Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2009

Le monarque parade dans son royaume

h-20-1430671-1235111515.png



Jeudi, Nicolas Sarkozy a fait un déplacement à Daumeray, au nord d’Angers, dans le Maine-et-Loire.

Le thème de la visite présidentielle était la réforme de l’agriculture, avec, à la clé, la visite d’une exploitation agricole.

Un déplacement sous très haute surveillance.

Ainsi, un mois après la visite houleuse à Saint-Lo, dans la Manche, près de 700 gendarmes et policiers se sont retrouvés jeudi à Daumeray, petite bourgade de… 1.600 âmes, précise le nouvelobs.

Avec un tel rapport de force, Nicolas Sarkozy a pu « tranquillement » visiter sa ferme, sans risque de voir se pointer le moindre visage d’un quelconque manifestant…

Pour donner une idée de la mobilisation sécuritaire autour de Nicolas Sarkozy, le groupement départemental de gendarmerie avait non seulement mobilisé la quasi-totalité de ses effectifs, soit 230 hommes, mais, en plus, il avait fait appel à des réservistes.

Le groupement de gendarmerie qui était chargé de sécuriser le trajet du président ainsi que la visite de la ferme avait reçu en plus les renforts de quatre escadrons de gendarmes mobiles, venus de Pontivy, Châteauroux, Le Havre et Vannes, ainsi que "l'aide" d'un escadron de CRS affecté lui, à la surveillance de l’aérodrome d’Angers-Marcé. Soit un total de 400 hommes.

Attendez, ce n’est pas terminé…

Des hommes du Raid, du GIPN, une quinzaine de policiers en civil et un hélicoptère étaient également mobilisés pour cette visite d’un village de 1.600 habitants et d’une ferme.

A ces effectifs impressionnants, il y a lieu, cela va de soi, d’ajouter les membres du GSPR, le groupe de sécurité du président de la république…

Nicolas Sarkozy a parlé de la réforme de l’agriculture dans la salle des sports de Daumeray, devant une assistance de 1.000 personnes, sans aucun incident, puisque les invités avaient été triés sur le volet…

Le préfet du Maine-et-Loir peut dormir sur ses deux oreilles. Il ne risque pas d’être muté aux Antilles…

Il devrait même y avoir de la promotion dans l’air dans les mois à venir…

Reste maintenant à connaître la facture de ce déplacement présidentiel...

Et là, c'est une autre histoire.

 

Article original : Le Post

Commentaires

Une habitante d'un village visité récemment par notre cher président a témoigné que les habitants, qui n'étaient pas "triés sur le volet", avaient été interdit de sortir de leur domicile pendant la durée de la visite du président... avec force gendarmes qui veillaient devant les portes des habitants afin que ceux-ci ne sortent pas de chez eux, et ceci pendant plus d'une heure...

Écrit par : Laulus | 20/02/2009

Après avoir lu le commentaire de Laulus, j'ai envie de dire : de mieux en mieux !
Faut-il qu'il ait la trouille ... mais on ne récolte que ce que l'on sème, pas vrai ?

Écrit par : simone | 22/02/2009

Les commentaires sont fermés.