Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2009

Le ClimateGate tourne au feuilleton : Les Russes confirment à présent que les scientifiques ont manipulé les données pour exagérer le réchauffement climatique

Telegraph, James Delingpole, 16 décembre 2009

Le ClimateGate prend de plus en plus d’importance. Et merci à tous les Russes qui, avec un timing parfait, ont lâché cette bombe juste au moment où les dirigeants du monde se réunissent à Copenhague pour discuter des moyens de taxer le carbone pour nous renvoyer à l'âge des ténèbres.

Délectez vous de ce communiqué publié par Rionovosta, par l’intermédiaire de l'agence Ria Novosti, à propos de la calotte glacière. (Source d’information : Richard North)

Un débat, sur l’incident de détournement des courriels en novembre 2009 duClimatic Research Unit (CRU), qualifiée de ClimateGate par certaines sources, se poursuit à Copenhague dans le contexte de la Conférence onusienne avortée sur le climat (COP 15), pour discuter des accords alternatifs remplaçant le protocole de Kyoto de 1997, dont l’objectif est de lutter contre le réchauffement climatique.

Cet incident impliquait un serveur de messagerie utilisé par le CRU de l'Université d'East Anglia à Norwich, dans l’Est de l'Angleterre. Des inconnus ont volé et diffusé anonymement des milliers de courriels et d’autres documents couvrant sur 13 ans la question du réchauffement global.

La controverse a surgi après que diverses allégations aient été faites, notamment que les spécialistes du climat se sont entendus pour retenir des preuves scientifiques et ont manipulé les données pour faire en sorte que le réchauffement mondial semble plus prononcé qu’il n’est.

Le ClimateGate a déjà affecté la Russie. Mardi, l’Institut d'analyse économique (IAE) de Moscou a publié un rapport affirmant que le Hadley Center for Climate Change au siège de l'Office météorologique britannique d’Exeter (dans le Devon, en Angleterre) a probablement falsifié les données climatiques russe.

L'IAE estime que les données des stations météorologiques russes ne corroborent pas la théorie du réchauffement planétaire d’origine humaine. Les analystes disent que les stations météorologiques russes couvrent la majorité du territoire du pays, et que le Centre Hadley n’a utilisé dans ses rapports que les données fournies par 25% de ces stations. Plus de 40% du territoire russe n'a pas été concerné par les relevés de la température mondiale pour quelque autre raison que l’absence de stations météorologiques et d’observations.

Les données des stations placées dans les régions non incluses par l’étude duHadley Climate Research Unit Temperature UK (HadCRUT), ne montrent souvent aucun réchauffement concluant à la fin du 20ème siècle et au début du 21ème siècle.

La base de données du HadCRUT inclue des stations spécifiques fournissant des données décousues et qui soulignent le processus de réchauffement global, plutôt que des stations facilitant l’observation ininterrompue.

Dans l'ensemble, les climatologues utilisent des stations météorologiques donnant des résultats partiels beaucoup plus souvent que celles qui fournissent des observations complètes.

Les analystes de l'IAE disent que les climatologues utilisent les données de stations situées dans les grands centres de population, qui sont influencées par l'effet du réchauffement urbain, plus fréquemment que les données valides des stations éloignées.

L'ampleur du réchauffement climatique a été exagérée à cause de l’altération de la température en Russie, qui constitue 12,5% de la masse terrestre mondiale. L'IAE a déclaré qu'il est nécessaire de recalculer toutes les données de la température mondiale pour évaluer l'ampleur de l’exagération.

Si des procédures similaires ont servi pour les données climatiques des autres pays, les données de la température mondiale devront être rectifiées, car les calculs des analystes du COP 15, incluant les évaluations financières, reposent sur la recherche du HadCRUT.

En d'autres termes, ce que les Russes sont en train de suggérer ici, c’est que le dossier entier de la température mondiale, utilisé par le GIEC pour influencer une politique de gouvernement mondial, est de la connerie.

Comme le dit Richard North : C’est du feuilleton.

Mise à jour : Comme Steve McIntyre le signale sur ClimateAudit, on soupçonne depuis longtemps que le CRU a agi particulièrement vite et à la légère avec les relevés de températures en Russie, plus précisément en Sibérie. Voici un courriel de mars 2004 de Phil Jones pour Michael Mann :

[J’ai] récemment rejeté deux documents (un pour JGR et pour GRL) de gens qui disaient que le CRU s’était trompé sur la Sibérie. [J’ai] mis le paquet pour les deux critiques, espérons-le avec succès. Si l'un ou l’autre paraît, J’en serai très surpris, mais on ne sait jamais avec GRL.

À bientôt,

Phil

Et ici, sur Watts Up With That?, il y a l’intervention d’un invité, Jeff Id de Air Vent.

Voici ce que l'un des intervenants avait à dire sur la façon dont les données ont été sélectionnées et biaisées à des fins politiques :

L’essentiel du débat, c’est que le CRU a sélectionné les données, suivant la même méthode employée partout ailleurs. Ils ont ignoré les données couvrant 40% de la Russie et choisi celles montrant une tendance au réchauffement à la place de celles préférables statistiquement, alors même qu’elles étaient disponibles. Ils n’ont pas tenu compte de la totalité des données, préférant les données urbaines, penchant fortement en faveur des données de stations réimplantées, ignorant le détail du jeu de données.

Sur la dernière page, un graphique montre que l'usage sélectif de 25% des données du CRU a créé 0,64°C de réchauffement en plus que ce que montrerait simplement l’utilisation de toutes les données brutes. Le jeu complet des données montre 1,4°C de hausse depuis 1860, contre 2,06°C avec la sélection du CRU sur la même période.

Non, bien sûr, chers lecteurs que je ne suis en aucune façon tenté de chanter victoire avec ces dernières révélations. Après tout, tant de mes collègues, juniors et seniors, m’ont soutenu à fond sur ce coup...

Et, si quelqu'un parle russe, voici l’article complet.

Original : blogs.telegraph.co.uk/news/jamesdelingpole/100020126/clim...

Traduction copyleft de Pétrus Lombard

23/11/2009

ClimatGate : Des Données Secrètes Dérobées Et Publiées Sur Le Net Révèlent Le Plus Grand Scandale De La Science Moderne ?

Planète non violence

23 novembre 2009

61 Mégabites de données confidentielles provenant d’une institut de recherche sur le climat et publiées sur internet par un hacker livrent le pot aux roses du mythe du Réchauffement Climatique Mondial (RCM) utilisé par le capitalisme pour se relancer par des taxes en tout genre avec la complicité de scientifiques et d’activistes écolo-fascistes au service de la Grande Inquisition Environnementale tels les Cohn Bendit, Duflot, Bové père et fille et Cie.

Mireille Delamarre

1719959-2327971.jpg

Dernier Clou Dans Le Cercueil Du « Réchauffement Climatique Mondial Anthropogène »

Si vous avez des actions placées dans les sociétés d’énergie alternatives, larguez les maintenant. La conspiration derrière le mythe du Réchauffement Climatique Mondial (AGW) a été soudainement, brutalement, et plutôt agréablement exposée après qu’un hacker se soit introduit dans les ordinateurs de l’unité de recherche sur le climat de l’Université de l’Est de l’Angleterre ( Hadley CRU) et ai publié sur internet 61 Mégabites de données confidentielles. 

A la lecture de ces données – dont 1079 emails et 72 documents- on réalise pourquoi les chercheurs à Hadley (CRU) auraient préféré qu’elles restent confidentielles. Comme le dit Andrew Bolt, ce scandale pourrait bien être « le plus grand de toute la science moderne ». Ces emails – qu’on suppose avoir été échangés entre certains des plus renommés scientifiques qui soutiennent la théorie du RCM – suggèrent qu’il y a eu : 

Conspiration, collusion pour exagérer les données sur le réchauffement climatique, destruction illégale possible d’informations embarrassantes, résistance organisée à toute publication, manipulation de données, reconnaissance en privé que ce qu’ils affirment en public est tendancieux et encore plus. 

L’un des emails en question fait une remarque « douce » sur la mort en 2004 de John L Daly, ( l’un des premiers à exprimer son scepticisme sur le changement climatique et fondateur du site Still Waiting For Greenhouse – on attend toujours l’effet de serre) faisant ce commentaire : 

« une manière spéciale d’annoncer une nouvelle réjouissante».

Mais les révélations causant le plus de dommage – l’équivalent scientifique du scandale des dépenses des députés (britanniques ndlt) révélé par le Télégraph – sont peut être celles concernant les divers manières dont les scientifiques soutenant le réchauffement ont manipulé ou supprimé des preuves pour soutenir leur cause. 

Ci-dessous un avant goût - jusqu’à présent on ne peut les évoquer que comme des prétendus mails car – bien que le directeur d’Hadley (CRU), Phil Jones, ait confirmé l’intrusion à Ian Wishart dans la salle de conférence – il doit encore reconnaître la véracité des contenus. Mais si c’est le cas, cela évoque des pratiques douteuses telles : 

Manipulation de preuve

« Je viens juste de compléter la manipulation sur la Nature de Mike en faisant des ajouts dans la durée réelle pour chaque série pour les vingt dernières années ( i.e à partir de 1981 et au-delà à et de 1981 pour que Keith cache la diminution. »

Doutes exprimés en privé sur le fait que le monde se réchauffe vraiment

« Le fait est que nous ne pouvons pas justifier l’absence de réchauffement actuellement, nous ne pouvons pas déguiser cela. Les données du CERES publiées dans le BAMS d’Août 2009, supplément de 2008, montrent qu’il devrait y avoir encore plus de réchauffement mais les données sont certainement fausses. Notre système d’observation n’est pas adéquat.»

Suppression de preuve

« Pouvez vous détruire tout email que vous pourriez a voir avec le AR4 de Keith ? 
Keith en fera de même. Il n’est pas là en ce moment – petite crise familiale. 

Pouvez vous aussi envoyé un mail à Gene et lui demander de faire de même ? Je n’ai pas sa nouvelle adresse email. 

Nous demanderons à Caspar de faire de même. «


Fantasme d’actes de violence contre des scientifiques exprimant leur scepticisme sur le réchauffement

"La prochaine fois que je vois Pat Michaels lors d’une rencontre scientifique, je serai tenté de le tabasser. Très tenté. »

Tentatives pour dissimuler la vérité dérangeante sur la Période Médiévale Chaude ( MWP Medieval Warm Period).

« …Phil et moi-même avons récemment soumis un article utilisant environ une douzaine d’enregistrements NH qui conviennent à cette catégorie, et dont certains sont disponibles environ 2K en arrière – Je pense que d’essayer d’adopter un cadre temporel de 2K, plutôt que l’habituel 1K, répond favorablement à un point soulevé par Peck plus tôt w/ en ce qui concerne le mémo, qu’il serait bien d’essayer de « contenir » le « MWP » convenu même si nous n’avons pas encore de moyen hémisphérique de reconstruction actuellement disponible. »

Et peut être même plus condamnable de longues séries d’échanges discutant de 

comment faire pour virer des scientifiques dissidents du système de publication dans les revues

Comment, en d’autres termes, créer un environnement scientifique où, quiconque qui n’est pas d’accord avec AGW peut être dénoncé comme cinglé, dont les points de vue n’ont aucune autorité. 

"c’était le danger de toujours critiquer les sceptiques pour ne pas publier dans « la littérature critique » C’est évident qu’ils ont trouvé une solution- mettre la main sur une revue. Donc que faisons-nous sur ce point ? Je pense que nous devons arrêter de considérer « Climate Research » comme une revue critique légitime. Peut être que nous devrions encourager nos collègues dans la communauté de recherche sur le climat de ne plus y soumettre d’articles, ou de ne plus citer d’articles de cette revue. Nous avons aussi besoin d’envisager ce que nous allons dire ou demander à nos collègues plus savants qui actuellement font partie du conseil éditorial… qu’en pensent les autres ? »

« Je vais emailer à la revue pour leur dire que je n’ai plus rien à faire avec eux jusqu’à ce qu’il se sépare de ce rédacteur problématique. Il se trouve que cette revue a plusieurs rédacteurs. Celui qui est en charge est un sceptique bien connu de Nouvelle Zélande. Il a laissé publier quelques articles de Michaels et Gray par le passé. J’en ai touché un mot à Hans von Storch la dessus, mais sans résultat. Un autre point à discuter à Nice ! »

Hadley ( CRU) est coutumier de ce genre de pratique. En Septembre – j’ai écrit un article ici « comment l’industrie du réchauffement climatique se fonde sur un mensonge de masse » - On a mis en évidence que des chercheurs d’Hadley (CRU) ont volontairement trié des données pour soutenir leur affirmation fausse que les températures mondiales sont montées plus haut à la fin du XXème siècle que pendant tout le dernier siècle. Hadley (CLU) a également été l’institution – en violation de tout comportement acceptable dans la communauté scientifique internationale – qui a passé des années à faire de la rétention de données de chercheurs qu’elle estimait ne pas servir sa cause. Cela compte car Hadley (CRU) crée en 1990 par le Met Office, est une institution financée par le gouvernement qui est supposée être un modèle de rectitude. Ses données HadCrut sont l’une des quatre sources officielles de données mondiales sur la température utilisées par l’IPCC. 

Dans mon titre j’ai posé la question de savoir si cela serait le dernier clou enfoncé dans le cercueil du Réchauffement Mondial Anthropogène. Bien sût c’était un vœu pieux. Durant la tenue de la conférence de Copenhague nous allons assister dans les médias de masse à des histoires de plus en plus hystériques (et grotesquement exagérées) . Et nous allons voir des campagnes encore plus virulentes menées par des activistes écolo -fascistes, telle la campagne ridicule de pub de Plane Stupid montrant des ours polaires CGI tombant du ciel et explosant, car c’est ce qui est supposé correspondre à ce qui arrive quand vous voyagez par avion. 

Actuellement, le monde se refroidit, les électeurs sont de plus en plus réticents à soutenir des politiques écologiques qui conduisent à des règlementations plus oppressives des taxes et des factures de services publics plus élevées ; la tendance c’est de se positionner contre la théorie du Réchauffement Mondial Anthropogène d’Al Gore. De même, le point de vu dit « sceptique » est actuellement le point de vue majoritaire. 

Malheureusement, nous sommes bien loin d’adopter la position de l’opinion publique (et la vérité scientifique) comme le montre la politique des décideurs politiques. Il y a trop d’intérêts matériels en jeu dans l’AGW, avec beaucoup plus à perdre en termes de réputation et d’argent, pour que cela se termine sans une lutte âpre. 

Mais si le scandale de Hadley (CRU) est vrai c’est un coup porté à la crédibilité du lobby AGW qui aura peu de chance de s’en remettre. 

James Delingpole – 20/11/2009 www.blogs.telegraph.co.uk 

James Delingpole est écrivain journaliste éditeur, auteur de nombreux livres dont Welcome To Obamaland: I've Seen Your Future And It Doesn't Work, How To Be Right, et les series de romans Coward of WWII.

16/10/2009

VPC - Atlanpolis encore plus fort : 30 € le carton !

Note de P&P : Il n'est pas coutume dans ce blog de se pencher sur le monde de la vente en ligne pourtant on y trouve quelques perles. Voici l'histoire que m'a envoyée un ami. Le site de vente en ligne Atlanpolis lui demande 30 euros (!) pour changer un carton d'emballage sur lequel il a osé écrire son numéro de retour SAV.

 

Acte 1 : Achat d'une chaîne Hi-Fi chez Atlanpolis

Acte 2
: Au moment de démarrer l'appareil un ami me dit qu'on va m'offrir une autre chaine hi-fi (un meilleur modèle). Je remballe donc l'appareil et avant de le renvoyer j'appelle Atlanpolis pour obtenir un numéro de retour. Ce numéro m'est finalement transmis par mail et dans ce message il est spécifié que le retour doit être fait dans l'"emballage d'origine intact".

Acte 3 : J'appelle la Direction des Fraudes et de la Concurrence qui m'annonce qu'une telle pratique est illégale, que la clause VIII d'Atlanpolis au sujet de la rétractation est abusive.

Acte 4 : Par retour de mail j'informe Atlanpolis que, de fait l'emballage n'est pas intact puisque j'ai ouvert le produit mais qu'ils se doivent néanmoins d'effectuer un remboursement intégral.

Acte 5 : Atlanpolis m'informe que mon produit a été reçu et que : "nous avons constaté que vous aviez écrit sur l’emballage d’origine du produit « motif retour - rétractation numéro de retour SAV090674-27748 » et donc le constructeur Onkyo nous a facturer des frais d’emballage à 30€".

Acte 6 : vous avez bien lu 30 euros le carton !!! Je réponds donc que l'emballage carton a été ouvert avec un cutter puis refermé avec un scotch qui n'est pas celui fourni par le fabricant. Il porte de plus l'étiquette adhésive de livraison avec AR. Par conséquent, numéro de retour écrit sur le carton ou pas, ce carton n'est plus neuf et il devra être changé dans l'éventualité d'une vente future.

Je demande aussi qu'on m'envoie une copie de la facture d'Onkyo qui demande 30 euros pour un carton.

Conclusion : il existe nombre d'excellents sites de vente en ligne. Alors croyez en ma douloureuse expérience, évitez Atlanpolis et vous éviterez de sérieuses déconvenues.