysantes » cette fois-ci.
Le directeur de la CIA Leon Panetta est allé en Israël le 1er février pour un congrès de sorcières avec Netanyahu, Barack et Meir Dagan, son homologue du Mossad. La dernière fois qu’il était allé au Moyen-Orient début décembre pour discuter des opérations au Yémen avec des représentants saoudiens, les États-Unis avaient lancé des missiles de croisière contre des villages au Nord Yémen dans un contexte d’une ridicule attaque terroriste sous faux drapeau dans le ciel de Detroit. Nous pourrions décrire la visite de Panetta comme un mauvais « présage », mais de toute façon tout ce que font ces psychopathes a des conséquences destructrices pour la planète et les personnes:
Les chefs du renseignement de Washington anticipent (planifient) un nouveau 11 septembre d’ici six mois


Barack le Barbare

Afghanistan



© John D McHugh
Conquête des cœurs et des esprits en Afghanistan

Malgré la remarquable performance en double langage d’Obama, le véritable État de l’Union est affreux. Élu sur une vague de protestations contre les guerres d’agression, le lauréat du Prix Nobel de la Paix 2009 a plutôt supervisé l’expansion et le raffinement du massacre sur les « théâtres de guerre » du Pentagone. Voilées légèrement par le vernis du gouvernement démocratique, neuf années de construction de la nation étasunienne en Afghanistan ont abouti à un vaste réseau de bases secrètes d’où les meilleurs psychopathes de la CIA dirigent le mauvais traitement des hommes dans des centres de torture qui font ressembler Guantanamo à un centre de vacances au bord de la plage. On ne nous permet pas d’entendre beaucoup le côté afghan de l’histoire, mais les nouvelles qu’il y a plus de soldats US qui se sont suicidés que tués par l’ennemi », rien qu’en 2009, attestent du cauchemar vivant qu’est devenu l’Afghanistan.

2010 a commencé avec une enquête des Nations Unies confirmant que les troupes US avaient tirés huit enfants endormis de leur lit une nuit de fin décembre, menotté certains, puis les avaient abattus. C’est un cas choquant mais tristement peu probable d’être unique alors que les raids innombrables sur les villages terrifiés sont maintenant un événement nocturne en Afghanistan. Le plus jeune avait 11 ans. Avant d’avoir pu reprendre notre souffle, le New York Times a continué par un compte rendu de soldats US lançant du chocolat de leur convoi afin d’exciter des enfants dans la rue. Une foule s’était rassemblée au moment où un des soldats a pensé qu’il serait drôle de lancer une grenade avec le chocolat. Quatre enfants furent tués, avec un grand nombre de mutilés.

Au moins sous l’empereur Bush II, les envahisseurs prétendaient qu’ils comprenaient qu’il était mal de viser délibérément des civils. Cela a totalement changé sous l’empereur ‘pas de changement’ ; l’ordre est maintenant de tuer quiconque est en vue. En une seule semaine à la mi-janvier, les forces des États-Unis et de l’OTAN ont été déployées pour « pacifier les indigènes » en ouvrant le feu avec leurs « armes de Jésus » lors de deux manifestations différentes par des Afghans non armés, pendant que des drones Predator tiraient des missiles dans une foule de « suspects » dans une troisième manifestation. La vengeance étasunienne contre les Talibans à cause du 11/9 a nourri la vengeance étasunienne contre les Afghans pour oser résister.


Fabriqué en Israël

Nous n’avons pas été surpris d’apprendre que ces drones sans conscience ont été d’abord développés en Israël et testés sur des réfugiés palestiniens au début des années 1980. Aujourd’hui, Israël entraîne les opérateurs potentiels de drones d’autres pays dans cette forme ‘d’art’ Hi-Tech : des soldats allemands sont les derniers clients à recevoir des instructions des maîtres, après quoi ils aideront leurs homologues britanniques et étasuniens à terroriser d’innocents Afghans.

La poursuite de l’horreur en Afghanistan est la main cachée du renseignement militaire occidental qui déplace les pièces sur l’échiquier selon ce qui est dicté par le pouls de la géopolitique :
Contre-insurrection étasunienne en action : Des hélicoptères de Blackwater transportent par air des ‘terroristes talibans’ en AfPak

Les découvertes du Daily Mail indiquent que les deux commandants militants les plus recherchés, […] rapportés au début comme ayant été blessés gravement pendant l’opération anti-militants de l’armée pakistanaise, […] ont été secrètement emmenés en Afghanistan par les membres de Blackwater (Xe-Services)

[...]

Les découvertes du Daily Mail indiquent en outre que c’est la même région où des troupes US ont quitté leur poste dans l’intention de permettre aux militants pakistanais en fuite de se regrouper.

 

Pakistan



Une année après son invasion secrète du Pakistan, Barack le Barbare a ordonné que les assassinats télécommandés soient accrus ce mois-ci, avec pour résultat un record de 123 innocents descendus au cours d’un minimum de 12 attaques de drones de la CIA. Ce nombre peut probablement être multiplié plusieurs fois alors que les statistiques publiées ne se soucient pas de tous ceux assassinés comme « insurgés ».  Un développement inquiétant pour les Pakistanais est le déploiement simultané de multiples drones : dans un incident rapporté, 17 missiles ont été tirés en quelques minutes par 8 drones. Le New York Times a rapporté « 10 militants tués au cous de ce tir au dindon. Nous ne vous croyons pas. À ce rythme, les États-Unis sont sur le chemin pour battre les 700 civils de l’an dernier mitraillés dans au moins 44 attaques de drones distinctes.

Les hommes de main locaux (du gouvernement du Pakistan) veulent participer à l’action, convaincre les États-Unis de leurs donner quelques drones et démontrer leur « bonne foi » en envoyant des avions de chasse aider les Saoudiens à assassiner les villageois yéménites. L’infrastructure sociale et physique du Pakistan continue à se détériorer à un taux alarmant avec des coupures de courant étendues se produisant au milieu d’un hiver glacé et une Justice de sa Cour Suprême réprimandant le renseignement pakistanais pour surveiller « un règne de terreur comme la Gestapo où quiconque peut entrer à l’improviste dans une maison pour capturer n’importe qui. »

Après avoir menti effrontément tout au long de 2009, le gouvernement US a admis que les célèbres armées voyous Blackwater et DynCorp opèrent au Pakistan. Plus de 600 personnes ont été explosées ou abattues au cours des trois derniers mois de 2009 ; le rythme s’est accéléré cette année avec horreur après horreur, terrorisant les villes du Pakistan.

 



Le Dr Aafia Siddiqui, citoyenne étasunienne et ses enfants ont été torturés dans le goulag Bagram de l’Amérique

L’insistance d’Obama pour que les Étasuniens « regardent vers l’avenir » à propos de poursuivre ou non  en justice pour torture les représentants officiels de l’administration Bush et sa prise de position sur la fermeture du goulag de Guantanamo ont été bien mises en évidence ce mois-ci par un porte-parole de la Maison Blanche qui a confirmé que l’escadron de la mort de Cheney est bien vivant et actif, sauf que maintenant les citoyens US sont également du gibier. Glen Greenwald explique que « les citoyens étasuniens sont maintenant placés sur une « liste noire » secrète de personnes dont le président a personnellement autorisé l’assassinat. »

Dans un exemple ahurissant de la manière dont les États-Unis sont devenus ponérisés, une scientifique du système nerveux étasunienne a été accusée de tentative de meurtre et condamnée à 20 ans d’emprisonnement par un jury à New York, fondée sur des preuves fournies par ses tortionnaires au centre de détention de Bagram en Afghanistan. Aafia Siddiqui aurait été arrêtée par les forces secrètes afghanes en 2008. Des documents contenant des formules d’explosifs et d’armes chimiques avec des notes faisant référence à des « attaques à grande quantité de victimes » à New York furent trouvés dans son sac à main. Elle a été aussi accusée de faire partie d’Al-Qaïda. Au cours d’un de ses interrogatoires (séances de torture), elle aurait supposément tiré avec un fusil sur des « agents US ». Il n’existe aucune preuve légale que le fusil qui aurait été utilisé n’ait jamais tiré. De surcroît, aucun des agents n’a été touché, bien qu’elle l’ait été. Le tribunal non autorisé l’a empêchée de parler et pour une bonne raison. Le Dr Siddiqui avait en fait été détenue et torturée au goulag de Bagram depuis 2003. Ses mots d’adieu à la salle d’audience quand le verdict a été prononcé : « C’est un verdict venant d’Israël, pas de l’Amérique. »

Irak


© Mohammed Jalil/EPA

En dehors de l’Alhamraa, un homme porte une fillette blessée

Barack peut avoir promis la fin de la « guerre en Irak », mais jusqu’à ce qu’il dénonce les cancers qui se répandent comme un incendie de forêt et le taux de mortalité infantile galopant, il est personnellement responsable du génocide continu du peuple irakien. Le gouvernement irakien, bien que déformé à la naissance, fait croître au moins un semblant de structure en intentant des procès aux Étasuniens et aux Britanniques pour leur utilisation barbare des bombes à l’uranium appauvri. Il a aussi initié la limitation des opérations de Blackwater, mais au vu des événements en Irak ce mois-ci, son travail a été amputé. Il y a eu des voitures piégées dans les villes de Najaf, Samarra et Kabala, tandis qu’une série d’explosions bien coordonnés ont tué plus de 120 personnes en une semaine à Bagdad. Attendez-vous à beaucoup plus de terreur sous faux drapeau de la part des « spécialistes de la contre-insurrection »  cherchant à opposer les Sunnites aux Chiites aux Kurdes dans la période précédent les élections de mars.  Obama s’attend certainement à des troubles : les États-Unis violent encore les termes de son Accord du statut de forces (SOFA) avec l’Irak en déployant 21 000 soldats pour « empêcher une possible tension entre Kurdes et Arabes » à Kirkuk et Mosul, où n’existe pas une telle tension entre Kurdes et Arabes.

Vous souvenez-vous de l’infâme photo du détenu encapuchonné forcé de se tenir comme le Christ sur une boîte avec des électrodes fixées à chaque main ? Dans son témoignage à la Commission des Crimes de Guerre en Malaisie en 2007, le professeur Ali Shalal a raconté sa première séance d’interrogatoire aux mains d’agents israéliens et étasuniens à Abu Grahib en 2003.

La première question qu’ils m’ont posée fut, « Êtes-vous sunnite ou chiite ? » J’ai répondu que c’était la première fois de ma vie qu’on me posait cette question. J’ai été surpris par cette question, car en Irak il n’y a pas cette distinction ou différence. L’interrogateur étasunien a répliqué que je devais répondre directement aux questions et ne pas répondre à côté des questions. Puis il a dit qu’en Irak il y a les Sunnites, les Chiites et les Kurdes.

Briser l’Irak en trois sous-unités en lutte a longtemps été un but du sionisme, il est donc intéressant de noter qu’à part de l’accuser d’être un membre de la résistance irakienne, les tortionnaires du professeur Shalal l’ont accusé formellement du « délit » d’être « antisioniste et antisémite. »


L’héritage de Blair

Il est bien connu que, bien avant le 11/9, les néoconservateurs aux États-Unis ont transplanté dans la politique étrangère étasunienne le but du sionisme de partager l’Irak. Au Royaume Uni, l’Enquête Chilcot sur la guerre d’Irak, à part des critiques légères sur Tony Blair au cours d’un « cuisinage » de 6 heures, a révélé que les États-Unis et le Royaume Uni ont conspiré avant le 11/9 pour instiguer un soulèvement contre le régime de Saddam en promettant une « aide » aux dissidents (vraisemblablement de type militaire), des contrats pétroliers, des annulations de dette et des marchés commerciaux une fois qu’il aurait été renversé du pouvoir. Tout cela au nom de l’Irak « rejoignant la communauté internationale », le même euphémisme utilisé aujourd’hui pour instiguer un soulèvement contre Ahmadinejad et isoler l’Iran de la communauté internationale. Bien entendu, une fois le 11/9 arrivé, ce coup d’état contre Saddam s’était évaporé. La mission était maintenant de décimer totalement la société irakienne, d’effacer sa mémoire collective, puis le laisser subsister comme un état vassal faible dont les ressources étaient mûres pour être pillées et qui ne présenterait plus une menace à l’hégémonie régionale d’Israël.

Le but de l’Enquête était d’enterrer le crime sous une avalanche de pinaillages juridiques. Juste au moment où  Blair devait faire face au cirque des médias, le gouvernement a monté le niveau de la terreur à « grave » et Lord Hutton, qui présidait cet autre récent lavage de cerveau britannique, a placé discrètement sous scellés tous les dossiers sur le dénonciateur David Kelly pour une période allant jusqu’à 70 ans après sa mort.


© Anonyme

« Je n’ai pas de regrets » furent les mots d’adieu de Blair à l’enquête Chilcot. Et pourquoi devrait-il en avoir ? Il ne sait pas ce que le regret signifie, il est un psychopathe après tout. Il n’était pas le seul technocrate avec une vision du monde pathologique pour honorer l’enquête : Simon McDonald, le conseiller en chef de la politique étrangère de Gordon Brown, a dit que les sociétés britanniques avaient « fait assez bien » dans une récente vente aux enchères de droits du pétrole irakiens et que la Grande-Bretagne avait un accès privilégié » au gouvernement du Premier ministre al-Maliki. Et pas étonnant !  Vous avez détruit la souveraineté de ce pays, puis installé un gouvernement fantoche qui est aux ordres. Le culot du gouvernement britannique passé et présent d’utiliser cette enquête publique dans la légalité de l’invasion pour se réjouir des richesses pillées au peuple irakien pendant que des millions de personnes étaient assassinées, des millions de personnes étaient chassées de leur maison, des générations entières traumatisées par l’horreur de voir les avions britanniques réduire en pièces leurs êtres chers, les soldats britanniques violer leurs femmes, les soldats britanniques battre leurs enfants, les soldats britanniques torturer leurs grand-mères ad nauseam. Tout cela prendra une éternité à guérir.

Le régime britannique doit aux Irakiens une dette qu’il ne pourra jamais rembourser. Il opère depuis longtemps au-delà des limites de l’humanité normale, saturé de psychopathes sans conscience envers le bien-être de ses propres sujets ou de ses sujets conquis. Des trois centres de pouvoir principaux comprenant l’Axe du Mal, le Royaume Uni est le plus ancien et le plus largement responsable d’avoir créé les deux autres. Le pays le plus surveillé au monde étend la zone de guerre domestique depuis son laboratoire irlandais jusqu’au « pays », avec des drones tournant en l’air et des soldats patrouillant bientôt dans les rues d’une manière régulière.


Complot de la grippe

De la même manière que l’invasion et le génocide massif des Irakiens étaient fondés sur des mensonges, le programme de vaccination massive contre la grippe porcine était fondé sur des mensonges. Il est devenu évident que les vaccins imposés aux populations étaient plus dangereux que la grippe elle-même. Aux États-Unis, où 61 millions de personnes ont été vaccinées, le nombre total de morts dus à la grippe porcine en 2009 fut bien moindre que le nombre de morts dus à la grippe saisonnière. Environ 20 % des 11 000 morts, selon les statistiques émanant du Center for Disease Control, sont décédés après avoir été vaccinés. La traînée de destruction grandit chaque jour : il y a des histoires horribles de femmes enceintes qui font des fausses couches suite à la vaccination, une fille en Angleterre est devenue aveugle en prenant du Tamiflu et un cas d’encéphalomyélite à forte propagation résultant en des lésions cérébrales chez un garçon chinois.

Le Dr Wolfgang Wodarg, président du Comité de la Santé au Conseil européen, qualifie la pandémie de grippe porcine « d’un des plus grands scandales médicaux du siècle » et estime que les pays européens ont dépensé 2 milliards de dollars rien qu’en préparatifs d’urgence (c’est-à-dire en excluant les milliards dépensés pour les vaccins), gaspillant leurs maigres budgets de santé pour combattre une urgence sanitaire publique qui n’existe tout simplement pas :

« Les gouvernements ont conclu des contrats avec les fabricants de vaccins où ils garantissent des commandes à  l’avance et assument presque toute la responsabilité. De cette manière, les fabricants de vaccins sont assurés  de faire des gains énormes sans risques financiers. Ils attendent donc juste que l’OMS dise « pandémie » et active les contrats. »

 


© Spyraal / artchemicalmatter.com

« Monde sans nucléaire »

Des enquêtes du Conseil de l’Europe et du Parlement européen ont reconnu qu’il y avait un complot entre Big Pharma et l’OMS, alors que certains des responsables de la promotion de l’hystérie font maintenant machine arrière, admettant que la grippe porcine a été « survendue. » En la qualifiant de fausse pandémie, le Dr Wodarg a expliqué que les principales sociétés pharmaceutiques ont placé leurs gens aux postes clés de l’OMS et autres organisations influentes. Wodarg a aussi exposé comment « Le vaccin développé par Novartis était fabriqué dans un bio réacteur à partir de cellules cancéreuses, une technique qui n’avait jamais été utilisée auparavant. » Quoique prudente à critiquer l’escroquerie dans le contexte de « mauvaise gestion absolue », cette révélation publique d’une « opération massive de désinformation » et de « panique organisée » semble avoir neutralisé la pression vers des vaccinations obligatoires. Les gouvernements abandonnent leurs commandes de vaccins. Pour l’instant. Mais que faire des millions de vaccins inutilisés ? Vendez-les aux pays pauvres, bien sûr !

Simon Jenkins a écrit dans The Guardian que « la grippe porcine était aussi insaisissable que les ADM (NdT : armes de destruction massive) ; la menace réelle est le syndrome du savant fou. » Il a probablement davantage raison qu’il ne le pense :

C’est pourquoi les gens sont encore plus sceptiques des scientifiques. Pourquoi devraient-ils croire ce que disent les « experts » quand ils peuvent se tromper autant et avec autant d’impunité ? Les armes de destruction massive, les virus mortels, les radiations nucléaires, le réchauffement planétaire… pourquoi devrions-nous en croire un seul mot ? Et il n’y a qu’un pas entre ne pas croire et ne pas s’en soucier.

L’incidence complète de cette escroquerie n’a pas encore été révélée. Le système immunitaire de nombreuses personnes est maintenant plus compromis qu’il ne l’était auparavant. La propagande implacable pour imposer de force les vaccins dangereux n’a pas diminué. La campagne du H1N1 peut avoir avorté, mais le complexe médico-pharmaceutique a d’autres armes dans son arsenal, dont la plus importante est la capacité à contrôler ce qui est publié dans les journaux scientifiques. Les gens ne peuvent être autorisés à savoir que les pandémies réelles comme l’autisme sont grandement dues au thiomersal dans les vaccins. Combiné à l’effet cumulatif de la surcharge toxique de notre nourriture et notre environnement, le prochain virus pourrait être le dernier coup de pouce qui aboutirait à des pertes massives en vies humaines. À ce moment-là, les gens pourraient être trop confiants pour s’en soucier. Entre-temps, l’escroquerie porcine a laissé derrière elle des programmes de vaccination massive qui seront activés à l’initiative de la Pathocratie.


Climategate, le retour

Les mensonges sont comme des barrages qui retiennent les eaux de la vérité. Si un barrage a une fissure ou un petit trou, la pression des eaux les élargira bientôt, rendant cela encore plus difficile de réparer le dommage. Avec le temps, le barrage peut très bien s’effondrer.


© Alamy

Erreur à donner froid dans le dos : Le Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC) a affirmé à tort que les glaciers de l’Himalaya fondraient d’ici 2035.

C’est ce qui arrive au conte de fées du Réchauffement Global. Les courriels divulgués qui nous ont donné le Climategate ont été suivis de vérités encore plus embarrassantes. Il est apparu que les pontes de la science derrière le rapport de 2007 du GIEC, qui prétendaient de façon alarmante que les glaciers de l’Himalaya pourraient disparaître d’ici 2035, ont admis que la revendication avait été prise dans un document du World Wildlife Fund (WWF), qui lui-même était basé sur un article du magazine New Scientist, publié huit ans avant le rapport de 2007 du GIEC. L’article de 1999 du New Scientist était basé sur une courte interview téléphonique de Syed Hasnain, un scientifique indien peu connu travaillant alors à l’université Jawaharlal Nehru à Delhi. Et devinez quoi ? Hasnain a admis depuis que sa revendication sur les glaciers de l’Himalaya était de la « spéculation » ; elle n’était pas appuyée sur une quelconque recherche formelle et d’ailleurs il ne se référait qu’à une partie des glaciers. Les gars, désolé pour la confusion !

Ce rapport de 2007 du GIEC est le document maintenant honteux à propos duquel les scientifiques du Climategate du CRU en Angleterre et aux États-Unis, afin de devancer les demandes sur la liberté d’information qui auraient exposé leur manipulation des faits autour de la théorie, se sont envoyés des courriels discutant de la destruction de leurs communications enregistrées concernant les données épineuses transmises au GIEC. Aujourd’hui, le Dr « spéculation » Hasnain mène l’équipe de recherche des glaciers d’un groupe de réflexion environnemental indien dirigé par le Dr Rajendra Pachauri, chef du GIEC. (Tel est le chemin que vous emprunterez dans le groupe lucratif de la Science du Climat  si vous laissez votre imagination compenser votre incompétence.)

Pourquoi jetteraient-ils donc par la fenêtre toute rigueur scientifique ? F. William Engdahl observe que cette peur des glaciers était un argument de vente majeur pour l’ordre du jour du GIEC, étant donné que la fonte de l’Himalaya implique des inondations massives en Inde, en Chine, en fait toute la région entourant le plateau tibétain. Et ils ont exploité cet argument de vente ! Vous voyez, la société dans laquelle le Dr Pachauri est directeur général et le Dr Hasnain membre supérieur du personnel, l’Energy and Resources Institute (TERI) basé à Delhi, a reçu une part substantielle d’une contribution de 500 000 dollars de la part d’une des œuvres de bienfaisance étasuniennes, la Carnegie Corporation, et avec une part dans une étude de 3 millions d’euros financée par l’U.E., accordée largement grâce à la spéculation glaciaire à effet « boule de neige » du Dr Hasnain. Cela semble être un des principaux moyens par lesquels les grands gouvernements et les grandes sociétés soudoient les scientifiques. Sous couvert de bienfaisance, d’organisations non gouvernementales (ONG), de cercles de réflexion et de groupes de recherche, ils offrent de grandes subventions pour le type de recherche ‘juste’. Cela sélectionne naturellement les scientifiques et chercheurs ‘justes’ qui sont volontaires pour prostituer la science au nom du « réchauffement global anthropique. »
Il est évident qu’un ordre du jour d’intérêts personnels et non de science a dû se trouver derrière le rapport de 2007 du GIEC quand nous considérons les erreurs mathématiques et factuelles qu’il contient. Comment les glaciers de l’Himalaya peuvent-ils rétrécir de 500 000 à 100 000 kilomètres carrés quand il n’y a que 33 000 kilomètres carrés de glaciers himalayens ?! Il déclare spécifiquement que le glacier Pindari a rétréci de 2840 mètres en 120 ans à une vitesse de 135,2 mètres par an, quand la vitesse réelle n’est que de 23,5 mètres par an.

 


© Chip Bok gocomics

De surcroît, le Dr Murari Lal, le coordonnateur en chef du chapitre du rapport sur l’Asie, a admis que la revendication sur le glacier n’avait été incluse dans le rapport que pour augmenter la pression sur les dirigeants mondiaux. Selon ses propos,

« C’était relié à plusieurs pays de cette région et à leurs sources. Nous pensions que si nous pouvions le souligner, cela impacterait les décideurs politiques et les politiciens et les encouragerait à entreprendre une action concrète.

« Cela avait de l’importance pour la région, donc nous pensions que nous devions le mettre. »

Sauf que ce n’était pas vrai, Dr Lal. Oh, nous allions oublier – vous ne vous souciez pas de cela. Le rapport du GIEC continue en déclarant incorrectement que 55 % des Pays-Bas se trouvent sous le niveau de la mer, alors que seulement 26 % des Pays-Bas se trouvent en réalité en dessous du niveau de la mer. Et puis il y a « l’Amazongate » !

Le GIEC a fait une revendication importante dans son rapport de 2007, citant encore le WWF comme son autorité : le changement de climat pourrait mettre en danger « jusqu’à 40 % » de la forêt amazonienne – aussi iconique pour les partisans du réchauffement que ces glaciers himalayens et les ours polaires. Il s’avère que ce rapport du WWF était cosigné par Andy Rowell, un militant de campagne anti tabac et pour la sécurité de l’alimentation qui a travaillé pour le WWF et Greenpeace et a contribué aux journaux britanniques écologiques les plus engagés. Rowell et son coauteur prétendaient que leurs résultats étaient fondés sur un article de Nature. Mais, il apparaît que le point central de cet article n’était pas du tout le réchauffement global mais les effets du déboisement.

Si le Climategate et le Glaciergate sont les attaques nº 1 et n° 2 contre la science du climat, voici l’attaque n° 3 :

Le programmeur informatique E. Michael Smith et le météorologue Joseph d’Aleo ont enquêté sur les manipulations des données au Goddard Science and Space Institute à l’université Columbia à New York et le NOAA National Climate Data Center à Ashville en Caroline du Nord. Ils ont trouvé que globalement les stations situées au sol pour collecter les données utilisées pour l’analyse des températures ont été systématiquement sélectionnées tout en ignorant les stations rurales et à haute altitude et en se basant seulement sur les stations situées dans les régions urbaines et côtières ; excluant de cette manière 75 % des données des stations utilisées avant les années 1990. Puisque les villes et les régions côtières sont naturellement plus chaudes, les chiffres résultants donnent l’impression que la planète s’est réchauffée au cours des dernières décennies par rapport aux décennies antérieures. Voici l’interview avec Smith et D’Aleo, à regarder absolument, où ils expliquent leurs découvertes.

http://www.youtube.com/watch?v=AsQfr7wRZsw

(Voir ici l’interview intégrale non retouchée. Pour un fichier pdf d’une introduction préliminaire de leur rapport, voir ici.)

Remarquez que l’East Anglia Institute qui était au centre du Climategate est alimenté en données par deux agences étasuniennes, la NASA et la NOAA, donc la recherche de Smith et D’Aleo placerait le « centre » de la fraude du réchauffement global chez ces deux agences gouvernementales étasuniennes. Sans être découragée, la NASA continue à nous assurer que la dernière décennie a été la plus chaude !

D’ailleurs John Coleman hôte de l’émission ci-dessus et fondateur du Weather Channel, participe au combat pour la vérité et intente un procès à Al Gore et sa bande pour avoir perpétré « la plus grande escroquerie de l’Histoire, »  la fraude du réchauffement global. Chapeau bas à John.

Maintenant voyons les faits…

Le Pôle Nord menace de se déplacer vers le Sud

Le coup de froid qui a commencé en décembre est devenu un froid record en janvier :


© PA

Des oiseaux se posent sur le quai gelé devant le quartier financier Canary Wharf à Londres – alors que les températures ont chuté au-dessous de celles de l’Antarctique.


© Xinhua

Le 4 janvier, la police armée et des cheminots déblaient la neige de la voie pour libérer un train bloqué près de Jining en Mongolie intérieure. Plus de 1400 passagers ont été évacués.

  • La neige frappe le Sud de l’Espagne pendant qu’un grand gel balaie l’Europe
  • Corée : L’hiver froid actuel précède-t-il une ‘Mini Ère glaciaire ? ‘
  • C’est l’été en Australie… et il neige !
  • La Pologne s’enfonce encore plus dans le grand froid
  • Une tempête de neige ferme les routes dans les prairies canadiennes
  • États-Unis : les précipitations de neige atteignent des records
  • Le coup de froid qui frappe l’Europe s’accompagne de températures en dessous de –34°C
  • Un snowmaggedon bloque Washington : on prédit la chute de neige la plus forte de l’histoire des États-Unis.
  • La capitale des États-Unis s’arrête à cause d’un blizzard violent

Nos compagnons terriens dans le monde des animaux ont également été affectés (les pauvres créatures n’ont jamais eu l’occasion d’aller voir le film d’Al Gore) :


© AFP

Un groupe de phoques essaie de se libérer le 11 janvier 2010 après avoir été emprisonné par la glace dans un étang d’une réserve naturelle à Yantai dans la province de Shandong au Nord-Est de la Chine.

Ce que nous trouvons le plus amusant – mais aussi dérangeant – est comment les partisans du réchauffement cherchent refuge dans le déni, le terme même avec lequel ils étiquettent les incroyants ! Ils attribuent maintenant les températures décroissantes à une « variabilité naturelle » et prétendent qu’une soudaine chute inexpliquée dans la quantité de vapeur d’eau présente dans la haute atmosphère il y a presque dix ans a ralenti substantiellement la vitesse du réchauffement. Leur dernière déclaration accuse l’influence de La Nina pour avoir dérangé les tendances de leur modèle informatique indiquant comment devrait être le climat.


© Anonyme

Il n’y a pas d’Âge glaciaire ici… Rien à voir… Parfaites conditions pour le surf.

Analysez ces commentaires bizarres de Doug Smith, un expert du climat à l’office météorologique britannique :

L’année la plus chaude enregistrée fut 1998 et certaines personnes ont prétendu que si le réchauffement global avait vraiment lieu, nous devrions avoir des années encore plus chaudes depuis lors. Ce n’est pas le cas, je l’admets. Et oui, le temps est absolument terrible à présent. Cependant, je suis sûr que les choses changeront – et nous n’aurons pas à attendre longtemps d’ailleurs…. Nos modèles informatiques indiquent que cette année n’est très probablement pas la plus chaude enregistrée. Même si ce n’est pas le cas, je suis tout à fait sûr qu’un nouveau record se produira dans les prochaines années.

C’est comme si M. Smith veut tellement le réchauffement global qu’il n’a pas d’autre choix que de fuir dans l’illusion. Maintenant, observez comment John Hirst, le météorologue en chef du Royaume-Uni, soutient que ses prédictions de temps plus chaud et d’hivers plus doux sont essentiellement correctes malgré les preuves ‘glaçantes’.

http://www.youtube.com/watch?v=X8BCnX8LIIY

Le journal britannique The Guardian est depuis longtemps un office de propagande pour les réunions folles sur le réchauffement global anthropique. Ses reportages illusoires continuent à être de plus en plus débiles à chaque nouvelle révélation scandaleuse. Il a publié un article nous avertissant d’être prêts pour une élévation du niveau de la mer de sept pieds (2 ,1 m) par suite de la fonte de la banquise, en ignorant complètement le fait que le niveau de la mer ne monte pas ; pas du tout, en réalité il descend !

Tout n’est pas perdu pour le monde de la science bien que le professeur Mojib Latif, membre du GIEC, ait prédit la nouvelle tendance du refroidissement dans un article publié en 2008. De manière similaire, le US National Snow and Ice Data Center admet que la banquise arctique estivale a augmenté de 1,059 millions de km2, soit 26 % ; depuis 2007. « Et en ce qui concerne les ours polaires ?! » s’exclament-ils. Non, leur nombre augmente au point qu’ils deviennent un problème pour les habitants du Canada.


L’exopolitique devient grand public

À mesure que la fréquence des observations d’OVNI et facteur de haute étrangeté associé augmente régulièrement chaque mois [regardez ici Our Haunted Planet (notre planète hantée) pour une liste des observations, photos et vidéos], nous avons remarqué un pic significatif dans les articles de la grande presse sur les visiteurs « extraterrestres » et d’une source en particulier : le Daily Telegraph britannique. Couvrant la conférence de la British Royal Society sur « La détection de la vie extraterrestre », les articles du Telegraph se sont abstenus de manière surprenante des caricatures petits-hommes-verts-de-Mars stéréotypées habituellement déployées pour ridiculiser les millions de témoins d’OVNI, et à la place ont soulevé assez intelligemment certaines des questions en citant la recherche des astronomes et des physiciens.

La recherche des extraterrestres devrait commencer sur Terre, pas dans l’espace, selon un scientifique

Les extraterrestres pourraient ne pas être amicaux, avertit un astronome

M. Marek Kukula, astronome public au Royal Observatory à Greenwich a déclaré : « Une partie de moi est avec les enthousiastes et j’aimerais qu’on essaye d’établir un contact préliminaire avec une civilisation plus sage et plus pacifique. »

Mais il a averti : « Nous pourrions aimer supposer que s’il existe une vie intelligente, elle est sage et bienveillante, mais bien entendu nous n’en avons pas la preuve. »

« Étant donné que les conséquences d’un contact peuvent ne pas être ce que nous espérions, alors nous avons besoin que les gouvernements et les Nations Unies soient impliqués dans toutes les discussions. »

L’article suivant a été publié en novembre. Nous ne pouvons nous empêcher de remarquer que la même image d’un Gris aux yeux d’insecte en face de ce qui semble être un écran de télé parasité a été utilisée dans l’article ci-dessus avertissant que nos voisins cosmiques pourraient ne pas venir pacifiquement.


© Getty

« Les extraterrestres sont actuellement tout autour de nous et nous observent en permanence, »
a déclaré M. Filipoy aux médias bulgares.

Les extraterrestres ‘existent déjà sur Terre’, prétendent des scientifiques bulgares

Des extraterrestres d’outre espace sont déjà parmi nous sur Terre, disent des scientifiques du gouvernement bulgare qui prétendent déjà être en contact avec une vie extraterrestre.

Un travail sur le déchiffrage d’un ensemble complexe de symboles qui leur a été envoyé est en cours, ont déclaré des scientifiques du Space Research Institute.

Ils affirment que les extraterrestres répondent actuellement à 30 questions qu’on leur a posées.

Lachezar Filipoy, directeur adjoint du Space Research Institute de l’académie des sciences bulgare, a confirmé la recherche.

Il a affirmé que les chercheurs du centre analysaient 150 crop circles dans le monde qui répondent aux questions, selon eux.

« Les extraterrestres sont actuellement parmi nous et nous observent en permanence, » a déclaré M. Filipoy aux médias bulgares.

Hummm, le Telegraph a-t-il été choisi pour la prochaine phase de divulgation contrôlée ? Un deuxième article du Telegraph a été publié le même jour :

Il est probable que les extraterrestres nous ressemblent et se comportent comme nous

Les extraterrestres pourraient non seulement nous ressembler, mais posséder nos points faibles comme l’avidité, la violence et une tendance à exploiter les ressources des autres, prétend le professeur Conway Morris.

Ils pourraient venir en paix, mais aussi rechercher un endroit pour vivre et se servir en eau, minéraux et carburant, doit-il déclarer à une conférence à la Royal Society à Londres.

 



Un vaisseau extraterrestre plane au-dessus de Manhattan dans une scène de la superproduction « Independance Day » de 1996. [Sott.net : La photo et la légende accompagnaient l’article original]

Le Telegraph n’était pas seul à couvrir la conférence. Un article de Reuters a demandé, « Sommes-nous seuls ? Nous pourrions le découvrir bientôt » avec une image d’accompagnement du film Independance Day.

« En effet, nous vivons à une époque très excitante, » a dit Martin Rees, astronome et président de la Royal Society.

Et à en juger par les 250 esprits scientifiques éminents réunis à Londres pour assister à la conférence de la Royal Society sur « La détection de la vie extraterrestre, » il n’est pas le seul enthousiaste.

La réunion qui se termine jeudi est la première dans les 350 ans d’histoire de la Royal Society à discuter des formes de vie extraterrestres.


Climat de l’espace

En ordre chronologique, voici certains des contacts les plus frappants que le cosmos a fait avec notre planète bleue au cours du mois précédent :

Il y a un type dans un bar regardant sa boisson quand…


© Mark Reis, The Gazette

Le chasseur de météorites Robert Ward tient un panneau du plafond au Red Rock Lounge,
montrant les dommages qu’il croit causés par une météorite.

Éclats de météorite au dessus de Montréal

Un météore illumine Muldoon en Alaska

Un météore bleu brillant ‘crépite’ en illuminant tout le ciel au-dessus du comté d’Orange en Californie.

Un météore au dessus du Montana ‘illumine le ciel avec une lumière bleue’

Un météore bleu brillant passe au-dessus du Maryland


©Anthony Nugnes, Silver Spring, Md.

Queue de dragon : une traînée de fumée laissée par le météore du Maryland

Une boule de feu multicolore passe au-dessus de la Pennsylvanie et du Delaware

Une météorite s’écrase dans le bureau d’un docteur en Virginie


© Linda Welzenbach/Smithsonian National Museum of Natural History

La météorite qui s’est écrasée dans le bureau d’un docteur en Virginie le 18 janvier 2010

Méduse cosmique détectée dans les aurores boréales ! Ou bien est-ce seulement la réflexion d’un satellite ?


© Per-Arne Mikalsen

M. Mikalsen a dit qu’il était impatient de découvrir ce qui a provoqué le phénomène en haut à droite de cette image.

Comme quelque chose provenant d’Armageddon : une boule de feu passe en brillant au-dessus de l’Irlande


Déchirement du voile

Le pouvoir ponérisé prospère dans l’obscurité. Par sa nature même, il a besoin des mensonges, des secrets et des demi-vérités pour atteindre ses buts. La plupart des gens avec une conscience supposent que tous les autres en ont une. Ironiquement, cela les empêche d’atteindre la conclusion logique : le bien-être de l’humanité n’est pas le souci de ceux qui règnent par l’égoïsme et qui sont préparés à détruire tous les autres pour accomplir leurs objectifs. Par leurs fruits, vous les reconnaîtrez.

L’invasion d’Haïti illustre cela sur une plus grande échelle. Aussi difficile que cela puisse être d’admettre que le gouvernement des États-Unis profitera du malheur des Haïtiens – peu importe qu’il ait provoqué un séisme pour apporter ce malheur – c’est ce que nous disent ses actions ‘sur le terrain’.

Parce qu’attribuer une conscience à des actions inhumaines inconscientes est absurde et parce que ces actions aboutissent à une tragédie et de grandes souffrances, la plupart des gens se trouvent dans l’apathie avec un sentiment d’impuissance. S’ils combattent pour quelque chose, ils dirigent invariablement leurs énergies vers des causes stériles créées par les personnes mêmes qui nous mentent. Considérez la fraude du réchauffement global. Les personnes de bonne volonté l’ont acheté vraiment, et ce n’est que maintenant que la Nature a présenté un appel au réveil qu’elles ont une chance de voir au travers des mensonges.

Il y a de l’espoir. Chaque trou minuscule dans le voile laisse passer un rayon de lumière qui change la qualité de tout ce que nous pouvons voir. C’est un processus d’apprentissage exponentiel ; plus il y a des fuites, plus notre vision s’améliore ainsi que nos chances de percer le voile encore et encore jusqu’à ce que tout l’édifice des mensonges devienne si affaibli qu’il fera face à un effondrement imminent.

La voie est libre ; agissons.

Traduction française: Équipe Signes des Temps

13/08/2009

Hillary Clinton confirme que les USA ont manipulé la « révolution verte » en Iran




 

Les articles de James Petras et Thierry Meyssan, publiés par le Réseau Voltaire, dénonçant la « révolution verte » en Iran comme une manipulation des États-Unis pour déstabiliser ce pays ont fait le tour du monde et soulevé bien des polémiques. De nombreux médias se sont indignés de leurs analyses qui, par « anti-américanisme primaire », ne sauraient pas apprécier le grandiose soulèvement des Iraniens luttant pour leur liberté. Aux États-Unis, le département d’État a nié avoir connaissance de quelque ingérence que ce soit (photo : à Téhéran, les manifestants brandissent des pancartes… en anglais). Sur cette base, l’opposition républicaine a vivement critiqué la passivité de l’administration Obama.

Or, dans un entretien accordé à Farred Zacharia, le 9 août 2009 sur CNN, la secrétaire d’État US, Hillary Clinton, a confirmé ce que ses services niaient jusque là : les États-Unis ont joué un rôle très important dans la pseudo « révolution verte » en Iran et ont fabriqué de faux messages d’Iraniens sur Twitter.

En voici le script :

Fareed Zakaria : À propos de l’Iran, comme vous le savez, beaucoup de gens disent que le président et vous-même avez été trop lents à condamner ce qui paraît avoir été des élections frauduleuses ; trop lent à offrir un soutien aux gens d’en-bas parce que vous vouliez préserver l’option de négociations avec l’Iran. Pouvez-vous réellement négocier avec l’Iran dans cette situation ?
Je comprends, qu’en général, on négocie avec toutes sortes de régimes. mais en pratique, maintenant, avec Ahmadinejad intronisé dans une atmosphère très conflictuelle, n’allez vous pas le légitimer en négociant avec lui ?

Hillary Clinton : laissez-moi répondre à la première partie de votre question sur notre réaction. Il y avait un autre aspect très important. Nous ne voulions pas nous ne voulions pas nous trouver entre les protestations et manifestations légitimes du peuple iranien et le pouvoir. Et nous savions que si nous intervenions trop tôt, trop fort, l’attention aurait pu basculer et le pouvoir aurait essayé de nous utiliser pour unifier le pays contre les protestataires. C’était une décision difficile à prendre, mais je pense que, rétrospectivement, nous nous en sommes bien sortis. Ceci dit, en coulisses, nous avons beaucoup fait. Comme vous le savez, la jeunesse…, un de nos jeunes du département d’Etat a été twitté « Continuez », malgré le fait qu’ils avaient planifié un arrêt technique. Ainsi nous avons fait beaucoup pour renforcer les protestataires sans nous afficher. Et nous continuons à parler avec et à soutenir l’opposition.

 

Article original : Réseau Voltaire

26/06/2009

La différence entre les élections iranienne et mexicaine

par Jean-Christophe Mourrat
Mondialisation.ca, Le 25 juin 2009

Gouvernements et médias ne désarment pas : M. Ahmadinejad a volé les élections. Pourtant, il semble vraissemblable qu'il ait effectivement obtenu une majorité de voix. Comment expliquer alors le concert d'outrages ? Un coup d'oeil à l'élection présidentielle mexicaine de 2006, elle aussi contestée, nous permet d'y voir plus clair. Un candidat bien élu, c'est un candidat aux ordres, et M. Ahmadinejad ne l'est pas.

Qui a vraiment gagné les élections iraniennes ?

L'évidence même

Tout le monde le sait : M. Ahmadinejad a volé les élections.

Le Monde y consacre son éditorial du 16 juin. «Tout indique que la réelection du fondamentaliste Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de la république, vendredi 12 juin, a relevé du coup de force.» Oui, «tout», on vous dit. «Trop d'indices font régner plus que de la suspicion sur ses 63% de suffrages favorables soudainement proclamés dans la journée de samedi.» Le lecteur devra aller chercher ailleurs les indices, trop évidents pour que l'éditorialiste se donne la peine de préciser.

La «communauté internationale» n'est pas en reste. L'Union Européenne, les gouvernements britannique, allemand, tchèque, néerlandais, polonais, norvégien, australien, canadien, étasunien, japonais, néo-zélandais, israélien, mettent tous en doute le résultat des élections iraniennes []. En France, M. Sarkozy dénonce «l'ampleur de la fraude» et estime qu'elle est «proportionnelle à l'ampleur de la réaction» []. «Quand on voit des résultats à ce point incohérents, l'Europe qui se tairait ne correspondrait pas aux valeurs qui sont celles de l'Europe [...] Je suis toujours partisan du dialogue avec l'Iran mais quand nous avons à condamner nous condamnons» []. Il se dit «très heureux de voir l'Europe unanime déclarer des choses fortes et sans ambiguïté sur la situation iranienne» []. M. Kouchner, qui fin 2007 nous appelait à nous préparer à l'éventualité d'une guerre avec l'Iran [], se dit «convaincu» de la fraude, et «soutient les réformateurs» [].

Les fuites des experts

Libération pose quand même la question [] : «Y a-t-il vraiment eu une fraude et de quelle ampleur?» La réponse ne tarde pas :

««Cette fraude est la conséquence d’un plan très sophistiqué, machiavélique, préparé de longue date, avec une feuille de route», souligne le chercheur Michel Makinsky. Selon des fuites obtenues auprès d’experts dans ce même ministère, les vrais scores des candidats sont radicalement différents de ceux annoncés officiellement : le réformateur Mir Hussein Moussavi serait ainsi arrivé en tête avec 19 millions de voix (sur 42 millions de votants), devant le second candidat réformateur, Mehdi Karoubi, qui a recueilli 13 millions de suffrages, Ahmadinejad n’arrivant qu’en troisième position avec 5,7 millions. Dès lors, un second tour aurait dû avoir lieu sans la présence du candidat ultraradical.»

Commençons par remercier Libération qui, pour une fois, veut bien prendre la peine de nous indiquer un de ces fameux «indices» en trop grand nombre selon l'éditorialiste du Monde. L'argument central de Libération est, outre l'avis non argumenté d'un chercheur, une «fuite obtenue auprès d'experts». C'est maigre. Un détail particulier attire l'attention, c'est le score important attribué à M. Karoubi, les résultats officiels le donnant 4ème avec 0,85% des voix. L'explication, simple, est donnée dans un article du Guardian [] : c'est Ebrahim Amini, un conseiller de M. Karoubi, l'«expert» qui a donné ces chiffres aux journalistes ! Remarquez au passage comme le journaliste de Libération nous laisse imaginer qu'il est très introduit mais qu'il ne peut pas révéler ses sources, là où les journalistes du Guardian expliquent platement qui est à l'origine de ces chiffres fantaisistes.

Intermède comique

Une journaliste du Monde nous livre également des chiffres, eux aussi non sourcés, mais ce n'est pas étonnant : «Des sondages, pour ce qu'ils valent, montrent qu'en-dessous de 50 % de participation, 70 % des votes seraient en faveur de M. Ahmadinejad, mais qu'il n'aurait que 30 % seulement de suffrages au-delà de 50 % de participation.» []

Le vote des Iraniens

Mais alors, comment ont voté les Iraniens ? Deux ONG étasuniennes, Terror Free Tomorrow et la New America Foundation (que l'on peut difficilement suspecter de complicité avec le régime iranien), ont mené une enquête d'opinion par téléphone quelques semaines avant le scrutin []. La méthode de l'enquête téléphonique n'est pas sans défaut (un des problèmes étant que les personnes dépourvues de téléphone en sont exclues), mais elle a le mérite d'exister. Les résultats donnent à M. Ahmadinejad plus du double d'intentions de vote par rapport à son principal opposant M. Moussavi. Rappelons également qu'en 2005, M. Ahmadinejad avait remporté les élections avec 61,7% des voix, comparable aux 62,6% actuels. A l'époque, il affrontait le président sortant Ali Akbar Hashemi Rafsanjani, ce qui ne facilite pas l'organisation d'une fraude massive. La New America Foundation écrit : «Ahmadinejad a gagné, il faut vous en remettre» [].

Le Monde et les élections mexicaines de 2006

Pour comprendre le comportement des médias et des gouvernements devant une élection contestée, intéressons-nous maintenant au traitement de l'élection présidentielle mexicaine de 2006 par le journal Le Monde.

Rappel des faits

Au Mexique, l'élection présidentielle est un suffrage à un tour. En 2006, les deux candidats principaux étaient Felipe Calderón Hinojosa et Andrés Manuel López Obrador. Le résultat final donne M. Calderón vainqueur avec 35,89% des voix, contre 35,31% pour M. López Obrador. Des irrégularités importantes ont été rapportées [], et les partisans de M. López Obrador ont massivement contesté les résultats de l'élection, dès le 8 juillet []. Pour ne citer que les événements les plus marquants de la mobilisation, plus d'un million de personnes étaient dans les rues de Mexico le 16 juillet [], et plus de deux millions le 30, jour où un campement permanent a été installé au centre de Mexico [].

Petits calculs

La réaction des chefs de gouvernement étrangers fut simplement inexistante [].

Voyons comment les événements mexicains ont été rapportés par Le Monde. Sur la période du 1er au 31 juillet, 16 articles (et aucun éditorial) concernant les élections mexicaines ont été publiés (le vote ayant eu lieu le 2 juillet). A titre de comparaison, entre le 11 et le 20 juin 2009, soit une période trois fois plus courte, 37 articles (dont deux éditoriaux) ont été publiés sur les élections iraniennes (le vote ayant eu lieu le 12 juin) []. Mais la différence fondamentale n'est pas là, mais dans la façon dont les événements sont rapportés.

La faute à 1988

Dans l'article annonçant que M. López Obrador conteste le résultat du vote [], on nous présente le marché de la Merced, qui «regorde de richesses insolites», et où en ce moment, «on y parle aussi politique.» «Le peuple de la Merced» soupçonne en effet «un complot de «ceux d'en haut»». Ces pauvres gens réagissent sans raison apparente, mais il ne faut pas les blâmer, ils ont subi un «épisode traumatique» en 1988 (année où une «panne du système informatique» a vraissemblablement permis à Carlos Salinas de Gortari de battre Cuauhtémoc Cárdenas, candidat du même parti que M. López Obrador). Car il n'y a pas de doutes, si M. López Obrador parle de fraude, c'est «sans en apporter de preuve» [], apprend-on dans Le Monde du 13 juillet. Ou alors, peut-on lire dans un autre article du même numéro, c'est que «les «preuves irréfutables» divulguées à la presse par «Amlo» ne sont guère convaincantes.» []

Zizou au Mexique

L'une des rares analyses que le lecteur du Monde pourra lire en ce mois de juillet a pour titre «Pyrrhus et Zizou au Mexique» [].

«La patrie de Pancho Villa a aussi sa version tropicale de «Zizou». Comme le héros des Bleus, le champion de la gauche mexicaine, Andrés Manuel López Obrador (dit «Amlo»), est un joueur talentueux et vénéré des foules. Aujourd'hui, il ressemble à un footballeur outragé qui, juste après la fin du match, accuserait son adversaire de l'avoir insulté, l'arbitre d'être acheté, le ballon d'être truqué et certains de ses coéquipiers de le trahir, tout cela sous les clameurs indignées de la moitié du stade.»

A ceux qui se demanderaient quand même pourquoi des gens manifestent : «La réponse est sans doute plus complexe que la «fraude généralisée» dont [M. López Obrador] accuse le gouvernement.» On cherchera les appels à des «réponses complexes» quand il s'agit de l'Iran.

Quand Zizou devient la bête immonde

Le 15 août paraît un article au titre prometteur : «La démocratie mexicaine prise en otage». «En contestant les résultats de la présidentielle, le candidat de gauche Andres Lopez Obrador tente de jouer la rue contre les institutions.» Il s'agit selon l'auteur de «la méthode ad terrorem employée par les idéologies totalitaires pour imposer leur vérité à la société». Car M. López Obrador «employa le mot le plus terrible du vocabulaire politique mexicain, «fraude». Ce dénigrement de l'institution électorale [...], et les discours incendiaires qui se sont multipliés, jusqu'à un appel à la «résistance civile», font partie d'une stratégie qui représente une grave menace pour la paix au Mexique. [...] Voilà un film que le monde a déjà vu et revu. C'est la naissance de la bête dictatoriale. Un homme sourd à la réalité objective entend prendre en otage la démocratie mexicaine.»

Enfin, des explications claires

Tout venant à point à qui sait attendre, un éditorial sera finalement consacré à la question mexicaine, le 7 septembre, intitulé «danger au Mexique».

Pour lancer le mouvement de protestation, selon l'éditorialiste, «il a suffi d'un résultat encore plus serré que ce que prévoyaient les sondages, et d'un mot – «fraude» – lancé par le perdant, le candidat de la gauche Andres Manuel Lopez Obrador [...] Le précédent de 1988 [...] était encore trop vif dans les mémoires. [...] Depuis cette époque, le système électoral mexicain a été doté d'une série de «verrous» rendant impossible toute fraude massive. Mais la méfiance demeure.» Saluons les Mexicains qui doivent être les premiers à avoir un système où la fraude électorale est tout simplement «impossible». Sur de telles bases, on ne peut que conclure que «le nouveau décompte des bulletins [réclamé par M. López Obrador] ne se justifiait pas.»

La conclusion de cet éditorial nous éclaire davantage sur ce qui qualifie une bonne ou une mauvaise élection :

«M. Lopez Obrador semble pencher vers une gauche plus populiste que social-démocrate, tentée par les ambiguïtés du Bolivien Evo Morales et de son mentor, le Vénézuélien Hugo Chavez, plutôt que le réformisme responsable du Brésilien Lula da Silva ou de la Chilienne Michelle Bachelet. On peut dès lors se demander jusqu'où ira le «sous-commandant AMLO» [] dans sa volonté de susciter, par des moyens pacifiques, une nouvelle révolution au Mexique.»

Une bonne élection, c'est une élection où le vainqueur est une personne «responsable». Comprendre : aux ordres des grandes puissances.

La violence du régime

Certains pourraient penser que ce sont les violences contre les manifestants qui ont rendu la présidence de M. Ahmadinejad illégitime. Mais la situation n'était pas meilleure au Mexique. Un conflit extrêmement violent, qui commença en mai 2006 et prit fin sept mois plus tard, eut lieu dans l'état d'Oaxaca. De nombreux participants furent tués dans l'indifférence générale, notamment un journaliste étasunien, Bradley Roland Will [].

Retour sur l'élection iranienne

Il est donc probable que M. Ahmadinejad ait récolté la majorité des suffrages aux élections du 12 juin dernier. Je n'ai pas préparé une sélection d'extraits d'article du Monde traitant des élections iraniennes, mais en jetant un coup d'oeil sur le premier article qui vous tombe sous la main, vous devriez constater une légère différence de point de vue avec les extraits concernant le Mexique que l'on vient de voir. Cela s'explique facilement. Ce qui préoccupe les grandes puissances, ce n'est pas le manque de démocratie ou la violence du régime. Ces raisons ne sont invoquées que pour gagner le consentement de la majorité, et masquer leur vrai problème : ne pas pouvoir contrôler le dirigeant d'un pays considéré comme stratégique. 

Article publié par Le Grand Soir.info.


Notes

 

  1. Voir Wikipedia (page consultée le 21 juin), et les références qui y sont données.

  2. Iran: Sarkozy dénonce «l'ampleur de la fraude». AFP, 16 juin 2009. [lien]

  3. Sarkozy appelle l'Iran à ne pas commettre «l'irréparable». Le Parisien, 19 juin 2009. [lien]

  4. Iran: Sarkozy admiratif des manifestants. Le journal du dimanche, 19 juin 2009. [lien]

  5. Iran: Kouchner appelle à se «préparer au pire», plaide pour des sanctions UE. AFP, 16 septembre 2007. [lien]

  6. Kouchner : la France «soutient les réformateurs». Le Point, 17 juin 2009. [lien]

  7. Jean-Pierre Perrin. Les dessous d'une élection fabriquée, Libération, 16 juin 2009. [lien]

  8. Robert Tait, Julian Borger. Analysis: Iran election statistics muddy waters further, guardian.co.uk, Monday 15 June 2009 14.34 BST [lien]

  9. [5] Marie-Claude Decamps. Duel télévisé tendu en Iran entre Mahmoud Ahmadinejad et Mir Hussein Moussavi. Le Monde, 4 juin 2009. [lien]

  10. [3] Ken Ballen and Patrick Doherty. The Iranian People Speak. Washington Post, June 15, 2009. [lien] Voir aussi la version française traduite par le Grand Soir. [lien]

  11. [4] Flynt Leverett, Hillary Mann Leverett. Ahmadinejad Won. Get Over It. Politico, June 15, 2009. [lien]

  12. Voir Emilie E. Joly, Jaime Quintana Guerrero. Les élections présidentielles mexicaines : parodie électorale ou tragédie démocratique ? Chronique des Amériques 26, juillet 2006 [lien], et Alianza Cívica Chiapas, Centro de Derechos Humanos Fray Bartolomé de Las Casas, Peace Watch Suiza, Propaz Suiza, Servicio Internacional para la Paz. Proyecto de observación y vigilancia de los derechos políticos y civiles de los pueblos en Chiapas 2006 [lien].

  13. Andrea Becerril, Roberto Garduño. Convoca AMLO a marcha nacional por la democracia. La Jornada, 9 juillet 2006. [lien]

  14. Andrea Becerril, Enrique Mendez. Hay un millón y medio de votos sin sustento, dice López Obrador. La Jornada, 17 juillet 2006. [lien]

  15. Andrea Becerril, Enrique Mendez. AMLO: se juega el destino del país; democracia o simulación. La Jornada, 31 juillet 2006. [lien]

  16. Ignacio Ramonet. Le Mexique fracturé. Le Monde diplomatique, août 2006. [lien]

  17. Nombre d'articles obtenus en cherchant «Obrador OU Calderon» d'une part, «Ahmadinejad OU Mossavi» d'autre part, sur la base de données Europresse. Les éditoriaux mentionnés sont ceux des 16 et 18 juin 2009.

  18. Joëlle Stolz. A Mexico, le candidat de gauche, M. Lopez Obrador, conteste le résultat du vote. Le Monde, 5 juillet 2006.

  19. Au Mexique, les manifestants pro-Obrador exigent un nouveau décompte des voix. Le Monde, 13 juillet 2006.

  20. Joëlle Stolz. M. Lopez Obrado accuse la droite mexicaine de «fraude». Le Monde, 13 juillet 2006.

  21. Joëlle Stolz. Pyrrhus et Zizou au Mexique. Le Monde, 15 juillet 2006.

  22. M. López Obrador n'est pas sous-commandant, il s'agit d'un surnom donné par ses opposants afin d'évoquer le sous-commandant Marcos (cette note ne figure pas dans l'éditorial).

  23. Voir Enrique Mendez, Blanche Petrich. Represión policial y paramilitar en Oaxaca; tres muertos y 23 heridos. La Jornada, 28 octobre 2006 [lien] pour l'annonce de la mort de Bradley Roland Will (tué par balles) ainsi que de deux autres personnes. La Comisión Civil Internacional de Observación por los Derechos Humanos recense 26 décès causés par les affrontements [lien].


Articles de Jean-Christophe Mourrat publiés par Mondialisation.ca

La « révolution colorée » échoue en Iran

La technique des coups d’État par en bas

Réseau Voltaire, 24 juin 2009

par Thierry Meyssan

La « révolution verte » de Téhéran est le dernier avatar des « révolutions colorées » qui ont permis aux États-unis d’imposer des gouvernements à leur solde dans plusieurs pays sans avoir à recourir à la force. Thierry Meyssan, qui a conseillé deux gouvernements face à ces crises, analyse cette méthode et les raisons de son échec en Iran.

obama_vert_fr.jpg

Les « révolution colorées » sont aux révolutions ce que le Canada Dry est à la bière. Elles y ressemblent, mais n’en ont pas la saveur. Ce sont des changements de régime ayant l’apparence d’une révolution, en ce qu’ils mobilisent de vastes segments du Peuple, mais relevant du coup d’État, en ce qu’il ne visent pas à changer les structures sociales, mais à substituer une élite à une autre pour conduire une politique économique et étrangère pro-US. La « révolution verte » de Téhéran en est le dernier exemple.

Origine du concept

Ce concept est apparu dans les années 90, mais trouve ses origines dans les débats US des années 70-80. Après les révélations en chaîne sur les coups d’État fomentés par la CIA dans le monde, et le grand déballage des commissions parlementaires Church et Rockefeller [1], l’amiral Stansfield Turner fut chargé par le président Carter de nettoyer l’agence et de cesser tout soutien aux « dictatures maison ». Furieux, les sociaux démocrates états-uniens (SD/USA) quittèrent le Parti démocrate et rejoignirent Ronald Reagan. Il s’agissait de brillants intellectuels trotskistes [2], souvent liés à la revue Commentary. Lorsque Reagan fut élu, il leur confia la tâche de poursuivre l’ingérence US, mais par d’autres moyens. C’est ainsi qu’ils créent en 1982 la National Endowment for Democracy (NED) [3] et, en 1984, l’United States Institute for Peace (USIP). Les deux structures sont organiquement liées : des administrateurs de la NED siègent au conseil d’administration de l’USIP et vice-versa.

Juridiquement, la NED est une association à but non lucratif, de droit US, financée par une subvention annuelle votée par le Congrès à l’intérieur du budget du département d’État. Pour mener ses actions, elle les fait co-financer par l’US Agency for International Development (USAID), elle-même rattachée au département d’État. 
En pratique, cette structure juridique n’est qu’un paravent utilisé conjointement par la CIA états-unienne, le MI6 britannique et l’ASIS australien (et occasionnellement par les services canadiens et néo-zélandais). 
La NED se présente comme un organe de « promotion de la démocratie ». Elle intervient soit directement ; soit par ses quatre tentacules : l’une destinée à corrompre les syndicats, une seconde chargée de corrompre les patronats, une troisième pour les partis de gauche et une quatrième pour ceux de droite ; soit encore par l’intermédiaire de fondations amies, telles que la Westminster Foundation for Democracy (Royaume-Uni), l’International Center for Human Rights and Democratic Development (Canada), la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation Robert-Schuman (France), l’International Liberal Center (Suède), l’Alfred Mozer Foundation (Pays-Bas), la Friedrich Ebert Stiftung, la Friedrich Naunmann Stiftung, la Hans Seidal Stiftung et la Heinrich Boell Stiftung (Allemagne). La NED revendique avoir corrompu ainsi plus de 6 000 organisations dans le monde en une trentaine d’années. Tout ça, bien entendu, étant camouflé sous l’apparence de programmes de formation ou d’assistance.

L’USIP, quant à lui, est une institution nationale états-unienne. Il est subventionné annuellement par le Congrès dans le budget du département de la Défense. À la différence de la NED, qui sert de couverture aux services des trois États alliés, l’USIP est exclusivement états-unien. Sous couvert de recherche en sciences politique, il peut salarier des personnalités politiques étrangères.

Dès qu’il a disposé de ressources, l’USIP a financé une nouvelle et discrète structure, l’Albert Einstein Institution [4]. Cette petite association de promotion de la non-violence était initialement chargée d’imaginer une forme de défense civile pour les populations d’Europe de l’Ouest en cas d’invasion par le Pacte de Varsovie. Elle a rapidement pris son autonomie et modélisé les conditions dans lesquelles un pouvoir étatique, de quelque nature qu’il soit, peut perdre son autorité et s’effondrer.

Premières tentatives

La première tentative de « révolution colorée » a échoué en 1989. Il s’agissait de renverser Deng Xiaoping en s’appuyant sur un de ses proches collaborateurs, le secrétaire général du Parti communiste chinois Zhao Ziyang, de manière à ouvrir le marché chinois aux investisseurs états-uniens et à faire entrer la Chine dans l’orbite US. Les jeunes partisans de Zhao envahirent la place Tienanmen [5]. Ils furent présentés par les médias occidentaux comme des étudiants a-politiques se battant pour la liberté face à l’aile traditionnelle du Parti, alors qu’il s’agissait d’une dissidence à l’intérieur du courant de Deng entre nationalistes et pro-US. Après avoir longtemps résisté aux provocations, Deng décida de conclure par la force. La répression fit entre 300 et 1000 morts selon les sources. 
20 ans plus tard, la version occidentale de ce coup d’État raté n’a pas variée. Les médias occidentaux qui ont couvert récemment cet anniversaire en le présentant comme une « révolte populaire » se sont étonnés de ce que les Pékinois n’ont pas gardé souvenir de l’événement. C’est qu’une lutte de pouvoir au sein du Parti n’avait rien de « populaire ». Ils ne se sentaient pas concernés.

La première « révolution colorée » réussit en 1990. Alors que l’Union soviétique était en cours de dissolution, le secrétaire d’État James Baker se rendit en Bulgarie pour participer à la campagne électorale du parti pro-US, abondamment financé par la NED [6]. Cependant, malgré les pressions du Royaume-Uni, les Bulgares, effrayés par les conséquences sociales du passage de l’URSS à l’économie de marché, commirent l’impardonnable faute d’élire au Parlement une majorité de post-communistes. Alors que les observateurs de la Communauté européenne certifièrent la bonne tenue du scrutin, l’opposition pro-US hurla à la fraude électorale et descendit dans la rue. Elle installa un campement au centre de Sofia et plongea le pays dans le chaos six mois durant, jusqu’à ce que le Parlement élise le pro-US Zhelyu Zhelev comme président.

La « démocratie » : vendre son pays à des intérêts étrangers à l’insu de sa population

Depuis lors, Washington n’a cessé d’organiser des changements de régime, un peu partout dans le monde, par l’agitation de rue plutôt que par des juntes militaires. Il importe ici de cerner les enjeux. 
Au-delà du discours lénifiant sur la « promotion de la démocratie », l’action de Washington vise à l’imposition de régimes qui lui ouvrent sans conditions les marchés intérieurs et s’alignent sur sa politique étrangère. Or, si ces objectifs sont connus des dirigeants des « révolutions colorées », ils ne sont jamais discutés et acceptés par les manifestants qu’ils mobilisent. Et, dans le cas où ces coup d’État réussissent, les citoyens ne tardent pas à se révolter contre les nouvelles politiques qu’on leur impose, même s’il est trop tard pour revenir en arrière. 
Par ailleurs, comment peut-on considérer comme « démocratiques » des oppositions qui, pour prendre le pouvoir, vendent leur pays à des intérêts étrangers à l’insu de leur population ?

En 2005, l’opposition kirghize conteste le résultat des élections législatives et amène à Bichkek des manifestants du Sud du pays. Ils renversent le président Askar Akaïev. C’est la « révolution des tulipes ». L’Assemblée nationale élit comme président le pro-US Kourmanbek Bakiev. Ne parvenant pas à maîtriser ses supporters qui pillent la capitale, ils déclare avoir chassé le dictateur et feint de vouloir créer un gouvernement d’union nationale. Il fait sortir de prison le général Felix Kulov, ancien maire de Bichkek, et le nomme ministre de l’Intérieur, puis Premier ministre. Lorsque la situation est stabilisée, Bakaiev se débarrasse de Kulov et vend, sans appel d’offre et avec des dessous de table conséquents, les quelques ressources du pays à des sociétés US et installe une base militaire US à Manas. Le niveau de vie de la population n’a jamais été aussi bas. Felix Kulov propose de relever le pays en le fédérant, comme par le passé, à la Russie. Il ne tarde pas à retourner en prison.

Un mal pour un bien ?

On objecte parfois, dans le cas d’États soumis à des régimes répressifs, que si ces « révolutions colorées » n’apportent qu’une démocratie de façade, elles procurent néanmoins un mieux-être aux populations. Or, l’expérience montre que rien n’est moins sûr. Les nouveaux régimes peuvent s’avérer plus répressifs que les anciens.

En 2003, Washington, Londres et Paris [7] organisent la « révolution des roses » en Géorgie [8]. Selon un schéma classique, l’opposition dénonce des fraudes électorales lors des élections législatives et descend dans la rue. Les manifestants contraignent le président Edouard Chevardnadze à fuir et prennent le pouvoir. Son successeur Mikhail Saakachvili ouvre le pays aux intérêts économiques US et rompt avec le voisin russe. L’aide économique promise par Washington pour se substituer à l’aide russe ne vient pas. L’économie, déjà compromise, s’effondre. Pour continuer à satisfaire ses commanditaires, Saakachvili doit imposer une dictature [9]. Il ferme des médias et remplit les prisons, ce qui n’empêche absolument pas la presse occidentale de continuer à le présenter comme « démocrate ». Condamné à la fuite en avant, Saakachvili décide de se refaire une popularité en se lançant dans une aventure militaire. Avec l’aide de l’administration Bush et d’Israël auquel il a loué des bases aériennes, il bombarde la population d’Ossétie du Sud, faisant 1600 morts, dont la plupart ont la double nationalité russe. Moscou riposte. Les conseillers états-uniens et israéliens s’enfuient [10]. La Géorgie est dévastée.

Assez !

Le mécanisme principal des « révolutions colorées » consiste à focaliser le mécontentement populaire sur la cible que l’on veut abattre. Il s’agit d’un phénomène de psychologie des masses qui balaye tout sur son passage et auquel aucun obstacle raisonnable ne peut être opposé. Le bouc-émissaire est accusé de tous les maux qui accablent le pays depuis au moins une génération. Plus il résiste, plus la colère de la foule croît. Lorsqu’il cède ou qu’il esquive, la population retrouve ses esprits, les clivages raisonnables entre ses partisans et ses opposants réapparaissent.

En 2005, dans les heures qui suivent l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafik Hariri, la rumeur se répand au Liban qu’il a été tué par « les Syriens ». L’armée syrienne, qui —en vertu de l’Accord de Taëf— maintient l’ordre depuis la fin de la guerre civile, est conspuée. Le président syrien, Bachar el-Assad, est personnellement mis en cause par les autorités états-uniennes, ce qui tient lieu de preuve pour l’opinion publique. À ceux qui font remarquer que —malgré des moments orageux— Rafik Hariri a toujours été utile à la Syrie et que sa mort prive Damas d’un collaborateur essentiel, on rétorque que le « régime syrien » est si mauvais en soi qu’il ne peut s’empêcher de tuer même ses amis. Les Libanais appellent de leurs vœux un débarquement des GI’s pour chasser les Syriens. Mais, à la surprise générale, Bachar el-Assad, considérant que son armée n’est plus la bienvenue au Liban alors que son déploiement lui coûte cher, retire ses hommes. Des élections législatives sont organisées qui voient le triomphe de la coalition « anti-syrienne ». C’est la « révolution du cèdre ». Lorsque la situation se stabilise, chacun se rend compte et que, si des généraux syriens ont par le passé pillé le pays, le départ de l’armée syrienne ne change rien économiquement. Surtout, le pays est en danger, il n’a plus les moyens de se défendre face à l’expansionnisme du voisin israélien. Le principal leader « anti-syrien », le général Michel Aoun, se ravise et passe dans l’opposition. Furieux, Washington multiplie les projets pour l’assassiner. Michel Aoun s’allie au Hezbollah autour d’une plate-forme patriotique. Il était temps : Israël attaque.

Dans tous les cas, Washington prépare à l’avance le gouvernement « démocratique », ce qui confirme bien qu’il s’agit d’un coup d’État déguisé. La composition de la nouvelle équipe est gardée secrète le plus longtemps possible. C’est pourquoi la désignation du bouc-émissaire se fait sans jamais évoquer d’alternative politique.

En Serbie, les jeunes « révolutionnaires » pro-US ont choisi un logo appartenant à l’imaginaire communiste (le poing levé) pour masquer leur subordination aux États-Unis. Ils ont pris comme slogan « Il est fini ! », fédérant ainsi les mécontents contre la personnalité de Slobodan Milosevic qu’ils ont rendu responsable des bombardements du pays pourtant effectués par l’OTAN. Ce modèle a été dupliqué en nombre, par exemple le groupe Pora ! en Ukraine, ou Zubr en Biélorussie.

Une non-violence de façade

Les communicants du département d’État veillent à l’image non-violente des « révolutions colorées ». Toutes mettent en avant les théories de Gene Sharp, fondateur de l’Albert Einstein Institution. Or, la non-violence est une méthode de combat destinée à convaincre le pouvoir de changer de politique. Pour qu’une minorité s’empare du pouvoir et l’exerce, il lui faut toujours, à un moment ou à une autre, utiliser la violence. Et toutes les « révolutions colorées » l’ont fait.

JPEG - 5.4 ko
Srdja Popovic (à gauche), leader serbe du mouvement Otpor, Gene Sharp, fondateur de l’Albert Einstein Institution (au centre) et son adjoint le colonel Robert Helvey, doyen de l’École de formation des attachés militaires d’ambassade.

En 2000, alors que le mandat du président Slobodan Milosevic courait encore pour un an, il convoqua des élections anticipées. Lui-même et son principal opposant, Vojislav Koštunica, se retrouvèrent en ballotage. Sans attendre le second tour de scrutin, l’opposition cria à la fraude et descendit dans la rue. Des milliers de manifestants affluèrent vers la capitale, dont les mineurs de Kolubara. Leurs journées de travail étaient indirectement payées par la NED, sans qu’ils aient conscience d’être rémunérés par les États-Unis. La pression de la manifestation étant insuffisante, les mineurs attaquèrent des bâtiments publics avec des bulldozers qu’ils avaient acheminé avec eux, d’où le nom de « révolution des bulldozers ».

Dans le cas où la tension s’éternise et que des contre-manifestations s’organisent, la seule solution pour Washington est de plonger le pays dans le chaos. Des agents provocateurs sont alors postés dans les deux camps qui tirent sur la foule. Chaque partie peut constater que ceux d’en face ont tiré alors qu’ils s’avançaient pacifiquement. L’affrontement se généralise.

En 2002, la bourgeoisie de Caracas descend dans la rue pour conspuer la politique sociale du président Hugo Chavez [11]. Par d’habiles montages, les télévisions privées donnent l’impression d’une marée humaine. Ils sont 50 000 selon les observateurs, 1 million d’après la presse et le département d’État. Survient alors l’incident du pont Llaguno. Les télévisions montrent clairement des pro-chavistes armes à la main tirant sur la foule. Dans une conférence de presse, le général de la Garde nationale et vice-ministre de la sécurité intérieure confirme que les « milices chavistes » ont tiré sur le peuple faisant 19 morts. Il démissionne et appelle au renversement de la dictature. Le président ne tarde pas à être arrêté par des militaires insurgés. Mais le Peuple par millions descend dans la capitale et rétablit l’ordre constitutionnel. 
Une enquête journalistique ultérieure reconstituera en détail la tuerie du pont Llaguno. Elle mettra en évidence un montage fallacieux des images, dont l’ordre chronologique a été falsifié comme l’attestent les cadrans des montres des protagonistes. En réalité, ce sont les chavistes qui étaient agressés et qui, après s’être repliés, tentaient de se dégager en utilisant des armes à feu. Les agents provocateurs étaient des policiers locaux formés par une agence US [12].

En 2006, la NED réorganise l’opposition au président kenyan Mwai Kibaki. Elle finance la création du Parti orange de Raila Odinga. Celui-ci reçoit le soutien du sénateur Barack Obama, accompagné de spécialistes de la déstabilisation (Mark Lippert, actuel chef de cabinet du conseiller de sécurité nationale, et le général Jonathan S. Gration, actuel envoyé spécial du président US pour le Soudan). Participant à un meeting d’Odinga, le sénateur de l’Illinois s’invente un vague lien de parenté avec le candidat pro-US. Cependant Odinga perd les élections législatives de 2007. Soutenu par le sénateur John McCain, en sa qualité de président de l’IRI (le pseudopode républicain de la NED), il conteste la sincérité du scrutin et appelle ses partisans à descendre dans la rue. 
C’est alors que des messages SMS anonymes sont diffusés en masse aux électeurs de l’ethnie Luo. « Chers Kenyans, les Kikuyu ont volé l’avenir de nos enfants…nous devons les traiter de la seule manière qu’ils comprennent… la violence ». Le pays, pourtant un des plus stables d’Afrique, s’embrase soudainement. Après des journées d’émeutes, le président Kibaki est contraint d’accepter la médiation de Madeleine Albright, en sa qualité de présidente du NDI (le pseudopode démocrate de la NED). Un poste de Premier ministre est créé qui revient à Odinga. Les SMS de la haine n’ayant pas été envoyés depuis des installations kenyanes, on se demande quelle puissance étrangère a pu les expédier.

La mobilisation de l’opinion publique internationale

Au cours des dernières années, Washington a eu l’occasion de lancer des « révolutions colorées » avec la conviction qu’elles échoueraient à prendre le pouvoir mais qu’elle permettrait de manipuler l’opinion publique et les institutions internationales.

En 2007, de nombreux Birmans s’insurgent contre l’augmentation des prix du fuel domestique. Les manifestations dégénèrent. Les moines bouddhistes prennent la tête de la contestation. C’est la « révolution safran » [13]. En réalité, Washington n’a que faire du régime de Rangoon ; ce qui l’intéresse, c’est d’instrumenter le Peuple birman pour faire pression sur la Chine qui a des intérêts stratégiques en Birmanie (pipelines et base militaire de renseignement électronique). Dès lors, l’important est de mettre en scène la réalité. Des images prises par des téléphones portables apparaissent sur YouTube. Elles sont anonymes, invérifiables et hors contexte. Précisément, leur apparente spontanéité leur donne autorité. La Maison-Blanche peut imposer son interprétation des vidéos.

Plus récemment, en 2008, des manifestations estudiantines paralysent la Grèce à la suite du meurtre d’un jeune homme de 15 ans par un policier. Rapidement des casseurs font leur apparition. Ils ont été recrutés au Kosovo voisin et acheminés par autobus. Les centre-villes sont saccagés. Washington cherche à faire fuir les capitaux vers d’autres cieux et à se réserver le monopole des investissements dans les terminaux gaziers en construction. Une campagne de presse va donc faire passer le poussif gouvernement Karamanlis pour celui des colonels. Facebook et Twittter sont utilisés pour mobiliser la diaspora grecque. Les manifestations s’étendent à Istanbul, Nicosie, Dublin, Londres, Amsterdam, La Haye, Copenhague, Francfort, Paris, Rome, Madrid, Barcelone, etc.

La révolution verte

L’opération conduite en 2009 en Iran s’inscrit dans cette longue liste de pseudos révolutions. En premier lieu, le Congrès vote en 2007 une enveloppe de 400 millions de dollars pour « changer le régime » en Iran. Celle-ci s’ajoute aux budgets ad hoc de la NED, de l’USAID, de la CIA et tutti quanti. On ignore comment cet argent est utilisé, mais trois groupes principaux en sont destinataires : la famille Rafsandjani, la famille Pahlevi, et les Moudjahidines du peuple.

L’administration Bush prend la décision de commanditer une « révolution colorée » en Iran après avoir confirmé la décision de l’état-major de ne pas attaquer militairement ce pays. Ce choix est validé par l’administration Obama. Par défaut, on rouvre donc le dossier de « révolution colorée », préparé en 2002 avec Israël au sein de l’American Enterprise Institute. À l’époque j’avais publié un article sur ce dispositif [14]. Il suffit de s’y reporter pour identifier les protagonistes actuels : il a été peu modifié. Une partie libanaise a été ajoutée prévoyant un soulèvement à Beyrouth en cas de victoire de la coalition patriotique (Hezbollah, Aoun) aux élections législatives, mais elle a été annulée.

Le scénario prévoyait un soutien massif au candidat choisi par l’ayatollah Rafsandjani, la contestation des résultats de l’élection présidentielle, des attentats tous azimuts, le renversement du président Ahmadinejad et du guide suprême l’ayatollah Khamenei, l’installation d’un gouvernement de transition dirigé par Mousavi, puis la restauration de la monarchie et l’installation d’un gouvernement dirigé par Sohrab Shobani.

Comme imaginé en 2002, l’opération a été supervisée par Morris Amitay et Michael Ledeen. Elle a mobilisé en Iran les réseaux de l’Irangate. 
Ici un petit rappel historique est nécessaire. L’Irangate est une vente d’armes illicite : la Maison-Blanche souhaitait approvisionner en armes les Contras nicaraguayens (pour lutter contre les sandinistes) d’une part et l’Iran d’autre part (pour faire durer jusqu’à épuisement la guerre Iran-Irak), mais en était interdit par le Congrès. Les Israéliens proposèrent alors de sous-traiter les deux opérations à la fois. Ledeen, qui est double national États-unien/Israélien sert d’agent de liaison à Washington, tandis que Mahmoud Rafsandjani (le frère de l’ayatollah) est son correspondant à Téhéran. Le tout sur fond de corruption généralisée. Lorsque le scandale éclate aux États-Unis, une commission d’enquête indépendante est dirigée par le sénateur Tower et le général Brent Scowcroft (le mentor de Robert Gates). 
Michael Ledeen est un vieux briscard des opérations secrètes. On le trouve à Rome lors de l’assassinat d’Aldo Moro, on le retrouve dans l’invention de la piste bulgare lors de l’assassinat de Jean-Paul II, ou plus récemment dans l’invention de l’approvisionnement de Saddam Hussein en uranium nigérian. Il travaille aujourd’hui à l’American Enterprise Institute [15] (aux côtés de Richard Perle et Paul Wolfowitz) et à la Foundation for the Defense of Democracies [16]. 
Morris Amitay est ancien directeur de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC). Il est aujourd’hui vice-président du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) et directeur d’un cabinet conseil pour de grandes firmes d’armement.

Le 27 avril dernier, Morris et Ledeen organisaient un séminaire sur l’Iran à l’American Enterprise Institute à propos des élections iraniennes, autour du sénateur Joseph Lieberman. Le 15 mai dernier, nouveau séminaire. La partie publique consistait en une table ronde animée par l’ambassadeur John Bolton à propos du « grand marchandage » : Moscou accepterait-il de laisser tomber Téhéran en échange du renoncement de Washington au bouclier anti-missile en Europe centrale ? L’expert français Bernard Hourcade participait à ces échanges. Simultanément, l’Institut lançait un site internet destiné à la presse dans la crise à venir : IranTracker.org. Le site inclut une rubrique sur les élections libanaises.

En Iran, il appartenait à l’ayatollah Rafsandjani de renverser son vieux rival, l’ayatollah Khamenei. Issu d’une famille d’agriculteurs, Hachemi Rafsandjani a fait fortune dans la spéculation immobilière sous le Chah. Il est devenu le principal grossiste en pistaches du pays et a arrondi sa fortune durant l’Irangate. Ses avoirs sont évalués à plusieurs milliards de dollars. Devenu l’homme le plus riche d’Iran, il a été successivement président du parlement, président de la République et aujourd’hui président du Conseil de discernement (instance d’arbitrage entre le parlement et le Conseil des gardiens de la constitution). Il représente les intérêts du bazar, c’est-à-dire des commerçants de Téhéran. 
Durant la campagne électorale, Rafsandjani avait fait promettre à son ex-adversaire devenu son poulain, Mirhossein Mousavi, de privatiser le secteur pétrolier.

Sans connexion aucune avec Rafsandjani, Washington a fait appel aux Moudjahidines du peuple [17]. Cette organisation protégée par le Pentagone est considérée comme terroriste par le département d’État et l’a été par l’Union européenne. Elle a effectivement mené de terribles opérations dans les années 80, dont un méga-attentat qui coûta la vie à l’ayatollah Behechti ainsi qu’à quatre ministre, six ministres adjoints et le quart du groupe parlementaire du Parti de la république islamique. L’organisation est commandée par Massoud Rajavi, qui épouse en première noces la fille du président Bani Sadr, puis la cruelle Myriam en seconde noces. Son siège est installé en région parisienne et ses bases militaires en Irak, d’abord sous la protection de Saddam Husein, puis aujourd’hui sous celle du département de la Défense. Ce sont les Moudjahidines qui ont assuré la logistique des attentats à la bombe durant la campagne électorale [18]. C’est à eux qu’il revenait de provoquer des accrochages entre militants pro et anti-Ahmadinejad, ce qu’ils ont probablement fait.

Dans le cas où le chaos se serait installé, le Guide suprême aurait pu être renversé. Un gouvernement de transition, dirigé par Mirhussein Mousavi aurait privatisé le secteur pétrolier et rétabli la monarchie. Le fils de l’ancien Shah, Reza Cyrus Pahlavi, serait remonté sur le trône et aurait désigné Sohrab Sobhani comme Premier ministre. 
Dans cette perspective, Reza Pahlavi a publié en février un livre d’entretiens avec le journaliste français Michel Taubmann. Celui-ci est directeur du bureau d’information parisien d’Arte et préside le Cercle de l’Observatoire, le club des néo-conservateurs français. 
On se souvient que Washington avait prévu identiquement le rétablissement de la monarchie en Afghanistan. Mohammed Zaher Shah devait reprendre son trône à Kaboul et Hamid Karzai devait être son Premier ministre. Malheureusement, à 88 ans, le prétendant était devenu sénile. Karzai devint donc président de la République. Comme Karzai, Sobhani est double national états-unien. Comme lui, il travaille dans le secteur pétrolier de la Caspienne.

Côté propagande, le dispositif initial était confié au cabinet Benador Associates. Mais il a évolué sous l’influence de l’assistante du secrétaire d’État pour l’Éducation et la Culture, Goli Ameri. Cette iranienne-états-unienne est une ancienne collaboratrice de John Bolton. Spécialiste des nouveaux médias, elle a mis en place des programmes d’équipement et de formation à l’internet pour les amis de Rafsandjani. Elle a aussi développé des radios et télévisions en langue farsi pour la propagande du département d’État et en coordination avec la BBC britannique.

La déstabilisation de l’Iran a échoué parce que le principal ressort des « révolutions colorées » n’a pas été correctement activé. MirHussein Mousavi n’est pas parvenu à cristalliser les mécontentements sur la personne de Mahmoud Ahmadinejad. Le Peuple iranien ne s’est pas trompé, il n’a pas rendu le président sortant responsables des conséquences des sanctions économiques états-uniennes sur le pays. Dès lors, la contestation s’est limitée à la bourgeoisie des quartiers nord de Téhéran. Le pouvoir s’est abstenu d’opposer des manifestations les unes contre les autres et a laissé les comploteurs se découvrir. 
Cependant, il faut admettre que l’intoxication des médias occidentaux a fonctionné. L’opinion publique étrangère a réellement cru que deux millions d’Iraniens étaient descendus dans la rue, lorsque le chiffre réel est au moins dix fois inférieur. Le maintien en résidence des correspondants de presse a facilité ces exagérations en les dispensant de fournir les preuves de leurs imputations.

Ayant renoncé à la guerre et échoué à renverser le régime, quelle carte reste-t-il dans les mains de Barack Obama ?


 

[1] Les multiples rapports et documents publiés par ces commissions sont disponibles en ligne sur le site The Assassination Archives and Research Center. Les principaux extraits des rapports ont été traduits en français sous le titre Les Complots de la CIA, manipulations et assassinats, Stock, 1976, 608 pp.

[2] « Les New York Intellectuals et l’invention du néo-conservatisme », par Denis Boneau, Réseau Voltaire, 26 novembre 2004.

[3] « La NED, nébuleuse de l’ingérence démocratique », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 22 janvier 2004.

[4] « L’Albert Einstein Institution : la non-violence version CIA », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2005.

[5] « Tienanmen, 20 ans après », par le professeur Domenico Losurdo, Réseau Voltaire, 9 juin 2009.

[6] À l’époque, la NED s’appuie en Europe orientale sur la Free Congress Foundation (FCF), animée par des républicains. Par la suite, cette organisation disparaît et cède la place à la Soros Foundation, animée par des démocrates, avec laquelle la NED fomente de nouveaux « changements de régime ».

[7] Soucieux d’apaiser les relations franco-US après la crise irakienne, le président Jacques Chirac tente de se rapprocher de l’administration bush sur le dos des Géorgiens, d’autant que la France a des intérêts économiques en Géorgie. Salomé Zourabichvili, n°2 des services secrets français, est nommée ambassadrice à Tbilissi, puis change de nationalité et devient ministre des Affaires étrangères de la « révolution des roses ».

[8] « Les dessous du coup d’État en Géorgie », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 7 janvier 2004.

[9] « Géorgie : Saakachvili jette son opposition en prison » et « Manifestations à Tbilissi contre la dictature des roses », Réseau Voltaire, 12 septembre 2006 et 30 septembre 2007.

[10] L’administration Bush espérait que ce conflit ferait diversion. Les bombardiers israéliens devaient simultanément décoller de Géorgie pour frapper l’Iran voisin. Mais, avant même d’attaquer les installations militaires géorgiennes, la Russie bombarde les aéroports loués à Israël et cloue ses avions au sol.

[11] « Opération manquée au Venezuela », par Thierry Meyssan,Réseau Voltaire, 18 mai 2002.

[12] Llaguno Bridge. Keys to a Massacre. Documentaire d’Angel Palacios, Panafilms 2005.

[13] « Birmanie : la sollicitude intéressée des États-Unis », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 novembre 2007.

[14] « Les bonnes raisons d’intervenir en Iran », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 février 2004.

[15] « L’Institut américain de l’entreprise à la Maison-Blanche »,Réseau Voltaire, 21 juin 2004.

[16] « Les trucages de la Foundation for the Defense of Democracies », Réseau Voltaire, 2 février 2005.

[17] « Les Moudjahidin perdus », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 17 février 2004.

[18] « Le Jundallah revendique des actions armées aux côtés des Moudjahidines du Peuple », Réseau Voltaire, 13 juin 2009.

24/06/2009

Pourquoi devrais-je mépriser le choix des Iraniens ?

Réseau Voltaire, 21 juin 2009

par Thierry Meyssan

De nombreux lecteurs ont réagi avec colère au dernier article de Thierry Meyssan. Il se devait de leur répondre. Malheureusement incorrigible, non seulement celui-ci ne fait pas amende honorable, mais il persiste et signe.

Mon récent article, « La CIA et le laboratoire iranien », m’a valu un abondant courriel, principalement injurieux. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas reçu tant de protestations outrancières. La plupart de mes correspondants me reprochent d’être aveuglé par un « anti-américanisme viscéral » au point de défendre la « dictature des mollahs » et d’ignorer la vague de jeunes Iraniens luttant à main nue « pour la liberté ». À y regarder de plus près ces courriels sont peu argumentés, mais empreints d’une passion irrationnelle ; comme si on ne pouvait parler de l’Iran sans être emporté par ses émotions.

C’est que l’Iran n’est pas un État comme les autres. À l’instar de la France de 1789 et de l’URSS de 1917, l’Iran de 1979 a lancé un processus révolutionnaire qui conteste des aspects fondamentaux du modèle « occidental » triomphant ; et il l’a fait à partir d’une foi religieuse. Trente ans plus tard, nous, « Occidentaux », continuons à ressentir la parole du Peuple iranien comme une condamnation morale de notre mode de vie, c’est-à-dire de la société de consommation et de l’impérialisme. A contrario, nous ne parvenons à trouver le repos qu’en nous persuadant que la réalité n’est qu’un rêve et que nos rêves sont la réalité. Les Iraniens aspireraient à vivre comme nous et en seraient empêchés par un affreux clergé enturbanné.

Pour expliquer l’Iran moderne à ceux qui veulent la comprendre, je ne sais par où commencer. Trente ans de propagande ont forgé tant d’images fausses qu’il faut déconstruire une à une. La tâche est grande pour s’extraire du mensonge et le moment ne s’y prête guère. Je voudrais juste soulever quelques observations préalables.

La révolution islamique a accompli de grands progrès : les châtiments corporels sont devenus exceptionnels, le droit à remplacé l’arbitraire, les femmes sont de plus en plus éduquées, les minorités religieuses sont toutes protégées —à l’exception malheureusement des Baha’is—, etc. Sur tous ces sujets, où nous trouvons le régime actuel exécrable, les Iraniens pensent, eux, qu’il est autrement plus civilisé que la cruelle dictature du Shah imposée par Londres et Washington.

La révolution islamique a encore beaucoup à accomplir et doit en outre maîtriser ce système politique si oriental qui, pour donner une place à chacun, multiplie les structures administratives et conduit à la paralysie institutionnelle.

Bien sûr, à l’époque du Shah, il y avait aussi une bourgeoisie occidentalisée qui trouvait la vie plus belle. Elle envoyait ses enfants suivre des études en Europe et gaspillait sans compter aux fêtes de Persépolis. La révolution islamique a aboli ses privilèges. Ses petits-enfants sont aujourd’hui dans la rue. Avec le soutien des États-Unis. Ils veulent reconquérir ce dont leurs familles ont été privées et qui n’a rien à voir avec la liberté.

En quelques années, l’Iran a retrouvé le prestige qu’elle avait perdu. Son Peuple s’enorgueillit d’avoir prêté assistance aux Palestiniens et aux Libanais auxquels il a offert la reconstruction de leurs maisons détruites par Israël et des armes pour se défendre et retrouver leur dignité. Il a secouru les Afghans et les Irakiens, victimes de régimes pro-occidentaux puis des Occidentaux eux-mêmes. Cette solidarité, les Iraniens l’ont payée au prix fort avec la guerre, le terrorisme et les sanctions économiques.

Pour ma part, je suis démocrate. J’attache de l’importance à la volonté populaire. Je n’avais pas compris pourquoi il fallait proclamer la victoire de George W. Bush avant de dépouiller les votes des citoyens états-uniens en Floride. Je n’avais pas non plus compris pourquoi, avec la bourgeoisie de Caracas, il fallait féliciter Pedro Carmona d’avoir placé Hugo Chavez en prison, quand le Peuple vénézuélien l’avait élu. Je ne comprends pas pourquoi il faut appeler Mahmoud Abbas, « Monsieur le président », alors qu’il empêche l’élection de son successeur en faisant séquestrer les représentants du Peuple palestinien dans les geôles israéliennes. Je ne comprends pas pourquoi on prépare l’application du Traité constitutionnel européen, sous une autre dénomination, alors que les électeurs l’ont rejeté. Et aujourd’hui, je ne vois pas au nom de quels fantasmes, je devrais encourager la population des quartiers nord de Téhéran à piétiner le suffrage universel, et à imposer Mousavi quand le Peuple a majoritairement choisi Ahmadinejad.

21/06/2009

Iran : le bobard de l’ « élection volée »

Réseau Voltaire, 19 juin 2009

La réalité de classe et la propagande impériale

par James Petras

L’analyse des résultats de l’élection présidentielle iranienne, au vu des votes précédents et des sondages commandés sur place par les États-Unis, ne laisse pas de doute : Mahmoud Ahmadinejad est largement réélu. Ceci n’est guère surprenant, observe le professeur James Petras : le peuple a voté pour un national-populiste, tandis que seules les élites occidentalisées ont voté pour le candidat libéral, chouchou des médias occidentaux. Le même phénomène a déjà été observé dans d’autres pays.

« Pour les pauvres, le changement, cela signifie avoir à manger et avoir du travail ; ça n’est une question ni de code vestimentaire branché, ni de récréations mixtes… En Iran, la politique a énormément plus à voir avec la lutte des classes qu’avec la religion » 
Editorial du Financial Times, 15 juin 2009.

Il n’est quasiment pas d’exemple d’une élection dans laquelle la Maison-Blanche ait eu un intérêt important, et dans laquelle la défaite du candidat pro-US n’eût été dénoncée comme « illégitime » par l’élite politique et médiatique (occidentale) dans son entièreté… Dans la dernière période, la Maison-Blanche et l’arrière-ban de son camp ont crié au scandale après des élections entièrement libres (et supervisées par des observateurs internationaux) au Venezuela et à Gaza, tout en fabriquant allègrement un « succès électoral » au Liban, en dépit du fait que la coalition emmenée par le Hezbollah y a recueilli plus de 53 % des suffrages.

Les récentes élections, le 12 juin 2009, en Iran sont un classique du genre : le président sortant nationaliste-populiste Mahmoud Ahmadinejad a recueilli 63,3 % des suffrages (soit 24,5 millions de voix), tandis que le candidat de l’opposition libérale soutenue par l’Occident, Hossein Mousavi, a recueilli 34,2 % des suffrages (soit 13,2 millions de voix).

Cette élection présidentielle a motivé plus de 80 % de l’électorat, avec notamment un vote outre-mer sans précédent de 234 812 électeurs, dans lequel Mousavi a remporté 111 792 suffrages, et Ahmadinejad, 78 300. L’opposition, emmenée par Mousavi, n’a pas accepté sa défaite, et elle a organisé une série de manifestations de masse, qui ont pris un tour violent, entraînant l’incendie et la destruction d’automobiles, de banques, de bâtiments publics, ainsi que des affrontements armés avec la police et d’autres services d’ordre. C’est la quasi-totalité du spectre des décideurs politiques occidentaux, y compris tous les principaux médias papier et électroniques, les principaux sites ouèbes libéraux, radicaux, libertaires et conservateurs qui ont fait écho à l’allégation faite par l’opposition iranienne d’une fraude électorale généralisée. Les néoconservateurs, les conservateurs libertariens et les trotskystes ont joint leurs voix à celle des sionistes, saluant les protestataires de l’opposition iranienne, voulant y voir une garde avancée d’on ne sait trop quelle « révolution démocratique ». (Aux États-Unis), les Démocrates et les Républicains ont condamné le régime actuel en Iran, refusant de reconnaître le score de ces élections et saluant les efforts des protestataires visant à en renverser le résultat. Le New York Times, CNN, le Washington Post, le ministère israélien des Affaires étrangères et toute la direction du Conseil des Présidents des Plus grandes Associations Juives Américaines (Presidents of the Major American Jewish Organizations) en ont appelé à des sanctions renforcées contre l’Iran, proclamant l’ouverture faite par Obama en vue d’un dialogue avec ce pays « morte et enterrée ».

Le bobard de la fraude

Les dirigeants occidentaux ont rejeté les résultats des élections iraniennes parce qu’ils « savaient » que leur candidat réformiste ne pouvait perdre… Depuis des mois, ils publiaient quotidiennement des interviews, des éditoriaux et des reportages depuis le terrain, « passant en revue » les échecs de l’administration d’Ahmadinejad ; ils citaient le soutien de clercs, d’anciens responsables gouvernementaux, de commerçants du bazar et, par-dessus tout, de femmes et de jeunes bobos urbains parlant couramment l’anglais, comme gage de la victoire inéluctable de Mousavi, dont ils nous annonçaient qu’elle serait de l’ampleur d’un raz-de-marée. Une victoire de Mousavi nous était présentée comme une victoire « des modérés », telle était tout du moins la présentation de ce cliché vide de sens dont la Maison-Blanche nous a gratifiés. Des universitaires libéraux éminents en ont déduit que les élections avaient nécessairement été bidonnées, le candidat de l’opposition, Mousavi, ayant été mis en minorité dans son enclave ethnique, parmi les Azéris… D’autres universitaires ont prétendu que le « vote de la jeunesse » - en se basant sur leurs interviews d’étudiants des classes supérieure et moyenne habitant dans les quartiers huppés du nord de Téhéran étaient, dans leur écrasante majorité, favorables au candidat dit « réformiste ».

Ce qu’il y a d’étonnant, dans la condamnation occidentale unanime du résultat de cette élection, présenté comme frauduleux, c’est le fait qu’il n’y ait pas le commencement du début de la moindre preuve, ni sous forme écrite, ni sous forme d’observations, qui nous ait été présentée, ni avant, ni une semaine après le dépouillement des bulletins de vote. Durant toute la campagne électorale, aucune accusation crédible (ni même, d’ailleurs, aucune accusation douteuse) de tripatouillage électoral n’avait été émise. Aussi longtemps que les médias occidentaux ont continué à croire à leur propre propagande concernant une victoire immanente de leur candidat-fétiche, le processus électoral a été présenté comme hautement libre, animé de débats publics enflammés et de niveaux sans aucun précédent d’activité publique, sans aucune entrave attribuable à un excès de prosélytisme public. Les dirigeants et les mass media occidentaux étaient à ce point persuadés d’avoir affaire à des élections totalement libres et ouvertes qu’ils étaient persuadés que leur candidat chouchou ne pouvait que gagner.

Les médias occidentaux se sont reposés sur leurs reporters couvrant les manifestations monstres des partisans de l’opposition, ignorant et minimisant l’énorme score réalisé par Ahmadinejad. Pire : les média occidentaux ont ignoré la composition sociale des manifestations opposées, celles des partisans d’Ahmadinejad – le fait que le candidat élu bénéficiait du soutien de la classe bien plus nombreuse des ouvriers pauvres, des artisans et des fonctionnaires, alors que l’essentiel des manifestants de l’opposition appartenait aux étudiants de la haute et de la moyenne bourgeoisies, ainsi qu’à la classe des hommes d’affaires et des professions libérales.

De plus, la plupart des leaders d’opinion et des journalistes occidentaux basés à Téhéran ont extrapolé leurs projections à partir de leurs observations dans la capitale – ils sont très rares à s’aventurer dans les provinces, dans les villes, petites et moyennes, et dans les villages où Ahmadinejad bénéficie de l’essentiel de ses soutiens. S’ajoute à cela le fait que les partisans de l’opposition constituent une minorité agissante d’étudiants facilement mobilisables pour des manifs dans les rues, alors que les soutiens à Ahmadinejad se situent dans la majorité de la jeunesse ouvrière et chez les femmes au foyer, qui allaient pouvoir s’exprimer dans les urnes et n’avaient ni le temps ni l’envie de se lancer dans la politique de la rue.

Un certain nombre de mandarins de la presse, dont Gideon Rachman, du Financial Times, avancent en guise de preuve qu’il y a eu fraude, le fait qu’Ahmadinejad a remporté 63 % des suffrages dans la province turcophone peuplée par des Azéris, ce, au détriment de son adversaire, Mousavi, qui est lui-même d’origine azérie. L’on a affaire, là, à ce présupposé simpliste selon lequel l’identité ethnique ou l’appartenance à un groupe linguistique (et non les intérêts sociaux, ou de classe) seraient les seuls facteurs possibles permettant d’expliquer un comportement électoral…

Un examen plus approfondi des résultats relevés dans la région orientale azerbaïdjanaise de l’Iran révèle que Mousavi n’a obtenu la majorité que dans la seule ville de Shabestar, dans les classes moyenne et supérieure (et avec seulement une faible marge), alors qu’il s’est fait laminer dans les zones rurales, bien plus importantes, où la politique de redistribution sociale du gouvernement Ahmadinejad avait aidé les Azéris à se désendetter, à obtenir des crédits à des taux modiques et, pour les paysans, à accéder sans difficulté à des prêts. Mousavi a effectivement gagné dans la partie occidentale de la région de l’Azerbaïdjan iranien, en se servant de ses attaches ethniques pour conquérir les votes des citadins. Dans la province très fortement peuplée de Téhéran, Mousavi a battu Ahmadinejad dans les centres urbains de Téhéran et de Shemiranat grâce aux voix des circonscriptions où habitent les classes moyennes et supérieures, alors qu’il a été laminé dans les banlieues ouvrières voisines, ainsi que dans les petites villes et dans les districts ruraux.

L’accent mis de manière brouillonne et délibérément fallacieuse sur le « vote ethnique », invoqué par des journalistes du Financial Times et du New York Times afin de justifier le fait qu’ils qualifiaient la victoire électorale d’Ahmadinejad d’ « élections volées » n’a d’égal que le refus arbitraire et délibéré, par les médias, de reconnaître un sondage d’opinion publique effectué à l’échelle de tout l’Iran et de manière scientifiquement rigoureuse par deux experts états-uniens, trois semaines seulement avant le vote, qui montrait qu’Ahmadinejad avait une avance telle qu’il pouvait remporter plus du double des voix de son adversaire —c’est-à-dire une marge encore plus importante que celle de sa victoire électorale, le 12 juin—. Ce sondage montrait que chez les électeurs d’origine azérie, Ahmadinejad bénéficiait de deux fois plus de voix que Mousavi, ce qui démontrait à quel point les intérêts de classe incarnés par un candidat sont capables d’occulter l’identité ethnique de l’autre [1]. Le sondage a également démontré à quel point les questions de classe, en fonction des groupes d’âges, avaient plus d’influence sur la formation des préférences politiques des personnes interrogées que des considérations de « style de vie » de telle ou telle génération. Selon ce sondage, plus des deux-tiers des jeunes Iraniens étaient trop pauvres pour avoir accès à un ordinateur, et ceux ayant entre 18 et 24 ans « constituaient le bloc électoral le plus puissant en faveur d’Ahmadinejad, parmi toutes les autres catégories d’électeurs » [2]. Le seul groupe qui soutenait avec constance Mousavi était celui des étudiants d’université et des diplômés, des entrepreneurs et de la classe moyenne supérieure. Le « vote jeune », que les médias occidentaux nous encensent en nous le présentant comme « favorable aux réformistes », représentait une minorité nette, atteignant moins de 30 % des intentions de vote, mais originaires de milieux sociaux très privilégiés, très largement anglophones, bénéficiant d’une sorte de monopole dans les médias occidentaux. Leur présence envahissante dans les informations présentées en Occident a généré ce qui a pu être qualifié de « Syndrome de Téhéran-Nord », partie de la capitale où se trouve l’enclave de la classe supérieure friquée dont la plupart de ces étudiants sont les enfants. Ces bobos ont beau avoir la langue bien pendue, être tirés à quatre épingles et parler l’anglais d’Oxford, ils ont été totalement balayés, dans le secret des urnes.

De manière générale, Ahmadinejad a fait de très bons scores dans les provinces pétrolifères dotées d’industries chimiques. Cela peut être un reflet de l’opposition des travailleurs de la pétrochimie à un programme « réformiste », qui comportait des propositions de « privatisations » d’entreprises publiques. De la même manière, le président élu a eu de très bons résultats dans toutes les provinces frontalières, en raison de son insistance sur le renforcement de la sécurité nationale contre les menaces américaines et israéliennes, dans le cadre de l’escalade des attaques terroristes transfrontalières sponsorisées par les États-Unis, venant du Pakistan, et des incursions soutenus par Israël depuis le Kurdistan irakien, qui ont entraîné la mort de dizaines de citoyens iraniens. La sponsorisation et le financement massif des groupes responsables de ces attaques terroristes sont une politique officielle des États-Unis, héritée de l’administration Bush, mais que le Président Obama n’a nullement répudiée ; de fait, cette politique a connu une escalade durant les semaines ayant précédé les élections.

Ce que les commentateurs occidentaux et leurs protégés iraniens ont ignoré, c’est le puissant impact que les guerres et les occupations désastreuses des États-Unis en Irak et en Afghanistan ont eu sur l’opinion publique iranienne : la position extrêmement forte d’Ahmadinejad en matière de défense contrastait avec la posture de défense molle de la plupart des propagandistes de l’opposition, dans ces élections.

L’immense majorité des électeurs du président actuel ont probablement eu le sentiment que les intérêts de leur sécurité nationale, l’intégrité du pays et le système de sécurité sociale, en dépit de tous ses défauts et de ses excès, seraient mieux défendus et améliorés avec Ahmadinejad au pouvoir, qu’avec de jeunes technocrates des classes aisées, soutenus par l’Occident, qui placent leur style de vie égoïste boboïsé au-dessus des valeurs et de la solidarité partagées par le peuple iranien.

L’analyse démographique des électeurs met en évidence une réelle polarisation de classe, qui dresse des individus bénéficiant de hauts revenus, partisans du libre marché, capitalistes et individualistes, contre une classe laborieuse ayant de faibles revenus, fortement solidaires entre eux, partisans d’une « économie morale » dans laquelle l’usure et le profit sont strictement limités par des préceptes religieux. Les attaques ouvertes d’économistes oppositionnels contre les dépenses sociales du gouvernement, contre sa politique de crédit accessible et de très généreux subventionnement des produits alimentaires de première nécessité ne les ont pas vraiment fait apprécier par la majorité des Iraniens, qui bénéficient de ces programmes sociaux du gouvernement. L’État était considéré (par ceux-ci) comme le protecteur et le bienfaiteur des travailleurs pauvres contre le « marché », qui représentait à leurs yeux la richesse, le pouvoir, les privilèges et la corruption. Les attaques de l’opposition contre la politique étrangère « intransigeante » du régime et contre ses positions « lui aliénant » l’occident n’ont trouvé d’écho qu’auprès des seuls étudiants ultralibéraux et des affairistes de l’import-export. Aux yeux de l’immense majorité des Iraniens, la mobilisation et la menace d’escalade militaires du régime ont évité à l’Iran une attaque armée des Etats-Unis et/ou d’Israël.

L’ampleur du retard électoral de l’opposition devrait nous dire à quel point cette opposition est totalement coupée des préoccupations quotidiennes vitales de son propre peuple. Cela devrait rappeler à ses membres qu’en se rapprochant de l’opinion occidentale, ils ne font que s’éloigner d’autant de l’intérêt quotidien de ceux qui vivent moins bien que la classe moyenne et en-dehors des grilles du campus hyper-privilégié de l’Université de Téhéran pour leur sécurité, leur logement, leur boulot et les prix des produits alimentaires subventionnés qui leur rendent la vie tolérable.

La victoire électorale d’Ahmadinejad, vue sous une perspective historique comparative, ne saurait nous surprendre. Dans des contextes électoraux similaires, opposant des nationalistes-populistes à des libéraux pro-occidentaux, ce sont toujours les populistes qui l’ont emporté. Les exemples passés incluent Peron en Argentine et, plus récemment, Chavez au Venezuela, Evo Morales en Bolivie et même Lula da Silva au Brésil, qui, tous, ont fait preuve d’une capacité à s’assurer près de 60 % des voix, voire davantage encore, lors d’élections parfaitement libres et démocratiques. Les majorités d’électeurs, dans ces pays, préfèrent le bien-être social à la liberté débridée des marchés, ils préfèrent la sécurité nationale à l’alignement sur tel ou tel empire militaire.

Les conséquences de la victoire électorale d’Ahmadinejad peuvent désormais faire débat. Les États-Unis peuvent en conclure que le fait de continuer à soutenir une minorité, certes fort en voix, mais néanmoins battue à plate couture, ne présage rien de bon en matière d’obtention de concessions sur l’enrichissement d’uranium ou l’abandon, par l’Iran, de son soutien au Hezbollah et au Hamas. Une approche réaliste consisterait plutôt à ouvrir un débat extrêmement large avec l’Iran, et à reconnaître, comme l’a fait observer récemment le sénateur Kerry, que le fait d’enrichir de l’uranium ne saurait représenter une menace vitale pour qui que ce soit. Cette approche différerait du tout au tout d’avec celle des sionistes américains infiltrés dans le régime Obama, qui suivent leurs chefs, en Israël, qui poussent à une guerre préventive contre l’Iran, et recourent à l’argument ô combien spécieux selon lequel il n’y aurait pas de négociation possible avec un gouvernement « illégitime », à Téhéran, « illégitime », puisqu’il aurait « volé son élection » !..

Des événements récents indiquent que les dirigeants politiques en Europe, et même certains d’entre eux, à Washington, n’acceptent pas la version des mass médias sionistes, selon laquelle les élections en Iran auraient été « volées ». La Maison-Blanche n’a pas suspendu son offre de négociations avec le gouvernement nouvellement réélu, elle s’est plutôt focalisée sur la répression contre les protestataires oppositionnels (et non pas sur l’élection elle-même). De la même manière, les vingt-sept pays membres de l’Union européenne ont exprimé leur « sérieuse préoccupation au sujet de la violence en Iran », et ils ont appelé à ce que « les aspirations du peuple iranien soient satisfaites par des moyens pacifiques » et à ce que « la liberté d’expression soit respectée » [3]. A l’exception du président « français » Sarkozy, aucun leader européen n’a remis en cause le résultat des élections iraniennes.

Le joker, au lendemain de ces élections, c’est la réaction israélienne : Netanyahu a signalé à ses partisans sionistes aux États-Unis qu’ils devaient recourir au bobard de la « fraude électorale » afin d’exercer une pression maximale sur le régime Obama et de le contraindre à mettre un terme à tous ses projets de rencontrer le régime Ahmadinejad récemment confirmé par les suffrages populaires.

Paradoxalement, ce sont les commentateurs états-uniens (de gauche, de droite et du centre) qui ont gobé le bobard de la fraude électorale en Iran qui ont, par inadvertance, fourni à Netanyahu et à ses pantins états-uniens les arguments et les falsifications qu’ils diffusent abondamment : là où ils voient des guerres religieuses, nous voyons des luttes entre classes ; là où ils inventent une fraude électorale, nous constatons une tentative de déstabilisation impérialiste…



[1] Washington Post, 15 juin 2009

[2] Washington Post, 15 juin 2009

[3] Financial Times, 16 juin 2009, p. 4.

Traduction : Michel Charbonnier

19/06/2009

La CIA et le laboratoire iranien

Réseau Voltaire, 17 juin 2009

par Thierry Meyssan

La nouvelle d’une possible fraude électorale s’est répandue à Téhéran comme une traînée de poudre et a poussé dans la rue les partisans de l’ayatollah Rafsanjani contre ceux de l’ayatollah Khamenei. Ce chaos est provoqué en sous-main par la CIA qui sème la confusion en inondant les Iraniens de messages SMS contradictoires. Thierry Meyssan relate cette expérience de guerre psychologique.

En mars 2000, la secrétaire d’État Madeleine Albright a admis que l’administration Eisenhower avait organisé un changement de régime, en 1953, en Iran et que cet événement historique explique l’hostilité actuelle des Iraniens face aux États-Unis. La semaine dernière, lors de son discours du Caire adressé aux musulmans, le président Obama a officiellement reconnu qu’« en pleine Guerre froide, les États-Unis ont joué un rôle dans le renversement d’un gouvernement iranien démocratiquement élu » [1].

À l’époque, l’Iran est contrôlée par une monarchie d’opérette dirigée par le chah Mohammad Reza Pahlavi. Il avait été placé sur le trône par les Britanniques, qui avaient forcé son père, l’officier cosaque pro-nazi Reza Pahlavi, à démissionner. Cependant, le chah doit composer avec un Premier ministre nationaliste Mohammad Mossadegh. Celui-ci, avec l’aide de l’ayatollah Abou al-Qassem Kachani, nationalise les ressources pétrolières [2]. Furieux, les Britanniques convainquent les États-uniens qu’il faut stopper la dérive iranienne avant que le pays ne sombre dans le communisme. La CIA met alors en place l’Opération Ajax visant à renverser Mossadegh avec l’aide du chah, et à le remplacer par le général nazi Fazlollah Zahedi, jusque là détenu par les Britanniques. Il installera le régime de terreur le plus cruel de l’époque, tandis que le chah servira de couverture à ses exactions en posant pour les magazines people occidentaux.

L’opération Ajax fut dirigée par l’archéologue Donald Wilber, l’historien Kermit Roosevelt (le petit-fils du président Theodore Roosevelt) et le général Norman Schwartzkopf Sr. (dont le fils homonyme a commandé l’opération Tempête du désert). Elle reste un modèle de subversion. La CIA imagine un scénario qui donne l’impression d’un soulèvement populaire alors qu’il s’agit d’une opération secrète. Le clou du spectacle étant une manifestation à Téhéran avec 8 000 figurants payés par l’Agence pour fournir des photos convaincantes à la presse occidentale [3].

L’Histoire se répéterait-elle ? Washington a renoncé à attaquer militairement l’Iran et a dissuadé Israël de prendre une telle initiative. Pour parvenir à « changer le régime », l’administration Obama préfère jouer la carte —moins dangereuse, mais plus aléatoire— de l’action secrète. À l’issue de l’élection présidentielle iranienne, de vastes manifestations opposent dans les rues de Téhéran les partisans du président Mahmoud Ahmadinejad et du guide Ali Khamenei d’un côté, aux partisans du candidat malheureux Mir-Hossein Mousavi et de l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani de l’autre. Elle traduisent un profond clivage dans la société iranienne entre un prolétariat nationaliste et une bourgeoisie qui déplore d’être tenue à l’écart de la globalisation économique [4]. Agissant en sous-main, Washington tente de peser sur les événements pour renverser le président réélu.

Une nouvelle fois, l’Iran est un champ d’expérimentation de méthodes innovantes de subversion. La CIA s’appuie en 2009 sur une arme nouvelle : la maîtrise des téléphones portables.

Depuis la généralisation des téléphones portables, les services secrets anglo-saxons ont multiplié leurs capacités d’interception. Alors que l’écoute des téléphones filaires nécessite la pose de bretelles de dérivation, donc des agents sur place, l’écoute des portables peut se faire à distance grâce au réseau Échelon. Toutefois, ce système ne permet pas d’interception des communications téléphoniques via Skype, d’où le succès des téléphones Skype dans les zones de conflit [5]. La National Security Agency (NSA) vient donc de démarcher les fournisseurs d’accès internet du monde entier pour obtenir leur concours. Ceux qui ont accepté ont été grassement rétribués [6].

Dans les pays qu’ils occupent —Irak, Afghanistan et Pakistan—, les Anglo-Saxons interceptent la totalité des conversations téléphoniques qu’elles soient émises par des portables ou qu’elles soient filaires. Le but n’est pas de disposer de retranscription de telle ou telle conversation, mais d’identifier les « réseaux sociaux ». En d’autres termes, les téléphones sont des mouchards qui permettent de savoir avec qui une personne donnée est en relation. Partant de là, on peut espérer identifier les réseaux de résistance. Dans un second temps, les téléphones permettent de localiser les cibles identifiées, et de les « neutraliser ».

C’est pourquoi, en février 2008, les insurgés afghans ont ordonné aux divers opérateurs de stopper leur activité chaque jour de 17h à 03h, de manière à empêcher les Anglo-Saxons de suivre leurs déplacements. Les antennes-relais de ceux qui ont contrevenu à cet ordre ont été détruites [7].

À l’inverse, —hormis un central téléphonique touché par erreur—, les forces israéliennes se sont bien gardées de bombarder les relais téléphoniques à Gaza, lors de l’opération Plomb durci, en décembre 2008-janvier 2009. Il s’agit là d’un changement complet de stratégie chez les Occidentaux. Depuis la guerre du Golfe prévalait la « théorie des cinq cercles » du colonel John A. Warden : le bombardement des infrastructures de téléphonie était considéré comme un objectif stratégique à la fois pour plonger la population dans la confusion et pour couper les communications entre les centres de commandement et les combattants. Désormais, c’est le contraire, il faut protéger les infrastructures de télécommunications. Durant les bombardements de Gaza, l’opérateur Jawwal [8] a offert du crédit à ses abonnés, officiellement pour leur venir en aide, de facto dans l’intérêt des Israéliens.

Franchissant un pas, les services secrets anglo-saxons et israéliens ont développé des méthodes de guerre psychologique basées sur l’usage extensif des portables. En juillet 2008, après l’échange de prisonniers et dépouilles entre Israël et le Hezbollah, des robots ont lancé des dizaines de milliers d’appel vers des portables libanais. Une voix en arabe mettait en garde contre toute participation à la Résistance et dénigrait le Hezbollah. Le ministre libanais des télécom, Jibran Bassil [9], avait déposé une plainte à l’ONU contre cette flagrante violation de la souveraineté du pays [10].

Sur le même modèle des dizaines de milliers de Libanais et de Syriens ont reçu un appel automatique en octobre 2008 leur proposant 10 millions de dollars contre toute information qui permettrait de localiser et de délivrer des soldats israéliens prisonniers. Les personnes intéressées pour collaborer étaient invitées à joindre un numéro au Royaume-Uni [11].

Cette méthode vient d’être employée en Iran pour intoxiquer la population en répandant des nouvelles choquantes, et pour canaliser le mécontentement qu’elles suscitent.

En premier lieu, il s’est agit de répandre par SMS durant la nuit du dépouillement la nouvelle selon laquelle le Conseil des gardiens de la Constitution (équivalent de la Cour constitutionnelle) avaient informé Mir-Hossein Mousavi de sa victoire. Dès lors, l’annonce, plusieurs heures plus tard des résultats officiels —la réélection de Mahmoud Ahmadinejad avec 64 % des suffrages exprimés— paraissait un gigantesque trucage. Pourtant, trois jours plus tôt, M. Mousavi et ses amis considéraient la victoire massive de M. Ahmadinejad comme certaine et s’efforçaient de l’expliquer par des déséquilibres dans la campagne électorale. Ainsi l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani détaillait ses griefs dans une lettre ouverte. Les instituts de sondage US en Iran pronostiquaient une avance de M. Ahmadinejad de 20 points sur M. Mousavi [12]. À aucun moment, la victoire de M. Mousavi n’a paru possible, même s’il est probable que des trucages ont accentué la marge entre les deux candidats.

Dans un second temps, des citoyens ont été sélectionnés ou se sont fait connaître sur internet pour converser sur Facebook ou s’abonner à des fils de dépêche Twitter. Ils ont alors reçu, toujours par SMS, des informations —vraies ou fausses— sur l’évolution de la crise politique et les manifestations en cours. Ce sont ces dépêches anonymes qui ont répandu les nouvelles de fusillades et de morts nombreux ; nouvelles à ce jour non confirmées. Par un malencontreux hasard de calendrier, la société Twitter devait suspendre son service durant une nuit, le temps nécessaire à la maintenance de ses installations. Mais le département d’État des États-Unis est intervenu pour lui demander de surseoir à cette opération [13]. Selon le New York Times, ces opérations contribuent à semer la défiance dans la population [14].

JPEG - 35.8 ko
Des messages faisant état de menaces de mort, d’irruptions des forces de l’ordre à domicile, etc. émis par des auteurs impossibles à identifier ou localiser.

Simultanément, dans un effort nouveau la CIA mobilise les militants anti-iraniens aux USA et au Royaume-Uni pour ajouter au désordre. Un Guide pratique de la révolution en Iran leur a été distribué, il comprend plusieurs conseils pratiques, dont : 
- régler les comptes Twitter sur le fuseau horaire de Téhéran ; 
- centraliser les messages sur les comptes Twitter @stopAhmadi, #iranelection et #gr88 ; 
- Ne pas attaquer les sites internet officiels de l’État iranien. « Laissez faire l’armée » US pour cela (sic). 
Mis en application, ces conseils empêchent toute authentification des messages Twitter. On ne peut plus savoir s’ils sont envoyés par des témoins des manifestations à Téhéran ou par des agents de la CIA à Langley, et l’on ne peut plus distinguer le vrai du faux. Le but est de creer toujours plus de confusion et de pousser les Iraniens à se battre entre eux.

Les états-majors, partout dans le monde, suivent avec attention les événements à Téhéran. Chacun tente d’évaluer l’efficacité de cette nouvelle méthode de subversion dans le laboratoire iranien. À l’évidence, le processus de déstabilisation a fonctionné. Mais il n’est pas sûr que la CIA puisse canaliser les manifestants pour qu’ils fassent eux-mêmes ce que le Pentagone a renoncé à faire et qu’ils n’ont aucune envie de faire : changer le régime, clore la révolution islamique.


[1] « Discours à l’université du Caire », par Barack Obama, Réseau Voltaire, 4 juin 2009.

[2] « BP-Amoco, coalition pétrolière anglo-saxonne », par Arthur Lepic, Réseau Voltaire, 10 juin 2004.

[3] Sur le coup de 1953, l’ouvrage de référence est All the Shah’s Men : An American Coup and the Roots of Middle East Terror, par Stephen Kinzer, John Wiley & Sons éd (2003), 272 pp. Pour les lecteurs francophones, signalons le dernier chapitre du récent livre de Gilles Munier, Les espions de l’or noir, Koutoubia éd (2009), 318 pp.

[4] « La société iranienne paralysée », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 février 2004.

[5] « Taliban using Skype phones to dodge MI6 », par Glen Owen,Mail Online, 13 septembre 2008.

[6] « NSA offering ’billions’ for Skype eavesdrop solution », par Lewis Page, The Register, 12 février 2009.

[7] « Taliban Threatens Cell Towers », par Noah Shachtman, Wired,25 février 2008.

[8] Jawwal est la marque de PalTel, la société du milliardaire palestinien Munib Al-Masri.

[9] Jibran Bassil est un des principaux leaders du Courant patriotique libre, le parti nationaliste de Michel Aoun.

[10] « Freed Lebanese say they will keep fighting Israel », Associated Press, 17 juillet 2008.

[11] L’auteur de cet article a été témoin de ces appels. On pourra aussi consulter « Strange Israeli phone calls alarm Syrians. Israeli intelligence services accused of making phone calls to Syrians in bid to recruit agents », Syria News Briefing, 4 décembre 2008.

[12] Cité dans « Ahmadinejad won. Get over it », par Flynt Leverett et Hillary Mann Leverett, Politico, 15 juin 2009.

[13] « U.S. State Department speaks to Twitter over Iran », Reuters, 16 juin 2009.

[14] « Social Networks Spread Defiance Online », par Brad Stone et Noam Cohen, The New York Times, 15 juin 2009.

16/06/2009

Elections en Iran : Et si Ahmadinejad avait vraiment gagné ?

mardi 16 juin 2009 - 14h:17

Robert Parry - Le Grand Soir

arton8751-a189b.jpg

L’idée que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a volé sa réélection par la fraude aux dépens de la « révolution verte » de Mir-Hossein Mousavi - soutenu par les milieux intellectuels et les classes moyennes - est petit à petit en train de s’installer comme un fait acquis.

Et pourtant la forte participation, estimée à environ 85%, était présentée comme la garantie d’une victoire écrasante d’Ahmadinejad, considéré comme l’allié des iraniens plus traditionnels des classes ouvrières et paysannes.

C’est ce qu’affirment Ken Ballen and Patrick Doherty dans un article du Washington Post qui citent les conclusions d’un sondage qu’ils ont mené à travers tout le pays au mois de mai et qui prévoyait pratiquement la même avance en voix - de l’ordre de 2 pour 1 en faveur d’Ahmadinejad - que celle annoncée à la sortie des urnes.

Ballen et Doherty démolissent aussi un des principaux arguments avancés par de nombreux observateurs qui affirment qu’il y a eu fraude. Cet argument est que Mousavi, un Azeri, avait très certainement gagné dans les circonscriptions à majorité Azeri mais où Ahmadinejad est sorti vainqueur. Cependant, Ballen et Doherty rappellent que « notre sondage montre... que les deux tiers des Azeri préfèrent Ahmadinejad à Mousavi ».

Leur sondage contredit aussi une idée largement partagée par les grands média selon laquelle la jeunesse branchée sur Internet soutient Mousavi. Ils ont trouvé que seul 1 Iranien sur 3 a accès à l’Internet et que « les intentions de vote en faveur d’Ahmadinejad parmi les 18-24 ans étaient plus fortes que dans toute autre tranche d’âge de la population ».

Néanmoins, la précipitation des médias américains à parler de « fraude » est en train de créer une réalité politique à laquelle sont confrontées à la fois Washington et Téhéran. Un des jugements à l’emporte-pièce des médias est qu’Ahmadinejad a « volé » ces élections et que cela prouverait que les faucons israéliens et les néoconservateurs américains avaient raison lorsqu’ils affirmaient qu’il était impossible de traiter avec l’Iran d’une manière rationnelle, que le Président Barack Obama était le « grand perdant » et que le recours à la force est la seule option possible s’agissant de l’Iran. 

Il est curieux de constater comment les médias américains s’intéressent soudainement à la régularité d’une élection alors que ces derniers ont ignoré, tourné en ridicule ou même couvert le vol de l’élection présidentielle de 2000 par George W. Bush ainsi que celle de 2004.

En 2000, la Floride - état contrôlé par le frère de Bush, Jeb, et ses partisans - fut le théatre d’irrégularités à grande échelle. Ensuite, lorsqu’un recomptage des voix a été initié, les hommes de campagne de Bush ont envoyé à Miami des hooligans en costume cravate pour y organiser des émeutes destinées à déstabiliser le recomptage. Finalement, Bush a obtenu que cinq juges Républicains de la Cour Suprême des Etats-Unis ordonnent l’interruption du recomptage et déclarent Bush vainqueur.

La presse US fut extraordinairement silencieuse sur ce vol d’élection bien documenté. Même lorsqu’il était devenu évident qu’Al Gore avait remporté la majorité des suffrages et aurait remporté la Floride si tous les bulletins avaient été comptés, les principaux médias US, dont le New York Times et CNN, ont déformé les faits pour protéger la « légitimité » de Bush.

De même, de graves irrégularités ont entaché l’élection de 2004, particulièrement dans l’état du Ohio, et n’ont jamais fait l’objet d’un examen sérieux par les mass média, qui ont préféré dénigrer les sites internet (dont le notre, Consortiumnews.com) et les groupes de citoyens en les qualifiant de « théoriciens du complot » lorsqu’ils ont voulu attiré l’attention sur d’étranges résultats en faveur de Bush données par les machines à voter.

Cependant, lorsqu’une élection se déroule dans un pays étranger et qu’un candidat « impopulaire » semble se faire élire, là les règles changent. Tous ceux qui n’admettent pas immédiatement qu’il y a eu fraude sont des naïfs ; chaque « théorie du complot » est complaisamment citée tandis que les preuves du contraire sont minimisées ou ignorées, par exemple le vote des Azéris révélé par Ballen et Doherty.

Note de P&P : cette situation rappelle ce qui est arrivé à Hugo Chavez, qui a subi le même opprobre qu'Ahmadinejad de la part des pays occidentaux ainsi que, dans son propre pays, de l'élite nantie minoritaire, alors qu'il avait le soutien de la majorité du peuple.

C'est d'ailleurs l'occasion de revoir l'excellent documentaire "The Revolution will not be televised", sur le coup d'État contre Hugo Chavez en 2002.

L’autre ironie de cette histoire est que les leaders religieux iraniens ont ordonné une enquête sur les accusations de fraude dans un pays pas spécialement réputé pour ses institutions démocratiques. Mais c’est déjà plus que les américains n’ont obtenu en 2000 et 2004.

16 juin 2009 - Le Grand Soirarticle original - Traduction VD pour le Grand Soir

La grande, internationale, démoniaque et vraiment effrayante menace iranienne

par William Blum
Mondialisation.ca, Le 9 juin 2009

 

Les Etats-Unis « font face à une menace nucléaire iranienne » - article du Chicago Tribune et autres grands journaux, 26 mai 2009.

« La menace croissante des missiles de la Corée du Nord et de l’Iran » - article dans le Washington Post et autres grands journaux, 26 mai 2009.

« La menace iranienne dépasse les clivages religieux. Malgré leur sectarisme, les communautés musulmanes devraient s’opposer aux tentatives de l’Iran ... d’étendre l’extrémisme shiite et son influence à travers le monde. » - éditorial du Boston Globe, 27 mai 2009.

« Un mal purulent. On ne peut rester les bras croisés devant la menace iranienne » - titre de Investor’s Business Daily, 27 mai 2009.

Voici un très petit échantillon des journaux américains, en deux jours.

« 51% des israéliens soutiennent une frappe israélienne immédiate contre les sites nucléaires iraniens » - BBC, 24 mai 2009.

Après son entrée en fonction, le jour de la commémoration de l’Holocauste (Holocaust Memorial Day), le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit : « nous ne permettrons pas à des négationnistes [le président iranien Mahmoud Ahmadinejad] d’entreprendre une nouvel holocauste. » Haaretz, 14 mai 2009.

A l’instar de la paranoïa clinique, « la menace iranienne » est insensible aux arguments rationnels.

Deux nouveaux romans viennent d’être publiés par de grandes maisons d’édition américaines, des thrillers qui décrivent un Iran en possession de l’arme nucléaire et qui présentent tous les dangers qui en découleraient -Banquo’s Ghost par Rich Lowry & Keith Korman, et The increment par David Ignatius. « Bombe, bombe, bombe, bombardons l’Iran » déclare un officiel de la CIA dans le dernier roman. L’autre raille l’idée même d’un « dialogue » avec l’Iran tout en laissant entendre que la torture est acceptable. (1)

Le 12 mai, à New York City, un débat était organisé sur le sujet « la voie diplomatique avec l’Iran est une impasse. » (en bon français : « faut-il bombarder l’Iran ? ») Répondant par l’affirmatif, on y trouvait Liz Cheney, ancienne fonctionnaire du Département d’Etat (et fille d’un certain criminel de guerre qui n’a toujours pas été jugé) et Dan Senor, ancien porte-parole de l’Autorité provisoire de la Coalition à Bagdad. Leurs « contradicteurs » étaient R. Nicholas Burn, ancien sous-secrétaire d’Etat, et Kenneth Pollack, ancien membre du Conseil de Sécurité Nationale et analyste de la CIA et auteur de « The Threatening Storm : The Case for Invading Iraq » (la tempête qui menace : plaidoyer pour une invasion de l’Iran), un livre qui, sans surprise, n’est pas resté longtemps sur les rayons. (2)

Voilà ce qu’on appelle un « débat » sur la politique étrangère US dans l’Amérique de la première décennie du 21ème siècle après Jésus-Christ – quatre éminents membres de l’establishment. Si un tel « débat » avait été organisé dans l’Union Soviétique pendant la Guerre Froide (« la détente avec les États-Unis est une impasse »), les grands médias américains auraient éclaté de rire, et à l’unisson. Le débat avait été organisé par la conservatriceFondation Rosenkranz, mais même si une organisation libérale (par opposition à progressiste ou de gauche radicale) avait organisé un tel débat, il y aurait probablement eu un éventail idéologique plus large chez les participants, mais il est peu probable par contre qu’on aurait entendu contester un seul des mythes concernant l’Iran.

Voici les mythes en question, que j’ai déjà abordés dans d’autres écrits, mais comme ils sont systématiquement matraqués dans les médias, je pense qu’il faut rappeler les contre arguments.

L’Iran n’a pas droit aux armes nucléaires : il n’y a pourtant aucune loi internationale qui dit que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Chine, Israël, la France, le Pakistan, et l’Inde ont droit aux armes nucléaires, mais pas l’Iran. L’Iran a toutes les raisons de se sentir menacé. Cela dit, le rapport conjoint des services de renseignement des Etats-Unis, le National Intelligence Estimate (NIE), de décembre 2007, intitulé Iran : intentions nucléaires et capacités, prend soin de préciser, en caractères gras et italiques : « le NIE ne pense pas que l’Iran cherche à acquérir des armes nucléaires. » Plus loin : « nous estimons avec une grande certitude qu’à l’automne 2003, Téhéran avait mis fin à son programme de développement d’armes nucléaires. »

Ahmadinejad est un négationniste : je n’ai pas encore lu quelque chose d’Ahmadinejad qui affirme simplement, clairement et sans ambiguïté que ce que nous appelons l’Holocauste n’a jamais eu lieu. Par contre, il a fait remarquer cette particularité que l’injustice de l’Holocauste qui s’est produit en Europe a donné lieu à la création d’un état pour les juifs dans le Moyen Orient et non en Europe. Pourquoi les Palestiniens sont-ils en train de payer pour un crime allemand ? demande-t-il. Et il a aussi remis en question le chiffre de 6 millions de juifs tués par l’Allemagne nazie, comme beaucoup d’autres l’ont déjà fait et de tous horizons politiques.

Ahmadinejad a prôné le recours à la violence contre Israël : sa remarque de 2005, « rayer Israël de la carte », est non seulement une traduction douteuse mais en plus a été mal interprétée, comme le démontre sa déclaration l’année suivante : « le régime sioniste disparaîtra bientôt, comme a disparu celui de l’Union Soviétique, et l’humanité connaîtra la liberté » (3). A l’évidence, il ne faisait pas allusion à la violence contre Israël puisque la dissolution de l’Union Soviétique s’est déroulée pacifiquement.

L’Iran n’a pas le droit de fournir des armes au Hamas et au Hezbollah : par contre, les Etats-Unis, nous dit-on, ont tous les droits de fournir des armes à Israël et l’Egypte.

Le fait qu’Obama se déclare prêt à « dialoguer » avec certains « ennemis » comme l’Iran, plus que l’administration Bush, sonne plutôt bien. Mais il n’est pas besoin d’être trop cynique pour penser qu’il ne s’agit là que d’une phrase destinée à l’opinion publique. Seul compte un changement de politique. Pourquoi Obama ne déclare-t-il pas tout simplement que les Etats-Unis n’attaqueront pas l’Iran si l’Iran n’attaque pas en premier les Etats-Unis, Israël, ou n’importe quel autre pays ? De plus, l’administration Bush a eu plusieurs contacts avec les Iraniens.

Il faut aussi garder à l’esprit ceci : le Washington Post, du 5 mars 2009, a écrit : « un haut fonctionnaire israélien à Washington » a affirmé que « Il est peu probable que l’Iran lance ses missiles contre Israël à cause de la certitude d’une riposte ». C’était la dernière phrase de l’article et, selon une recherche poussée dans la base Nexis [base de données des articles parus dans la presse – NDT], il n’a été repris par aucun autre média anglophone dans le monde.

En 2007, lors d’une conversation privée, le ministre israélien des affaires étrangères Tzipi Livni a dit que selon elle « les armes nucléaires iraniennes ne représentent pas une menace existentielle pour Israël. » Elle a aussi « critiqué les exagérations du Premier ministre (israélien) Ehud Olmert sur les enjeux de la bombe iranienne, en affirmant qu’il tentait de rallier l’opinion publique en jouant sur la peur. » Ceci fut publié sur Haaretz.com, le 25 octobre 2007 (édition papier du 26 octobre) mais dans aucun média US, ni aucun autre média anglophone dans le monde sauf la BBC qui a cité l’agence de presse iranienne Mehr, le 27 octobre.

Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non, c’est ChangeMan !

Au mois de janvier 2006 j’avais été invité à participer à une foire du livre à Cuba, où un de mes livres venait d’être traduit en espagnol et devait être présenté. Tous mes frais étaient pris en charge par le gouvernement cubain et j’étais impatient de participer. [note du traducteur : le précision de Blum sur les dépenses vient du fait que l’administration US « autorise » certains voyages d’américains à Cuba, mais « à condition » que ceux-ce n’y dépensent pas plus qu’une somme minime – env. 150 dollars, de mémoire, et « tout compris » - au cours de leur séjour, sinon ce serait considéré comme une violation de l’embargo] Mais il y avait un petit problème – le gouvernement des Etats-Unis ne m’a pas donné l’autorisation d’y aller. Ma demande d’autorisation de voyage à Cuba avait déjà été rejetée une fois en 1998 par l’administration Clinton. (A cette occasion j’y suis allé quand même et j’ai eu beaucoup de chance à mon retour de ne pas me faire attraper par la police des frontières, ce qui m’aurait valu une amende de plusieurs milliers de dollars.) J’en parle parce que les supporters d’Obama voudraient nous faire croire – comme ils le croient eux-mêmes - que leur ChangeMan a été très occupé à changer beaucoup de choses importantes, Cuba n’étant qu’un exemple parmi d’autres. Mais je n’ai toujours pas le droit de voyager à Cuba.

Le seul véritable changement opéré par l’administration Obama concernant Cuba est que les Cubano-américains ayant de la famille sur l’île sont autorisés à s’y rendre et à envoyer de l’argent sans limitation de montant. Le 13 avril, la Maison Blanche a publié une liste de plusieurs autres mesures concernant les compagnies de téléphone, mais leur signification pratique n’est pas claire, particulièrement en ce qui concerne l’accès à Internet pour Cuba. Les anticastristes américains ont toujours mis les déficiences d’accès à Internet à Cuba sur le dos de la fameuse « censure communiste », alors que l’accès technique à Internet et le coût prohibitif des communications sont principalement entre les mains et du ressoirt de sociétés américaines. Microsoft, par exemple, interdit à Cuba d’utiliser certaines fonctions de Messenger, son service de messagerie instantanée. (4) Et Google a bloqué l’accès pour Cuba à de nombreuses fonctions. (5) Le Venezuela et Cuba travaillent actuellement sur un projet de câble sous-marin qui leur permettra d’être moins dépendants des gringos.

L’embargo économique tous azimuts des Etats-Unis, qui provoque des difficultés aux dépens du peuple cubain, est toujours en place. Voici ChangeMan lors d’une récente conférence de presse :

Journaliste : merci M. le Président. Vous avez entendu de nombreux dirigeants d’Amérique latine dire qu’ils voulaient la levée de l’embargo contre Cuba. Vous avez dit que son maintien constituait un moyen de pression important. Mais en 2004, vous étiez en faveur de la levée de l’embargo. Vous avez dit qu’il n’avait pas réussi à améliorer le niveau de vie des gens, qu’il faisait souffrir les innocents, et qu’il était temps de reconnaître que cette politique avait échoué. Qu’est-ce qui vous a fait changer d’opinion ?

Président : Eh bien, 2004, ça parait loin. Qu’est-ce que je faisais en 2004 ?

Journaliste : vous vous présentiez au Sénat.

Président : C’était pendant – je me présentais au Sénat. C’est ça.

(6)Oui, c’est ça. Il ne faut pas confondre rhétorique de campagne électorale et le monde réel de ChangeMan.

Le cas des Cinq Cubains est un autre exemple où ChangeMan pourrait porter secours. Ce détournement scandaleux de la Justice où Cinq Cubains, envoyés aux Etats-Unis pour tenter d’empêcher de futures attaques terroristes contre Cuba organisées par les anticastristes en Floride, ont été eux-mêmes été arrêtés par le FBI sur la base d’informations fournies par le gouvernement cubain comme contribution à la lutte contre le terrorisme. (7)

Les Cinq Cubains sont en prison aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans. Vers le 15 juin, la Cour Suprême doit rendre une décision quant à la recevabilité de leur appel. L’administration Clinton les a fait arrêter. L’administration Bush a poursuivi la persécution froide, cruelle et sans fondements pendant huit années de plus. Mais voici l’administration ChangeMan. Youpi ! Oh... à la fin du mois de mai, l’administration ChangeMan a demandé à la Cour de rejeter la demande des Cinq, et le 2 juin, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton a déclaré lors d’une réunion de l’Organisation des Etats Américains : « je veux insister sur le fait que les Etats-Unis sous l’administration Obama a adopté une politique totalement différente envers Cuba. » (8)

Une autre occasion pour ChangeMan de voler au secours concerne encore Cuba – la fermeture de la prison de Guantanamo. Mais notre héros une fois de plus montre un manque de courage politique et d’imagination. S’il existe vraiment des éléments qui indiquent que certains détenus représentent un réel danger, qu’on les juge devant un tribunal civil aux Etats-Unis, qu’ils puissent jouir de leurs droits, d’une véritable défense, en rejetant tous les éléments à charge gardés secrets et les aveux obtenus sous la torture. S’ils sont déclarés coupables – et avec un jury américain dans un procès pour « terrorisme », ce serait probablement le cas – qu’on les emprisonne dans une des prisons de haute sécurité des Etats-Unis, qui hébergent déjà 355 hommes qualifiés de « terroristes ». (9) Les nouveaux venus ne représenteront pas plus un danger que ceux qui y sont déjà enfermés.

Cependant, s’ils sont déclarés innocents, alors qu’on les libère. Ce qui serait beaucoup plus simple que de leur trouver un pays d’accueil, y compris les Etats-Unis. Jusqu’à présent, Washington a sans cesse répété au monde entier qu’ils étaient « de la pire espèce ». Il n’est pas étonnant alors qu’aucun pays n’accepte de les accueillir. Mais s’ils sont jugés et acquittés, la situation serait totalement différente.

Alors, M. Obama, on attend votre coup de fil.

Cela fait partie de l’idéologie de l’Amérique que de faire semblant qu’elle n’a pas d’idéologie.

Oh ! Une femme vient d’être nommée à la Cour Suprême de Justice. Une femme dont les parents sont originaires de Porto Rico. Une Latina ! Une juge latina à la Cour Suprême ! Hourrah pour l’Amérique.

Qu’est-ce que ça peut bien nous faire ? Clarence Thomas est juge à la Cour Suprême. Il est noir. Il est aussi réactionnaire qu’il est possible de l’être. Tout le monde devrait s’en ficher que Sonia Sotomayor soit une femme aux origines latino américaines. La seule chose qui importe c’est sa politique. Son idéologie. Ses positions sur d’importantes questions sociales et politiques. Oui, je sais, nous sommes en train de parler de la Loi, sa majesté la Loi, de juges qui sont des sages, des sages impartiaux, qui étudient les subtilités et l’histoire de la Loi, des experts sur la Constitution des Etats-Unis, insensibles et au-dessus des chamailleries partisanes, qui tiennent compte de la jurisprudence et définissent le cadre des jugements futurs.

N’en croyez pas un mot. Cela pourrait être vrai dans les rares affaires présentées devant la Cour Suprême qui ne touchent à aucune question idéologique. A part ça, les juges sont partiaux comme tout être humain, nommés par un président partial, et confirmés par des membres partiaux du Sénat.

Patrick Martin faisait récemment remarquer sur le site World Socialist Web : « au cours des 12 dernières années, sous deux présidents Démocrates et un président Républicain, le poste de Secrétaire d’Etat (ministre des affaires étrangères – ndt) a été occupé, dans l’ordre, par une femme blanche, un homme noir, une femme noire, une femme blanche. » (10) Et tous adoraient l’Empire. Lorsque l’Empire l’a demandé, ils ont bombardé, envahi et tué ; ils ont renversé, occupé, torturé et menti ; et ils ont tous prêté allégeance à Israël et à leurs multinationales.

Nous voilà à présent avec un président noir. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est ni Martin Luther King, ni Malcolm X, ni Stokely Carmichael. Ses décisions et ses nominations ont toutes été effectuées dans le cadre d’une politique légèrement à gauche du centre ou franchement conservatrice et impérialiste, à droite. Il réchigne plus à être qualifié de progressiste - où d’être surpris à collaborer avec eux - que d’être qualifié de conservateur. L’Equipe Obama considère la gauche comme une vieille tante excentrique qui se pointe régulièrement aux réunions de famille et qui met tout le monde mal à l’aise et que tout le monde voudrait voir partir.

L’Amérique, et le monde, doivent devenir des adultes. Oubliez la couleur de la personne. Oubliez sa race. Oubliez son sexe. Oubliez ses orientations sexuelles. Oubliez même sa classe sociale d’origine. Et observez la classe sociale que la personne sert. Et comprenez que cette personne ne serait pas dans la position où elle se trouve, ni nominée à une telle position, s’il y avait le moindre doute sur sa loyauté envers les principes capitalistes ou la domination américaine sur le monde.

Il importe peu aussi que le président s’exprime en phrases semi-articulées d’une façon comique ou s’il arrive à faire des phrases complètes et grammaticalement correctes. Gardez un oeil sur sa politique.

Obama

Aux nombreux fans de Barack Obama, à gauche, au centre, à droite, et aux Obamaniacs apolitiques, mon conseil est le suivant : lisez Being there de Jerzy Kosinski, ou regardez le film avec Peter Sellers. Lisez aussi Les Nouveaux Habits de l’Empereur de Hans Christian Andersen.

« Les hommes sombrent collectivement dans la folie, mais ne retrouvent la raison qu’individuellement. » - Charles Mackay, journaliste écossais du 19ème siècle.


Lire l'article original en anglais : Media Disinformation and the "Iranian Threat", The great, international, demonic, truly frightening Iranian threat,
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid..., publié le 5 juin 2009.

Traduction : VD pour le Grand Soir http://www.legrandsoir.info.

Notes

1. Washington Post, May 26, 2009 book review

2. Washington Post, May 15, 2009

3. Associated Press, December 12, 2009

4. Associated Press, June 2, 2009

5. Does Google Censor Cuba ?
http://www.juventudrebelde.co.cu/cuba/2007-09-29/does-goo...

6. White House Press Office, April 19, 2009

7. Cuban Political Prisoners ... in the United States
http://www.killinghope.org/bblum6/polpris.htm
en français http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr/spip.php?article211

8. Washington Post, June 3, 2009.

9. "There Are Already 355 Terrorists in American Prisons", Slate Magazine, May 29, 2009
http://www.slate.com/id/2219268/

10. "The fundamental social division is class, not race or gender", World Socialist Web Site, May 28, 2009
http://www.wsws.org/articles/2009/may2009/pers-m28.shtml


William Blum est l’auteur de :

- Killing Hope : US Military and CIA Interventions Since World War 2 (en français : “Guerres Scélérates...”, éd. Parangon)

http://www.legrandsoir.info/Les-guerres-scelerates-interv...

- Rogue State : A Guide to the World’s Only Superpower (en français : “Etat Voyou” éd. Parangon)

- West-Bloc Dissident : A Cold War Memoir

- Freeing the World to Death : Essays on the American Empire

01/06/2009

Qui va confronter les États-Unis et Israël ?

Paul Craig Roberts, 28 mai 2009

Bellaciao

Les grands titres disent : "Obama appelle le monde entier à confronter la Corée du Nord". Les États-Unis, a dit Obama, sont déterminés à protéger "la paix et la sécurité du monde".

Double langage, double pensée, 1984.

La Corée du Nord est un bien petit pays. La Chine par elle-même pourrait régler ce cas en peu de temps. Malgré cela, le président des États-Unis croit qu’il faut le monde entier pour confronter la Corée du Nord.

Ce dont nous sommes témoins, c’est que les gangsters de Washington sont encore à fabriquer une autre menace comme l’étaient les Slobodan Milosevic, Osama bin Laden, Saddam Hussein, John Walker Lindh, Yaser Hamdi, José Padilla, Sami al-Arian, Hamas, Mahmoud Ahmadinejad, et les malheureux détenus que l’ancien secrétaire à la défense Rumsfeld qualifiait de "700 plus dangereux terroristes au monde" et qui furent torturés pendant six ans à Gitmo pour être doucement relâchés par la suite. Juste une autre erreur, désolé.

Le complexe militaro-sécuritaire qui dirige les États-Unis avec le lobby israélien et les banquiers a besoin d’une liste interminable de dangereux ennemis pour que l’argent des contribuables continue à entrer dans leurs coffres.

Le lobby du "Homeland Security" a aussi besoin de menaces sans fin pour convaincre les Américains qu’ils doivent abandonner leurs libertés civiles s’ils veulent vivre en sécurité.

De là, la vraie question : "Qui va confronter les gouvernements des États-Unis et d’Israël?"

Qui va protéger les libertés civiles des citoyens américains et des citoyens israéliens, spécialement celles des dissidents israéliens et des citoyens israéliens d’origine arabe ?

Qui va protéger les Palestiniens, Irakiens, Afghans, Libanais, Iraniens, et Syriens des Americains et des Israéliens?

Pas Obama, et pas les chemises brunes qui dirigent présentement Israël.

La suggestion d’Obama que rien de moins que le monde entier est nécessaire pour stopper la Corée du Nord est époustouflante, mais cette suggestion n’est rien en comparaison avec la garantie d’Obama que les États-Unis vont protéger "la paix et la sécurité du monde".

N’est-ce pas la même Amérique qui a bombardé la Serbie, incluant les bureaux diplomatiques chinois et des trains de passagers, et a libéré le Kosovo de la Serbie pour le donner à un groupe de barons de la drogue musulmans du Kosovo, leur prêtant des troupes de l’OTAN pour protéger leurs opérations ?

N’est-ce pas la même Amérique qui est responsable de la mort d’approximativement un million d’Irakiens, faisant d’innombrables veuves et orphelins et faisant en sorte qu’un Irakien sur cinq se retrouve réfugié ?

N’est-ce pas la même Amérique qui empêche le reste du monde de condamner Israel pour ses attaques meurtrières sur des civils libanais en 2006 et sur Gaza plus récemment, la même Amérique qui a couvert Israël dans sa confiscation de la Palestine au cours des 60 dernières années, une confiscation qui a produit 4 millions de réfugiées palestiniens chassés de leurs maisons et leurs villages par la terreur et la violence israélienne ?

N’est-ce pas la même Amérique qui a tenu des exercices militaires dans des anciennes républiques soviétiques encerclant la Russie avec des bases de missiles ?

N’est-ce pas la même Amérique qui a fait des ruines de l’Afghanistan en bombardant le pays faisant du même coup bien des victimes civiles ?

N’est-ce pas la même Amérique qui a commencé une nouvelle et horrible guerre au Pakistan, une guerre qui dès les premiers jours a produit un million de réfugiés ?

"La paix et la sécurité du monde". "Le monde de qui ?"

À son retour de sa consultation avec Obama à Washington, la chemise brune de premier ministre israélien Benjamin Netanyahu declarait que c’était la responsabilité d’Israël d’éliminer la menace nucléaire de l’Iran.

Quelle menace nucléaire? Les services de renseignements américains sont unanimes dans leur conclusion que l’Iran n’a pas eu de programme d’armes nucléaires depuis 2003. Les inspecteurs l’Agence de l’Énergie atomique rapporte qu’il n’y a aucun signe de programme d’armes nucléaires en Iran.

L’Iran bombarde qui ? Combien de réfugiés fuyant pour leur vie l’Iran fait-il ?

La Corée du Nord bombarde qui ?

Les deux grands pays meurtriers producteurs de réfugiés sont les États-Unis et Israël. À leurs deux, ils ont tué et déplacé des millions de personnes qui n’étaient une menace pour personne.

Il n’y a pas de pays sur terre qui rivalise avec les États-Unis et Israël pour la violence barbare et meurtrière.

Mais Obama nous donne l’assurance que les États-Unis protégeront "la paix et la sécurité du monde." Et la chemise brune Netanyahu assure qu’Israel sauvera le monde de la "menace iranienne".

Où sont les médias ?

Pourquoi les gens ne sont-ils pas tordus de rire ?

05/04/2009

Entretien avec Thierry Meyssan

opinions_090403_meyssan.jpg
© inconnu


Réfugié au Liban, Thierry Meyssan a accordé une longue interview dans laquelle il livre son analyse décoiffante de la situation internationale. Une analyse qui rejoint souvent celle d'Egalité et Réconciliation.



Thierry Meyssan, on ne vous voit plus en France, que devenez-vous ?



Je vis actuellement au Liban. Après l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, j’ai été directement menacé par de hauts fonctionnaires français. Des amis au ministère de la Défense, m'ont informé que les États-Unis me considèrent comme un danger pour leur sécurité nationale. Dans le cadre de l'OTAN, ils ont demandé aux services alliés de me neutraliser et certains Français semblaient vouloir faire du zèle. J’ai donc pris la décision non seulement de quitter la France, mais la zone OTAN. Après avoir erré de Caracas à Damas en passant par Moscou, je me suis fixé à Beyrouth où je me suis placé au service de la Résistance.



Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?



Je travaille actuellement à un livre d’analyse sur l’administration Obama, ses origines, sa composition, ses projets etc. Une première édition, limitée à quelques exemplaires, sera adressée à des quelques leaders le mois prochain. Puis une édition grand public sera publiée dans diverses langues à l'automne. Je vis exclusivement de ma plume et je collabore à des journaux ou magazines dans le domaine de la politique internationale, au Proche-Orient et en Russie.



Quelle analyse faite vous de l’évolution de la politique américaine ?


Aujourd’hui se dégage un relatif consensus sur le constat d’échec de la politique Bush, le surdéploiement militaire, les conséquences néfastes de l’unilatéralisme sur les relations avec les alliés et la perte de leadership. A partir de 2006, James Baker et Lee Hamilton, qui présidaient une commission créée par le Congrès pour évaluer la stratégie en Irak, ont milité en faveur d’un retour à une position plus sage. Ils ont préconisé un retrait d’Irak et un prudent rapprochement avec les pays riverains (Syrie, Iran) indispensable pour éviter que le départ des GI's ne tourne à la débâcle, comme au Vietnam. Ils ont fait tomber la tête de Donald Rumsfeld, et ont imposé un membre de leur commission, Robert Gates, pour lui succéder. Mais s'ils ont gelé la politique de « remodelage du Grand Moyen-Orient », ils ne sont pas parvenus à y faire renoncer George Bush et Dick Cheney; raison pour laquelle il a fallu organiser une rupture avec Barack Obama.


En réalité Obama avait été lancé dans la course au Sénat fédéral et à la présidence dès 2004. Il a fait son entrée en scène lors de la convention démocrate pour l'investiture de John Kerry. Il n'était alors qu'un obscur parlementaire de l'Assemblée de l'Illinois, mais il était déjà encadré et entrainé par Abner Mikva et ses hommes (Jews for Obama) et soutenu par la finance anglo-saxonne (Goldman Sachs, JP Morgan, Excelon…). Les multinationales inquiètes de perdre des parts de marché au fur et à mesure de la montée de l'anti-impérialisme (Business for Diplomatic Action), les partisans de la Commission Baker-Hamilton, les généraux en révolte contre les aventures erratiques des néo-conservateurs, et d'autres encore, se sont progressivement ralliés à lui.


Les Français croient souvent que le président des États-Unis est élu au second degré par de grands électeurs. C'est faux. Il est élu par un collège dont les membres sont désignés par des notables. En 2000, la Cour suprême a rappelé que le vote des citoyens n'était que consultatif et que le gouverneur de Floride pouvait nommer les délégués de son État au collège électoral présidentiel sans même attendre le dépouillement du scrutin général.
Dans ce système oligarchique, il y a un parti unique avec deux courants : les républicains et les démocrates. Juridiquement, ils ne forment pas des entités distinctes. Ainsi, ce sont les États qui organisent les primaires, pas les pseudos-partis. Il n'y a donc rien de surprenant à ce que Joe Biden et Barack Obama soient l'un et l'autre de vieux amis de John McCain. Ainsi, McCain préside l'Institut Républicain International, un organe du département d'État chargé de corrompre les partis de droite dans le monde; tandis qu'Obama travaille au sein de l'Institut Démocrate National, présidé par Madeleine Albright et chargé de la corruption des partis de gauche. Ensemble, Obama, McCain et Albright ont participé à la déstabilisation du Kenya, lors d'une opération de la CIA pour imposer un cousin d'Obama comme Premier ministre.


Tout ceci pour dire qu’Obama n’est pas sorti de nulle part. C'est un spécialiste de l’action secrète et de la subversion. Il a été recruté pour faire un travail bien précis.


Si les objectifs de la coalition hétéroclite qui le soutient sont globalement les mêmes, il n’existe pas de consensus dans le détail entre ses composantes. Ceci explique l’incroyable bataille à laquelle ont donné lieu les nominations et l'aspect toujours équivoque des discours d'Obama.


Quatre pôles se livrent bataille :


  • Le pôle Défense, autour de Brent Scowcroft, des généraux opposés à Rumsfeld et bien sûr de Robert Gates, aujourd'hui le véritable maître à Washington. Ils préconisent la fin de la privatisation des armées, une sortie « honorable » d’Irak mais la poursuite de l’effort états-unien en Afghanistan pour ne pas donner l'impression d'une débandade, et enfin un accord avec les Iraniens et les Syriens. Pour eux, la Russie et la Chine restent des rivaux qu'il faut isoler et paralyser. Ils abordent la crise financière comme une guerre au cours de laquelle ils vont perdre des programmes d'armement et diminuer le format des armées, mais doivent maintenir une supériorité relative. Peu importe qu'ils perdent en puissance, s'ils restent les plus forts.


  • Les départements du Trésor et du Commerce, autour de Tim Geithner et Paul Volcker, les protégés des Rockefeller. Ils sont issus de la Pilgrim's Society et s'appuient sur le Groupe des Trente, le Peterson Institute et la Commission trilatérale. Ils sont soutenus par la reine Elizabeth II et veulent sauver à la fois Wall Street et la City. Pour eux la crise est un coup dur puisque les revenus de l'oligarchie financière sont en chute libre, mais c'est surtout une occasion rêvée de concentrer le capital et de piétiner les résistances à la globalisation. Ils sont obligés temporairement de réduire leur train de vie pour ne pas susciter de révolutions sociales, mais ils peuvent simultanément s'enrichir en rachetant des fleurons industriels pour une bouchée de pain. Sur le long terme, ils ont le projet d'instaurer —non pas un impôt mondial sur le droit de respirer, ce serait grossier—, mais une taxe globale sur le CO2 et une Bourse des droits d'émission —ce qui revient à peu prés au même en paraissant écolo—. Contrairement au Pentagone, ils militent pour une alliance avec la Chine, du fait notamment qu’elle détient 40 % des bons du Trésor US, mais aussi pour empêcher l'émergence d'un bloc économique extrême-asiatique centré sur la Chine et drainant les matières premières africaines.


  • Le pôle du département d’État autour d’Hillary Clinton, une chrétienne fondamentaliste, membre d'une secte très secrète, la Fellowship Foundation (dite « La » Famille). C'est le refuge des sionistes, l'ultime réserve des néo-conservateurs en voie de disparition. Ils préconisent un soutien inconditionnel à Israël, avec une pointe de réalisme car ils savent que l'environnement a changé. Il ne sera plus possible de bombarder le Liban comme en 2006, car le Hezbollah dispose maintenant d'armes anti-aériennes performantes. Il ne sera plus possible de pénétrer dans Gaza comme en 2008 car le Hamas a acquis des missiles anti-char Kornet. Et si les États-Unis ont du mal à payer les factures de Tel-Aviv, il est peu probable que les Saoudiens pourront y suppléer sur le long terme. Il faut donc gagner du temps, au besoin par quelques concessions, et trouver une utilité stratégique à Israël.

    La principale mission de Madame Clinton, c'est d'améliorer l'image des États-unis, non plus en faisant des relations publiques (c'est-à-dire en justifiant la politique de Washington), mais par la publicité (c'est-à-dire en vantant les qualités réelles ou imaginaires du modèle US). Dans ce contexte, les sionistes devraient pousser le projet Korbel-Albright-Rice de transformation de l'ONU en un vaste forum impotent et de création d'une organisation concurrente, la Communauté des démocraties, appuyée sur son bras armé, l'OTAN. Pour l'heure, ils sont occupés à saboter la conférence de Durban II qui, au lieu de célébrer la « seule démocratie du Proche-Orient », dénonce le régime d'apartheid au pouvoir à Tel-Aviv.

    Avec le secrétaire d'État adjoint, James Steinberg, ils envisagent la crise financière comme un Blitzkrieg. Il va y avoir beaucoup de casse, mais c'est le moment de détruire des rivaux et de s'emparer par surprise de leviers de commande. Leur problème n'est pas d'accumuler des richesses par des achats et des fusions, mais d'imposer leurs hommes partout dans le monde aux ministères des Finances et à la tête des institutions bancaires.


  • Enfin le Conseil National de Sécurité sur s'exerce l'influence de Zbignew Brzezinski, qui fut le professeur d'Obama à Columbia. Celui-ci devrait abandonner son rôle traditionnel de coordination pour devenir un véritable centre de commandement. Il est dirigé par le général Jones, qui a été suprême commandeur de l'OTAN et a porté l'Africa Command sur les fonds baptismaux. Pour eux, la crise financière est une crise de la stratégie impériale. C'est l'endettement faramineux souscrit pour financer la guerre en Irak qui a précipité l'effondrement économique des États-Unis. Contrairement à 1929, la guerre ne sera pas la solution, c'est le problème. Il faut donc mener trois desseins simultanés : forcer les capitaux à rentrer aux Etats-Unis en cassant les paradis fiscaux concurrents et en déstabilisant les économies des pays développés (comme cela a été testé en Grèce); maintenir l'illusion de la puissance militaire US en poursuivant l'occupation de l'Afghanistan; et étouffer les alliances naissantes Syrie-Iran-Russie, et surtout Russie-Chine (Organisation de coopération de Shanghai). Le Conseil va privilégier toutes les formes d'action clandestine pour donner au Pentagone le temps nécessaire à sa réorganisation.

Obama essaie de satisfaire tout le monde d’où la confusion ambiante.



Comment voyez-vous évoluer la situation au Proche-Orient, au regard de cette nouvelle administration ?


Il y a consensus sur un point : Washington doit faire baisser la tension dans cette région, sans pour autant abandonner Israël. Deux options sont sur la table, mais quelle que soit celle qui sera mise en œuvre, elle requiert d'être signée par les courants les plus radicaux. C'est pourquoi Washington a encouragé un gouvernement Netanyahu-Lieberman en Israël et laissera le Hamas et le Hezbollah gagner les prochaines élections dans les Territoires palestiniens et au Liban.

Le premier scénario, imaginé par Zbignew Brzezinski prévoit simultanément la reconnaissance d'un État palestinien et la naturalisation des réfugiés palestiniens dans les pays où ils se trouvent. Le tout arrosé d'argent pour indemniser les États absorbant les réfugiés et pour développer Gaza et la Cisjordanie. En outre, le maintien de cette paix serait assuré par une force d’interposition de l’OTAN, sous mandat de l’ONU. Ce plan a le soutien de Nicolas Sarkozy.

La seconde approche est plus rude pour les deux protagonistes. Elle préconise de contraindre les Israéliens à abandonner leurs revendications les plus extravagantes ; tandis qu'elle obligerait les Palestiniens à considérer que la Jordanie est leur patrie naturelle. Ce serait une paix plus économique pour Washington et viable sur le long terme, même si elle serait dure à accepter par les uns et par les autres, et qu'elle impliquerait au passage la fin de la monarchie hachémite. Cette formule est notamment poussée par l'ambassadeur Charles Freeman que le lobby sioniste vient de contraindre à démissionner de la présidence du Conseil National du Renseignement, mais qui dispose de solides appuis dans l'appareil d'État.



Selon vous, quelle formule d’imposera ?


Aucune parce que la crise économique sera d’une telle ampleur qu’elle conduira à mon sens à une dislocation des États-Unis et la fin de l’État d’Israël.


Washington va devoir revoir une nouvelle fois ses ambitions à la baisse. Elle va probablement se replier sur le maintien du statu quo. Son action se limitera à empêcher de nouveaux acteurs de prendre sa place.



Que préconisez-vous à titre personnel ?



Les cinq millions de juifs, les neuf millions de Palestiniens, et les autres populations de Palestine, doivent se retrouver au sein d’un État unique sur le principe « un homme, une voix ». C’est du reste à mon sens la seule solution qui évite à terme l’expulsion des juifs. Il faut se souvenir de l’Apartheid en Afrique du Sud, dont certains annonçaient que sa remise en cause provoquerait l’expulsion ou l’extermination des blancs. On connaît la suite. La mort d’Arafat n’est pas un obstacle car il existe d’autres Mandela en Palestine. Le vrai problème est de trouver un De Clerk coté Israélien. Le Hamas soutiendrait sans aucun doute une telle solution, car elle aurait l’assentiment du peuple.
Plus on repousse les échéances, plus on rend une solution pacifique difficile. La CIA étudie d'ailleurs le scénario catastrophe avec un soulèvement sanglant qui chasserait 2 millions de juifs vers les États-Unis.



Quid selon vous de la Syrie et l’Iran ? Pensez-vous la guerre possible ?


Je ne pense pas que les accords secrets conclus entre les militaires US, la Syrie et l’Iran soient remis en cause : les États-Unis n’en ont ni les moyens, ni même la volonté.


En premier lieu, ils savent que la menace nucléaire iranienne est une intox qu'il ont eux-mêmes fabriquée comme ils avaient inventé les armes de destruction massive irakiennes. Au demeurant, l'imam Khomeiny avait condamné la fabrication et l'usage de la bombe atomique comme immorales et on ne voit pas quels groupes seraient capables en Iran de passer outre un tel commandement.
Deuxièmement, la politique de George Bush a poussé Téhéran et Damas dans les bras de Moscou qui prépare d'ailleurs une grande conférence internationale sur la paix au Proche-Orient. C'est désormais une priorité pour Washington de démanteler cette alliance naissante et de tenter de ramener l'Iran et la Syrie dans son orbite. Il est bien sûr probable que ces derniers feront monter les enchères et se garderont de basculer d'un côté ou de l'autre.
Enfin, les États-Unis ont le sentiment de l'urgence. Leur économie s'effondre et ils n'auront peut-être plus longtemps la possibilité de défendre Israël au prix fort. D'autant que Tsahal n'est plus ce qu'elle était. L'armée israélienne n'est plus invincible. Elle a accumulé les échecs au Liban, à Gaza et aussi, ne l’oublions pas, en Géorgie.



Vous vivez, on l’a vu, au Liban, quelle est la situation là bas ?


L'Alliance nationale regroupée autour du Courant patriotique libre de Michel Aoun et du Hezbollah d'Hassan Nasrallah va gagner les prochaines élections, cela ne fait pas de doute, si elles peuvent se tenir librement. La famille Hariri ne survivra que tant que les grandes puissances compteront sur elle pour prélever des impôts et faire payer par le peuple la dette extérieure du Liban, alors même que celle-ci provient pour moitié de l'enrichissement illicite des Hariri. Le criminel de guerre Walid Joumblatt —vice-président de l'Internationale socialiste, excusez du peu—, ou encore les néo-fascistes comme le tueur pathologique Samir Geagea, vont être lâchés par leurs sponsors. Ces exécuteurs de basses œuvres ont perdu leur efficacité et ne sont plus présentables.

Le Tribunal spécial pour le Liban chargée d’instruire l’affaire Hariri et divers assassinats politiques va soit se faire oublier, soit donner lieu à un coup de théâtre. Il a été conçu comme une machine de guerre pour accuser la Syrie, la placer au ban de la communauté internationale et la désigner comme cible militaire. Je sais que des éléments nouveaux lui sont parvenus dans les dernières semaines. Ils disculpent la Syrie et placent l’Arabie Séoudite sur la sellette. C’est à cette aune qu’il faut apprécier la reprise en main de l'Arabie saoudite par le roi Abdallah et le limogeage des ministres qui ont financé la lutte contre le Hezbollah et le Hamas. Pour revenir aux élections législatives libanaises de juin, la question est de savoir si l’on s’oriente vers une victoire de la Résistance à 55 ou à 70 %. Cela dépendra essentiellement de l’apparition ou non d’une nouvelle force chrétienne de division et de diversion autour du président Sleimane. En définitive, les collaborateurs des États-Unis et d'Israël négocieront peut-être un compromis tant qu'ils sont en position de le faire. On se dirigerait alors vers la désignation d'un milliardaire comme Premier ministre (Saad Hariri ou un autre), mais à la tête d'un gouvernement entièrement contrôlé par la Résistance nationale. Ce serait une formule très orientale : les honneurs et la lumière pour les perdants, tandis que le vrai pouvoir resterait dans l'ombre. L'intérêt de cette solution serait de déligitimer toute intervention militaire contre le Liban.



Vous êtes désormais très connu en Russie, où vous avez rassemblé près de 30 millions de téléspectateurs à l’occasion d’une émission sur le 11 septembre. Comment appréciez-vous la situation de la Russie ?



Paradoxalement, malgré la victoire militaire et diplomatique en Géorgie, la Russie traverse une passe difficile. Après la guerre du Caucase, les banques anglo-saxonnes ont encouragé les oligarques à punir Moscou en déplaçant leurs capitaux vers l'Ouest. Puis, les Anglo-Saxons ont poussé les dirigeants ukrainiens à trahir leur intérêt national et à couper les gazoducs lors des négociations sur les prix. Le Kremlin, qui croyait être maître du jeu et avoir l'initiative de ces coupures, s'est fait piéger. La perte de deux mois de chiffre d’affaire a dévoré les réserves monétaires. Le tout a provoqué une chute affolante du rouble alors que la crise mondiale fait baisser le prix des matières premières et donc les revenus de la Russie.


Medvedev et Poutine ont évalué cette situation de faiblesse avec beaucoup de sang-froid. Ils connaissent les atouts dont ils disposent, notamment la supériorité technologique de leur industrie d'armement sur celle des États-Unis. Ils sont convaincus que les États-Unis ne se relèveront pas de la crise, mais se disloqueront à moyen terme comme le Pacte de Varsovie et l'URSS dans les années 89-91. Ils espèrent donc inverser les rôles. Malgré la période de vaches maigres, ils équipent leurs armées avec les nouveaux matériels, et ils attendent sans broncher l'effondrement de l'Ouest. Publiquement ou en sous-main selon les cas, ils équipent tous les adversaires des États-Unis des dernières armes disponibles, du Proche-Orient que j'ai évoqué tout à l'heure au Venezuela. Économiquement, ils ont fait le choix de construire des voies commerciales vers la Chine, tout autant que vers l'Europe occidentale, dont ils observent avec regret l'asservissement obstiné aux Anglo-Saxons.


Cette situation peut avoir d’importantes conséquences au plan interne, où s’affrontent l’ancienne et la nouvelle génération. Les anciens ont un fort tropisme américain, quand les jeunes affichent un patriotisme décomplexé. Paradoxalement, les élites issues de Saint-Petersbourg sont historiquement favorables à un arrimage européen de la Russie, au contraire des Moscovites dont la vision est plus eurasiatique. Or Poutine et Medvedev, tous deux de Saint-Petersbourg, partagent cette vision eurasiatique. Ils rêvent la Russie en protecteur de l'Islam et l'ont faite entrer, comme observatrice, à l'Organisation de la conférence islamique. Tout en valorisant le Patriarcat orthodoxe, ils ont placé des musulmans à de nombreux postes à haute responsabilité —le contraste avec la France est flagrant—. Même si le traumatisme du démantèlement de la Yougoslavie et des deux guerres de Tchétchénie reste fort et que la vague de racisme qui s'en est suivie n'est toujours pas maîtrisée, la Russie a fait le choix de la civilisation et pris le chemin de la synthèse entre l'Europe et l'Asie.


Si la Russie parvient à traverser les toutes prochaines années de graves turbulences internationales sans être trop affectée, elle se retrouvera en position d'arbitre dans un monde multipolaire.



Continuons cet intéressant tour du monde géopolitique avec la Chine…



Je m’interroge sur leur stratégie. Pourquoi ces achats massifs de bons du Trésor US ? Pékin a pris l'initiative d'un rapprochement avec Moscou à travers l'Organisation de coopération de Shanghai. Beaucoup de contentieux ont été soldés. En retour, les Russes ont accepté de vendre de l'énergie à un tarif préférentiel aux Chinois et demandé un contrôle plus strict de l'émigration chinoise en Sibérie. La logique aurait voulu que les deux grands se renforcent multuellement en refusant le dollar comme monnaie d'échange international. Mais Pékin répugne à choisir son camp et ne veut pas froisser Washington. Les Chinois mènent une stratégie douce de renforcement de leurs alliances tous azimuts. Cela me paraît un peu étrange, car cela pourrait leur couter cher. Les USA pourraient les emporter dans leur effondrement prévisible.


Au passage, permettez-moi de dire mon agacement face à la stupide dénonciation des violations des Droits de l'homme en Chine. Ils sont sans aucun doute possible beaucoup mieux respectés par Pékin que par Washington—ce qui n'est pas une excuse pour ne pas s'améliorer, mais relativise ces accusations—. Et qu'on arête de dire que le Tibet a été annexé par la Chine en 56, alors qu'il a été repris par les communistes chinois aux Chinois de Tchang Kaï-Chek.



Un mot sur l’Amérique du Sud avant de revenir à la France ?


Au-delà de la tendance à l’unification, des stratégies se sont affirmées face à l'impérialisme. Mais l’affaiblissement, en attendant plus, des États-Unis crée une nouvelle situation et peut inciter certains à rebattre leurs cartes. La protection des économies nationales revient au premier plan des préoccupations. Paradoxalement, les États qui souffrent de sanctions sont mieux armés pour résister à la crise. C’est notamment le cas de Cuba, du Vénézuela, de la Bolivie ou de l’Équateur —comme c’est le cas de la Syrie et de l’Iran au Proche-Orient—. Gageons que nouvelles institutions nationales vont se développer, parallèlement à la Banque du Sud. C’est la revanche de l’Histoire.



La France enfin, ou plus exactement la France de Sarkozy…


La France est une vieille nation que l'on ne peut manœuvrer en tous sens. Elle a un passé glorieux et s'identifie à un idéal. Souvent elle s'en écarte, mais toujours elle y revient. Elle traverse aujourd'hui une mauvaise période car elle est gouvernée par le « parti de l'étranger ». Ses dirigeants font le mauvais choix, dans la plus mauvaise période. Ils ont décidé de placer les armées sous le commandement de l'OTAN, concrètement sous celui du général Banz Craddock, le criminel qui créa le centre de torture de Guantanamo. Et cette trahison, ils l'ont décidée au moment où les États-Unis s'enfoncent dans la crise. Ils placent la France à la remorque d'un bateau qui sombre au risque de l'entraîner dans son naufrage.


Leur servilité ne les pousse pas uniquement à vassaliser les armées, mais aussi à transformer en profondeur la société française pour la cloner sur le « modèle » américain. C’est vrai dans le domaine économique, avec la remise en cause des services publics, mais également dans les domaines de la justice ou de l’éducation, de la discrimination positive et j’en passe.
Sarkozy n’est ni de droite ni de gauche, il imite les yankees.


Comme je l'ai expliqué de manière détaillée dans un dossier du magazine russe Profile, il satisfait trois forces : les Anglo-Saxons, la mafia et la banque Rothschild. Ces gens sont conscients depuis plusieurs années de l'essoufflement des États-Unis et pensent garantir le pouvoir de l'oligarchie financière globale en rééquilibrant l'Empire : il aurait deux piliers, un états-unien et un européen, tandis que le Royaume-Uni en serait la charnière. C'est ce projet que sert Nicolas Sarkozy depuis son élection. C'est lui qui l'a conduit à casser le couple franco-allemand et à se rapprocher des Anglais, puis qui l'a conduit à proposer diverses réorganisations de l'Union européenne, notamment la création d'un gouvernement économique. Ceci aura pour conséquence de nous rendre beaucoup plus vulnérables aux convulsions US.


Pourtant, la France est toujours attendue, et pas seulement dans le monde francophone. Nous sommes ce pays hors norme qui a proclamé la souveraineté populaire. On sous-estime totalement en France le degré de ridicule de Nicolas Sarkozy et de sa clique aux yeux du reste du monde. Sarkozy apparaît comme un agité vantard, un instable bourré de tics, jouant la mouche du coche dans tous les conflits internationaux possibles, et servant à ses frais de poisson-pilote aux changements d'humeur de Washington.


Reconstruire une alternative prendra hélas du temps, mais ce n'est pas une raison pour y renoncer.


Article original : Egalité et Réconciliation

 

25/06/2008

Israël prépare une nouvelle agression

AP - Vendredi 20 juin, 16h53

JERUSALEM - L'armée israélienne a refusé vendredi de confirmer ou de démentir une information du "New York Times", selon laquelle son aviation a effectué début juin un vaste exercice en prévision d'une éventuelle attaque contre l'Iran.

Note de P&P : Le silence d'Israël ressemble au désormais fameux test de l'orteil : on orchestre une pseudo fuite dans les médias et sans se mouiller on observe les réactions de l'opinion publique. Si ça tourne au vinaigre on dit par exemple que c'est une invention des médias en quête de sensationalisme.

 

Selon le quotidien new yorkais, qui cite vendredi des responsables américains, plus d'une centaine de F-16 et F-15 israéliens ont réalisé cet exercice grandeur nature dans la première semaine de juin au-dessus de la Méditerranée orientale et la Grèce. Les avions ont parcouru quelque 1.500km, à peu près la distance séparant l'Etat hébreu de la centrale iranienne de Natanz, où sont installés des centrifugeuses destinées à enrichir de l'uranium.

Note de P&P : Nulle mention ici du fait que cet uranium est destiné exclusivement à un usage civil et que son taux d'enrichissement est très largement inférieur aux concentrations nécessaires à une application militaire. 

 

Des appareils ravitailleurs et des hélicoptères pour le secours aux pilotes ont participé à ces manoeuvres militaires, a ajouté le "New York Times". L'armée de l'air israélienne "s'entraîne régulièrement pour diverses missions afin de faire face aux défis posés par les menaces" contre l'Etat hébreu, a commenté l'armée. Le porte-parole du gouvernement Mark Regev s'est refusé à tout autre commentaire.

"Israël a toujours été en position de se défendre contre tout adversaire et toute menace", a déclaré le Premier ministre Ehoud Olmert dans un entretien paru mercredi dans le magazine allemand "Der Spiegel".

Note de P&P : Vous aurez noté la délicieuse hyperbole : "faire face aux menaces", Israël détient un arsenal de 200 ogives nucléaires, a tenté d'envahir le Liban il y a quelques mois et conduit des maneuvres militaires grandeur réelle alors que l'Iran tente de produire de l'électricité d'origine nucléaire. Alors au-delà des mensonges proférés des médias : qui menace qui ? 

 

Selon un responsable du Pentagone qui a requis l'anonymat, "il a été signalé qu'un important exercice a eu lieu, auquel des dizaines et des dizaines d'appareils ont participé. Nous surveillons tous les jours, et cela a été signalé".

Un autre responsable du ministère américain de la Défense a noté que ces manoeuvres peuvent être interprétées comme un signal envoyé à l'Iran et au reste de la communauté internationale. "C'est une des appréciations que l'on peut faire de cet exercice. Ils (les Israéliens), comme le reste de la communauté internationale sont inquiets au sujet de l'Iran, et l'Iran a fait part de ses intentions hostiles à l'égard des Israéliens", a-t-il dit.

Note de P&P : Il est piquant de constater comment l'armée étasunienne parle au nom de la communauté internationale. Au-delà de ces habituelles dérives hégémonistes, la Russie, l'Inde, la Chine, pour n'en citer que quelques-uns ont des points de vue forts différents et bien plus justes sur les menaces qu'Israël et les Etats-Unis exercent sur l'Iran. 

 

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a réaffirmé jeudi sa détermination à poursuivre le programme nucléaire iranien, assurant que les pressions internationales n'avaient pu briser la "volonté de la nation iranienne".

Il s'agissait de sa première déclaration depuis que le groupe des Six (les cinq permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne) a présenté le 14 juin à Téhéran de nouvelles propositions pour l'inciter à suspendre l'enrichissement d'uranium. Le gouvernement iranien avait déjà fait savoir qu'il n'accepterait pas l'offre des Six si elle impliquait le gel des activités sensibles.

Note de P&P : L'Iran se retrouve menacé parce qu'il développe du nucléaire exclusivement civil alors que ceux-là même qui profèrent ces menaces sont armés jusqu'au dents et ont utilisé sur des populations civiles armes nucléaires et autres armes chimiques.

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a déjà adopté trois séries de sanctions à l'encontre de l'Iran pour son refus de suspendre des activités l'enrichissement, susceptible de servir à la fabrication d'armes nucléaires. Téhéran assure que son programme nucléaire est destiné uniquement à des fins civiles et revendique son droit à l'indépendance énergétique.

Note de P&P : Dans leur exercice de propagande les journalistes auraient pu ajouter que le caractère exclusivement civil de ce programme a été officiellement attesté par l'AIEA.

 

A Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a mis en garde contre tout usage de la force contre l'Iran. "Le droit international protège clairement l'intégrité territoriale de l'Iran et de tout autre" pays, a-t-il dit.

Note de P&P : Malheureusement seul le droit du plus fort est respecté dans le monde des psychopathes. Après l'Afghanistan (pour un soi-disant terroriste, agent de la CIA, qui court toujours), l'Irak (pour des armes de destruction massives inventées de toute pièce), le Liban (pour avoir eu l'outrecuidance de se défendre contre des agression israéliennes), l'Iran (pour le développement d'armes nucléaires fantasmées) semble être le prochain sur la liste des cibles des malades au pouvoir à Washington ou à Tel Aviv. 

 

Selon Martin Van Creveld, spécialiste des questions de défense à l'Université hébraïque de Jérusalem, Israël se prépare de "longue date" à ce type d'opérations, qui a des précédents. En 1981, l'aviation israélienne avait bombardé la centrale nucléaire irakienne d'Osirak, pour mettre fin au programme nucléaire de Saddam Hussein alors au pouvoir. En septembre 2007, Israël a bombardé une installation en Syrie, un réacteur nucléaire construit avec l'aide nord-coréenne selon des responsables américains.

Note de P&P : De fait l'invasion de la Palestine en 1947, le génocide du peuple palestinien qui dure depuis plus de 60 ans, les nombreuses guerres menées contre ses voisins font qu'Israël se prépare de longue date. On peut même se demander si la vocation fondamentale d'Israël n'est pas d'être en permanence sur le pied de guerre, oeuvrant depuis la genèse à la destruction systématique de l'autre. Dans ce monde-là il y a deux types d'individus : les élus et les autres... 

 

D'après M. Van Creveld, un raid israélien en Iran permettrait probablement de "paralyser les plus importantes installations nucléaires iraniennes". Mais, ajoute-t-il, "je serais très surpris si Israël pouvait mettre KO tout le programme, qui selon tous les renseignements apparaît à grande échelle, bien dissimulé et bien dispersé". AP

Note de P&P : "programme...à grande échelle, bien dissimulé et bien dispersé", ici M. Van Creveld prépare le terrain pour des mois de bombardements et de massacres intensifs. C'est un peu comme la chasse à Ben Laden en Afghanistan ou aux armes de destruction massives en Irak, ils sont tellement bien cachés qu'il faut exterminer toute la population, prendre le contrôle du pays (et bien sûr de ses ressources) pour finalement réaliser qu'il n'y a jamais vraiment de Ben Laden (tel qu'on nous le présente), d'armes de destruction massive iraquiennes ou de programme nucléaire militaire iranien.

07/06/2008

Flambée du pétrole et attaque contre l'Iran

Après un début de séance positif, les Bourses européennes n'ont cessé de creuser leurs pertes cet après midi dans le sillage de la remontée en flèche des cours du pétrole et de statistiques décevantes outre atlantique.

Les indices du vieux continent ont également été pénalisés par l'avertissement de Jean-Claude Trichet concernant une éventuelle hausse des taux au mois de juillet.

Le CAC 40 a terminé en repli de 2,3% à 4795 points et le DJ Eurostoxx 50 a cédé 2,3%. Sur les autres places européennes, la correction était également à l'ordre du jour, le Dax de Francfort a abandonné 2% et la Bourse de Londres s'est repliée de 1,4%, l'Ibex de Madrid signe le plus lourd repli des valeurs européennes avec une baisse de 2,5%.

Wall Street est en lourd repli, le Dow Jones plonge de 2,1% et le Nasdaq affiche un repli de 1,8%.

Les employeurs américains ont supprimé quelque 49 000 emplois, selon le Département du Travail. Ces pertes d'emplois s'avèrent conformes à celles attendues par les économistes (en moyenne 60 000 destructions), mais le taux de chômage a cependant largement augmenté, passant de 5% à 5,5% le mois dernier, soit son niveau le plus important depuis octobre 2004.

Ces nouvelles inquiétantes sur le front de l'emploi aux Etats-Unis ont favorisé une nouvelle rechute du dollar face à l'euro, qui progresse de 0,7% à 1,57 dollar pour un euro.

Ce repli du billet vert nourrit à son tour la flambée du pétrole: le baril de "light sweet crude" a connu une nouvelle poussée en début d'après-midi, s'envolant actuellement de 5,1% et culminant à 134,3 dollars le baril.

Dans un tel contexte, la bonne nouvelle de l'après-midi ne semble pas peser lourd au regard des investisseurs.

Les ventes des grossistes ont progressé de 1,4% en avril par rapport à mars, selon le département du Commerce, soit une progression de 12,7% en rythme annuel.

Sur le DJ Eurostoxx 50, Repsol profite de la hausse des cours de l'or noir et affiche la meilleure performance avec un repli de 0,1%, Total céde quant à lui 1%.

D'autres titres tels qu'Arcelor Mittal, très exposés aux cours des matières premières, figure dans le trio de tête des replis les plus mesurés du jour.

L'ensemble du secteur énergétique a moins souffert de la hausse des prix du pétrole. Ainsi, E.ON et Eni cèdent 0,9%, RWE recule de 1,2%, ces scores sont parmi les meilleurs du jour.

A l'inverse, d'autres titres ont pâti de la hausse des cours de l'or noir comme les valeurs automobiles.
Renault recule de 5,6% et signe la plus lourde perte des valeurs paneuropéennes, Daimler recule de 4,7%.

Hors DJ Eurostoxx 50, la chaîne de supermarchés néerlandaise Ahold rétrocède 3,3% après l'annonce une hausse d'environ 8% de son bénéfice net au premier trimestre, notamment grâce aux performances "impressionnantes" de son enseigne Albert Heijn en Europe.

Article original : Cercle Finance

 

Note de P&P : Ce qui n'est pas précisé dans cet article est le caractère exceptionnel de cette hausse, en effet c'est la toute première fois que le baril de pétrole augmente de 11 dollars en un seul jour.

Ce qui n'est pas non plus mentionné est la hausse tout aussi brusque de l'or qui a gagné plus de 25 dollars par once ce même jour.

Cela peut nous rappeler les mouvements spéculatifs qui eurent lieu les jours précédant le 11 septembre 2001 où d'énormes volumes d'options à la vente sur les actions des compagnies aériennes étasuniennes furent prises.

Bien évidemment aucune enquête n'a été mené sur ces délits d'initiés et plus grave sur l'identité de ceux qui connaissaient à l'avance les événements du 11 septembre alors que selon la thèse officielle ces attentats étaient totalement inattendus.

Alors sur quels événements imminents les initiés ont-il spéculé ?

La hausse sensible du pétrole suggère l'anticipation d'une brusque chute de l'offre et/ou d'une brusque hausse de la demande, la hausse du prix de l'or, valeur refuge par excellence marque l'anticipation d'une crise majeure imminente.

Une forte baisse de l'offre de pétrole couplée à une crise majeure pourrait correspondre à une attaque menée contre l'Iran.

Le scénario exact reste à préciser.

Qui attaquera : Israël / les Etats-Unis / une coalition ?

Quand l'attaque aura-t-elle lieu : immédiatement pour que les mouvements de protestations soient pris de vitesse ? Pendant les jeux du cirque (Euro et JO) au cours desquels l'attention des citoyens sera totalement absorbée par les exploits des gladiateurs modernes ? Après les vacances, lorsque la crise mondiale aura vraiment commencé et que les citoyens submergés par l'angoisse et la précarité de leur situation n'uaront plus d'yeux sur l'agonie des enfants iraniens ?

Comment les forces impérialistes justifieront-elles un tel acte d'agression alors qu'il est de notoriété publique que les Etats-Unis comme Israël disposent de centaines de têtes nucléaires et que les rapports de l'AIA et des services secrets étasuniens certifient que les seuls programmes nucléaires iraniens visent une production civile d'électricité.

Comme les attentats du 11 septembre ont permis d'offrir un semblant de justification à l'invasion de l'Afghanistan et les soi-disant armes de destructions massives de Saddam Hussein ont constitué l'excuse préalable à l'invasion de l'Irak, peut-être qu'un ou plusieurs événements terroristes (mini bombe nucléaire par exemple) attribués bien évidemment à des forces liées à l'Iran permettront de justifier une attaque contre cet Etat souverain et multimillénaire abritant plus de 80 millions d'âmes.

09/03/2008

Le PC accusant le nucléaire militaire iranien provenait d'Israël

Nucléaire Iranien et Faux Documents : ils ont été fournis par le groupe terroriste du MEK qui les a fort probablement obtenus du Mossad
L'administration de G.W.Bush a depuis longtemps mis en avant les « documents du PC portable « - des documents techniques de 1000 pages supposés venir d'un PC portable iranien volé – comme preuve solide des intentions iraniennes de fabriquer une arme nucléaire. Actuellement, les accusations basées essentiellement sur ces documents restent les seuls obstacles à la déclaration par l'AIEA que l'Iran a résolu toutes les questions en suspend concernant son programme nucléaire.

Mais ces documents ont depuis longtemps été considérés par des experts US et étrangers avec beaucoup de suspicion. Des responsables allemands ont identifié la source des documents du PC en novembre 2004 comme étant le MEK (Mujahideen e Khalq, qui en même temps que sa branche armée le NCRI (National Council of Resistance in Iran) est sur la liste terroriste du Département d'Etat US.

De plus, il existe certaines indications que le MEK a obtenu ces documents non pas de sources iraniennes mais du Mossad israélien.

Dans son dernier rapport sur l'Iran, mis en circulation le 22 février, l'AIEA, subissant une forte pression de l'administration Bush, a inclus des descriptifs de plans pour une centrale pour produire du « green salt », spécifications techniques pour tester des explosifs de forte puissance, et l'esquisse d'un porte missile de ré entrée qui semble capable de transporter une charge nucléaire. On a demandé à l'Iran de produire des explications complètes sur ces activités supposées.

Téhéran a dénoncé ces documents sur lesquels reposent ses accusations comme des faux fournis par le MEK, et a demandé des copies des documents pour les analyser, mais les US ont refusé de les fournir.

L'affirmation iranienne est soutenue par des déclarations de responsables allemands. Quelques jours après que le secrétaire d'état Colin Powell ait annoncé l'existence de ces documents de PC portable, Karsten Voight, le coordinateur des relations germano américaines au ministère des affaires étrangères allemand, a dit, et cela a été rapporté par le Wall Street Journal du 22 novembre 2004, que l'information avait été fournie par « un groupe dissident iranien ».

Un responsable allemand connaissant bien la question a confirmé à l'auteur de cet article que le NCRI était à l'origine des documents du PC portable. « Je peux vous assurer que ces documents venaient de l'organisation de résistance iranienne, » a-t-il dit.

Les Allemands ont été très impliqués dans la collecte de renseignements et d'analyse concernant le programme nucléaire iranien. Selon un article publié dans le Washington Post du reporter Dafna Linzer, après que Colin Powell ait fait mention pour la première fois en public des documents du PC portable fin 2004, des responsables US ont dit qu'il avait été volé d'un iranien que les renseignements allemands avaient essayé de recruter, et avait été donnés à des responsables de renseignements d'un pays non cité en Turquie.

Le compte rendu allemand des origines des documents du PC portable contredit l'insistance des responsables des renseignements US auprès des journalistes William J. Broad et David Sanger en novembre 2005, a affirmer que ces documents ne venaient pas de groupes de résistance iraniens.

Malgré le fait qu'il était porté sur la liste des groupes terroristes, le MEK était le favori des néo conservateurs au Pentagone, qui proposait en 2003-2004 de l'utiliser pour déstabiliser l'Iran. On sait que les Etats-Unis ont utilisé pendant des années des renseignements fournis par le MEK sur des questions concernant l'armée iranienne. Ce groupe a été considéré comme une source crédible de renseignements sur le programme nucléaire iranien après 2002, principalement parce qu'il avait identifier la centrale de Natanz comme un site nucléaire.

La source allemande a dit qu'il ne savait pas si les documents étaient authentiques ou pas. Cependant, des analystes de la CIA et des responsables européens et de l'AIEA, qui ont eu accès officiellement aux documents du PC portable en 2005, étaient très sceptiques quant à leur authenticité.

Un article de Julian Borger du Guardian de fin février citait un responsable de l'AIEA disant qu' « il y a un doute sur la provenance de l'ordinateur. »

Un diplomate européen de haut rang haut qui a examiné les documents a été cité dans le New York Times de novembre 2005 disant « je peux fabriquer ces données. Cela semble magnifique, mais le doute pèse sur elles. »

Scott Ritter, l'ancien officier des renseignements US qui a aussi été chef inspecteur en Irak pour l'ONU de 1991 à 1998 a fait remarqué dans une interview que la CIA a la capacité de tester et d'identifier les documents du PC portable par le biais de tests d'expertise qui révéleraient quand les différentes versions des différents documents ont été créées.

Le fait que l'Agence n'ait pu éliminer la possibilité d'une falsification, indique, selon Ritter, qu'elle avait choisi, soit de ne pas mener ses tests, ou que les tests avaient révélé la fraude.

Bien qu'ayant eu à son crédit le coup pour les renseignements sur Natanz en 2002, l'efficacité générale des renseignements du ME concernant le programme nucléaire iranien reste très médiocre. La CIA continue de fournir à l'AIEA des renseignements venant du groupe iranien sur des soit disant activités liées à des armes nucléaires depuis ces cinq dernières années, sans en identifier la source.

Mais ces renseignements se sont avérés être non crédibles. Un haut responsable de l'AIEA a dit au Los Angeles Times en février 2007, que depuis 2002 « pratiquement tous les renseignements qui nous sont parvenus se sont révélées faux. »

L'ancien sous directeur des renseignements au Département d'Etat pour le Moyen Orient et l'Asie du Sud, Wayne White, doute que le MEK puisse actuellement avoir les contacts nécessaires au sein de la bureaucratie et de la communauté scientifique iraniennes pour fournir des renseignements tels que ceux fournis sur Natanz ou les documents du PC portable. « Cela m'est très difficile de croire que les supporters du MEK n'ont pas été chassés de la bureaucratie iranienne » dit White. « Je pense qu'ils n'ont pas de sources clés au sein du gouvernement iranien. »

Dans son article de février 2006 sur les documents du PC portable, la journaliste du Post Linzer a dit que les analystes de la CIA ont d'abord spéculé qu'un « autre pays, tel qu'Israël, avait fabriqué la preuve » Ils ont ensuite « écarté cette théorie », écrivait-elle, sans expliquer pourquoi.

Depuis 2002, de nouvelles informations ont fait surface indiquant que le MEK n'a pas obtenu lui même les données sur Natanz mais les a reçu de l'Agence de renseignement israélienne le Mossad. Yossi Melman et Meier Javadanfar, qui sont co auteurs d'un livre sur le programme nucléaire iranien publié l'année dernière écrivent que « des officiers israéliens des renseignements très haut placés « leur avaient dit fin 2006 que les renseignements israéliens avaient eu connaissance de Natanz un an avant la conférence de presse du groupe iranien. Ils ont expliqué qu'ils avaient choisi de ne pas faire de révélation publique « pour protéger la sécurité des sources qui ont fourni les informations ».

Shahriar Ahy, un conseiller de l'héritier de la monarchie Reza Pahlavi a dit à la journaliste Connie Bruck que les informations détaillées sur Natanz n'étaient pas venues du MEK mais « d'un gouvernement ami et cela n'était pas parvenu seulement aux mujahideens mais à d'autres groupes d'opposition ».

Bruck a écrit dans le New Yorker le 16 mars 2006 que quand on lui a demandé si le « gouvernement ami » c'était Israël, Ahy a souri et a dit « le gouvernement ami ne voulait pas en être la source publiquement. Si le gouvernement ami le donne publiquement aux US, alors cela sera reçu différemment. C'est mieux que cela vienne d'un groupe d'opposition. »

Israël a maintenu des relations avec le MEK depuis la fin des années 90, selon Bruck, dont une assistance apportée à l'organisation, dans les transmissions radio/TV du NRCI de Paris vers l'Iran. Un diplomate israélien a confirmé qu'Israël a trouvé le MEK « utile » a rapporté Bruck, mais le responsable a refusé d'en dire plus.

Gareth Porter -  Source et Copyright Inter Press Service

Traduction Mireille Delamarre pour planetenonviolence 04 Mars 2008

Gareth Porter est historien. Son dernier livre « Penis of Dominance : Imbalance of Power and The road to War in Vietnam (University of Califormia Press).


23/01/2008

Sarkozy-Kouchner : effets de manche diplomatiques

Sarkozy-Kouchner : effets de manche diplomatiques

Selon l’industrie audio-visuelle et la presse, le règne de Sarkozy devait enfin permettre à la France de retrouver « la place qu’elle mérite » dans les affaires du monde. Cependant, l’activité diplomatique de Sarkozy et Kouchner ne fait que souligner le déclin du poids de la France dans le monde, sur les plans économique, politique et militaire.

Prenons, par exemple, la politique adoptée vis-à-vis de l’Iran. Nous avons déjà évoqué, dans un récent article, la déclaration fracassante de Kouchner, qui menaçait de lancer une guerre contre l’Iran. Dans les 24 heures, Kouchner a dû dissiper un soi-disant malentendu. En menaçant de déclencher une guerre, il prétendit avoir voulu envoyer un « message de paix » ! Depuis, cette affaire a connu un rebondissement très intéressant. Tellement intéressant, en fait, que les médias l’ont pratiquement ignoré.

Un rapport des services secrets américains a affirmé dans des termes catégoriques qu’il n’existe aucun risque, à court et moyen terme, que l’Iran se dote de l’arme nucléaire. Ceci démolit d’un seul trait, non seulement la propagande mensongère de la Maison Blanche, mais également celle de Sarkozy et Kouchner.

Dans les faits, les Etats-Unis n’ont pas les moyens de mener une guerre contre l’Iran. Ils pourraient, tout au plus, lui infliger des raids aériens, lesquels ne manqueraient pas de déstabiliser davantage le Moyen-Orient. Quant à la France, elle serait tout simplement incapable de mener une action militaire conséquente contre l’Iran.

Autre exemple : la visite du dictateur Kadhafi en France. Ce dernier a plus ou moins traité Sarkozy de menteur, sans que celui-ci ne juge opportun de se défendre. L’épisode a eu au moins le mérite de montrer que la France n’était pas en position de force. Sarkozy a dû faire des pieds et des mains pour obtenir ses fameux « dix milliards » d’euros de contrats – chiffre dont la réalité reste à confirmer.

En Afghanistan, Sarkozy s’est engagé à augmenter le contingent français. Sur le terrain, les troupes françaises s’enlisent, aux côtés des soldats américains, dans une guerre qu’ils ne peuvent pas gagner. Si la puissance américaine, dont les dépenses militaires sont vingt fois plus élevées que celles de la France, ne parvient pas à maîtriser la situation en Afghanistan, quelle différence ferait le renforcement de la présence militaire française ? Même dans l’éventualité – complètement exclue, en fait – d’une consolidation des positions de la coalition étrangère en Afghanistan, les bénéfices économiques et stratégiques seraient exclusivement récoltés par les Etats-Unis, comme c’est le cas en Irak, au grand désarroi de son allié britannique.

Lors de son passage très médiatisé en Egypte, Sarkozy a tenu à afficher son alignement sur la politique des Etats-Unis. Il menace la Syrie, non d’une guerre, cette fois, mais … de ne plus lui parler. Voilà qui doit faire trembler le Hezbollah et leurs alliés Syriens et Iraniens !

La situation au Liban est la conséquence de la défaite de l’invasion israélienne, en 2006. La France a soutenu Israël dans cette aventure meurtrière, et la victoire du Hezbollah a considérablement augmenté son prestige et son soutien populaire.

L’envoi des soldats français au Liban, après le retrait des Israéliens, avait pour objectif officiel d’aider l’armée libanaise à désarmer le Hezbollah. Cependant, l’armée libanaise n’a pas levé un petit doigt pour résister à l’agression israélienne, en 2006. Et voilà que la France lui demande, avec son aide, de désarmer les vainqueurs ! L’armée française, comme l’armée libanaise, est incapable de désarmer le Hezbollah – et, sur le terrain, rien n’a été fait dans ce sens. C’est cette impuissance qui a incité la diplomatie française à s’en remettre à la bonne volonté de la Syrie pour freiner le Hezbollah. Que perd donc le gouvernement syrien si, désormais, la France refuse de lui parler ? Absolument rien.

Toujours à partir du Caire, Sarkozy a insisté pour que le gouvernement israélien fasse des concessions facilitant la création d’un Etat palestinien indépendant. Des déclarations de ce genre permettent aux chefs d’Etat arabes, tels Moubarak, de justifier leur connivence avec Bush et ses alliés. Personne ne les prend au sérieux. Les exigences de Sarkozy ne seront suivies d’aucun effet. Il y va des intérêts vitaux de l’impérialisme israélien.

Dans le domaine diplomatique, Sarkozy brasse de l’air. Il veut donner l’apparence d’une puissance qui n’existe pas, dans les faits. Et quand l’inimitable Kouchner s’entretient avec le dictateur militaire Musharraf, au Pakistan, et déclare sans rire que ce dernier est pour la démocratie – pendant que l’armée et la police brutalisent le peuple –, c’est non seulement pour faire plaisir à Bush, mais aussi pour que l’impérialisme français apparaisse comme un facteur dans une situation où, dans les faits, ses « prises de position » ne comptent pas pour grand chose.

 

Article issu du site La Riposte