Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2008

[Alerte propagande] 5 pains d'explosifs retrouvés au magasin Printemps à Paris

Rue 89 nous informe :

La charge n'était pas raccordée à un détonateur, selon Alliot-Marie. Un mystérieux "Front révolutionnaire afghan" a revendiqué l'action.

Cinq pains d'explosifs ont été découverts mardi matin au grand magasin parisien Le Printemps Haussmann. Les explosifs, qui n'étaient toutefois pas munis d'un système de détonation et donc pas destinés à exploser, ont été découverts dans les toilettes du magasin, suite à l'alerte donnée par la réception d'une mystérieuse revendication au siège de l'Agence France presse à Paris. L'AFP a aussitôt prévenu la police qui a trouvé les engins et fait évacuer le quartier.

Selon le ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, qui s'est rendue sur place, ces pains d'explosifs n'étaient pas reliés à un système de détonation:

"De ce que nous savons, ce n'était pas un dispositif qui était destiné à exploser. Nous allons mener l'enquête pour remonter aux auteurs."

Ce qui en ferait une mise en scène destinée à frapper l'opinion, voire à faire passer un message, pas un acte destiné à tuer.

Les premières informations contiennent plusieurs zones encore mystérieuses. D'abord la revendication par un "Front révolutionnaire afghan" jusque là inconnu, et dont l'identité pourrait en cacher une autre. Voici le texte reçu par l'AFP:

La revendication reçue par l'AFP

Et puis la méthode: travail d'amateur ou simple message envoyé à la France ? S'il s'agit bien d'une piste islamiste comme le prétend la revendication "afghane", force est de constater que les attentats jihadistes des dernières années ne prenaient pas de telles précautions et ne prévenaient pas avant...

Toujours est-il qu'il y a quelques jours, Philippe Madelin, l'un de nos blogueurs, spécialiste des questions de sécurité, écrivait sur Rue89, qu'une menace de terrorisme visant la France était considérée comme "très réelle" par les policiers. Mais ses sources conduisaient vers Al Qaeda au Maghreb, qui a plusieurs fois menacé directement la France, plutôt que vers l'Afghanistan.

Des porte paroles taliban ont plusieurs fois menacé la France en raison de son engagement accru dans la force de l'Otan en Afghanistan, mais rien n'indiquait dans leurs propos qu'ils visaient le territoire français.

P&P : Quoi de mieux, pour détourner l'attention du public des manifestations de profs et de lycéens en réponse au plan de destruction de l'éducation nationale – une des nombreuses étapes préparatoire au démantèlement de la société française – qu'une petite frayeur avant Noël, histoire de bien préparer les esprits à une véritable attaque "terroriste". Comme le rappelait l'excellent article (du mois d'août 2008) de la série "Relier les points" (Connect the Dots), publiée sur le site Futur Quantique : 

18 juillet: 28 kg d'explosif Semtex sont volés. Histoire officielle: quelques voyous ont tiré avantage des faiblesses de la sécurité et ont volé les explosifs.

 Hypothèse alternative de SOTT: les citoyens français n'accepteront pas une invasion de l'Iran mais un événement terroriste à la 11/9 et WTC attribué à une organisation terroriste islamique reliée à l'Iran devrait changer rapidement l'opinion française !

Dans le Point , on peut lire cette fine hypothèse :

De source policière, on parle au Point d'un "sérieux avertissement", et l'on évoque plusieurs hypothèses pour expliquer cette découverte d'explosifs : soit l'initiative d'un être isolé, soit la piste de l'extrême droite, soit celle de l'extrême gauche. Un périmètre de sécurité a été mis en place par la police autour du magasin, qui a été évacué. Sur place, vers 12 h 40, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie a estimé que "'il fa[llait] se méfier des indications qui étaient dans la lettre (de revendication,NDLR) qui pourraient orienter les enquêteurs vers de fausses pistes". 

Ah, nous y revoilà : la fameuse "cellule invisible" (sic) d'obédience anarcho-gauchiste qui a récemment fait trembler les chemins de fer de France :

La police française enquête sur des actes de sabotage commis en novembre contre les chemins de fer français, qui ont entraîné de fortes perturbations. Le mode opératoire est d'accrocher un fer à béton dans la caténaire.

Le parquet soupçonne un groupe français anarcho-autonome auto baptisé "cellule invisible" autour de leur chef présumé Julien Coupat, d'être à l'origine de ces dégradations.

Nous avons donc le choix entre frissonner face à la menace d'un "mystérieux groupe" d'islamistes en guenilles armés d'explosifs sans détonateurs (tout aussi efficace que les cutters en plastique de leur compères pirates de l'air de Boeings), ou trembler devant une "cellule invisible" de terroristes d'extrême gauche – une façon de rappeler au bon peuple que, quelque part, le "communiste le couteau entre les dents" et l'islamiste fondamentaliste, en tant "qu'ennemis jurés de la civilisation", marchent main dans la main.

Les commentaires sont fermés.