Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2007

Matraquer puis discuter.

Note de P&P : Lorsque la violence de l'état commence à toucher une classe plutôt priviliégiée comme celle des avocats c'est que les libertés individuelles et l'illusion de démocratie ont déjà connu un très net recu.

Sans nul doute, avec quelques efforts supplémentaires, nous aurons bientôt rejoint les Etats-Unis, grande démocratie et modèle de Nicolas Sarkozy  où les policiers viennent d'utiliser un taser sur une dame de 82 ans.
 

 

BESANÇON (AFP) - L'avocate du barreau de Belfort, blessée à la tête dans une bousculade avec des CRS lors d'une manifestation lundi contre la réforme de la carte judiciaire à Colmar (Haut-Rhin), a annoncé mercredi à l'AFP qu'elle avait porté plainte contre les forces de l'ordre.

Amélie Beaumont, sortie mardi de l'hôpital Pasteur de Colmar avec un bras dans le plâtre et un hématome à la tête, a déposé plainte pour violences contre les forces de l'ordre auprès du procureur de la République de Belfort.

Des témoins avaient indiqué que l'avocate tentait de franchir un barrage de CRS quand elle a été attrapée par quatre fonctionnaires qui lui ont asséné des coups de matraque et l'ont traînée par terre. Selon eux, les forces de l'ordre ont également fait usage de gaz lacrymogène.

"Je ne présentais aucun danger. J'ai simplement voulu m'approcher de la cour d'appel de façon non agressive pour lâcher des ballons gonflés à l'hélium et j'ai été jetée sans sommation au sol et gazée par plusieurs policiers", a expliqué l'avocate à l'AFP, "encore très choquée". "Contrairement aux affirmations de monsieur le préfet du Haut-Rhin, lorsque je me suis approchée de la cour d'appel, il n'y avait ni barrage, ni barrière, ni périmètre de sécurité dans cette rue", a-t-elle ajouté.

Le préfet du Haut-Rhin, Michel Fuzeau, avait affirmé lundi soir dans un communiqué qu'"il n'y (avait) pas eu d'usage de matraque". L'avocate était en compagnie d'un groupe d'avocats belfortains et ils ont essayé de franchir une barrière pour "très clairement créer un incident", avait-il affirmé.

Les forces de l'ordre les ont priés de revenir en arrière et ils ont refusé d'obtempérer, avait-il précisé. Des échauffourées ont suivi et les policiers ont fait usage d'aérosols afin de disperser le groupe de manifestants, selon le préfet.

Une centaine d'avocats des barreaux de Franche-Comté et d'Alsace s'étaient rassemblés devant la cour d'appel de Colmar à l'occasion d'une visite de la garde des Sceaux, Rachida Dati, venue y détailler ses projets de réforme de la carte judiciaire en Alsace et Franche-Comté.

Les avocats du barreau de Belfort, réunis en assemblée générale mercredi, ont décidé de manifester vendredi au TGI de Belfort, "en solidarité avec leur consoeur et pour montrer leur indignation face aux violences injustifiées qu'elle a subies en robe

Les commentaires sont fermés.