Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2008

Suppression des acquis sociaux : tout le monde au travail à 70 ans !!

Le démantèlement du code du travail continue le plus discrètement du monde, avec la complicité silencieuse des médias :

Le projet de budget de la sécurité sociale pour 2009 recèle de surprises. Après la réforme du départ à la retraite des pilotes d'avion, des stewards et des hôtesses, les Verts et les communistes s'inquiètent de la possibilité offerte aux salariés de travailler jusqu'à 70 ans. La mise à la retraite d'office fixée à 65 ans est supprimée. Les deux partis dénoncent un "réforme insidieuse".

Une réforme qui ne dit pas son nom, faite en catimini. En substance, c'est ce que les Verts et les communistes dénoncent. Au cours du vote du projet de loi de financement de la sécurité sociale (Plfss) 2009, les députés ont glissé une disposition qui permet de repousser l'âge du départ à la retraite à 65 ans dans le transport aérien et à 70 ans dans d'autres secteurs. Il ne s'agit pas d'un nouvel âge légal (qui lui demeure à 60 ans si les 41 années de cotisation ont été réunies), mais d'une possibilité offerte aux salariés. Tout se fera sur la base du volontariat. Mais la mise à la retraite d'office, fixée à 65 ans, est quant à elle supprimée.

Ces nouvelles dispositions, ainsi qu'une extension de la possibilité de cumuler un emploi et une retraite, ont été votées par les députés de la majorité peu avant minuit, la veille du week-end de la Toussaint. En clair, personne ne les a vues passer. Ce projet doit encore faire l'objet d'un vote solennel le 4 novembre, puis passer devant le Sénat mi-novembre. Mais les Verts et le Parti communiste français sont montés au créneau.

Xavier Bertrand défend la réforme

"L'âge de la retraite est insidieusement repoussé à 70 ans", explique la députée des Verts Martine Billard dans un communiqué. "Gageons que dans quelques temps, cette limite deviendra l'âge officiel de départ en retraite", poursuit-elle. Même son de cloche au PCF: "L'équipe de Nicolas Sarkozy repousse insidieusement l'âge de la retraite à 70 ans. Comme pour le travail du dimanche, le pseudo-volontariat est avancé pour justifier ce scandale", s'insurge le parti dans un communiqué. Du côté de la CGT, il y a une "légère inquiétude". Si la mesure ne "modifie pas pour le moment les repères de 60 et 65 ans en matière de retraites", elle "traduit bien la réalité d'aujourd'hui: de moins en moins de salariés auront la totalité de leurs droits à 60 ans et une retraite suffisante à 65 ans. Ils devront donc chercher à poursuivre leur travail voire à cumuler emploi et retraite".

Le gouvernement a tenté d'éteindre le début d'incendie. Il insiste sur le fait que la possibilité de partir à 60 ans, si les 41 ans de cotisation sont réunies, demeure. Il ne s'agit à ses yeux que de permettre à ceux qui le souhaitent de travailler plus longtemps. Xavier Bertrand est parti au front samedi sur France Info pour défendre la réforme. "Il faut aujourd'hui considérer que nos sociétés évoluent, on vit de plus en plus longtemps, il faut aussi que nos règles évoluent", a avancé le ministre du Travail. Il a pris pour exemple l'entraîneur de football Guy Roux, empêché un temps de poursuivre sa carrière en raison de la limite d'âge, avant de pouvoir poursuivre brièvement sa carrière - de manière catastrophique par ailleurs - au début de la saison 2007-08.

Le ministre a aussi cité le cas du professeur Luc Montagnier, prix Nobel 2008 de médecine, parti selon Xavier Bertrand aux Etats-Unis car atteint par la limite d'âge. Luc Montagnier, 76 ans, a certes participé à la création de sociétés aux Etats-Unis mais aussi en France. Il est toujours professeur émérite à l'Institut Pasteur et directeur de recherches honoraire au CNRS. Le PCF a fait remarquer que les futurs retraités dont les revenus sont faibles n'auront eux guère le choix et devront poursuivre leur carrière jusqu'à 70 ans, histoire d'avoir une retraite décente. Les communistes ont ajouté que les députés n'ont pas fait de différence suivant la pénibilité des métiers. 

Source : Le Jdd

Les commentaires sont fermés.