Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2007

D'après le Président italien le 11 septembre a été mené en interne

Article original en anglais publié par Global Research

Traduction, introduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

 

L'homme qui a révélé l'histoire sur Gladio a confié au plus grand journal italien, Corriere della Sera que les attaques ont été menées par la CIA et le Mossad.

L'ancien président italien qui est aussi l'homme qui a révélé l'existence de l'Opération Gladio, Francesco Cossiga, s'est exprimé publiquement concernant les attaques du 11 septembre, disant au journal italien le plus respecté que les attaques ont été menées par la CIA et le Mossad et que toutes les agences de renseignements de la planète le savaient.

Cossiga a été élu président du Sénat italien en juin 1983 avant de gagner largement l'élection présidentielle en 1985.

Cossiga a obtenu le respect des partis d'opposition comme appartenant à l'une des rares générations – d'hommes honnêtes – et a dirigé le pays pendant 7 ans jusqu'en avril 1992.

La tendance de Cossiga a ne pas mâcher ses mots a déplu à l'establishment politique italien et il a été forcé de démissionner après avoir révélé l'existence de, et sa participation, à la mise sur pied, de l'Opération Gladio – un réseau voyou du renseignement sous les auspices de l'OTAN qui a mené des attentats à la bombe à travers l'Europe dans les années 60, 70 et 80.

La spécialité de Gladio c'était de mener ce qu'ils appelaient des « opérations sous faux pavillon », des attaques terroristes imputées aux oppositions au sein de leur pays ou à une échelle internationle.

Les révélations de Cossiga ont contribué à ce que soit menée une enquête parlementaire italienne sur Gladio en 2000, au cours de laquelle des éléments prouvant que les attaques étaient supervisées par l'appareil de renseignement américain ont été découvertes.

En mars 2001, un agent de Gladio, Vincenzo Vinciguerra, a déclaré, lors d'un témoignage sous serment : « on devait attaquer des civils, des personnes, femmes, enfants, des gens innocents, des personnes inconnues éloignées de tout jeu politique. La raison était plutôt simple : obliger… le public à se tourner vers l'état pour demander plus de sécurité. »

Les nouvelles révélations de Cossiga ont été publiées la semaine dernière dans le plus vieux journal italien, le plus largement lu, Corriere della Sera. Ci-dessous une traduction simplifiée.

« (Ben Laden a soit disant confessé( être responsable de l'attaque de Qaeda de septembre sur les deux tours de New York ( affirmant être ) l'auteur de l'attaque du 11, tandis que tous « les services de renseignements d' l'Amérique et de l'Europe…savent bien maintenant que les attaques désastreuses ont été planifiées et réalisées par la CIA américaine et le Mossad avec l'aide du monde sioniste pour faire porter l'accusation sur les pays arabes et pour persuader les puissances occidentales de prendre part… en Irak (et) en Afghanistan. »

Cossiga a exprimé ses doutes pour la première fois sur le 11 septembre en 2001, et est cité dans le livre de Webster Tarpley comme déclarant que « le cerveau de l'attaque doit avoir été un esprit sophistiqué, à qui on a fourni des moyens importants non seulement pour recruter des kamikazes fanatiques, mais aussi du personnel hautement spécialisé. J'ajoute une chose : cela n'a pu être accompli sans des infiltrations au sein du personnel de sécurité radar et vol. »

Venant d'un ancien chef d'état largement respecté, la déclaration de Cossiga comme quoi les attaques du 11 septembre étaient un job interne et que sa connaissance est communément répandue parmi les agences mondiales de renseignements a peu de chance d'être mentionnée dans les médias de masse traditionnels, parce que, comme des centaines d'autres professionnels sérieux du gouvernement, de l'armée, de l'armée de l'air, alliés en plus à des centaines de professeurs et intellectuels – on ne peut pas le mettre sur la touche comme étant un théoricien cinglé de la conspiration.
 
Copyright Paul Joseph Watson 05/12/07, Prison Planet, 2007

Les commentaires sont fermés.