Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2008

Sarkozy poursuit le démantelement de la société française

Le président raconte qu'il fait ses courses sur les Champs-Elysées le dimanche...

En visite dans une usine d'Orléans (Loiret), mardi 20 mai, Nicolas Sarkozy s'est dit de nouveau favorable au travail le dimanche. Pour convaincre son auditoire, il a même raconté sa vie...

VOICI LE SARKOZY COMEDY SHOW, EN 3 EPISODES.

 

Le membre du Post Nonolimit a d'ailleurs remarqué que ce discours du président ressemblait presque mot pour mot à un autre discours prononcé par Nicolas Sarkozy, le 6 mars dernier, à Vesoul (Haute-Saône).

Mais pourquoi Sarkozy parle t-il de ce sujet ?
La loi n'autorise pas le travail le dimanche mais Nicolas Sarkozy s'est toujours dit pour un assouplissement, voire une modification de cette loi.

L'UMP a d'ailleurs fait une proposition de loi sur le travail autorisé le dimanche, "proposant que les préfets puissent autoriser l'ouverture de tous les commerces ainsi que des services aux publics dans les 'zones touristiques d'affluence exceptionnelle, ou d'animation culturelle permanente...' mais également 'dans les zones d'attractivité commerciale exceptionnelle'".

Le gouvernement soutient cette proposition de loi qui "devrait être examinée par l'Assemblée fin mai".

Les syndicats y sont-ils opposés ?
Oui, le 5 mai dernier, trois syndicats (la CGT, la CFTC et FO) ont critiqué cette proposition de loi: "Le dimanche doit rester un jour de repos commun à la communauté des salariés. Ce n'est pas la logique du marché qui doit imposer le travail du dimanche".

(Sources : Wat.tv, AFP)

Article original : Le Post.

 

Note de P&P : Sarkozy investit manifestement beaucoup d'énergie dans le démantelement de la loi française en général et l'intediction de travailler le dimanche en particulier.

Ces gesticulations servent au moins trois objectifs fondamentaux fixés depuis longue date par la clique qui dirige notre pays et tire les ficelles de notre pantin présidentiel.

1/ acter l'autorité : le référendum sur l'Europe est un triste précédent où Sarkozy a foulé aux pieds une décision souveraine du peuple et lui a opposé sa décision personnelle. L'imposition du travail le dimanche va à l'encontre de la loi française, de l'avis des syndicats et certainement d'une grande majorité de Français. Lorsqu'un dirigeant réussit à imposer une décision qui va à l'encontre des souhaits et des intérêts du peuple, alors ce dernier fait un pas de plus vers le totalitarisme et s'éloigne d'autant des principes d'une véritable démocratie. Il ya bien une dimension symbolique dans de telles luttes et parfois l'objet de la lutte (travail le dimanche, CPE,...) ne doit pas obérer l'impact émotionnel de la manière dont elle se déroule et dont elle se conclut.

2/ servir les élites qui l'ont porté au pouvoir : dans ce cas l'équation économique est limpide. L'ouverture des magasins le dimanche signifie plus de vente, donc plus de chiffre d'affaire et donc plus de profits. A l'instar des plans d'engraissement des banquiers, des patrons du BTP ou de l'automobile financés sur les fonds publics, cette nouvelle brèche ouverte dans le droit français bénéficiera aux dirigeants et actionnaires alors que les citoyens travailleront encore plus pour les mêmes salaires de misère tandis que la crise apportera son lot de chômeur et de hausse des prix.

3/ la destruction du lien social. Voilà peut-être le point le plus important. Que font les Français le dimanche ? Ils rencontrent leur famille et leurs amis, ils vont à l'église, ils participent à la vie des clubs et associations (sport, art, culture,...)

Grâce à ces activités les Français rencontrent leurs pairs, entretiennent des dynamiques collectives et forgent le lien social. Travailler le dimanche induira de fait une destruction de ce lien. C'est au cours de ces moments de socialisation, de partage, d'échange que la solidarité se forge.

Lorsque les citoyens d'une nation, ont fait le deuil de l'entraide, de la solidarité, de l'échange alors ils ne disposent plus d'aucune défense face aux excès des totalitarisme.

Les discussions permettant d'enrichir l'analyse de telle ou telle situation disparaissent laissant le champ libre aux propagandes colportées par les médias, l'union permettant de faire front ensemble et d'être plus fort se dissout concrétisant le vieil adage du "diviser pour mieux régner", l'entraide et l'échange qui permettaient de vivre un peu plus décemment en temps de crise sont éradiqués, laissant place à des individus isolés et affaiblis face aux affres d'une crise profonde...

Pour ceux qui en douteraient encore, chacune des décisions de Sarkozy est mûrement réfléchie, pas forcément par celui-qui les colporte mais au moins par les hommes de l'ombre qui soufflent le texte. Chacune des décisions de Sarkozy va dans la même direction, centrimètre par centimètre celles-ci nous éloignent de ce qui faisait l'identité française : solidarité, partage, fraternité, équité, liberté.

Si cette poignée de dirigeants psychopathes continue à présider les destinées de la France alors ces mots si riches de sens, d'espoir et de valeur ne seront plus que des slogans creux entonnés par des pantins cyniques officiant à l'asservissement final de toute une nation.

Commentaires

Un autre aspect du travail le dimanche est que c'est interdit par la religion chrétienne, et que les personnes amenées pour des raisons économiques à violer ce tabou pourraient se trouver sur la voie de l'abandon de leur religion, ce qui est un des buts recherchés par les Illuminatis qui sont les ennemis du christianisme et veulent imposer à terme une religion universelle, celle de la franc-maçonnerie.

Écrit par : Brigitte | 20/12/2008

Brigitte bonjour,

Cette attaque contre la religion chrétienne est bien vue. Un mouvement collectif visant à la spiritualité est aux antipodes du système individualiste et matérialiste prôné par nos délicieux dirigeants.

Écrit par : Axel | 20/12/2008

"délicieux".. une ironie qui laisse un arrière-goût de métal :D
Une population divisée (sans famille, sans idéaux et sans religion) est en effet un réservoir d'esclaves du système. Bien vu!

Écrit par : mkrnhr | 26/12/2008

Les commentaires sont fermés.