Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2008

Le Dalaï Lama, apparences et réalités

Il est temps de soulever le voile sur les relations CIA, Dalaï Lama et son organisation pour éclairer et comprendre ce qui se passe en ce moment.

Cohn Bendit a appelé à « foutre le bordel à Pékin ». La réponse à cet accaparateur de l'histoire de Mai 68, c'est « Ta Gueule ! «


Le Rôle de la CIA : Derrière le Voile de Respectabilité du Dalaï Lama . Suivi de Cohn Bendit et le Tibet : Ta Gueule !
Note de l'Editeur de Global Research

Cet article incisif de Michael Backman retrace la relation du Dalai Lama et de son organisation avec les Services Secrets US. Le Dalaï Lama a été sur la liste de ceux financés par la CIA depuis la fin des années 50. Il est un instrument des Services Secrets US. Une compréhension de cette relation de longue date avec la CIA est essentielle, particulièrement pour éclairer les évènements récents. De toute évidence, les Services Secrets US sont derrière le mouvement de protestation, organisé quelques mois avant les Jeux Olympiques de Beijing.

M.C 23 Mars 2008

Les journalistes défient rarement le Dalaï Lama.

Parce qu'il est charmant et accueillant. La plupart des comptes rendus qui portent sur lui le font d'un air dégagé, avec autant de désinvolture que le sujet, pour qui un bon petit rire bête et une parabole pittoresque sont des substituts à des réponses difficiles. Mais c'est l'homme qui prône une plus grande autonomie pour des millions de personnes qui sont actuellement chinois, avec lui à la tête de leur gouvernement peut-on présumer ?
Donc, pourquoi pas lui demander des comptes en tant que personnalité politique ?

Ce n'est pas en tant que simple dirigeant spirituel, car il était à la tête du gouvernement du Tibet, qu'il est parti en exil en 1959. C'était un appareil d'état dirigé par des moines aristocratiques népotiques qui collectaient des impôts, emprisonnaient et torturaient les dissidents et se sont engagés dans toutes les intrigues politiques habituelles. (Le père du Dalaï Lama lui-même a presque sûrement été assassiné en 1946, conséquence d'un complot).

Le gouvernement s'est installé en exil en Inde, et, au moins jusque dans les années 70 a reçu 1.7 millions de dollars par an de la CIA.

L'argent était pour payer des opérations de guérillas contre les Chinois, malgré le soutien public du Dalaï Lama pour la non violence, pour lequel il a reçu le prix Nobel en 1989.

Le Dalaï Lama lui-même a été rémunéré par la CIA de la fin des années 50 jusqu'en 1974, recevant, d'après ce qui a été rapporté, 15 000 dollars par mois (180 000 dollars par an).

Les fonds lui ont été versés personnellement, mais il les a tous utilisés, ou du moins la plus grande partie, pour les activités du gouvernement tibétain en exil, principalement pour financer des bureaux à New York et Genève, et pour faire du lobbying internationalement.

Les détails du financement actuel du gouvernement en exil sont loin d'être clairs. Structurellement, cela comprend 7 départements, et plusieurs autres bureaux spéciaux. Il y a également eu des sociétés de bienfaisance, une société de publication, des hôtels en Inde et au Népal, et une société de distributions d'objets d'artisanat aux Etats Unis et en Australie, tous regroupés sous l'aile du ministère des finances du gouvernement en exil.

Le gouvernement a été impliqué dans la gestion de 24 sociétés mais a décidé en 2003 qu'il se retirait de celles ci parce qu'une telle implication dans des activités commerciales n'était pas appropriée.

Il y a plusieurs années, j'ai demandé auprès ministère des finances du Dalaï Lama d'avoir accès aux détails du budget. En réponse, il a affirmé avoir à l'époque un revenu annuel de 22 millions de dollars, qu'il a dépensé pour des programmes variés de santé, éducation, religion et culture.

Le plus gros poste concernait des dépenses liées aux activités politiques, pour un montant de 7 millions de dollars. Ensuite venait l'administration, avec 4.5 millions de dollars. Presque 2 millions étaient attribués pour gérer les bureaux à l'étranger du gouvernement en exil.

Compte tenu de toutes les activités revendiquées par le gouvernement en exil, ces sommes semblent remarquablement faibles.

Ce n'est pas clair comment les donations sont inscrites au budget. Elles se montent probablement annuellement à plusieurs millions, mais le ministère des finances du Dalaï Lama n'a fourni aucune reconnaissance explicite de celles-ci ni de leurs sources.

Il y a certainement plein de rumeurs parmi les Tibétains expatriés de corruption endémique et de mauvais usages de l'argent collecté au nom du Dalaï Lama.

Beaucoup de dons transitent via le fond du Tibet à New York, établi en 1981 par des réfugiés tibétains citoyens américains. Il s'est développée et est devenu une organisation gérant plusieurs millions de dollars qui dépensent chaque année 3 millions de dollars pour ses différents programmes.

Une partie de ses ressources proviennent du Bureau du Département d'Etat US pour les programmes des réfugiés.

Comme beaucoup d'hommes politiques asiatiques, le Dalaï Lama s'est comporté de manière remarquablement népotique, nommant des membres de sa famille à de nombreux postes importants. Ces dernières années, 3 des 6 membres du Kashag, ou Cabinet, la branche exécutive la plus élevée du gouvernement tibétain en exil, avaient des liens familiaux proches avec le Dalaï Lama.

Un frère plus âgé a servi comme président de Kashag et comme ministre de la sécurité. Il a aussi dirigé le Mouvement Contra Tibétain dirigé par la CIA dans les années 1960.

Une belle sœur a occupé le poste de directrice du conseil de planification du gouvernement en exil et de son département de la santé.

Une plus jeune sœur a servi comme ministre de la santé et de l'éducation, et son mari a occupé la fonction de directeur du département de l'information et des relations internationales du gouvernement en exil.

Leur fille a été faite membre du parlement tibétain en exil. Un plus jeune frère a occupé la fonction de haut membre du bureau privé du Dalaï Lama et sa femme a occupé la fonction de ministre de l'éducation.

La deuxième épouse de son beau frère a occupé le poste de représentant du gouvernement en exil pour l'Europe du Nord et celui de la direction des relations internationales pour le gouvernement en exil. En occupant toutes ces positions les membres de la famille du Dalaï Lama ont accès à des millions de dollars collectés au nom du gouvernement en exil ;

Le Dalaï Lama est actuellement bien connu, mais peu réellement savent quelque chose de lui. Par exemple, contrairement à l'opinion très répandue, il n'est pas végétarien. Il mange de la viande. Il l'a fait (selon ce qu'il affirme) sur l'avis d'un médecin après avoir eu des complications rénales due à une hépatite. J'ai vérifié auprès de plusieurs médecins et aucun n'était d'accord pour dire que la consommation de viande est nécessaire ou même souhaitable lorsque qu'on a un foie endommagé.

Qu'est ce que le Dalaï Lama a effectivement réalisé pour les Tibétains à l'intérieur du Tibet ?

Si son but c'était l'indépendance pour le Tibet, ou, plus récemment, une plus grande autonomie, alors il a échoué misérablement.

Il a maintenu le Tibet en premières pages des journaux partout dans le monde, mais pour quelle finalité ? Ce qu'il a principalement accompli il semble, c'est d'être devenu une célébrité. S'il était resté tranquille, moins de Tibétains auraient été torturés, tués et généralement supprimés en Chine.

De toute façon, l'actuel Dalaï Lama a 72 ans. Son successeur – une réincarnation – sera nommé enfant et il faudra de nombreuses années avant qu'il ne joue une rôle significatif. Pour la Chine, c'est un problème qui se résoudra de lui-même, que John Howard ou Kevin Rudd (Où Nicolas Sarkozy où ses larbins : Rama Yade et ou Bernard Kouchner ndlt) rencontrent ou non la Dalaï Lama.

Michael Backman 23/03/08  www.michaelbackman.com

Source Global Research, article en français publié par Alterinfo

Agoravox, agoraintox ?

Sous prétexte de "journalisme citoyen" (ben voyons...), Agoravox propose aux journalistes et aux dessinateurs de travailler gratuitement. Ami(es) dessineux(ses), ne vous laissez pas abuser... Voici le texte (type) envoyé aux auteurs :

    Bonjour, Nous nous permettons de vous contacter afin de vous présenter le projet AgoraVox. AgoraVox se veut l’une des premières initiatives européennes de "journalisme citoyen" à grande échelle. Notre ambition est de favoriser l’émergence d’une nouvelle forme d’expression indépendante.

    Nous sommes à la recherche de partenaires et de dessinateurs potentiels dans la blogosphère mais aussi au dehors. Nous recherchons des dessinateurs pour illustrer l’actualité ou l’air du temps. Dans le cadre de nos recherches de contributeurs, nous avons retenu votre blog pour sa qualité et l’originalité de vos dessins. Nous souhaiterions vous associer à Agoravox en vous invitant à publier sur le site.

    Pourquoi devenir rédacteur-dessinateur ? Tout simplement pour faire entendre sa voix, pour relater des faits ou donner son sentiment sur l’actualité. Par ailleurs, tout contributeur a la possibilité de personnaliser une page qui lui est consacrée et dans laquelle il pourra, entre autres, mettre un lien vers son blog.

    Vous trouverez également de plus amples renseignements sur le projet AgoraVox, son histoire et sa politique éditoriale en vous rendant directement sur Agoravox Enfin, les modalités de fonctionnement sont directement décrites ici

  En souhaitant vous retrouver très prochainement parmi notre liste de contributeurs. Bien cordialement L’équipe Agoravox

C’est intéressant de lire dans leur "politique éditoriale", le passage suivant :

    En soumettant un article ou un document sur AgoraVox, les rédacteurs acceptent implicitement que celui-ci puisse être librement reproduit sur d’autres sites Internet ou en dehors d’Internet par d’autres médias. Sauf avis contraire clairement exprimé, les rédacteurs acceptent également que le comité de rédaction puisse éventuellement reproduire un article déjà publié sur leur blog ou leur site web et qui est en adéquation avec la politique éditoriale."

Alors les copains et les copines, si vous souhaitez travailler gratos et qu’en plus vos dessins soient repris sans votre accord sur d’autres sites et même sur d’autres médias, n’hésitez plus ! le "média citoyen" vous ouvre grandes les portes du bénévolat.

Article original publié par Bellacio et suivi de nombreux commentaires édifiants quant à la réalité d'Agoravox.

 

Note de P&P : cet article a été initialement publié par Bellacio. Rien de bien méchant au fond. Mais aprè ladite publication les témoignages et commentaires ont commencé à pleuvoir. Je ne vais déflorer l'intégralité de la discussion ici car elle mérite vraiment d'être lue. Pour résumer je me suis permis de copier l'un des commentaires qui me semble bien synthétiser la situation :

Plusieurs éléments relatifs au positionnement d’Agoravox me laissent perplexes :

 le site s’autoproclame citoyen alors qu’il est contrôlé non pas par les citoyens mais par une entreprise privée.

 le site bénéficie du travail bénévole de nombreux citoyens qui croient en cette démarche citoyenne collective, libertaire et qui pour la plupart ne sont pas informés de l’organe qui contrôle Agoravox.

 Cybion, l’entreprise privée qui contrôle Agoravox a effectué des levées de fonds, cela veut dire que des investisseurs institutionnels sont au Conseil d’Administration de Cybion (les banquiers et les citoyens ont-ils les mêmes intérêts ?)

Fort de ces différents constats les véritables objectifs d’Agoravox me semblent clair. Agoravox sous des couverts de démarche citoyenne et un vernis d’émancipation des masses n’est rien d’autres qu’un cheval de Troie permettant aux puissants de ce monde de noyauter les dynamiques citoyennes et de conserver les citoyens dans leur esclavage moderne.

"...Au premier rang, nous placerons la presse officielle. Elle veillera constamment à la défense de nos intérêts, et, par suite, son influence sur le public sera relativement insignifiante. Au second rang, nous placerons la presse semi-officielle, dont le devoir sera d’attirer les tièdes et les indifférents. Au troisième rang, nous placerons la presse qui se donnera l’air de nous faire opposition et qui, dans l’une de ses publications, semblera notre adversaire. Nos véritables ennemis croiront à la sincérité de cette opposition et nous laisseront voir leurs cartes..."

 

La résignation apprise

La résignation apprise a été étudiée pour la première fois sur des chiens (e.g., Overmier & Seligman, 1967). Le protocole consistait, lors d’une phase de pré-traitement, à soumettre des chiens à des chocs électriques auxquels ils ne pouvaient pas échapper.

Ensuite, lors d’une phase de test, les chiens étaient placés dans une cage et subissaient à nouveau des chocs électriques, mais cette fois-ci ils avaient la possibilité d’y échapper à partir d’une réponse simple. Les chiens ayant subi cette phase de prétraitement n’apprenaient pas cette réponse.

Au lieu de cela, ils adoptaient des attitudes prostrées et résignées, et subissaient passivement la décharge électrique. Cette attitude contrastait fortement avec celle de chiens n’ayant pas subi la phase de pré-traitement, qui réagissaient aux chocs et apprenaient rapidement comment y mettre fin.

Selon les chercheurs, les chiens avaient « appris » à être résignés ; après l’exposition préalable à un choc incontrôlable, ils apprenaient qu’il n’y avait plus rien à faire : le choc électrique surviendrait, et cela indépendamment de leurs comportements (Maier & Seligman, 1976).

Autrement dit, il est présumé que l’apprentissage de l’indépendance du lien entre les comportements et les résultats est représenté sous la forme d’une attente de résignation susceptible de se généraliser à de nouvelles situations et de produire trois types de déficits : motivationnel, cognitif et émotionnel.

Le premier se traduit par de la passivité, le second par la difficulté d’apprendre que certaines réponses de l’individu conduisent à des résultats, et le dernier par des états émotionnels négatifs.

Après avoir été observé chez d’autres espèces animales, ce phénomène a commencé à être étudié chez l’Homme. Le protocole expérimental était le même que celui utilisé pour l’animal : les sujets étaient confrontés à des événements incontrôlables dont les conséquences étaient observées. L’exposition à des bruits désagréables ou à des problèmes insolubles (e.g., Hiroto & Seligman, 1975 ; Seligman, 1975) a remplacé les décharges électriques, mais les effets du phénomène subsistaient : après avoir fait l’expérience d’incontrôlabilité (i.e., de l’inutilité de leurs efforts), les personnes manifestent une variété de déficits motivationnels, cognitifs ou émotionnels (pour une revue de ces études voir, Mikulincer, 1994 ; Peterson, Maier & Seligman, 1993).

L'article complet est disponible sur le site cairn.info

20/03/2008

Alterinfo dérange.

L'agence de presse associative française AlterInfo, doit faire face à ce qu'elle qualifie de “ nouvelle tentative d'intimidation et de déstabilisation”. Tout a commencé en janvier, lorsque l'UEJF[1] et l'AIPJ[2], deux associations militantes juives, ont déposé plainte et assigné en référé AlterInfo. Le jugement rendu le 18 janvier leur ayant donné raison, l'agence de presse a décidé d'interjeter appel, pensant cette fois pouvoir davantage expliquer et justifier ses positions. [note: AlterInfo n'a pas souhaité divulguer trop de détails sur l'affaire afin que la justice n'interprète pas ses communiqués comme une ingérence dans la procédure judiciaire]

Ces poursuites aux dire du site alternatif, font suite à des menaces de mort répétées ainsi qu'à plusieurs tentatives de corruption en vue d'influencer les rédacteurs et leur ligne éditoriale, à savoir la transmission d' « une autre version de ce que la pensée dominante impose, une lecture alternative de l'information véhiculée par les médias marchands ».

Cette procédure se double d'une campagne médiatique, au premier rang de laquelle on retrouve l'UEJF et l'AIPJ.

 

“[...] Je vous signale deux articles que les associations militantes UEJF et AIPJ ont publiés contre moi et contre le site Alter Info dans leur presse communautaire. 'L’actualité juive' et son scribe très 'objectif' n’en sont pas à leur coup essai, depuis un an, au moins trois articles insultants ont déjà été publiés par ce même auteur bien-pensant. En format PDF le dernier texte de Jean-Yves Camus dans 'Actualité juive'

Le CRIF[3], s'est dernièrement joint à elles en publiant un communiqué intitulé “Un site antisémite et complotiste assigné en justice”.

“Ceux, qui depuis nos débuts nous dénigrent, se sont soudainement trouvés plus hardis après la plainte déposée contre nous - constatez par vous-même en tapant alterinfo.net sur Google (toujours visibles sur certains sites contre lesquels nous n’excluons pas la possibilité de porter plainte). Après le site du CRIF qui titrait 'Un site antisémite et complotiste assigné en justice', vient s’ajouter à la liste des affabulateurs sectaires, le site prochoix.org, où on peut lire dans un torchon haineux et très objectif publié sur prochoix.org (site de Caroline Fourest) : '[…]Le texte, extrait du site des Indigènes de la République , a déjà été repris par Bellaciao, Indymedia/Paris Ile-de-France, ou encore le site antisémite et conspirationniste alterinfo.net.' [Lien de l’article ]

Que l’on nous accuse à défaut d’autres mensonges, de conspirationniste ne nous gêne pas,et nous revendiquons notre “conspira-sionisme”, mais l’antisémitisme en plus d'être un délit nous le combattons, nous verrons le moment venu (quand nous aurons les moyens financiers) si la justice se prononcera aussi équitablement qu’elle l’a fait pour nous condamner lors du référé ?”

Les rédacteurs d'AlterInfo dénoncent la démarche de l'UEJF et de l'AIPJ qui s'inscrirait selon eux dans une même logique: « à défaut de nous faire taire, nous nuire financièrement et psychologiquement afin d'entraver la bonne marche de notre association ».

Le site a lancé un appel au don le 11 janvier pour faire face aux frais induit par la procédure. Au 18 février, l'association voyait son budget amputé de 9200 euros uniquement pour les honoraires d'avocat, ce qui ne couvre “qu'à peine la moitié des frais engendrés par cette affaire”. L'audience de plaidoirie pour l'appel est fixé au 16 avril 2008 à 14 heure; pour envoyer vos dons cliquez ici.

AlterInfo figure en bonne place parmi les médias alternatifs français. L'audience du site en janvier témoigne de son succés: 312.749 visites et 1.686.434 lecture pour 171.503 adresses I.P différentes. « Les taux d'audience de notre site, irritent, peut-être même effraient certains groupes ».

Parmi ceux-ci on retrouve plusieurs lecteurs et institutions de renoms, tous identifiés par leur I.P. de connexion. “La diversité et la pertinence des textes publiés semblent intéresser beaucoup plus de monde que nos adversaires aimeraient le faire croire. Si comme le présupposent nos détracteurs, nos visiteurs n’étaient que de doux dingues ou de vulgaires antisémites, comment expliquer la diversité des connexions ? Pour illustrer leur déviation et démontrer que leurs accusations ne relèvent que de l’ordre du fantasme, nous conservons à toutes fins utiles les I.P. de connexions des institutions étatiques - gouvernements et parlements ainsi que de différents ministères (nationaux et étrangers), même l’Elysée de manière moins récurrente (que peuvent d’ailleurs bien chercher les conseillers présidentiels sur notre site… ?) Que penser de ces nombreuses institutions financières – banques centrales de différents pays, imaginez que même la Banque Mondiale vient glaner des infos sur notre site… et les différents médias marchands nationaux qui régulièrement visitent aussi nos pages ?”

Ces poursuites sont d'autant plus étonnantes qu'Alterinfo traite des problématiques du sionisme (une idéologie politique xénophobe qui est portée entre autre par des chrétiens et condamnée par de nombreux Juifs) et souligne fréquemment le distingo qu'elle fait entre sionisme et judaïsme.

Nous viendrait-il à l'esprit de taxer d'anti-américanisme celui qui critique l'idéologie politique néolibérale de Dick Cheney ?

Ne vous méprenez pas. Dans cette affaire c'est la liberté d'expression sur Internet qui est visée. AlterInfo a besoin de vous... MAINTENANT ! “Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien.” (Edmund Burke)

“Ce ne sont pas les moyens utilisés par nos détracteurs qui seront à l’origine d’une éventuelle fermeture de notre site et de notre agence de presse associative, mais la passivité et/ou le laxisme de nos lecteurs les plus assidus et de nos soutiens supposés et de leurs réaction face à nos difficultés financières actuelles.”

“Ceux qui nous ont intenté ce procès pensaient bien que même si nous gagnions en référé ou en appel, nous serions quoi qu’il en soit 'fragilisés' financièrement. Si en partie ils ont 'réussis', nous avons de notre côté pu constater combien nous avons de soutiens, et dans une certaine mesure, ils n’ont fait que renforcer notre détermination à poursuivre et nous ont ouvert des perspectives. De plus, ils nous ont donné l’occasion de voir qui étaient nos vrais ami(es), et cela n’a pas de prix.”

 

Voici les quatre communiqués publiés par le site AlterInfo à ce jour:

- Communiqué Alter Info (Affaire UEJF et AIPJ contre Alter Info) - 11 janvier 2008.

- Compte-rendu: UEJF ET J'ACCUSE CONTRE ALTER INFO - 20 janvier 2008.

- Bilan de notre appel à dons et projets pour la suite [rédaction Alter Info] - 18 février 2008.

- Bis repetita UEJF/J'ACCUSE contre Alter Info: L'assignation en référé, nouveau procédé de censure ? - Zeynel CEKICI - 18 mars 2008

 

Notes :

[1] L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) est une association étudiante créée en 1944, qui représente les étudiants juifs en France (wikipédia).

[2] J’Accuse-Association internationale pour la justice (AIPJ), a été fondée en 2001 notamment par des responsables de l’UEJF et de la LICRA. Marc KNOBEL, chercheur au CRIF et au centre Simon Wiesenthal en est le président. A ce propos il paraît intéressant de consulter le texte “Police de la pensée : le CRIF à l’Ecole Nationale de la Magistrature” sur Altermedia.info.

[3] Le Conseil représentatif des institutions juives de France (connu également sous l'acronyme CRIF) fédère, au sein d'une seule organisation représentative, différentes tendances politiques, sociales ou religieuses présentes dans la communauté juive de France. À ce jour, le CRIF fédère plus de soixante associations dont le Fonds social juif unifié et l'Alliance israélite universelle (wikipédia).

 

Article original publié par www.futurquantique.org

17/03/2008

Quand le créateur songe à sacrifier sa créature

Depuis quelques semaines le refrain entonné en choeur par les instituts de sondages et les médias de masse au sujet de Nicolas Sarkozy peuvent nous laisser perplexe. Voici ce qu'écrivait Opinionway le 12 mars 2008 :

La cote du Premier ministre continue de grimper à 55%, contre seulement 41% pour le président de la République.
41% des Français se disent satisfaits de l'action menée par Nicolas Sarkozy en mars, un taux inchangé par rapport à février, selon un sondage OpinionWay publié mercredi 12 mars dans Métro. De son côté, la cote de popularité de François Fillon progresse de 2 points à 55%.
Si l'action du président contente, comme le mois dernier, 41% des personnes interrogées, 56% des sondés se déclarent "mécontents", soit 2 points de moins qu'en février. 3% ne se prononcent pas. Le Premier ministre lui poursuit son ascension avec 55% d'opinions favorables, en hausse de 2 points. 39% des Français (-6 points) se disent "mécontents" de son action à la tête du gouvernement. 6% d'entre eux ne se prononcent pas.

Article original Challenge

Les autres instituts de sondage que ce soit Ipsos ou Sofres tiennent le même discours.

Comment se fait il que ceux-là même qui ont porté Sarkozy aux nues, qui ont manipulé l'opinion, enjolivé les faits, mutiplié les unes et les couvertures, obéré les dérives, muselé les concurrents se jettent soudain en pâture sur celui qu'ils idolâtraient encore il y a quelques semaines ?

Certainement qu'il est de plus en plus difficile d'entretenir le mensonge tant le décalage entre le discours médiatique sur Sarkozy et sa réalité devient gigantesque. A fortiori l'approche du naufrage de Sarkozy pendant les élections municipales rend de plus en plus suspects des sondages lénifiants.

C'est bien ici que se trouve la limite de l'exercice de propagande, vous devez mentir pour faire avaler les excès, délires, manipulation, injustices du régime mais vous ne pouvez pas trop mentir au risque de perdre votre crédibilité et d'éveiller la suspicion chez le citoyen. Quand les médias de masse parlent de "41% de français se disent satisfaits de l'action de Sarkozy", il semble sage d'interpréter "au grand maximum 41% de français se disent satsifaits de l'action de Sarkozy" et le chiffre réel doit plutôt fluctuer aux alentours de 20 ou 30%.

Au delà des exercices d'équilibristes des organes de propagande, peut-être aussi que Sarkozy commence à lasser voir à inquiéter ses "employeurs".  

Pour illustrer ce propos utilisons une analogie cinématographique. Nous connaissons tous les célèbres films de James Bond et autres oeuvres du genre qui nous ont initiés aux arcanes du métier d'agent secret et à ses principaux objectifs qui peuvent être résumés de la manière suivante :

Point n°1 : Mener à bien la mission.

Point n°2 : Ne pas être découvert.

Le problème avec notre bien-aimé président est que celui-ci ferait manifestement un bien piètre agent secret. Amusons-nous à évaluer l'agent Sarkozy sur les deux critères mentionnés ci-dessus.

Point n°1 : Passable 12/20.

Sarkozy a déboulonné systématiquement les droits et les libertés des français, il a encouragé les intégrismes et augmenté les antagonismes entre les populations chrétiennes et les populations musulmanes de France, il a encore appauvris les plus pauvres et enrichi les plus riches et il a fait émerger un état policier, il a mis en oeuvre une politique étrangère pro-américaine, pro-israélienne et anti-arabe.

Point n°2 : Catastrophique 3/20.

C'est bien ici que le bât blesse, force est de constater que l'agent Sarkozy n'est pas un modèle de discrétion. Même le citoyen le moins attentif aura peine à croire qu'il s'agit là d'un président habitant sa fonction, servant une vision politique ambitieuse et intelligente,  et oeuvrant au bonheur de la population française. Alors que dans le cadre de sa mission Nicolas Sarkozy aurait dû jouer les cartes de la tempérance, de la retenue, de l'élégance, du raffinement, de l'intelligence, enfin tous les attributs d'un chef d'état qui entretient l'illusion, l'intéressé s'est tout au contraire pris au jeu. 

Il a oublié les spécificités de sa mission, il a commencé à s' "y croire", à s'"enflammer": yachts privés, réception de dictateursjournalistes méprisés, doublement de salaire, jets privés, insultes, déclarations incohérentes, invectives, déclaration fiscale curieuse, divorce scabreux, mariage cocasse, dérives jet set, état d'ébriété au G8, ...

Ces dérives constituent un véritable problème car pour que celui qui accepte le rôle de président puisse mener à bien sa mission une condition
préalable est que l'illusion liée à cette fonction soit maintenue aux yeux des masses.

Et c'est certainement cette accumulation de bourdes qui a alerté ceux qui tirent les ficelles du pantin Sarkozy : "il fait n'importe quoi", "il a pété les plombs, "il ne suit pas le scénario", "il va tout faire capoter", "les français y croient de moins en moins", "on a beau enjoliver et censurer, les informations filtrent", "ça devient de plus en plus compliqué d'entretenir l'illusion"...

Alors à travers quelques articles beaucoup moins dithyrambiques qu'auparavant et la publication de sondages peu reluisants (souvenez vous ce sont ces mêmes faiseurs d'opinion qui annonçaient avec force certitude Balladur vainqueur en 95 et un duel Chirac-Jospin en 2002), ceux qui tirent les ficelles ont décidé de se distancier de cet individu dangereux.

Une autre régle fondamentale dans le métier d'agent secret est de ne jamais révéler l'identité de son employeur. Peut-être pouvons-nous tenter de mieux comprendre qui tire les ficelles du pantin Sarkozy.

Bien sûr le patronat français est clairement partie prenant : les cadeaux fiscaux, les accointances avec les dirigeants de médias, suppression de la pub sur les chaines publiques, le yacht de Bolloré,  le parrain Bouygues, la liste est tellement longue qu'elle en est presque risible. Et peut-être que ces liens sont un peu trop évidents.

Si l'on y regarde de plus près, une seconde piste apparait. Vous vous souvenez certainement de la série de nominations d'individus ayant ouvertement reconnu leur vision sioniste comme Attali, Strauss-Kahn, Zimeray, Kouchner ou Klarsfeld.

Vous pouvez également ajouter à cette liste substantielle de personnalités toutes nominées par notre cher président les liens présumés entre celui-ci et les services secrets israéliens.

En outre, il est intéressant de constater que depuis le revirement de situation qui a débuté en février Sarkozy a fait plusieurs mouvements notables et convergents :

1/ Il a effectué une intervention très remarquée devant le CRIF le 14 février 2008,

2/ Il a envoyé Kouchner le 17 février 2008 à Jérusalem

3/ Il a reçu en grande pompe Shimon Perez le 11 mars 2008,

4/ Il a annoncé un voyage en Israël pour mai 2008 avec un discours devant la Knesset. 

Etonnante activités autour d'Israël pour un président qui, c'est le moins qu'on puisse dire, fait actuellement face à des dossiers de politiques interne assez urgents.

Ces rencontres rapprochées peuvent nous rappelez ces films où l'agent secret est dans la panade et appelle, frénétique et haletant, son QG avec son super téléphone miniature multifonction afin de recevoir les instructions de ses chefs.

Quel pourrait être le contenu de ces instructions ? Améliorer la forme ? Accélérer le dossier iranien ? Fermer les yeux sur Gaza ? Accélérer l'embrasement des cités ?

Un peu de tout cela peut-être. Nous ne pouvons que conjecturer, l'avenir dira si nous étions dans le vrai. 

Sarkozy, savant mélange de discrétion et de dignité

Nicolas Sarkozy semble avoir bien du mal à contrôler ses pulsions primaires. Au cours de la réception d'une délégation israélienne et en présence de sa femme, vous allez le voir, hypnotisé, plongé son regard plutôt deux fois plutôt qu'une dans le décolleté de Bar Rafaeli. Classe !



15/03/2008

Aaron Russo sur le 911, le CFR et Rockefeller [vidéo]

Témoignage de Aaron Russo, producteur et réalisateur de films à Hollywood, sur ce qu'il a appris de la bouche de Nick Rockefeller, au sujet du 11 septembre 2001, de la guerre contre le terrorisme, du CFR etc... Aaron est décédé le 24 Août 2007, 6 mois après cette Interview, officiellement des suites de son cancer.


Aaron Russo sur le 911, le CFR et Rockefeller [vidéo]


Aaron Russo (14 février 1943, New York - 24 août 2007) était un producteur et réalisateur américain de films, basé à Hollywood. Il a notamment été le manager de Bette Midler entre 1972 et 1979. Durant sa carrière cinématographique, il a produit des acteurs tels que Eddie Murphy, Dan Aykroyd dans "Trading Places, qui deviendra pour le public un des classiques de Noël. Il réunira Nick Nolte, Morgan Freeman et Ralph Macchio dans "Teachers". Pendant toutes ces années, Russo aura reçu un grand nombre de récompenses. Parmi elles, on trouve u Grammy, un Tony et un Emmy pour "OL' Red Hair is Back," en 1978. Son dernier documentaire "America...From Freedom To Fascism", sorti en 2006, dénonce la politique américaine en matière de taxe fédérale sur le revenu, sur le système bancaire fédéral... La politique américaine depuis la création de la Banque Fédérale Américaine, conduit à une restriction croissante des droits des citoyens américains, surtout avec la mise en place des nouvelles lois depuis les attentats du 11 septembre 2001, et de la création de la nouvelle carte d'identité.

Très impliqué dans la vie politique américaine, il s'est présenté aux élections du gouverneur du Nevada en 1998, sous les couleurs du parti Républicain, où il a fini deuxième, avec presque 30% des votes. IMembre important du Parti Libertarien américain, il a été candidat de ce parti lors des primaires organisées pour l'élection présidentielle de 2004.


11/03/2008

Marion Cotillard sert d'amuse-gueule au banquet des cancrelats

452495127.jpg Pour ceux qui, dans la petite principauté française, ne seraient pas encore atteints de ce terrible syndrome, totalement passé sous silence par les perroquets médiatiques, qui produit chez ses victimes d'horrifiants spasmes de possédé, accompagnés de ricanements tout droit sortis de la géhenne, voire de soubresauts frénétiques les poussant littéralement à ce taper le cul par terre, dès que sont énoncés, avec la solennité émue qui convient, les Principes inaliénables de la liberté d'expression et des droits de l'homme. Le seul remède connu à ce jour consistant à éloigner pour leur bien ces malheureux du moindre micro ou d'un quelconque clavier. Et si nécessaire : de contenir leurs épouvantables symptômes à l'aide d'une camisole juridique...


Pour ceux-là et ceux-là seuls donc, s'ouvrent toutes grandes les portes des béatitudes derrière lesquelles s'offre à leurs yeux éberlués le trône où siège la déesse Vérité, madone tutélaire du monde libre !... Sorte de Protée pouvant prendre la forme d'un simple kiosque à journaux ou d'un portail internet d'informations “sérieuses” ; ou encore du mélodieux babillage de quelques petites radios communautaires du service public genre “France” quelque chose ; ou enfin et surtout n'importe quelle figure du théâtre de marionnettes proposé par le tout-puissant médium appelé Télévision...

Ainsi notre divinité est-elle capable tour à tour d'emprunter des mimiques de cinéma muet à la façon d'une Élise Lucet (notez bien qu'elle ne risque pas de lui emprunter son cerveau...!), de réciter tout par cœur sa leçon d'histoire “officielle” sous les traits de première de la classe d'une Marie Drucker, d'adopter l'obscène suavité d'un Serge Moati, d'associer le nom de Guillaume Durand à une émission intitulée “Esprit Libre” sans rigoler une seule fois, d'afficher un sionisme ultramilitant avec des billes de fin de race à la Poivre d'Arvor ou à la de la Villardière que ne se permettrait même pas un directeur de l'information pourtant aussi “objectif” qu'un Paul Nahon, etc, etc... tant la liste exhaustive de ses avatars nous obligerait à énumérer l'intégralité du paysage idiot-visuel français...!

De même a-t-elle pris récemment l'improbable physionomie d'Ariel Wizman, dont l'érudition et la drôlerie ne sont plus à vanter jusqu'en des confins ignorés de la cage d'escalier de son immeuble, à propos de l'affaire Marion Cotillard sur Canal +. L'irrésistible chroniqueur se trouvait accompagné d'un présentateur relevant de la cybernétique, sans doute dernier modèle d'une quelconque fabrique à journalistes en 3D, d'une sorte de speakerine chargée d'assumer sa blonditude et accessoirement d'introduire le sujet du jour, et enfin d'un responsable du “journal” Marianne, dont le site fut récemment pilonné, suite à ladite affaire, par des hordes terroristes à la solde de Thierry Meyssan.

Passons sur l'introduction scolaire à souhait de la speakerine, soulignant les “délires” de Marion Cotillard comme sur le reportage à Hollywood inodore et incolore de l'«Allouch» de service (ou du service)... Jetons également un pudique voile sur l'intervention du crapulesque responsable de Marianne, stigmatisant du haut de son ironique suffisance les propos de la “cruche” d'actrice selon lesquels le 11 septembre n'aurait pas existé (infâme détournement de sens employé par tous les médias depuis l'exhumation de l'interview sur Paris-Première)... Ne négligeons toutefois pas les justifications désinvoltes du rédac' en chef du même “journal”, Philippe Cohen, nous faisant sangloter sur le déferlement de haines qu'il avait enduré de la part de nombreux internautes, allant jusqu'à mettre son patronyme en cause (Oh! Le mauvais esprit...), et évoquant le cancer souterrain des adeptes du complot qui ronge la société française (en dépit des précautions chimiothérapiques du Code pénal)... Et venons-en à la prestation du seul authentique intellectuel de cette fin de matinée télévisuelle, Ariel Wizman, himself, avec sa modestie naturelle que reflète si parfaitement la discrétion de ses goûts vestimentaires...

Certes, quand la déesse Vérité décide de s'incarner en un pareil personnage, elle a intérêt à prendre son tour... celles de la Bêtise et du Conformisme risquant de lui brûler la politesse, sauf à leur promettre au minimum un Philippe Val en guise de consolation. Mais quand elle y parvient, elle n'a pas affaire à un ingrat. Car Wizman a tout compris d'Elle... et il nous l'explique avec son brio dialectique habituel... La Vérité ennuie tout le monde et c'est pourquoi certains aiment à s'inventer des manigances et des complots... dans un monde trop limpide, il faut bien chercher quelques coins d'obscurités, fussent-ils imaginaires, voire délirants... La petite Marion, une enfant de trente-deux ans, n'est blâmable que d'avoir trop cru à un conte... Circulez, y'a plus rien à voir. Et il finit de triompher, en virtuose, après quelques blagues d'un esprit quasi surnaturelles, sur cette phrase d'une rigueur grammaticale “maison” à propos des intervenants sur le forum de Marianne : “il y a une espèce de ton de gens qui sont en très très lourd échec par rapport à l'orthographe et à l'histoire”...!

Ouf !... ça fait pas plus de mal que ça quand ça s'arrête... et nous ne relèverons même pas l'énormité du dernier mot dans la bouche d'un si remarquable crétin. Nous sommes beaucoup trop respectueux des si justes et si protectrices lois françaises qui interdisent toutes études historiques sur le vingtième siècle... sauf pour quelques scribes universitaires chargés de recopier jusqu'à l'auto-abrutissement les tables de la loi.

Au passage, nous avons retrouvé dans une autre émission, cette fois sur I-Télé, le même cybernétique présentateur (doivent en avoir plusieurs de la même série), entourés d'un copieux cénacle, traitant du même sujet. La mansuétude était cette fois générale pour excuser cette pauvre fille et lui accorder un pardon magnanime à condition qu'elle se couvre, sous peine de dieudonnisation, du san-benito et vienne abjurer ses errements au pieds du tribunal de l'inquisition républicaine. Comme le regrettait presque le cravatologue du Figaro, il ne s'agissait pas d'un délit... du moins pas encore, et nous faisons entière confiance à la sagesse du “législateur” pour pallier rapidement à cette intolérable brèche.

Mais le plus amusant ou le plus pitoyable dans cette affaire n'est pas le déchaînement des zélotes de l'Empire, principalement sur le net et surtout du côté du petit périodique de messieurs Szafran, Neumann et Cohen (on remarquera l'étrange discrétion des J.T nationaux, à l'exception de France 3 et de son éternel concept du “dérapage”), mais la conspiration du silence dans la “vraie” presse, celle qui tapine avec pignon sur rue, suite aux déclarations voici quelques mois de l'ex-président italien Cossiga selon lesquelles les attentats du 11 septembre serait l'oeuvre du Mossad et de la CIA. Cossiga n'est pas Cottillard (qui dans sa bonne foi mélange un peu tout : la lune, Coluche et le 11/09... autant de verges pour se faire battre, même si elle démontre avoir pris la peine de visionner Loose Change ou Painful Deceptions), et le microscopique Wizman ou nos trafiquants habituels d'opinions publiques auraient probablement fait montre d'un peu moins de condescendance goguenarde s'il s'était agi de commenter des propos aussi “autorisés”. D'autant qu'il se pourrait même qu'il le regrettent aujourd'hui, connaissant le goût de l'ambiguïté et des palinodies de ce vieux crocodile du marigot politique italien.

Ne manquerait plus d'ici quelque temps que Casimir de l'île aux enfant remette en cause la “si évidente” implication des Syriens dans l'assassinat de Rafiq Hariri, pour que nos branquignols s'offrent le loisir de s'en repayer une copieuse petite tranche...

Si possible arrosée... de sorte que nous soyons bientôt ahuris, au sortir de cette bordée sublime, par la vision de notre déesse Vérité, trébuchante et ivre morte, soutenue par le ferme bras du Mythe d'Al-Qaïda...! Un remix psychédélique du “bras du vice appuyé sur le bras du crime” de Chateaubriand...

Et, ma foi, s'ils font un petit, nous l'appellerons Ariel !

Marc Olmix pour alterinfo.
 
Note de P&P : Ce déchainement de vierges effarouchées nous améne à deux constats :
*D'une part les médias de masse, derrière des semblants de divergences et de débats contradictoires, semblent partager une pensée unique sur les sujets complexes et fondamentaux qui nécessitent le plus de vrais discussions et confrontations d'idées,
* D'autre part certains sujets semblent particulièrement sensibles et déclenchent les foudres immédiates et coordonnées de l'intégralité de la sphère médiatique.
 
Risquons nous à une conjecture : les médias de masse sont contrôlés par une petite minorité qui :
* définit les lignes éditoriales (ce qui expliquerait cette tendance flagrante à la pensée unique),
* entretient l'illusion du débat (cf le pseudo clivage droite-gauche entretenu depuis des décennies) et du choix (pour le candidat X tapez "1")
* liste les sujets tabous (ce qui expliquerait la levée de bouclier instantanée des zélotes du PAF).
 
Pour en revenir au 11 septembre il semblerait que cette affaire fasse partie de ces sujets tabous et que la ligne de pensée défendue par les mass médias consiste en une interdiction absolue de remise en cause de la thèse officielle.
 
Cela peut nous rappeller la réplique piquante de Saint Augustin au sujet de ce que Dieu faisait avant la Création : "il créait des supplices pour ceux qui veulent scruter ce qui est trop au-dessus de leur intelligence"
 
Mainifestement, Marion Cotillard a commis le péché capital de penser.
 
Pourquoi ne fait-elle pas comme les autres ?
 
Enchaîner quelques effets de hanche en s'approchant du pupitre, récupérer son trophée l'oeil mouillant et la voix tremblante, et gober joyeusement les dogmes promulgués par les puissants de ce monde ?

Emission sur Monsanto - A voir.

monsanto.jpgUne émission télé à ne pas manquer le mardi 11 mars prochain à 21 heures sur ARTE :  "LE MONDE SELON MONSANTO"
 
Il s'agit d'une enquête méticuleuse menée par la journaliste et écrivain Marie-Monique ROBIN qui aborde les différents domaines d'intervention de Monsanto et en particulier les O.G.M. Cette enquête met en évidence un certain nombre d'éléments qui concernent la santé et qui sont méconnus voire cachés.

L'intérêt de la démarche de Marie-Monique ROBIN, est qu'elle n'avance rien  qu'elle ne puisse expliquer, illustrer ou démontrer.


Le compte rendu d'enquête est à la fois très clair, précis, rigoureux et  néanmoins parfaitement accessible à des non biologistes. Ci-joint le lien qui présente cette émission.

 Il est important qu'un maximum de personnes puisse voir cette émission sur un sujet qui impacte directement la qualité de vie pour le futur de l'humanité, n'hésitez donc pas à transmettre l'information à cos proches. L'audience d'ARTE le mardi à 21 heures n'est pas  pharaonique, mais il serait dommage que le grand public passe à côté d'une  information aussi importante et d'aussi bonne qualité. 

Note de P&P : Pour une fois que la télévision n'oeuvre pas un abrutissement supplémentaire des masses, ce serait dommage de l'ignorer.   

09/03/2008

Devoir de mémoire.

1954458310.jpg
 
Dessin original publié par le blog Sarkostique

Le PC accusant le nucléaire militaire iranien provenait d'Israël

Nucléaire Iranien et Faux Documents : ils ont été fournis par le groupe terroriste du MEK qui les a fort probablement obtenus du Mossad
L'administration de G.W.Bush a depuis longtemps mis en avant les « documents du PC portable « - des documents techniques de 1000 pages supposés venir d'un PC portable iranien volé – comme preuve solide des intentions iraniennes de fabriquer une arme nucléaire. Actuellement, les accusations basées essentiellement sur ces documents restent les seuls obstacles à la déclaration par l'AIEA que l'Iran a résolu toutes les questions en suspend concernant son programme nucléaire.

Mais ces documents ont depuis longtemps été considérés par des experts US et étrangers avec beaucoup de suspicion. Des responsables allemands ont identifié la source des documents du PC en novembre 2004 comme étant le MEK (Mujahideen e Khalq, qui en même temps que sa branche armée le NCRI (National Council of Resistance in Iran) est sur la liste terroriste du Département d'Etat US.

De plus, il existe certaines indications que le MEK a obtenu ces documents non pas de sources iraniennes mais du Mossad israélien.

Dans son dernier rapport sur l'Iran, mis en circulation le 22 février, l'AIEA, subissant une forte pression de l'administration Bush, a inclus des descriptifs de plans pour une centrale pour produire du « green salt », spécifications techniques pour tester des explosifs de forte puissance, et l'esquisse d'un porte missile de ré entrée qui semble capable de transporter une charge nucléaire. On a demandé à l'Iran de produire des explications complètes sur ces activités supposées.

Téhéran a dénoncé ces documents sur lesquels reposent ses accusations comme des faux fournis par le MEK, et a demandé des copies des documents pour les analyser, mais les US ont refusé de les fournir.

L'affirmation iranienne est soutenue par des déclarations de responsables allemands. Quelques jours après que le secrétaire d'état Colin Powell ait annoncé l'existence de ces documents de PC portable, Karsten Voight, le coordinateur des relations germano américaines au ministère des affaires étrangères allemand, a dit, et cela a été rapporté par le Wall Street Journal du 22 novembre 2004, que l'information avait été fournie par « un groupe dissident iranien ».

Un responsable allemand connaissant bien la question a confirmé à l'auteur de cet article que le NCRI était à l'origine des documents du PC portable. « Je peux vous assurer que ces documents venaient de l'organisation de résistance iranienne, » a-t-il dit.

Les Allemands ont été très impliqués dans la collecte de renseignements et d'analyse concernant le programme nucléaire iranien. Selon un article publié dans le Washington Post du reporter Dafna Linzer, après que Colin Powell ait fait mention pour la première fois en public des documents du PC portable fin 2004, des responsables US ont dit qu'il avait été volé d'un iranien que les renseignements allemands avaient essayé de recruter, et avait été donnés à des responsables de renseignements d'un pays non cité en Turquie.

Le compte rendu allemand des origines des documents du PC portable contredit l'insistance des responsables des renseignements US auprès des journalistes William J. Broad et David Sanger en novembre 2005, a affirmer que ces documents ne venaient pas de groupes de résistance iraniens.

Malgré le fait qu'il était porté sur la liste des groupes terroristes, le MEK était le favori des néo conservateurs au Pentagone, qui proposait en 2003-2004 de l'utiliser pour déstabiliser l'Iran. On sait que les Etats-Unis ont utilisé pendant des années des renseignements fournis par le MEK sur des questions concernant l'armée iranienne. Ce groupe a été considéré comme une source crédible de renseignements sur le programme nucléaire iranien après 2002, principalement parce qu'il avait identifier la centrale de Natanz comme un site nucléaire.

La source allemande a dit qu'il ne savait pas si les documents étaient authentiques ou pas. Cependant, des analystes de la CIA et des responsables européens et de l'AIEA, qui ont eu accès officiellement aux documents du PC portable en 2005, étaient très sceptiques quant à leur authenticité.

Un article de Julian Borger du Guardian de fin février citait un responsable de l'AIEA disant qu' « il y a un doute sur la provenance de l'ordinateur. »

Un diplomate européen de haut rang haut qui a examiné les documents a été cité dans le New York Times de novembre 2005 disant « je peux fabriquer ces données. Cela semble magnifique, mais le doute pèse sur elles. »

Scott Ritter, l'ancien officier des renseignements US qui a aussi été chef inspecteur en Irak pour l'ONU de 1991 à 1998 a fait remarqué dans une interview que la CIA a la capacité de tester et d'identifier les documents du PC portable par le biais de tests d'expertise qui révéleraient quand les différentes versions des différents documents ont été créées.

Le fait que l'Agence n'ait pu éliminer la possibilité d'une falsification, indique, selon Ritter, qu'elle avait choisi, soit de ne pas mener ses tests, ou que les tests avaient révélé la fraude.

Bien qu'ayant eu à son crédit le coup pour les renseignements sur Natanz en 2002, l'efficacité générale des renseignements du ME concernant le programme nucléaire iranien reste très médiocre. La CIA continue de fournir à l'AIEA des renseignements venant du groupe iranien sur des soit disant activités liées à des armes nucléaires depuis ces cinq dernières années, sans en identifier la source.

Mais ces renseignements se sont avérés être non crédibles. Un haut responsable de l'AIEA a dit au Los Angeles Times en février 2007, que depuis 2002 « pratiquement tous les renseignements qui nous sont parvenus se sont révélées faux. »

L'ancien sous directeur des renseignements au Département d'Etat pour le Moyen Orient et l'Asie du Sud, Wayne White, doute que le MEK puisse actuellement avoir les contacts nécessaires au sein de la bureaucratie et de la communauté scientifique iraniennes pour fournir des renseignements tels que ceux fournis sur Natanz ou les documents du PC portable. « Cela m'est très difficile de croire que les supporters du MEK n'ont pas été chassés de la bureaucratie iranienne » dit White. « Je pense qu'ils n'ont pas de sources clés au sein du gouvernement iranien. »

Dans son article de février 2006 sur les documents du PC portable, la journaliste du Post Linzer a dit que les analystes de la CIA ont d'abord spéculé qu'un « autre pays, tel qu'Israël, avait fabriqué la preuve » Ils ont ensuite « écarté cette théorie », écrivait-elle, sans expliquer pourquoi.

Depuis 2002, de nouvelles informations ont fait surface indiquant que le MEK n'a pas obtenu lui même les données sur Natanz mais les a reçu de l'Agence de renseignement israélienne le Mossad. Yossi Melman et Meier Javadanfar, qui sont co auteurs d'un livre sur le programme nucléaire iranien publié l'année dernière écrivent que « des officiers israéliens des renseignements très haut placés « leur avaient dit fin 2006 que les renseignements israéliens avaient eu connaissance de Natanz un an avant la conférence de presse du groupe iranien. Ils ont expliqué qu'ils avaient choisi de ne pas faire de révélation publique « pour protéger la sécurité des sources qui ont fourni les informations ».

Shahriar Ahy, un conseiller de l'héritier de la monarchie Reza Pahlavi a dit à la journaliste Connie Bruck que les informations détaillées sur Natanz n'étaient pas venues du MEK mais « d'un gouvernement ami et cela n'était pas parvenu seulement aux mujahideens mais à d'autres groupes d'opposition ».

Bruck a écrit dans le New Yorker le 16 mars 2006 que quand on lui a demandé si le « gouvernement ami » c'était Israël, Ahy a souri et a dit « le gouvernement ami ne voulait pas en être la source publiquement. Si le gouvernement ami le donne publiquement aux US, alors cela sera reçu différemment. C'est mieux que cela vienne d'un groupe d'opposition. »

Israël a maintenu des relations avec le MEK depuis la fin des années 90, selon Bruck, dont une assistance apportée à l'organisation, dans les transmissions radio/TV du NRCI de Paris vers l'Iran. Un diplomate israélien a confirmé qu'Israël a trouvé le MEK « utile » a rapporté Bruck, mais le responsable a refusé d'en dire plus.

Gareth Porter -  Source et Copyright Inter Press Service

Traduction Mireille Delamarre pour planetenonviolence 04 Mars 2008

Gareth Porter est historien. Son dernier livre « Penis of Dominance : Imbalance of Power and The road to War in Vietnam (University of Califormia Press).


08/03/2008

Eric Pepin – Le Higher Balance Institute attaque SOTT en justice à niveau de 4,47 M$


©Oregonian
Eric J. Pepin

Hier, tandis que je mettais la touche finale au prochain épisode de la série d’articles sur les comètes, FedEx apporta un paquet de courrier de notre agent agréé aux États-Unis. Il s’agissait d’une « Plainte et demande de jugement par jury » enregistré dans l’État d’Oregon par la SARL Higher Balance Institute de Eric Pepin. La raison ? Une discussion sur le Forum SOTT qui commence ICI.


Bien, c’était assez distrayant quand vous pensez au fait que la discussion à laquelle il fait objection était centrée sur plusieurs articles de journaux qui décrivent ses visites rapprochées au système judiciaire d' Oregon pour des accusations d’abus sexuel.

Le document légal que j’ai reçu fait 10 pages, je vais donc juste le résumer ici. Si vous voulez le lire en entier (c’est incroyablement comique !) allez ICI pour le pdf.

TRIBUNAL DEPARTEMENTAL AMERICAIN DE L’OREGON

N° civil : CV ’08-0233 HA

PLAINTE ET DEMANDE DE JUGEMENT AVEC JURY

HIGHER BALANCE, LLC, 
Société à Responsabilité Limitée de l’Oregon , fonctionnant sous le nom HIGHER 
BALANCE INSTITUTE, Plaignant

contre

QUANTUM FUTURE GROUP, INC, 
Société de Californie, et LAURA 
KNIGHT- JADCZYK, Accusés.

Le plaignant Higher Balance LLC, fonctionnant sous le nom de Higher Balance Institute ("HBI") présente officiellement cette plainte contre les accusés Quantum Future Group, Inc. ("QFG") et Laura Knight-Jadczyk et déclare ce qui suit :

…les accusés ont commis des torts intentionnels ciblant intentionnellement HBI dans l’État de l’Oregon ; les accusés savaient que HBI est un résident de l’État de l’Oregon ; la conduite délictueuse des accusés provoque un tort économique à HBI dans l’État de l’Oregon ; les poursuites en justice de HBI proviennent des activités des accusés en rapport avec l’État de l’Oregon ; et l’exercice de juridiction à l’encontre des accusés est raisonnable en considérant leur mauvaise conduite intentionnelle dirigée contre un résident de l’État de l’Oregon.

Comme cette cour a une juridiction personnelle spécifique à l’encontre des accusés, le tribunal est adapté dans ce département et division sous 28 U.S.C. 1391(a)(3)

Allégations générales :

HBI est une société basée dans l’Oregon avec plus de 40 000 clients dans le monde entier. HBI a pour but d’aider ses clients à soulager le stress, réduire l’anxiété, et réaliser l’équilibre émotionnel et l’illumination spirituelle par des techniques de méditation. La majorité des revenus de HBI proviennent de la vente en ligne de ses livres et CDs, qui sont conçus pour aider ses clients à apprendre ces techniques de méditation.

[Etc…]

L’accusé QFG gère un site Internet connu sous le nom de Signs of the Times (« SOTT »). QFG publie des articles et sponsorise des forums concernant diverses théories du complot et organisations prétendument corrompues, sur le site Internet SOTT.

Les employés et agents de QFG, incluant l’accusée Laura Knight-Jadczyk, servent en tant qu’administrateurs et modérateurs des forums SOTT. Les employés et agents de QFG, incluant l’accusée Laura Knight-Jadczyk, publient des commentaires et des analyses sur les forums SOTT. Ces employés et agents agissent dans les limites de leur action pour QFG quand ils servent d’administrateurs et modérateurs du site Internet SOTT et quand ils publient des commentaires et des analyses sur le site Internet SOTT.

Les forums SOTT sont disponibles en ligne à tout public.

…De nombreux clients existants et potentiels de HBI lisent le site Internet SOTT comme source de médias alternatifs…

PREMIÈRE PLAINTE POUR RÉPARATION– Diffamation – Calomnie

…Commençant en mai 2006, QFG a sponsorisé un forum sur le site Internet SOTT concernant HBI sous l’en-tête « COINTELPRO . »

Commençant en novembre 2007, les accusés ont publié intentionnellement plusieurs fausses accusations sans fondement et dérogatoires concernant HBI sur le site Internet SOTT incluant, mais non limité à :

  • HBI est une « façade pour la pédophilie » ;
  • HBI est une organisation « cointelpro » ;
  • La méditation, telle que vendue par HBI, est un acte qui fait « tomber en confluence avec une réalité psychopathique » ;
  • Les personnes associées à HBI doivent faire attention d’éviter des harcèlements sexuels de la part des membres de HBI ;
  • HBI escroque le public ;
  • « Une conduite sexuelle suspecte a lieu à HBI ; et
  • HBI « endort les gens plus profondément. »

En publiant ces déclarations sur un forum Internet public, les accusés ont publié et communiqué de fausses accusations sans fondement concernant HBI à des tiers, incluant des clients existants et potentiels de HBI.

Les déclarations des accusés tendent à soumettre HBI à la haine, au mépris et au ridicule et tendent à diminuer l’estime, le respect, la bonne volonté et la confiance dans lesquels HBI est tenu par le public et par ses clients.

Les accusés ont fait ces fausses déclarations en connaissant leur fausseté ou avec indifférence irréfléchie pour la vérité.

Comme résultat des déclarations fausses et diffamatoires des accusés, HBI a souffert de dommages généraux sous la forme de perte de réputation selon un montant à définir au tribunal, mais en tout cas, pas inférieur à 500 000 dollars. HBI a aussi souffert de dommages spéciaux sous la forme de perte de revenu en montants à déterminer au tribunal, mais en tout cas, pas inférieur à 834 732 dollars.

Les déclarations diffamatoires des accusés sont toujours disponibles au public sur le site Internet SOTT et sont facilement trouvées par des recherches sur Internet associées à HBI. La conduite des accusés cause un tort irréparable, et HBI est habilité à une injonction empêchant la diffamation continue des accusés contre HBI.

DEUXIÈME PLAINTE POUR RÉPARATION: Faux jour

Les accusés ont dépeint HBI sous un mauvais jour devant le public sur des questions qui intéressent HBI. Etc

…dommages économiques … pas inférieurs à 834 732 dollars.

TROISIÈME PLAINTE POUR RÉPARATION: Ingérence intentionnelle dans des relations économiques – Ingérence dans des relations d’affaires

Les accusés se sont ingérés intentionnellement dans de nombreuses relations d’affaire en communiquant les informations fausses et diffamatoires listées…

…dommages économiques … pas inférieurs à 97 299 dollars.

HBI… a aussi souffert de dommages sous la forme de perte de réputation … dommages … pas inférieurs à 500 000 dollars.

…La conduite des accusés était délictueuse et justifie des dommages et intérêts…

QUATRIÈME PLAINTE POUR RÉPARATION: Ingérence intentionnelle dans les relations économiques – Avantage économique prospectif

L’ingérence des accusés a diminué l’estime, le respect, la bonne volonté, et la confiance dans lesquels HBI est tenu par le public, entravant ainsi la capacité de HBI à obtenir de nombreux nouveaux clients avec lesquels HBI avait une relation d’affaire prospective. … dommages à déterminer au tribunal…

…Sur sa première plainte pour réparation, qu’il soit attribué à HBI des dommages généraux et spéciaux en montants à déterminer au tribunal, mais de toute façon, pas inférieurs à 1 334 732 dollars, et que les accusés soient interdits de poursuivre leur diffamation continue à l’encontre de HBI.

…Sur sa deuxième plainte pour décharge, qu’il soit attribué à HBI des dommages en montant à déterminer au tribunal, mais de toute façon, pas inférieurs à 1 334 732 dollars et que les accusés soient interdits de continuer à dépeindre HBI sous un mauvais jour.

…Sur sa troisième plainte pour décharge, qu’il soit attribué à HBI des dommages en montants à déterminer au tribunal, mais de toute façon, pas inférieurs à 597 299 dollars, plus dommages punitifs, et que les accusés soient interdits de poursuivre leur ingérence continue dans les relations d’affaires prospectives de HBI.

…Sur sa quatrième plainte pour décharge, qu’il soit attribué à HBI des dommages en montants à déterminer au tribunal, mais de toute façon, pas inférieurs à 1 205 000 dollars plus des dommages punitifs, et que les accusés soient interdits de poursuivre leur ingérence continue dans les relations d’affaires de HBI.

… Qu’il soit attribué à HBI un intérêt de pré-jugement et post-jugement sur tous les dommages recouvrés.

…Qu’il soit attribué à HBI ses dépenses et frais encourus dans cette action ; …

Harry et David exigent un jugement par jury sur toutes questions en jugement.

25e jour de février 2008



Bullivant houser Bailey PC 

Renee E. Rothauge
Chad M. Colton
Tel 503.228.6351
Avocats pour Higher Balance Institute

Whoah! Ça c’est du costaud, hein ? C’est comme si on s’était acharné sur ce pauvre type sans raison aucune !

Mais ce n’est pas tout à fait le cas. L’article original sur Eric Pepin qui fut porté à votre attention en page 5 du fil de forum susmentionné mentionne :

Un homme d’Aloha de 39 ans qui promet un éveil spirituel au moyen de livres et CDs de méditation qu’il vend sur Internet est confronté à des accusations d’abus sexuels.

Le détective Mike Smith de la police de Beaverton a dit qu’Eric J.Pepin dirigeait ce qui semble être une secte depuis de son Higher Balance Institute sur Southwest Second Street à Beaverton.

Pepin a comparu mardi au tribunal criminel du comté de Washington sur un chef d’accusation relatif à l’utilisation d’un enfant dans une vidéo à caractère sexuel explicite, deux chefs d’accusation au second degré d’abus sexuel, et quatre chefs d’accusation au troisième degré d’abus sexuel. Il a été relâché après avoir déposé 26 750 dollars en liquide, soit 10% des 267 500 dollars de liberté sous caution. Un jugement a été prévu pour le 12 septembre.

Utiliser un enfant dans une vidéo sexuelle est un crime de Mesure 11, punissable par un minimum obligatoire de 5 ans et 10 mois de prison.

Jamison Dwight Priebe, 21 ans, qui travaille pour Pepin et vit à la même adresse dans le bloc 19600 de Southwest Cooperhawk Court à Aloha, a lui aussi été arrêté sur un chef d’accusation d’utilisation d’un enfant dans une vidéo sexuelle et un abus sexuel au troisième degré.

Priebe et Pepin se sont retrouvés à la prison du comté de Washington la semaine dernière après qu’un grand jury ait déposé des actes d'accusations secrets. Priebe fut relâché après avoir payé 25 375 dollars pour sa liberté sous caution et il attend la mise en accusation pour lundi.

Smith a affirmé qu’un homme âgé de 20 ans et qui travaillait auparavant pour Pepin, prétend avoir été abusé sexuellement quand il avait 17 ans, au bureau de Higher Balance dans le bloc 11900 de Southwest Second Street à Beaverton et à l’ancienne maison en ville de Pepin.

En appelant mercredi au Higher Balance Institute, la personne qui répondit fut un "Personal Star Reach Coach," qui renvoya les questions à l’avocat de Pepin, Sam Kauffman.

« Les accusations sont fausses, et nous sommes confiants que M. Pepin sera acquitté,» a dit Kauffman.

Le site Internet de Pepin prétend qu’il a localisé plus de 100 personnes disparues et en fuite, de même que des sous-marins de l’U.S. Navy, grâce à une capacité psychique qu’il appelle « vision à distance. »

Les systèmes de méditation de Pepin, qu’il vend entre 79 et 149 dollars, aident les clients à développer leur « sixième sens » et à l’appliquer « vers l’intérieur pour éveiller un univers dimensionnel dans l’esprit, » dit le site Internet.

Selon une déclaration sous serment que Smith a déposé avec une demande d’un mandat de perquisition, le suspect a dit à la police que les clients Internet qui s’extasient sur les enseignements de Pepin sont des hommes et des femmes habituellement âgés de plus de 35 ans. Mais l’homme a affirmé que Pepin lui a dit qu’il devrait recruter des « hommes de belle apparence » entre 18 et 24 ans en vue de travailler pour lui.

Les minutes du jugement disent aussi que Pepin savait que l’homme avait 17 ans quand il le força à exécuter des actes sexuels.

Le garçon, a écrit Smith, « fut enseigné par Pepin à croire que le contact sexuel n’était qu’une nécessité spirituelle. » Mais après un moment, dit la déclaration sous serment, le garçon décida qu’il était utilisé par Pepin, qui lui payait des repas et lui donnait 200 dollars après les rapports sexuels.

L’homme contacta la police de Beaverton au mois de janvier.

Smith a déclaré que les personnes qui pourraient avoir eu des contacts sexuels avec Pepin en étant mineur devraient l’appeler au 503-526-2280.

Smith a rapporté que l’homme accusant Pepin fit part à la police qu’il avait rencontré un des disciples de Pepin à Beaverton Town Square en avril 2004. Il a affirmé à Smith que le recruteur l’invita à rencontrer Pepin et le vit faire une démonstration de lévitation.

Pepin se présenta en robe décorée avec les mots « Maître Eric » et un symbole triangulaire et dit à la victime d’enlever sa chemise, a dit le détective.

« C’est une secte, » a dit Smith, « à chaque fois qu’un type s’imagine être le maître, le chef. »

Dans une autre histoire d’Associated Press trouvée ICI, nous lisons :

Le détective Mike Smith de la police de Beaverton a déclaré que Pepin dirigeait le Higher Balance Institute à Beaverton. Smith affirme que la robe décorée de « Maître Eric » fut trouvée au cours d’une fouille.

On m’a faussement accusée d’essayer d’initier une secte, donc je devrais normalement avoir eu de la sympathie pour Pepin, mais quand j’ai lu la phrase sur la robe, j’ai failli m’étouffer en buvant mon thé. Je pense que c’est la raison pour laquelle je n’ai pas réussi comme chef de secte (à part le fait que je ne sois pas intéressée par ce job) – Je porte rarement autre chose que des survêtements et des chaussons et je passe mon temps à travailler !

En tout cas, bien qu’un grand jury ait trouvé qu’il y avait assez de preuves pour inculper Pepin, il fut en fin de compte acquitté au tribunal devant un juge comme le rapport suivant nous en informe :

Le dirigeant d’un institut acquitté des accusations de rapports sexuels avec mineur

HOLLY DANKS – HILLSBORO – Un juge du comté de Washington a décrit le chef d’une société métaphysique de vente par Internet comme manipulateur, contrôleur et a déclaré son témoignage incroyable, puis l'a acquitté mercredi des accusations de rapports sexuels avec un mineur.

Le juge Steven L. Price, après un procès de cinq jours sans jury, jugea Eric James Pepin, 40 ans, non coupable des deux chefs d’accusation au second degré d’abus sexuel, des quatre chefs d’accusation au troisième degré d’abus sexuel et d'un chef d’accusation d’avoir utilisé un enfant dans une vidéo de conduite sexuellement explicite.

Jamison Dwight Priebe, 21 ans, qui a travaillé pour le Higher Balance Institute de Pepin depuis l’âge de 18 ans, a également été acquitté d’abus sexuel au troisième degré et d’utilisation d’un enfant dans une vidéo pornographique.

« Ceux qui me connaissent m’ont toujours soutenu, » a dit Pepin mercredi à des supporters qui l’enlaçaient. « Ils ont foi en moi, ils prient pour moi. Je leur ai dit que je ne les laisserai pas tomber. Je n’ai rien fait de ce qu’on m’a accusé. Je n’ai été rien d’autre qu’honnête et irréprochable. »

Cependant, Price a dit qu’il était « probable que la conduite alléguée dans tous les chefs d’accusation a eu lieu, » mais qu’il n’était pas convaincu au-delà d’un doute raisonnable. « Il y a un manque de forte corroboration, » comme un tampon dateur sur une bande vidéo de la rencontre sexuelle, a dit le juge.

L’accusateur a témoigné que Pepin lui avait demandé d’ôter sa chemise la première fois qu’ils s’étaient rencontrés au domicile de Pepin à Beaverton en avril 2004.

« Il allait essayer de stabiliser mon énergie et il avait besoin que je lui fasse confiance, » a dit l’accusateur. Pepin a touché les « chakras » de l’adolescent sur son cœur, sa tête et le bas de son abdomen.

« Eric m’a demandé de lui dire tout ce que j’avais fait dans ma vie dont j’avais honte, » a ajouté l’adolescent.

L’accusateur a dit que Pepin lui avait demandé l’âge qu’il avait le premier jour de leur rencontre et qu’il lui avait dit la vérité.

« Il a dit que les étudiants devaient avoir 18 ans parce qu’il ne voulait pas que les parents fassent des histoires, » a dit l’accusateur.

Mais quelques jours après, les deux eurent des rapports sexuels, y compris une rencontre à trois avec Priebe, a témoigné le jeune homme. Pepin appelait cela « traverser le gouffre, » a dit l’accusateur, « s’abandonner à votre professeur, votre maître. »

Pepin a témoigné qu’il était homosexuel et avait eu des relations sexuelles avec la plupart de ses 11 employés, mais pas avant qu’ils aient 18 ans. Pepin a dit qu’il donnait un travail à son accusateur, bien que l’adolescent soit un mauvais travailleur, et continua à être intime avec lui et lui donner de l’argent après qu’il fut licencié, pour l’aider à s’en sortir.

Stephen A. Houze, l’avocat de Pepin, a traité l’accusateur de menteur plus de 100 fois dans son discours de fin de séance et remarqua que Pepin était « le parfait bouc émissaire » parce que la société veut croire le pire d’un homosexuel. Houze a dit que l’accusateur avait présenté ces accusations parce qu’il voulait ébranler Pepin.

Le Higher Balance Institute de Pepin, maintenant sur Northwest Saltzman Road à Cedar Mill, a atteint un chiffre d’affaires annuel de 2 millions de dollars de ventes par Internet de CDs, cassettes et livres de méditation avant son arrestation en juillet.

Pepin se vante d’être un médium et « visualisateur à distance » qui a trouvé des sous-marins perdus et des personnes disparues, et dit qu’il a créé la « pilule psychique » Magneurol6-S qui améliore le fonctionnement du cerveau, soigne les dommages nerveux, accroît les expériences paranormales et soulage le stress à 79 dollars la bouteille.

Andrew Erwin, adjoint du district attorney, a qualifié Higher Balance de n'être rien d’autre qu’une secte sexuelle dirigée par un homme d’affaires à « l’élixir miracle » qui s’attaque à des personnes perturbées.

L’accusateur n’a rien eu à gagner en allant à la police et refusa 250 000 dollars de la part de Pepin pour abandonner les accusations d’abus sexuels, a dit Erwin.

« Je suis désappointé, » a dit Erwin à propos des verdicts. « Le juge veut des preuves au-delà du doute et c’est un standard trop élevé. »

Et maintenant Pepin poursuit QFG et votre serviteur pour avoir parlé de ces articles, de les avoir publiés dans un journal et les avoir dispersés sur Internet (bien qu’aucun ne soit plus sur le site Internet du journal, je me demande ce qui se passe à ce propos ?) !!

Notez que Pepin a révélé lui-même ses pratiques de « secte sexuelle » dans son propre témoignage. Nous allons essayer d’obtenir les transcriptions du jugement pour les publier afin que nos lecteurs puissent l’entendre de sa propre bouche ; restez à l’écoute pour cela.

Remarquez aussi que Houze, l’avocat de Pepin, a accusé la victime de porter des accusations parce qu’il voulait ébranler Pepin, bien que le gosse ait refusé 250 000 dollars de pots-de-vin offerts par Pepin. Peut-être est-ce cela qui donna l’idée à Pepin de m’attaquer en justice. Le seul petit détail est qu’il aura beaucoup de mal à toucher ses 4,47 millions de dollars parce que je ne possède rien, je vis dans une maison louée, je conduis une voiture d’occasion et QFG a rarement plus de 1000 dollars en banque à tout moment. Quand nous avons des collectes de fonds, les fonds sont utilisés presque immédiatement, pour payer les emprunts et couvrir les dépenses de base pour le site et l’équipement.

Il est aussi drôle que Pepin attaque QFG qui ne sponsorise qu’un groupe mondial de chercheurs indépendants qui, ensemble, constituent sott.net. QFG ne possède pas sott, et QFG n’a pas d’employés, ni de surveillance officielle de tout ce que les chercheurs de sott.net disent ou font.

Mais la conclusion est la suivante : Eric Pepin est accusé de sa propre bouche d’être un prédateur sexuel. Je veux dire, quel genre de professeur de méditation dit qu’il a des rapports sexuels avec tous ses employés ? Et tous étant des jeunes hommes ?

Non, nous n’allons pas reculer. Nous croyons fermement, en nous basant sur les documents officiels et les enregistrements du tribunal disponibles, que Eric Pepin est un danger pour les personnes innocentes à la recherche d’une formation spirituelle. Manifestement, les jeunes hommes cherchant seulement du sexe, de l’argent et du bon temps seront ravis de prendre ses pilules, écouter ses cassettes et assister à ses retraites. Mais le grand public qui n’est pas au courant de ces choses dans le passé de Pepin, qui ne sont pas au courant que même le juge qui l’a acquitté regrette de l’avoir fait, et que le procureur de l’affaire était aussi convaincu que la justice N’avait PAS été rendue, doit être averti de ce prédateur sexuel parmi nous.

Peut-être qu’Eric Pepin va abattre Sott.net, nous ne savons pas. Nous n’avons pas d’argent pour un grand avocat, nous restons tout juste à flot. Mais même si cela arrive (et nous espérons que nos lecteurs nous aideront comme jamais auparavant), il y en a d’autres qui savent maintenant et je ne pense pas que Eric Pepin et tous ses sbires pourront tous les dépister et les faire taire.

Même si vous ne pouvez pas donner à notre fonds de défense légal, j’apprécierais des lettres de soutien au cours de cette période pénible. Écrivez à sott (à) sott.net et j’essaierai de répondre à tous et chacun.

Et merci à tous nos lecteurs pour leur soutien et encouragement constants.

 

Commentaires :

La police de l’Oregon dit qu’un homme a abusé d’adolescents dans une opération de type secte

« Deux hommes d’Aloha arrêtés sur des accusations d’abus sexuels »

Le dirigeant d’une société sur Internet du comté de Washington acquitté des accusations d’abus sexuel

Des prédateurs sexuels dans la religion

Traduction française: Équipe française SDT.

 

Article original Sott.net - Vendredi 7 mars 2008

04/03/2008

Parisot Thatcher même combat

464132605.jpgLa présidente du Medef, Laurence Parisot, appelle tous les chefs d'entreprise à la mobilisation après la révélation de l'accord entre l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) et son ancien président mis en examen pour de mystérieux retraits d'espèces.
L'UIMM a reconnu cette semaine avoir versé 1,5 million d'euros d'indemnités de départ à Denis Gautier-Sauvagnac, qui a également reçu l'assurance d'une prise en charge d'éventuelles sanctions financières.
"Je lance un appel à tous les chefs d'entreprise de France, des TPE, des PME, des grands groupes, quelle que soit leur taille, quels que soient leurs secteurs d'activité, et en particulier à ceux de l'industrie, afin qu'ils me soutiennent et s'associent à moi pour tout remettre à plat", déclare Laurence Parisot dans un entretien au Journal du Dimanche daté du 2 mard.
"Je m'adresse notamment aux adhérents de l'UIMM qui sont choqués par ce que nous découvrons", ajoute-t-elle.

 

Note de P&P : Les intentions de Parisot sont à peine voilées  : "Je lance un appel à tous les chefs d'entreprise de France, des TPE, des PME, des grands groupes, quelle que soit leur taille, quels que soient leurs secteurs d'activité, et en particulier à ceux de l'industrie, afin qu'ils me soutiennent et s'associent à moi pour tout remettre à plat". Parisot profite du scandale de l'UIMM pour augmenter encore son pouvoir au sein du monde syndical.



'"Transparence et éthique"

"L'UIMM et le Medef sont deux entités séparées, mais je sais que la plupart des dirigeants d'entreprise de l'UIMM sont de bonne volonté et partagent nos valeurs, ajoute-t-elle. Avec eux, je veux rassembler tous les patrons qui exigent transparence et éthique, tous ceux qui sont prêts à se dresser contre les démonstrations d'opacité que certains nous infligent, et contre leur sentiment abusif d'impunité." 

Note de P&P : Parisot n'a que faire de la transparence et de l'éthique. Il s'agit simplement de prétextes moraux pour atteindre ses fins. Croyez-vous vraiment qu'un individu animé par l'éthique et la transparence se retrouve à la tête du MEDEF, requin parmi les requins, cynique parmi les cyniques ? 


Laurence Parisot "demande solennellement à tous les membres de l'UIMM qui exercent des mandats nationaux dans des institutions au nom du Medef de remettre immédiatement leur mandat à la disposition du Medef".
Elle précise que Michel de Virville, le président de l'Unedic, lui a déjà remis sa démission. "Je salue son geste", dit-elle.
Selon l'hebdomadaire Marianne, qui a révélé l'accord entre l'UIMM et Denis Gautier-Sauvagnac, Michel de Virville aurait négocié l'indemnité de 1,5 million d'euros, destinée selon la gauche à acheter son silence.

Note de P&P : Parisot a du se frotter les mains en apprenant la démission du président de l'UNEDIC car il s'agit exactement de son objectif, prendre la place de l'UIMM.

Si l'on revient un peu en arrière, on constate qu'au moment de la formation des syndicats patronaux, qui ne sont ni plus ni moins que des organes de lobbying organisés par filière, le secteur de la métallurgie de par son importance de l'époque s'est taillé la part du lion.

Concrétement cela veut dire que l'UIMM truste depuis des années la plupart des postes de dirigeants dans les organisations patronales et paritaires (chambres de commerces, Conseil economiques et sociaux, UNEDIC, URRSAFF, ANPE, APEC,...).

Parisot est en train de récupérer pour le MEDEF les places, le pouvoir et les rémunérations qui étaient aupravant réservées à l'UIMM. Pour nous citoyens lambda cela ne change pas grand chose, ce seront toujours des individus de peu de conscience et de grande ambition qui présideront aux fonctions aussi essentielles que l'assurance chomage, l'assurance maladie, la recherche d'emploi, les politiques économiques et sociales et qui bien évidemment se serviront grassement sur la bête.


"Toutes les hypothèses"

Priée de dire si elle comptait engager une procédure judiciaire, Laurence Parisot répond : "J'étudierai toutes les hypothèses. L'accord entre l'UIMM et son délégué général me semble très discutable sur le plan juridique."
Denis Gautier-Sauvagnac, qui est toujours directeur général de l'UIMM, a été mis en examen pour "abus de confiance, recel d'abus de confiance et travail dissimulé" le 15 janvier.
L'enquête judiciaire concerne une vingtaine de millions d'euros retirés en liquide sur des comptes de l'UIMM entre 2000 et 2007. Denis Gautier-Sauvagnac admet son implication, mais il a refusé de livrer le nom des bénéficiaires de ces fonds.

Article original Libération. 01/03/08.

Note de P&P : Il est piquant de voir Parisot revêtir son costume de paragon de l'équité.  Au-delà de ses beaux discours penchons-nous un instant sur les faits :

Laurence Parisot a été élue présidente du Mouvement des entreprises de France mardi 5 juillet, dès le premier tour, lors de l'assemblée générale extraordinaire du MEDEF réunie à Paris. Désignée par 271 voix et âgée de 46 ans, la patronne de l'institut de sondage Ifop succède à Ernest-Antoine Seillière, qui en avait fait sa favorite.

Si l'on peut se réjouir de l'élection d'une femme dans un monde de bru..., pardon, très masculin, Laurence Parisot sera jugée "comme un homme", a prévenu Marie-George Buffet pour le Parti communiste (source : agence AP).

D'ailleurs, Parisot en imite déjà certains penchants, comme l'intérêt pour les sports qui font vroum-vroum (moto, ski nautique, grosses bagnoles) et possède même une Maserati héritée de papa (source : AP).

Arrivée à la tête de l'IFOP en 1990, à seulement 31 ans, Laurence Parisot est également patronne de l'entreprise familiale Optimum (portes de placards coulissantes) depuis 2002, membre du conseil de surveillance d'Euro Disney depuis 2000, du Conseil économique et social (CES) et du conseil consultatif du cabinet d'audits financiers Ernst & Young depuis 2004, du conseil de surveillance de Michelin depuis le 20 mai 2005 et du conseil d'administration de Havas depuis le 9 juin. Ah ! On oubliait de préciser... A part tourner la poignée des gaz, Laurence Parisot a deux dadas dans la vie : passer icelle au boulot et jouer au fléchettes sur le Code du travail ("La liberté de penser s'arrête la où commence le Code du travail", affirmait-elle en janvier).

Note de P&P : IFOP le faiseur d'opinion, Ernst & Young condamné entre autre dans les affaires Crédit Mutuel, Peoplesoft, ou Norboug, Disney le ramolisseur de cerveau made in USA ou l'entreprise Michelin restée fameuse pour avoir publié en 1999 des bénéfices semestriels en hausse de 20 %, en même temps qu'elle annonçait un plan de restructuration entrainant 7 500 suppressions d'emplois.



Aussitôt après son élection, Laurence Parisot a d'ailleurs appelé à "une refonte du Code du travail", jugeant celui-ci "kafkaïen, absurde et inadapté" au monde actuel. Mais sans "entamer la protection de l'individu" (source : agences Reuters et AP). "Il ne s'agit pas de la liberté formelle que bien sûr notre République nous garantit mais de la liberté pratique, la liberté d'exercer intelligemment sa réflexion face en l'occurrence à un droit du travail qui est kafkaïen, qui est par bien des côtés absurde, et qui empêche tout le monde dans l'entreprise de travailler intelligemment", a déclaré Laurence Parisot sur TF1.

Note de P&P : vous noterez la profondeur de la réflexion philosophique de Parisot qui vient d'inventer la distinction entre "liberté formelle" et "liberté pratique". Ce n'est pas le code du travail qui est kafkaïen c'est le monde promu par Parisot et ses acolytes, ce monde où l'individu est esclave de son patron, de son salaire, où malgré l'essentiel de sa vie diurne passée à trimer il stagne dans la pauvreté et la précarité. Ce monde qu'il aura parcouru comme un mauvais cauchemar en passant du statut d'étudiant pauvre à celui de salarié pauvre puis à celui de retraité pauvre.



"Une politique économique favorable aux entreprises, c'est la condition même du social", estime également Laurence Parisot, note un article du Monde consacré à ses réseaux. "L'Europe sociale ne peut se faire que dans l'Europe libérale." La nouvelle présidente du MEDEF s'en prend aussi aux syndicats. Elle veut "casser un tabou : celui des règles de représentativité syndicale" et de "la présomption de représentativité" accordé depuis 1966 à la CGT, la CFDT, FO,la  CGC et la CFTC.

Note de P&P : Parisot ne veut pas casser un tabou mais seulement prendre la place des syndicats de salariés et y mettre son syndicat patronal. 

 

La Canard Enchaîné du 6 juillet 2005 révèle comment "La patronne du MEDEF s'est déjà affranchie du Code du travail". L'une de ses anciennes employées de maison avait déposé plainte pour rupture abusive de contrat. L'affaire devait être jugée le 5 juillet, précisément le jour de l'élection de Laurence Parisot à la tête du MEDEF.

La plaignante était officiellement "assistante", entre mars 1998 et novembre 2000, mais travaillait en fait comme gouvernante chez Parisot. Surprise, les fiches de paie de l'employée étaient celles d'une filiale de l'Ifop, entreprise que dirige Parisot.  "Moralité, sa patronne a fabriqué un faux contrat de travail, de fausses fiches de paie et rédigé une fausse lettre de licenciement. Et utilisé des fonds de l'Ifop a des fins personnelles."

L'audience prévue n'a pourtant pas eu lieu. La plaignante "s'est très spontanément désistée de sa requête et des 20000 euros de dommages et intérêts qu'elle réclamait. A la grande surprise de ses défenseurs (dont la CGT), qui n'en avaient même pas été informés ! Et ces persifleurs d'interpréter son revirement de dernière minute comme la conséquence d'un chèque reçu en dédommagement."

Note de P&P : Vous souvenez-vous du début de cet article où Parisot, jeune vierge effarouchée se gargarise d'éthique, de transparence et d'équité. La même Parisot, nantie parmi les nantis donneuse de leçons moralistes exploite une employée de maison, produit des faux documents et détourne des fonds. Que dire de plus ?


L'hebdomadaire satirique note au passage que l'Ifop est "un intéressant laboratoire" : neuf salariés sur dix y sont en CDD, et révocables à tout moment en vertu du statut de sondeur de terrain, dérogatoire au Code du travail.

Note de P&P : Oui un laboratoire où les rats sont des êtres humains asservis et où les expérimentateurs totalement dénués de conscience se délectent des souffrances et profite du labeur de leurs cobayes.

 

2e article original Blog Fabiana 

03/03/2008

Citations Présidents de la Ve République.

Charles de Gaulle
"La grandeur ne se divise pas. "
"On ne fait rien de grand sans de grands hommes, et ceux-ci le sont pour l'avoir voulu"
"L'autorité ne va pas sans prestige, ni le prestige sans éloignement. "

Georges Pompidou
"Il ne suffit pas d'être un grand homme, il faut l'être au bon moment. "
"Mais n'est-ce pas le propre de la politique d'avoir à choisir entre des inconvénients ? "
"Chaque problème résolu en fait naître d'autres, en général plus difficiles"

Valéry Giscard d'Estaing
"Le rôle de l'État, ce n'est pas de protéger la nation, c'est de la conduire."
"Je trouve toujours choquant et blessant de s'arroger le monopole du coeur. Vous n'avez pas le monopole du coeur."
" Il n'y aurait pas tant de malaise, s'il n'y avait pas autant d'amateurs de malaise. » "

François Mitterrand
"Laissez la tyrannie régner sur un mètre carré, elle gagnera bientôt la surface de la terre"
"Si la jeunesse n'a pas toujours raison, la société qui la méconnaît et qui la frappe a toujours tort."
"Dans les épreuves décisives on ne franchit correctement l'obstacle que de face."

Jacques Chirac
"La politique n'est pas seulement l'art du possible. Il est des moments où elle devient l'art de rendre possible ce qui est nécessaire"
"La montée des extrémismes, c'est toujours la sanction de l'inaction. "
"Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent. "

Nicolas Sarkozy
"Descends si tu es un homme"
"si tu reviens j'annule tout"
"alors casse-toi pauvre con"

"Sauver la recherche", selon Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy s’est invité lors de la cérémonie en l’honneur d’Albert Fert, le 28 janvier 2008 à l’université Paris-Sud. Son discours a oscillé entre la confirmation des orientations qu’il avait affichées pendant la campagne électorale, et l’énoncé de contre-vérités flagrantes. C’est donc un discours de passage à l’acte, confirmant les analyses que nous avions faites depuis des mois en ce qui concerne les intentions du pouvoir politique, que nous avons écouté avec consternation.

Citons : "les organismes de recherche devenus agences de moyen davantage qu’opérateurs, mettront en oeuvre la politique scientifique" définie par le gouvernement. "Les organismes pourront ainsi, en étroite concertation avec l’ANR, se consacrer pleinement à leur mission, à savoir le pilotage des recherches menées dans les universités". Comme nous l’avions dit, la loi sur les universités n’est pas destinée à donner à ces dernières une plus grande autonomie scientifique : la perte d’initiative des organismes de recherche ne sera pas à leur profit, mais bien à celui du gouvernement. Cela s’organisera notamment grâce à l’Agence Nationale de la Recherche au détriment du financement de base des laboratoires.

En ce qui concerne les personnels, on retiendra la mise en extinction du statut de chercheur. La seule possibilité pour pouvoir consacrer pendant plusieurs années "l’essentiel de son activité à la recherche" serait de passer par un statut d’enseignant-chercheur contractuel : "la loi sur l’autonomie [1] et les responsabilités des universités comporte tous les outils permettant de le faire" ! Naturellement, aucune perspective de développement de l’emploi scientifique n’a été annoncée.

Au chapitre des approximations, détournements, et contre-vérités, on relèvera d’abord un chiffre surprenant : la France consacrerait 0,51% de son PIB à la recherche fondamentale. Ce chiffre n’existe nulle part, car il est impossible à mesurer fiablement au niveau de chaque pays. Dans un autre registre, Nicolas Sarkozy se lamente que "si peu de brillants esprits étrangers [soient] attirés par notre pays", alors qu’ils forment le quart des recrutements de chercheurs du CNRS. Cela sera-t-il encore le cas quand le statut de chercheur aura disparu ?

Autre aspect, le président de la République oppose le financement "récurrent" des laboratoires, dont il est sous-entendu qu’il est "indéfiniment reconduit sans évaluation", au financement sur projet, alors que justement dans ce dernier cas il n’y a pas d’évaluation a posteriori, et que ce sont les laboratoires qui sont évalués sur leur activité passée.

La tactique de communication est claire : il s’agit de noircir le tableau à l’excès pour mieux imposer ses "solutions". Des solutions dont il prétend qu’elles vont "sauver la recherche". Nous oscillons, là aussi, entre l’exaspération de la petite récupération politicienne, et l’indignation face aux propos prononcés (qui n’étaient dans le discours écrit) laissant entendre que nos positions se résumeraient à l’immobilisme. Nicolas Sarkozy feint de ne pas comprendre que le mouvement peut s’effectuer dans plusieurs directions, pas une seule, pas seulement celle qu’il nous impose. Celle-ci est en contradiction flagrante avec le message qu’Albert Fert a développé juste avant lui, où il nous expliquait le profit qu’il a pu tirer des atouts de la recherche française.

Nous ne sommes plus dans la politique-fiction. Après le rapport Attali, le discours de Sarkozy confirme que nous sommes face à une déstabilisation effective de notre système de recherche. L’heure n’est plus à l’exégèse des discours, nous appelons tous les responsables d’organismes et d’universités, les directeurs de laboratoires, les membres d’instances scientifiques, tous les personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur, à prendre ouvertement position contre la politique qui nous est imposée. Nous proposerons dans les jours qui viennent des modalités par lesquelles nous tenterons de faire obstacle à sa mise en place.


 

[1] sic ! le vrai terme est libertés...

 

Article original publié par Sauvons La Recherche le 28/1/2008