Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2009

Vaccination antigrippale : nouvelles du front.

lundi 30 novembre 2009 par Marc Girard

Au scandale de la réquisition que j’ai dénoncé dès le 11/11/09, s’ajoute désormais celui d’une vaccination menée dans des conditions incroyables.

Lisez plutôt.

Plusieurs professionnels de santé ont sollicité mon conseil après avoir reçu un ordre de réquisition : ils le trouveront en pièce jointe.

Par delà les professionnels de santé qui veulent résister à leur réquisition, il importe que les citoyens dans leur ensemble prennent la mesure du scandale : c’est sans doute la première fois que la force publique se trouve requise – et avec quelle brutalité ! - afin d’assurer le succès d’un marketing pharmaceutique assez grossier pour avoir suscité la méfiance de plus de 80% des gens.

Cependant, alors que les organisations professionnelles peinent manifestement à entreprendre une action collective (on se demande bien pourquoi...), de nombreux internautes se sont tournés vers moi pour me faire part de leur indignation et remonter des informations qui semblent échapper aux grands médias.

  • Ceux qui travaillent dans un Service où les professionnels vaccinés sont priés d’arborer fièrement un badge "j’aime la vaccination" et qui se demandent ironiquement : à quand l’étoile jaune pour les autres ?...
  • Ceux qui, ayant refusé de se faire vacciner, se voient forcés de travailler toute la journée avec un masque.
  • Ceux qui ricanent de voir les vaccinateurs dissimuler sous tous les prétextes la cause de leur arrêt-maladie juste après vaccination, et qui constatent avec raison que les données de la pharmacovigilance resteront longtemps rassurantes à ce compte-là (on imagine volontiers qu’une fois revenus au travail, ces vaccinateurs humiliés mettront un point d’honneur à notifier les effets indésirables qu’ils observeront, cette fois, chez leurs patients...)
  • Ceux qui s’inquiètent de voir la causalité des réactions indésirables même les plus graves balayée d’un revers de la main par leurs responsables.
  • Ceux qui s’indignent des pressions exercées sur le petit personnel infirmier, ou sur les personnes âgées institutionnalisées : consentement informé, vous disiez ?
  • Ceux qui viennent de m’adresser le message suivant, en me suppliant de le diffuser :

Bonjour,nous voulons vous faire part des conditions de réquisitions des étudiants infirmiers pour la campagne de vaccination afin d’en faire part aux internautes via votre site. Qui vaccine dans les centres ?

Nous !!!!

Un infirmier diplômé d’état est présent pour nous "chaperonner" entouré de 5 à voir 6 plus étudiants en 3eme Année en soins Infirmiers (à qui on a pas demandé leur avis !!!!).

Nous sommes au sein d’un institut de l’assistance publique hôpitaux de paris et nous avons été contraint,forcé sous peine de représailles d’abord pénale ensuite disciplinaire.Nous trouvons tout cela inadmissible.

Il faut rajouter à cela que nous ne sommes pas rémunérés :"c’est de notre devoir de santé publique " nous dit-on.... C’est au lieu d’être en stage au sein des hôpitaux afin de nous former (en cette dernière année charnière) que nous apprenons .

Ce n’est pas sans mal de manifestation, de mécontentement exprimé

Donnez nous la chance d’être lu au travers de vos écrits, de votre voix qui sait se faire entendre.

Notre cas n’est pas isolé, tous les étudiants infirmiers de France sont dans le même cas.

Merci de diffuser et de nous aider dans la mesure du possible à faire entendre notre voix.

Merci.

Une promotion de 3eme Année en soin infirmier Paris.

Les commentaires sont fermés.