Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2009

La Défense dirigera-t-elle le « véritable » programme de relance ?


Catherine Austin Fitts
Solari
12 janvier 2009

Note : La biographie de l'auteur est extraite de Wikipedia : Fitts a travaillé comme directrice générale et a été membre du conseil de direction de la banque de Wall Street, Dillon, Read & Co.Inc. Elle a aussi été secrétaire adjointe de la commission sur le logement  au département du Logement et du Développement Urbain des États-Unis durant la première administration Bush. Elle a été la présidente de l'Hamilton Securities Groupe Inc, une banque d'investissement et un développeur de logiciel financier. Elle est titulaire d'un BA de l'Université de Pennsylvanie, d'un MBA de la Wharton School et elle a étudié le mandarin à l'Université Chinoise de Hong Kong.


Dans le rapport fiscal de 1999, le département de la Défense avait « égaré » 2,3 trillions de dollars. Cette somme équivaut approximativement à trois fois la somme que le président se propose de dépenser pour relancer les États-Unis.
Dans le rapport fiscal de 2000, le département de la Défense avait « égaré » 1,1 trillions de dollars, soit une fois et demie ce que le président élu Obama veut investir aux États-Unis.

Ainsi, entre octobre 1998 et septembre 2000, le département de la Défense a « égaré » 3,3 trillions de dollars. Cette somme d'argent est si énorme que nous avons commencé, il y a quelques années, à archiver les articles sur « l'argent égaré » pour suivre ces trillions qui avaient disparu des comptes fédéraux.

De mars 1997 à mars 2001, le sous-secrétaire à la Défense (contrôleur) qui officiait comme chef du service financier du département de la Défense était William J. Lynn III. A ce poste, il était donc le principal conseiller du secrétaire et du secrétaire adjoint de la Défense dans les domaines budgétaires et fiscaux. Cela signifie qu'il était la personne responsable de ce qu'aucun argent ne s'égare et que le département d'État publie les déclarations financières après audit. C'est ce qu'il n’a pas réussi à accomplir durant ces années et toutes celles qui ont suivi.

Lorsque M. Lynn a quitté la Défense en 2001, il a rejoint DFI International et en 2005, il est devenu le lobbyiste en chef de Raytheon. Il a été remplacé à la Défense par Dov Zakheim.

Le président élu Obama a nommé aujourd'hui William J. Lynn au poste de secrétaire adjoint à la Défense. Le communiqué de presse a dit, « Lynn nous rejoint avec des dizaines d'années d'expérience et une expertise dans les réformes de dépenses de l'État et dans les choix difficiles et nécessaires pour s'assurer que l'argent des contribuables étasuniens soit dépensé avec sagesse. »

Obama a aussi nommé Robert Hale à la place qu'occupait Lynn, sous-secrétaire à la Défense (contrôleur des finances). M. Hale a officié de 1994 à 2001 en tant que secrétaire adjoint de l'armée de l'air (gestion financière et contrôleur des finances). Cela signifie que Hale, tout comme Lynn, était chargé de ces fonds lorsqu'ils ont disparu.

Je parie que les gars qui ont touché les 3,3 trillions ont été très satisfaits du travail de M. Lynn et M. Hale et qu'ainsi ils ont décidé de leur remettre le pied à l'étrier.

Cela me ramène à la question que je ne cesse de poser, « Où est l'argent et comment pouvons-nous le récupérer ? »


Note : Pour ceux d'entre vous qui souhaiteriez mieux comprendre l'ampleur du problème soulevé, en terme financier et politique, l'équipe de Future Quantique vous conseille l'audition (malheureusement réservée à ceux qui comprennent l'anglais ou qui ont des amis capables de traduire et de transmettre) de ce document incroyable où la courageuse membre du Congrès des États-Unis, Cynthia Mac Kinney demande des comptes à Donald Rumsfeld. Ce document souligne l'impunité totale dont bénéficient les hauts responsables du complexe militaro-industriel, puisque l'intervention de cette noble dame n'aura eu aucune suite et qu'aucun organe de presse 'officiel' n'aura fait référence à ce scandale dont les proportions dépassent l'imagination.

 

Traduction française : Lionel P.

Les commentaires sont fermés.