Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2008

Ivresse

15a43c2913178f5e3e35172bc309dfd3.jpgSoucieux de la bonne santé des “individus” que nous sommes, les policiers s’appliquent fréquemment à faire souffler les automobilistes dans les alcootests. Limite autorisée, 0,25 mg. d’alcool par litre d’air expiré. Entre 0,25 et 0,40, 1e pékin peut abandonner son véhicule, et rentrer chez lui à pieds. Dans la nuit du 9 au 10 octobre 2007, un automobiliste est invité à souffler dans le ballon. Manque de chance, le résultat est accablant, 0,43 mg. Pour ces 0,03 mg., l’ivrogne présumé va être menotté, passer d’un commissariat à l’autre, puis en cellule de dégrisement immonde, et puis être mis à nu -c’est la procédure- avec interdiction de prévenir sa famille car son téléphone portable lui a été confisqué -toujours la procédure. Interpellé tel un criminel, à 2 heures du matin, cet homme ne sera relâché qu’à 15 h 30, après qu’un policier compatissant (cela existe encore) explique que s’il était tombé sur lui, il aurait été autorisé à rentrer pieds, sans autre suite judiciaire. Au final, on lui explique qu’ il n’y aura pas de casier pour si peu -alors qu’il a été photographié sous tous les angles.

 

Article issu du Canard Enchaîné, édition du 14 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.