Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2009

Gaza : la douleur d'un père

Le Post, 18 janvier 2009

Cela restera peut-être l'image la plus marquante de cette guerre, la plus inhumaine et la plus humaine aussi: cette scène, en direct à la télévision israélienne, avec au téléphone un médecin palestinien hurlant sa douleur car ses deux filles viennent d'être tuées par un obus israélien. Le duplex était prévu, mais l'attaque du char israélien ne l'était pas.

"Izz el-Deen Aboul Aish est un médecin connu des spectateurs israéliens. Ce gynécologue palestinien, qui parle parfaitement l'hébreu, exerce à la fois dans un hôpital de Tel Aviv et dans la bande de Gaza, où vit sa famille. Depuis le début des raids, il y a 21 jours, il était resté à Gaza. L'accès des journalistes étant strictement contrôlé, il fut très vite sollicité par les média israéliens pour témoigner des conditions de vie sur place."

Mais lorsque la télé l'appelle, vendredi soir, à l'heure de grand écoute, ce n'est plus le témoin qui est en ligne, mais un père effondré par la mort de ses filles, et qui implore Dieu. Le journaliste le laisse parler, tente de le calmer, de lui promettre une ambulance (qui viendra d'aileurs plus tard),

Note de P&P : on bombarde puis on envoie une ambulance pour le show, vu qu'on est à la télé (en temps "normal", on bombarde aussi les ambulances)

et, visiblement ébranlé, ému, il préfère quitter le plateau avec le téléphone portable encore branché, plutôt que d'interrompre le flot de sanglots de cet homme.

Note de P&P : un peu de pathos à la télé pour se dédouaner de notre responsabilité de journaliste cautionnant ces massacres

Ce n'est pas souvent qu'un pays en guerre peut ainsi assister à l'impact humain de ses propres armes, de ses actions, sur l'"autre" camp, de manière humaine et pas froidement statistique. Cela ne change peut-être pas les choix politiques, mais les Israéliens n'oublieront pas aisément Izz el-Deen Aboul Aish et ses larmes.

Note de P&P : en effet ils ne l'oublieront pas, mais peut-être pas dans le sens où on l'entend. Ainsi, une Israélienne a t-elle interrompu la conférence de presse que tenait le docteur, le prenant à partie et l'accusant de propagande : "Why is he engaging in propaganda? He's talking against Israel at the Sheba hospital. You should all be ashamed. All my children are serving in Gaza. Who knows what he had at his home?"

Traduction : Pourquoi fait-il de la propagande ? Il dit du mal d'Israël, à l'hôpital Sheba. Vous devriez tous avoir honte. Tous mes enfants servent à Gaza. Qui sait ce qu'il cachait chez lui ?"

Oui, vous avez bien lu. Pour les individus dénués de conscience, la souffrance des autres n'a aucune importance. Ils ne sont jamais responsables de quoi que ce soit, c'est toujours la faute de l'autre – accuser la victime, voilà leur tactique. Quel genre d'être humain, si ce n'est un psychopathe – pourrait, sans la moindre compassion, sans la moindre considération pour sa douleur, prendre à parti un homme qui vient de perdre ses enfants, et l'accuser d'être responsable de leur massacre – insinuant qu'il devait "cacher des armes" chez lui et qu'il doit donc être (comme tous les Arabes) un terroriste ?

gazit_wh.jpg

Les commentaires sont fermés.