Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2010

Michel Collon - Les 10 Grands Médiamensonges d'Israël

 

29/10/2008

Philippe Val, ou "l'antisémitisme est partout"

Lu ce matin sur Backchich.info :

« Bakchich » porte plainte contre Philippe Val

Dans son dernier livre et sur RMC, le patron de « Charlie Hebdo », Philippe Val, a comparé notre site au journal raciste, antisémite, et pro-nazi, « Je suis partout ». Nous portons plainte. Dans son livre paru ce mardi 28 octobre aux éditions Grasset, Reviens, Voltaire, ils sont devenus fous, Philippe Val compare Bakchich à Je suis partout, un journal des années 1930 et 1940, fasciste, raciste, antisémite, et organe de propagande, en France, de l’idéologie nazie dont voici une couverture piquée ici.

jpg_Jesuispartout-dbf04.jpg

Après un paragraphe où Val revient sur les affaires des caricatures de Mahomet et celle de Siné, il s’en prend aux sites internet d’information : « Mais au fond, tout cela est anecdotique, l’affaire Siné révèle quelque chose d’autrement plus grave et plus profond. D’abord, la question des sites d’information sur Internet, qu’ils soient autonomes comme, par exemple, Médiapart, Rue 89 ou Bakchich, ou qu’ils soient les appendices des grands titres comme Le Monde, Marianne ou Le Nouvel Observateur. Ne parlons même pas de Bakchich, qui actualise et adapte sur Internet les méthodes glorieuses de Je suis partout. Malheureusement, ce genre de site d’informations n’est pas l’exception, c’est la règle. »

Et Philippe Val, dans son livre, de s’en prendre à nos confrères de Médiapart et de Rue 89.

Image_1-7-3cfb1.png

Après ces déclarations, où Bakchich est comparé à ce journal symbole de la collaboration avec l’occupant nazi, Je suis partout, Philippe Val persiste et signe lors d’une émission, « Les grandes gueules », sur RMC, mardi 28 octobre.

« – Les Grandes Gueules, à Philippe Val : Vous avez des mots très durs envers les sites internet d’information, notamment Bakchich.info. Vous faites une comparaison entre Bakchich et Je suis partout, qui rappelons-le pour les plus jeunes était un journal collabo et antisémite, c’est fort ça ?

– Philippe Val : Bakchich, oui, c’est un site extrêmement médiocre, qui se permet d’écrire des choses sur les gens, encore une fois sans preuves, de répercuter des rumeurs. »

Cette comparaison est insultante et inadmissibe. Elle n’entre pas dans le cadre normal du débat public. Bakchich a décidé de porter plainte, dès demain mercredi.

Note de P&P :

Après le blacklistage de Dieudonné, après le procès d'Alterinfo pour "antisémitisme", après le lynchage médiatique de Bigard pour avoir émis des doutes sur le 11 septembre, après "l'affaire Siné" où ce dernier a été viré et voué aux gémonies pour avoir repris un simple texte écrit par le président de la Licra et ironisé sur l'opportunisme du fifils Sarkozy, c'est donc au tour de Bakchich.info de subir les foudres des censeurs sionistes. Aujourd'hui en France (et ailleurs), la recette est simple : vous voulez discréditer quelqu'un de gênant pour le consensus ? Mettre sa vie en danger ? Le reléguer dans l'ombre, lui interdire la parole ? Accusez le d'antisémitisme !

Pendant ce temps-là, le génocide palestinien, les massacres en Iraq et en Afghanistan continuent dans un silence assourdissant, les cris des enfants étouffés par la clameur médiatique des "bien pensants" et des "moralistes" tels que Philippe Val, BHL et les autres.

Desproges reviens, ils sont devenus fous !

05/06/2007

Attali et le sionisme subtil

En plus de tenir des propos eugénistes aussi primaires et dépourvus de consciense que ceux de Nicolas Sarkozy, Jacques Attali a développer dans son ouvrage intitulé "Les juifs, le monde et l'argent" une réthorique bien particulière.

Voici un extrait de l'analyse qu'en fait l'ex ambassadeur Aïssa Benchekroun dans son blog :

"Selon l'auteur, les rapports de ce métal/symbole avec les descendants d'Adam, n'auraient singularisé que les Juifs  avec  des termes souvent péjoratifs, et  auraient, du coup  épargné d'autres peuplades, vivant aux mêmes époques et  non moins « adorateurs » de ce   instrument  de la richesse et de la puissance ; sans penser que  plus tard ces mêmes rapports devaient bénéficier d'une approche plue réaliste et plus humaine ,instituée par une autre Religion. M. Attali semble également prendre de bonne grâce  ces diverses qualificatifs,  comme s'ils étaient innés spontanément  dans une seule et même société, constituant désormais des facteurs spécifiques communs à un groupement humain particulier, devenu avec le temps une « Ethnie » bien distincte.

Au-delà de la vision eugéniste du monde à laquelle M. Attali nous a habitué. Celui-ci mène à bien une maneuvre  particulièrement subtile.

En synthèse au cours de ses centaines de pages de prose, M. Attali acte les croyances relatives aux rapports que les juifs entretiendraient avec l'argent.

Soulignons tout d'abord que la thèse de Jacques Attali relève de la généralisation grossière. Il n'y a pas une judaïté mais des millions de judaïtés. Il ya autant de relations au judaïsme qu'il y a de juifs. Comme il y autant de relations à l'Islam qu'il y a de musulmans.

La validation de ces clichés par un homme du crû ne fait qu'alimenter un des principaux fondements de l'antisémitisme, qui comme tout autre xénophobie provient d'une haine liée à l'ignorance, à la jalousie, à l'illusion de différence.

En exacerbant un soit-disant rapport privilégié des juifs à l'argent, il alimente l'antisémitisme découlant de la jalousie, de la haine envers celui qui possède plus.

La judaïté n'a pas de spécificités géographiques, linguistiques ou ethniques, elle inclut la grande variété de la population humaine. Les rapports à l'argent y sont donc aussi variés que dans les autres communautés. Vous y trouverez des riches comme des pauvres, des radins comme des généreux. 

En plus d'être antisémite cette thèse est fondamentalement sioniste.

Cela vous semble contradictoire ?

 Et pourtant...

Le fait de valider l'un des fondements de l'antisémistisme renforce d'autant le sentiment d'antisémitisme. Le haineux aveugle se verra conforté dans ses croyances. "Tu vois même Attali le polytechnicien juif le reconnaît".

Et le principal moteur de l'émigration vers Israël est le sentiment de peur que ressentent les populations juives intégrées dans les autres pays du monde.

Pourquoi un juif intégré et heureux hors d'Israël quitterait ses racines, ses amis, ses souvenirs pour aller participer à un génocide au milieu du désert ?

La seule solution est de générer chez ces juifs les sentiments (justifiés ou non) de peurs, de menaces, de différences.

Et ainsi l'idéologie politique sioniste peut se réaliser, grâce aux peurs et aux manipulations rassembler les juifs en un même lieu.

Nous traiterons dans un article à venir de la genèse et des objectifs de ce concept de terre promise.