Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2008

Le Free Gaza et le SS Liberty voguent vers Gaza

samedi 16 août 2008 - 08h:12

Yvonne Ridley - Press TV

Quand vous lirez ceci, nos deux bateaux le Free Gaza et le SS Liberty devraient avoir quitté le vieux port de Chania en Crète, malgré des prévisions du temps pessimistes et l’annonce de tempêtes.

Nos capitaines ont décidé qu’il est temps de quitter le quai pour des raisons de sécurité et nous longeons donc la côte crétoise pour aller embarquer le reste de nos passagers qui nous attendent patiemment à Chypre.

Il se pourrait que le voyage soit difficile, mais sans entrer dans trop de détails, nous courons sans doute plus de risques en restant à l’arrêt.

Par le passé, Israël a utilisé le Mossad et Kidon pour saboter et détruire des opérations pacifiques ayant pour but d’aider les Palestiniens ou de manifester une solidarité à leur égard.

Depuis la Crête, nous nous dirigerons vers Larnaka, à Chypre, pour prendre le reste du groupe et naviguer vers Gaza afin de briser le siège médiéval que lui impose Israël.

Les médias s’intéressent à nouveau au voyage et il y a des journalistes qui veulent se joindre à nous, tandis que d’autres envisagent de louer leurs propres bateaux … tant mieux, plus on sera nombreux, mieux cela vaudra. Ne serait-ce pas merveilleux d’avoir une immense flottille ?

Les médias s’inquiètent toutefois parce qu’Israël a par le passé ouvert le feu sur des journalistes, en a tués ou arrêtés quand ils essayaient de faire connaître la vérité sur l’occupation brutale de la Palestine.

La lecture d’un communiqué de Reporters sans frontières, publié ce matin me l’a rappelé. Le groupe de défense des droits humains condamnait l’annonce par les Forces israéliennes d’occupation (FIO) de l’arrestation d’Ibrahim Hamad, ingénieur du son travaillant pour l’agence de presse palestinienne Ramattan depuis six mois, sans engager de poursuites contre lui et sans le traduire en justice.

Hamad a été arrêté par des soldats israéliens chez lui à Qalandiyah près de la ville de Ramallah en Cisjordanie le 15 juillet. « L’armée israélienne ne peut sous aucun prétexte procéder à l’arrestation de journalistes ou de collaborateurs des médias sans raison », a dit Reporters sans frontières « Si elle reproche quelque chose à un journaliste, elle doit le dire et communiquer les motifs d’une telle arrestation. C’est pourquoi nous demandons la libération immédiate de Hamad”, a déclaré l’organisation.

Contactée par Reporters sans frontières, la direction de Ramattan a vivement condamné l’arrestation et demandé la libération de son employé. Elle a exigé que les autorités israéliennes donnent les raisons de l’arrestation d’Ibrahim Hamad. “Ce n’est pas la première fois que nos employés sont arrêtés par l’armée israélienne”, a indiqué l’agence.

Les Israéliens se vantent de leur démocratie … ces actions ne sont pas celles d’un État démocratique, mais bien celles d’un État brutal qui essaie d’écraser ceux qui se consacrent à dire la vérité sur les horreurs commises par le régime sioniste et sur sa volonté de mener à son terme, délibérément et lentement, le génocide du peuple palestinien.

Dans quelques jours, nous pourrons voir exactement comment les Israéliens réagiront devant un groupe de militants pacifiques qui veulent arriver à Gaza armés uniquement de leur amour et de leur soutien pour leurs frères et sœurs palestiniens.

Si Israël est vraiment une démocratie libre et ouverte, alors sa marine nous laissera passer, le Mossad cessera de tenter de saboter notre voyage et tous les journalistes à bord, moi-même y compris, pourront dire la vérité sur ce qui se passe dans la plus grande prison à ciel ouvert de la terre, appelée Gaza.

Entre temps, je demande instamment aux FIO de libérer notre frère Ibrahim Hamad et de lui permettre de continuer son travail dans les médias.

Article original : Freegaza - Traduction : amg

 

Les commentaires sont fermés.