Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2008

Une princesse marseillaise

2027410813.jpg Kenny Arkana, petit bout de femme originaire de Marseille fait vibrer le peuple avec des paroles pleines d'humanité et de vérité. Au delà des mots Keny Arkana applique les principes qu'elle défend. Pour illustrer cette impeccabilité voici un petit passage de la bio de cette demoiselle au parcours assez exceptionnel :

Elle participe en 2004 à la fondation du collectif La Rage du Peuple qui milite pour « une colère positive, fédératrice, porteuse d'espoir et de changement » dans les « cités ». Elle intervient également dans de nombreux forums altermondialistes en Afrique et en Amérique du Sud.

Au printemps 2007, Keny Arkana annule ses concerts en raison d'une organisation défaillante ( « les gens honnêtes ne sont pas très compétents, et les gens compétents pas très honnêtes ») en lançant un « appel aux sans-voix » afin de construire un autre monde pour la jeunesse. Durant l'été, elle participe à plusieurs festivals (Vieilles Charrues, Dour,.. ) et fait à l'automne une tournée française s'arrêtant notamment à l'Olympia de Paris pour un concert à guichets fermés. Le 23 septembre elle se produit en pleine rue dans le quartier populaire des Pâquis à Genève en Suisse. Ce concert sauvage tenu sur un carrefour, au plein milieu de la rue, est en soutien à l'intersquat de Genève (en réponse à l'évacuation par la force de la quasi-totalité des squatts genevois). En octobre son premier album l'Esquisse est réédité.

En novembre 2007, alors qu'elle poursuit sa tournée nationale « La Tête dans la Lutte » dans des salles combles où elle rencontre un public de tous âges conquis par son engagement, Keny Arkana, disque d'or jusqu'alors peu médiatisée, crée la sensation au Prix Constantin 2007 en interprétant "Nettoyage au Kärcher". Selon le journal L'Express « Keny Arkana lance les hostilités. La rappeuse déboule tel un pitbull : "Elle est où la plus grande racaille ? À l’Élysée !" Ses partenaires sortent des Kärcher et font mine de nettoyer un acolyte affublé d’un masque de Nicolas Sarkozy.

Karcher en live.

Et pour terminer voici les paroles de 5e soleil, la musique est superbe et les paroles sont remarquables :

mon esprit s'égare l'esprit qui surchauffe
les gens se détestent la guerre des égos
21e siècle cynisme et mépris
non respect de la terre, folie plein les tripes
frontières, barricades, émeutes et matraques
cris et bains de sang, bombes qui éclatent
politique de la peur, science immorale
insurrection d'un peuple, marché des armes

nouvel ordre mondial, fusion de terreur
l'homme l'animal le plus prédateur le système pue la mort
assassin de la vie, a tué la mémoire
pour mieux tuer l'avenir, des disquettes pleins la tête
les sens nous trompent, 3e oeil ouvert car le cerveau nous ment
l'être humain s'est perdu a oublié sa force
a oublié la lune, le soleil et l'atome

inversion des pôles vers la haine se dirige
a perdu la raison pour une excuse qui divise
l'égoïsme en devise, époque misérable
haine collective contre rage viscérale
une lueur dans le coeur, une larme dans l'oeil
une prière dans la tête, une vieille douleur
une vive rancoeur là où meurt le pardon
où même la foi prend peur, allez viens, nous partons

des lois faites pour le peuple et les rois tyrannisent
confrérie et business en haut d'la pyramide
ça sponsorise le sang, entre chars et uzys
innocent dans un ciel au couleur des usines
un silence de deuil, une balle perdue
toute une famille en pleurs, un enfant abattu
des milices de l'état, des paramilitaires
des folies cérébrales, des peuples entier à terre

bidonville de misère, à l'entrée des palaces
liberté volée, synonyme de paperasse
humanité troquée contre une vie illusoire
entre stress du matin et angoisse du soir
des névroses plein la tête, les nerfs rompus
caractérisent l'homme moderne, bien souvent corrompu
et quand la vie s'endort, arrive tant de fois
une mort silencieuse, un S.D.F dans le froid

prison de ciment, derrière les œillères
le combat est si long pour un peu de lumière
les familles se déchirent et les pères se font rares
les enfants ne rient plus, se bâtissent des remparts
les mères prennent sur elles, un jeune sur trois en taule
toute cette merde est réelle, donc on se battra encore
c'est la "malataliba" qui nous bouffe les tripes
Une bouteille de vodka, quelques grammes de "weed"

certains ne reviennent pas de ces raids violents
c'est du butex injecté dans une flaque de sang
des enfants qui se battent, un coup de couteau en trop
ce n'est plus à la baraque que les mômes rentrent tôt
ils s'apprennent la ruse dans un verre de colère
formatage de la rue, formatage scolaire
c'est chacun sa disquette, quand les mondes se rencontrent
c'est le choc des cultures, voire la haine de la honte

les barrières sont là, dans nos têtes, bien au chaud
les plus durs craquent vite, c'est la loi du roseau
non, rien n'est rose ici, la grisaille demeure
dans les cœurs meurtris, qui à petit feu meurent
ne pleure pas, ma sœur, car tu portes le monde
noble est ton coeur, crois en toi et remonte
n'écoute pas les bâtards qui voudraient te voir triste
même Terre-mère est malade, mais Terre-mère résiste

donc ces cons font le monde, apprentis créateurs
qui ont tout déréglé, sanguinaires prédateurs
Babylone est bien grande mais n'est rien dans le fond
qu'une vulgaire mascarade au parfum d'illusions
maîtresse de nos esprits crédules et naïfs
conditionnement massif là où les nerfs sont à vif
dans la marche et la rage, bastion des galériens
ensemble, nous sommes le Monde et le système n'est rien

prend conscience, mon frère, reste près de ton cœur
méfis-toi du système, assassin et menteur
éloignes-toi de la haine qui nous saute tous aux bras
humanité humaine, seul l'Amour nous sauvera
écoute le silence quand ton âme est en paix
la lumière s'y trouve, la lumière est rentrée
Vérité en nous-même, fruit de la Création
n'oublie pas ton histoire, n'oublie pas ta mission

dernière génération à pouvoir tout changer
la vie est avec nous, n'aies pas peur du danger
alors levons nos voix pour ne plus oublier
tas de poussière d'étoiles, qu'attends-tu pour briller ?
tous frères et sœur, reformons la chaine
car nous ne sommes qu'un, divisés dans la chair
retrouvons la joie, l'entraide, qu'on s'élève
une lueur suffit à faire fondre les ténèbres

s'essouffle ce temps, une odeur de souffre
la fin se ressent, la bête envoute la foule
les symboles s'inversent, se confondent et s'obsèquent
l'étoile qui fait tourner la roue se rapproche de notre ciel
terre à l'agonie, mal-être à l'honneur
folie, calomnie, peu de cœur à la bonne heure
ignorance du bonheur, de la magie de la vie
choqués par l'horreur, formés à la survie

l'époque, le pire, une part des conséquences
le bien , le mal, aujourd'hui choisis ton camp
l'être humain s'est perdu, trop centré sur l'avoir
les étoiles se concertent pour nous ramener sur la voie
quadrillage ciselé dépasse la lumière
aie confiance en la vie, en la force de tes rêves
tous un ange à l'épaule, présent si tu le cherches
dans le cœur, ne fait qu'un avec l'Esprit et le geste

le Grand Jour se prépare, ne vois-tu pas les signes ?
la mort n'existe pas, c'est juste la fin des cycles
cette fin se dessine, l' humain se décime
l'espoir indigo, les pléiades nous désignent
lève ta tête et comprend, ressens la force en ton être
dépasse Babylone, élucide le mystère
rien ne se tire au sort, que le Ciel nous bénisse
enfant du quinto sol, comprends entre les lignes

comprends entre les lignes, enfant du quinto sol, le soleil est en toi
fais briller ta lumière intérieure pour éclairer le chaos de leur monde
car on n'est pas là par hasard, les Pléiades nous désignent
comprends entre les lignes, il est grand ton coeur, désobéissance
car la vérité est en nous car la solution est en nous parce que la vie est en nous

Commentaires

la victoria segue la victoria simpre

Écrit par : hayat tifariti | 17/05/2008

Merci de me l'avoir fait découvrir. Oui les paroles de 5ème soleil que vous avez mis sont superbe ! Et ça remonte le moral. Amicalement

Écrit par : benedicte | 22/05/2008

Les commentaires sont fermés.