Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2007

Wikipropagandia

En France comme aux Etats-Unis ou dans le reste du monde, les médias de masse autant dans le secteur de la presse écrite que dans celui de l'audiovisuel sont contrôlés par des élites politico-financières. Ces "médias" jouent le rôle de relais de propagande et de censure auprès des peuples et permettent aux dites élites de préserver voire d'accroitre leur pouvoir et leurs privilèges.

Internet constitue l'un des derniers espaces ou des analyses plus objectives du monde peuvent être développées. Et au sein d'internet, le grand concentrateur de la connaissance est Wikipedia.

Quel beau projet que cette encyclopédie en ligne initiée par Jimmy Wales, ex-profesionnel de l'industrie pornographique. Dans cet espace ouvert de capitalisation de la connaissance, chaque citoyen peut apporter sa pierre à l'édifice, partager son savoir,... 

Croyez vous vraiment que l'encyclopédie en ligne la plus populaire de la planète serait autorisée à être contrôlée par les citoyens ? 

Voici un article Pierre Haski publié dans Rue 89 qui vous fera peut être voir Wikipedia d'un autre oeil.

  

15/08/2007

De la simple correction à la manipulation, toutes les modifications de l'encyclopédie collaborative sont révélées.

Vous voulez savoir qui ajoute ou retire des informations sur l'encyclopédie collaborative Wikipédia? Qui, surtout, manipule certaines des données pour les enjoliver ou en effacer les aspects les plus critiques? Un étudiant américain a développé une technologie pour le savoir, et a fait quelques découvertes intéressantes.

Selon un article en ligne du magazine spécialisé américain Wired, Virgil Griffith, un étudiant de l'université technologique CalTech, a développé un système baptisé "Wikipedia scanner", qui permet d'identifier un certain nombre de prédateurs de l'encyclopédie en ligne. Wikipédia permet l'accès à toutes les révisions des articles, et donc aux adresses IP, la "signature électronique" des auteurs des corrections. "Wikipedia scanner" compare ces adresses avec celles des listes publiques d'adresses IP d'entreprises ou d'administrations aux Etats-Unis, soit plus de 30 millions de références.

Le résultat est spectaculaire: des entreprises qui viennent couper les paragraphes délicats sur leurs notices Wikipédia, la CIA ou des membres du Congrès qui effacent, ajoutent ou corrigent des éléments... Ainsi, la société américaine Diebold, qui fabrique les machines à voter au centre de nombreuses polémiques aux Etats-Unis, apparaît dans cette recherche comme responsable d'une coupe de quelque 15 paragraphes dans la notice la concernant, notamment les critiques techniques et son soutien financier au candidat Bush. Un modérateur de Wikipédia avait alors mis en garde l'anonyme auteur de la coupe en le qualifiant de "vandale", le terme consacré sur l'encyclopédie. La recherche de Griffith l'a mené vers un ordinateur installé au siège de la société... Wired publie quelques résultats amusants, comme le Parti Républicain qui change "occuper" en "libérer" à propos de l'intervention militaire en Irak, ou Fox TV qui fait la promo anonyme de l'une de ses vedettes.

Ce système et cette étude sont évidemment consacrés aux Etats-Unis. Il semble, d'après vos commentaires ci-dessous, que le système inventé par Virgil Griffith est transposable en France ou ailleurs. Merci à ceux qui ont apporté des éclaircissements techniques, et en particulier à Nico qui donne même quelques exemples que je cite ici: "Le Minefi qui sucre un paragraphe sur l'appartement de fonction de Copé, le ministère de l'Education qui passe la brosse à reluire sur les démêlés judiciaires de Darcos, TF1 qui écrase la polémique sur la légalité du site de sa filiale Jet."

Quoi qu'il en soit, ce nouvel "outil" vient ajouter un garde-fou supplémentaire au système collaboratif Wikipédia, qui est régulièrement soumis à des doutes sur sa fiabilité du fait de la manipulation possible des données par les personnes concernées. Souvenez-vous du débat Sarkozy-Royal et de la polémique sur la génération de réacteurs nucléaires: dans la nuit, le chiffre a été modifié plusieurs dizaines de fois par les partisans des deux candidats. Sujet à manipulation, le système a aussi généré ses protections, et l'inventivité d'internautes comme Virgil Griffith en est la meilleure garantie.

Les commentaires sont fermés.