Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2008

OGM : Kosciusko-Morizet dénonce une "armée de lâches" à l'UMP

Portrait_Kosciusko_Morizet_NathalieNathalie Kosciusko-Morizet, forte du soutien de Sarkozy qui l'a promue - en compagnie de Xavier Bertrand - Secrétaire générale adjointe de l'UMP - on note que "le Président de tous les Français" dirige toujours le parti de droite -, sort l'artillerie lourde : "J'en ai marre d'être confrontée à une armée de lâches", s'emporte-t-elle dans l'édition du Monde daté de demain. Cause de sa colère ? Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale (et aussi maire de Meaux, député de Seine-et-Marne et avocat d'affaires à temps partiel), l'a directement mise en cause à la suite du vote, dans la nuit de mercredi à jeudi, de l'amendement à la loi sur les OGM présenté par le communiste André Chassaigne : "Lorsqu'un  gouvernement s'en remet à la sagesse de l'Assemblée sur un amendement venant de la gauche, ça veut dire qu'en réalité il l'approuve", s'est-il étranglé de rage. On imagine l'outrage : la secrétaire d'Etat à l'Ecologie n'appelle pas clairement à repousser l'amendement d'un communiste ! Mais que dit l'amendement en question ? Il modifie l'article premier de la loi, qui postulait que les plantes transgéniques ne pouvaient être cultivées que "dans le respect de l'environnement et de la santé publique", en incluant celui "des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production commerciales qualifiées 'sans organismes génétiquement modifiés' et en toute transparence". Où est le scandale ? Les agriculteurs ne cultivant pas d'OGM n'auraient donc pas le droit qu'on leur garantisse la non-contamination de leurs parcelles ? Non, selon le Premier ministre, François Fi(ll)on, qui décrète : "l'amendement Chassaigne n'aurait pas dû être voté". Mais que les puissants semenciers ne s'inquiètent pas, le chef du gouvernement "s'est engagé à faire en sorte qu'il soit supprimé en deuxième lecture au Sénat", précise l'Express.

7423657Voilà le vrai scandale : alors que 72% des Français jugent "important" de ne pas consommer des produits contenant des OGM (sondage CSA diffusé le 4 février dernier par l'organisation écologiste Greenpeace), les députés UMP sont inféodés au lobby des amis de Monsanto et n'acceptent à aucun prix qu'on porte atteinte à leurs OGM chéris. Rappelons les risques : contamination du sol, d'autres plantes, apparition d'insectes résistants, impact sur les insectes utiles comme les abeilles par exemple, développement d'allergies et apparition de nouvelles pathologies chez l'homme et l'animal... Avec les réactions en chaîne, les scientifiques sont aujourd'hui incapables de prédire quelles conséquences pourrait avoir une OGMisation massive de l'agriculture. On a eu le poulet à la dioxine, les farines animales et leur vache folle... N'est-il pas temps d'arrêter de jouer les apprentis sorciers ? Or que se passe-t-il dans la réalité ? Les OGM, portés par les millions de dollars des multinationales, sont déjà en train de coloniser la planète, dans l'opacité sournoise. La firme Bayer est directement accusée par Greenpeace d'être "responsable d'une contamination mondiale du riz par son riz transgénique non autorisé", provenant de champs expérimentaux aux Etats-Unis, qu'on a déjà retrouvé dans 13 pays. Or le riz est la denrée alimentaire la plus importée au monde. Donc la dissémination s'opère bel et bien, et en dehors de tout contrôle démocratique. Et jusqu'en France, avec la bénédiction de ces chers députés UMP. Greenpeace ne décolère pas, après l'adoption de la loi par l'Assemblée : "Le texte condamne à terme l'ensemble de la production agricole française à la contamination et définit un régime de responsabilité complètement défaillant. En votant une loi génétiquement modifiée au profit d'une poignée d'industriels, la majorité UMP est manifestement passée à côté de l'histoire et de la volonté des Français". Le responsable de la campagne OGM de Greenpeace France, Arnaud Apoteker, renchérit : "Comme au Sénat, la frange la plus rétrograde de la majorité UMP s'est allégrement assis sur le Grenelle, sur le principe de précaution, sur la directive européenne qu'elle était censée traduire en droit français et sur le souhait des citoyens ! Pis, si l'on en croit les déclarations vengeresses de M. Copé, le seul vrai amendement de protection adopté pourrait être remis en cause au Sénat dès la semaine prochaine, lors de la seconde lecture. Nous regrettons que les députés UMP les plus éclairés, comme M. Grosdidier, n'aient pas été plus entendus par leurs collègues. L'agriculture française et l'environnement sont sacrifiés sur l'autel de quelques profits industriels. C'est une honte."

Dans ce contexte, le coup de colère de Nathalie Kosciusko-Morizet peut ressembler au premier abord à une preuve de courage de sa part. "Il y a un concours de lâcheté et d'inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l'attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d'assurer le minimum", tempête-t-elle. Elle reproche à Copé de "ne pas tenir le groupe" UMP : "Si le travail de préparation préalable avait été fait dans le groupe, cela ne se serait pas produit. Ce n'est pas normal qu'il y ait eu si peu de députés de la majorité en séance". Du coup, l'amendement communiste sacrilège a été voté. NK-M regrette aussi que son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo, la laisse seule en butte à la vindicte des pro-OGM hystériques : "J'attends avec impatience qu'il vienne exprimer la 'parole unique' du gouvernement dans l'hémicycle. Quand il veut, il vient". Greenpeace reprend ce mot de "lâcheté" : "Refus d'étiquetage des produits animaux nourris aux OGM, refus de l'implication des collectivités locales, refus de l'information publique en temps et en heure ou encore confidentialité des dossier d'évaluation éclairent par ailleurs l'intention de la majorité UMP : imposer des OGM partout et en cachette. Le concours de lâcheté et d'irresponsabilité active a bien eu lieu." Sans compter que la loi instaure un délit de fauchage des cultures OGM, "puni de deux ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende", peine portée à "trois ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende" quand la parcelle sert à la recherche. Pourquoi ne pas avoir laissé ce délit dans le droit commun, qui réprime la "destruction du bien Bato_Delphined'autrui" ? En quoi une sévérité accrue se justifie-t-elle en l'occurrence ? "La destruction d'une parcelle d'essai Monsanto sera puni d'une amende plus élevée que celle de la destruction d'un immeuble classé ou d'une découverte archéologique", remarque la socialiste Delphine Batho. Yves Cochet (Verts) a son explication : cet article veut punir "ceux qui sont entrés en résistance pour s'opposer à la fatalité irréversible des OGM". Et le communiste Jean-Pierre Brard ne craint pas d'affirmer : "Le 14 juillet 1789, quand nos ancêtres ont pris la Bastille, ils ne se sont pas demandés si c'était légal. Il y a quelque chose de plus fort que la légalité, il y a ce qui est juste, ce qui est légitime. Sur l'affaire du fauchage c'est bien là qu'on en est".

Alors, avec tout cela, que penser de l'interview choc de la secrétaire d'Etat à l'Ecologie ? On ne peut que la relativiser : elle ne se désolidarise en rien du texte, explique s'en être remise à la sagesse de l'Assemblée à propos d'un amendement déposé par un membre de la majorité, Louis Giscard d'Estaing, et non à propos de celui de Chassaigne, et a en outre publié un communiqué dans lequel "elle a présenté ses excuses à la fois à Jean-Louis Borloo, à Jean-François Copé et aux membres du groupe UMP", comme s'en félicite Fi(ll)on, pour qui l'incident est clos. Comme lorsque Fadela Amara jugeait "dégueulasse" qu'on instrumentalise l'immigration avec l'instauration des tests ADN, mais qu'elle n'en est pas moins restée au gouvernement. Que ces gens sont méprisables !

Et maintenant, place au Sénat, où les UMPistes aux ordres des semenciers se chargeront bien d'éliminer toute garantie contre la dissémination sauvage par les OGM. Monsanto en rêvait, l'UMP va le faire.

 

Article original : blog Olivier Bonnet

Commentaires

La critique est si facile , il faudrait comprendre ce qui se cache derriére notre humanité comment elle sait construite, le discour serait certainement plus constructif,afin de faire avancer la population qui a besoin de spiritualité ,correspondant à son monde occidental,pour avancer et ne pas vaciller en sachant bien ou elle se trouve et ne pas se laisser aveugler par l'illusion quotidienne .Aller un peu de courrage le vrai et le juste doivent ressortir il faut y travailler, réellement et n'ayons pas peur l'inatalité et proche.

Écrit par : grelet | 13/04/2008

"La critique est si facile"

"il faudrait comprendre"

"la population qui a besoin de spiritualité"

"ne pas se laisser aveugler par l'illusion"

"Aller un peu de courrage"

"il faut y travailler"

"n'ayons pas peur"

Au-delà de ces poncifs avez-vous quelques chose à apporter sur le sujet de l'autorisation des OGMs par les autorités françaises ?

Écrit par : Axel Dunor | 13/04/2008

Et vous apportez vous quellques chose à l'humanité française en ne parlant que de l'autorisation d'un texte de loi votre toile est t'elle qu'on ne peu étre d'un coté ou de l'autre soyer un peu plus introspectif !Et vous verrez à quoi peuvent mener certaines observations quand elle sont faites avec rigueur et un sens moral exacerbé.Oui mais pour cela il faut revenir au source de notre belle histoire et ne pas attendre des réponses toute faite de la part de certains philosophes qui par leur bien veillance on repris et penser les choses sans bien même les vérifier et notre monde scientifique en est devenu quelque chose de complétement anti religieux ,sans foi ni loi et bien si l'on veut se rendre compte du chemin réellement à parcourir par nos civilisations il faut reprendre certaines choses afin de les vérifier et les comprendre par soi même afin de ne pas parler ou écrire pour rien dire, malheureusement car ça nous arrive souvent dans notre société;par cela on ce rendra utile pour l'ensemble de notre humanité ,le travail est impressionant mais si nous n'y arrivons pas complétement dans ces lieux le travail se poursuivra par la force de notre innatalité que nous devons nous reconstruire.

Écrit par : grelet | 13/04/2008

"Et vous apportez vous quellques chose à l'humanité française en ne parlant que de l'autorisation d'un texte de loi"

Cet article apporte des données objectives sur une loi qui concerne chacun d'entre nous.

"soyer un peu plus introspectif !"

Ca vous arrive souvent de vous pointer dans un site et de donner des ordres à son auteur ?

Et vous verrez à quoi peuvent mener certaines observations quand elle sont faites avec rigueur et un sens moral exacerbé."

Si je comprends si j'étais doué de la rigueur et du sens moral exacerbé qui est le votre alors je pourrais faire certaines observations (réservées aux grands initiés j'imagine).

Ca serait bien si vous nous faisiez part de quelques unes de ces observations car pour l'instant nous sommes dans le champ de l'assertion gratuite.

Et en parlant de rigueur vous pourriez commencer par vous pencher sur la rigueur orthographique de vos messages. Mais peut-être que votre niveau de spiritualité vous affranchit de telles considérations temporelles.

"si l'on veut se rendre compte du chemin réellement à parcourir par nos civilisations il faut reprendre certaines choses afin de les vérifier et les comprendre par soi même"

Certes. Alors qu'est-ce que vous avez vérifié et compris concernant les OGMs ?

"cela on ce rendra utile pour l'ensemble de notre humanité"

L'humanité vous a-t-elle demandé quoique ce soit ?

introspection nombriliste, para moralisme, arrogance, pseudo spiritualité, force de l'innatalité,... avec des amis comme ça l'humanité n'a pas besoin d'ennemis.

Pour information vous avez été banni de ce blog mais je suis convaincu que d'autres sites seront ravis de bénéficier de vos lumières.

Écrit par : Axel Dunor | 13/04/2008

Les commentaires sont fermés.