Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2010

Témoignages sur le soi-disant attentat manqué du vol 253




03/06/2009

Airbus AF-447 : et s’il s’agissait d’un attentat ?

Solidarité et Progrès

2 juin 2009 (Nouvelle Solidarité) – Si l’hypothèse principale retenue par les médias pour expliquer « la disparition » étrange de l’Airbus A330 d’Air France reliant Rio à Paris est celui de la foudre, de plus en plus de spécialistes s’accordent pour croire que l’hypothèse d’un attentat ne peut être écartée d’un revers de manche.

Dans un entretien au Figaro, un pilote de ligne désirant garder l’anonymat, relève d’abord que « dans l’histoire de l’aviation, on ne connaît pas aujourd’hui de cas de foudroiement qui aboutisse à la perte d’un avion. »

Ensuite il s’interroge sur le message électronique annonçant une panne de circuit électrique : « Il y a cinq sources d’énergie électrique à bord d’un appareil. Pour qu’il y ait une panne totale, il faudrait que ces cinq sources ne fonctionnent plus. Lorsque tout tombe en panne, une batterie prend de façon transitoire et partielle le relais, ainsi qu’un moteur qu’on utilise généralement au sol. Une sorte d’éolienne est déclenchée pour générer de l’électricité. Pour que le commandant de bord n’ait plus aucune capacité à piloter l’avion, il faudrait que toutes ces sources d’électricité soient endommagées. Ça me paraît difficile. »

Enfin, il n’hésite pas à affirmer que l’on « peut très bien imaginer qu’une bombe a provoqué une dépressurisation de l’appareil, et que l’avion prenne du temps à se démonter en morceaux. De même, ça peut carrément être une grosse bombe qui a fait exploser tout l’avion, ce qui expliquerait que l’appareil n’a pas eu le temps d’envoyer un signal d’alerte. »

Dans un point de vue publié par Le Télégramme de Brest d’aujourd’hui, le spécialiste du renseignement Jean Guisnel, pourtant en guerre contre le conspirationnisme, évoque également la thèse de l’attentat :

« Nous n’évoquons pas cette éventualité pour nourrir une quelconque théorie du complot, d’autant moins que les services spécialisés estiment n’avoir pas eu d’indice d’une particulière montée de tension, ni avoir identifié de menace spécifique. Pour autant, ne laissons pas complètement de côté cette éventualité, à tout le moins tant que des éléments techniques ne l’auront pas exclue. N’oublions pas que des groupes moyens-orientaux sont très implantés en Amérique du Sud, et qu’ils y font d’ailleurs l’objet d’une surveillance attentive des services spécialisés. L’histoire ne manque pas, hélas, d’attentats non revendiqués, non annoncés, et ne faisant l’objet d’aucune explication. Mais la France, très engagée au Moyen-Orient, dans le Golfe, en Afghanistan, et ailleurs, n’aurait-elle reçu aucun avertissement ? Et si c’était le cas, l’aurait-elle dit ? Il ne s’agit que d’une hypothèse parmi d’autres, et rien de plus. Mais ne la balayons pas d’un revers de manche... »

Sans tirer de conclusion, signalons l’inquiétude exprimée par certains de nos militaires depuis le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN.

D’après Le Canard Enchaîné du 27 mai, parlant de la nouvelle base française d’Abou Dhabi, située à 220 km des côtes iraniennes et que le président Sarkozy vient d’inaugurer, ces spécialistes « décèlent chez Sarkozy ‘un comportement à risque’, car, lors d’une crise majeure, la France pourrait être impliquée dans un éventuel conflit. Et sans qu’elle l’ait voulu, en cas de raids israéliens ou américains contre des sites nucléaires iraniens. »

Note : Si c'était un attentat… ou une météorite ?

17/09/2008

Sarkozy s'offre son "Air Force One"

16 Septembre 2008

L'élysée et le ministère de la Défense font tout pour garder ce dossier secret mais les informations commencent à filtrer. La Présidence de la République française recevra dans quelques mois un nouvel avion aux couleurs de la République française. En effet, le ministère de la Défense vient de finaliser l'acquisition d'un Airbus A330 pour le compte de l'Élysée. Son nom de code est « Cotam 01 ». Moins gros que son homologue américain, le Boeing 747 baptisé «Air Force One», cet Airbus A330 a été acheté d'occasion. C'est moins cher et plus rapide que d'en commander un directement à Airbus. L'appareil a appartenu successivement au loueur américain ILFC avant de voler sous les couleurs de Swiss Air puis d'Air Caraïbes. Le long courrier va devoir être reconfiguré. Le marché aurait été attribué à Sabena Technics à Mérignac près de Bordeaux qui va devoir repenser tout l'aménagement (lire ci-dessous).
Plus loin, plus vite

Nicolas Sarkozy avait manifesté il y a quelques mois le besoin d'avoir un avion à plus long rayon d'action pour ses déplacements officiels. Pour l'instant, il utilise un A319 Corporate jet qui l'oblige à faire escale quand il se rend loin comme en Martinique ou en Inde. Pas vraiment normal pour le représentant de la cinquième puissance du monde alors que George Bush dispose, lui, d'un Boeing 747. Cet été, Louis Gallois, avait conseillé à Nicolas Sarkozy d'opter plutôt pour un Airbus A340 : « Il a un plus large rayon d'action. Et puis, un quadrimoteur, ça en jette tout de suite plus » avait glissé le patron d'EADS. Alors que François Mitterrand volait en Concorde, on aurait même pu imaginer un A380 aux couleurs de la République. Le coup de pub pour le superjumbo d'Airbus aurait été sensationnel. à chaque atterrissage, toutes les caméras du monde auraient retransmis l'arrivé du Air Force One français.
Des aménagements très spéciaux

Un élysée volant. Le futur A330 devra être capable de transporter le Président dans un grand confort et surtout mettre à sa disposition tous les moyens de communication moderne. Une zone de travail avec un espace secrétariat, des ordinateurs, des moyens de reproduction et de communication cryptés devraient être installés à bord. Côté sécurité, si l'Air Force One de George Bush dispose d'une capsule d'éjection pour le Président, l'A330 tricolore sera plus modeste en embarquant des « leurres anti-missiles» contre les attaques terroristes. Dans son A319 actuel, le président dispose de sa chambre avec grand lit et d'une douche.
Cinq fois le tour de la Terre

Depuis son élection, Nicolas Sarkozy n'a quasiment pas quitté les avions présidentiels. Il a déjà réalisé l'équivalent de cinq tours du monde en 280 jours. Notre confrère Bruno Dive qui l'a suivi dans une dizaine de déplacements publie un livre sur l'infatigable globe-trotter.

On apprend les habitudes de voyages du président de la République. Le journaliste confie : « Il travaille beaucoup à bord notamment à l'aller pour maîtriser ses dossiers à son arrivée. Il en profite aussi pour dormir un peu et écoute de la musique ». Des tubes des années 70 et les chansons de… Carla Bruni ! Il a même organisé un karaoké improvisé entre Tanger et Marrakech.

Le problème du rayon d'action de l'Airbus présidentiel s'est posé de manière risquée lors du retour des obsèques d'Aimé Césaire en Martinique : « Le commandant de bord a jugé qu'avec les vents favorables, il n'était pas nécessaire de faire une escale aux Açores comme à l'aller juste pour refaire le plein. à l'arrivée à Paris, la jauge n'était pas loin de zéro ! » se souvient Bruno Dive.

Et si Nicolas Sarkozy passe autant de temps dans l'avion c'est parce qu'il aime bien dormir chez lui. « Déjà pendant la campagne électorale ses conseillers avaient du mal à le faire dormir sur place», raconte l'auteur. En tant que président, il voyage avec plusieurs avions dont un réservé à la presse et aux chefs d'entreprise.

Par ailleurs, un Falcon 900 de rechange suit toujours le cortège pour ramener l'hôte de l'élysée en cas de panne.

Air Sarko de Bruno Dive, Edition Jacob-Duvernet.

Article original : La Dêpèche.

Note de P&P : Pendant ce temps-là, le même Sarkozy exhorte les Français à travailler plus, à polluer moins, promet des hausses du pouvoir d'achat alors que l'inflation explose et préside à la chute de la France dans une crise sans précédent.

Las, si la sagesse et l'intelligence de l'intéressé étaient à la mesure de sa mégalomanie, la France serait une petit coin de paradis.