Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2007

Nuage de Tchernobyl : Sarkozy doit s'expliquer

Le réseau Sortir du Nucléaire a publié un communiqué de presse, mardi 24 avril 2007 :

A deux jours de la date anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986), le Réseau "Sortir du nucléaire" demande à Nicolas Sarkozy de s'expliquer sur son (in)action à propos des conséquences du passage du nuage de Tchernobyl sur la France et sur sa part de responsabilité dans le mensonge d'Etat qui a été
mis en oeuvre à cette occasion et par la suite.

En effet, en 1987, quelques mois à peine après la catastrophe de Tchernobyl et la contamination de la France par le nuage radioactif, M. Sarkozy était Chargé de mission pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques au ministère de l'Intérieur. (*)

Est-il possible qu'il n'ait pas eu à travailler sur les conséquences du passage du nuage de Tchernobyl sur la France ? Détectables encore aujourd'hui, la contamination du territoire était importante en 1987 (**). D'ailleurs, à cette époque, la France agissait au niveau européen pour empêcher que ne soient prises des décisions d'élimination des productions alimentaires contaminées (***). M. Sarkozy aurai-t-il participé à ces manoeuvres ? Quelles étaient exactement ses missions à cette époque ?

M. Sarkozy, qui prétend dire toutes les vérités (****) et briser tous les tabous, ne s'est-il pas de lui-même posé des questions ? N'a-t-il pas entendu parler du nuage de Tchernobyl ?

Plus tard, M. Sarkozy a occupé le poste de ministre de l'Intérieur de mai 2002 à mars 2004, puis de juin 2005 à mars 2007 : il a donc eu largement l'occasion de prendre connaissance des informations sur les conséquences du passage sur la France du nuage de Tchernobyl et de les rendre publiques. Il n'en a rien fait.

Une telle mise au point est d'autant plus nécessaire que M. Sarkozy s'est révélé être un infatigable promoteur de l'industrie nucléaire, que ce soit lors de son passage au ministère de l'économie (de mars à novembre 2004) ou lors de différentes interventions en tant que Président de l'UMP.

NB : Les associations membres du Réseau "Sortir du nucléaire" organisent ces jours-ci, un peu partout en France, des initiatives de commémoration de la catastrophe de Tchernobyl.
Voir ici
*********************************

(*) Etrangement, cet épisode ne figure pas dans la biographie de M. Sarkozy présentée sur le site web de l'UMP

Par contre, on en trouve trace ici


(**) "En Belgique, la charge corporelle moyenne de 137Cs mesurée chez des adultes de sexe masculin a augmenté après le mois de mai 1986 pour atteindre sa valeur maximale vers la fin de 1987, soit plus d'un an après l'accident. Ceci reflétait l'ingestion de denrées alimentaires contaminées."
Source (Agence pour l'énergie nucléaire)

(***) Lundi 16 février 1987 : lors d'une réunion à Bruxelles des ministres des affaires étrangères de l'Union européenne, la France refuse que soit prorogé le règlement européen sur la radioactivité maximale des aliments acceptable en cas d'accident nucléaire, adopté en toute urgence après Tchernobyl.

(****) Le 19/10/2005, M. Sarkozy déclare : "Il n'est pas normal, dans une grande démocratie comme la nôtre, que le secret continue de régir l'action de l'administration, et, à la vérité, des élus qui la dirigent. Des erreurs comme celles de l'amiante, le mystère qui entoure le trajet exact du nuage de Tchernobyl, ne sont plus acceptables".
Source

Réseau Sortir du Nucléaire

Commentaires

Des procès d’intention aux rumeurs les plus folles, des appels lancés aux émeutes… à l’irrespect total du vote démocratique !, ...............

(suite du long commentaire de Jérémy effacé par les modérateurs de ce site)

Merci de poster des commentaires basés sur des faits objectifs et de focaliser vos interventions sur un thème spécifique.

Écrit par : jérémy | 01/05/2007

Histoire d'en rire...

De nouvelles casseroles pour Nicolas Sarkozy ! Selon l'enquête de Guillaume Kourëc, du quotidien Bilération, et Jean-Guy Direnbaum, du Calamar Enchaîné, le candidat de l'UMP est au centre de plusieurs scandales. Publiées demain dans l'hebdomadaire Marialle, ces révélations confirment tout le machiavélisme et la toxicité de monsieur Sarkozy.


D'après les journalistes, Nicolas Sarkozy serait impliqué dans l'Angolagate, au même titre que Charles Pasqua et Jean-Christophe Mitterrand. Le candidat aurait lui-même vendu des armes en Angola, déguisé en marchand, et aurait touché des commissions avoisinant la centaine de milliers d'euros.

Second fait troublant : l'enquête confirme la vente, par Nicolas Sarkozy, de plusieurs millions d'actions d'entreprises spécialisées dans l'armement, l'immobilier et l'assurance. Des transactions inhabituelles survenues la veille du 11 septembre 2001 qui, selon Kourëc et Direnbaum, plongeraient Sarkozy en plein délit d'initié.

Troisième découverte : la fusion du réacteur nucléaire numéro 4 du réacteur de Tchernobyl, en 1986, serait dû à Nicolas Sarkozy, en villégiature en Ukraine. Le présidentiable voulait ainsi, en provoquant la catastrophe, gêner Jacques Chirac, premier ministre de l'époque. Il aurait, à l'aide d'un pied-de-biche, provoqué une fissure ayant entraîné une irrépressible réaction en chaîne et aurait ensuite, en utilisant un soufflet à barbecue, permis la propagation du nuage radioactif jusqu'en France.

Mais ce n'est pas tout. Les journalistes ont déniché une photo compromettante réalisée le 22 novembre 1963 à Dallas. On y aperçoit Sarkozy, accoudé à une fenêtre, braquant un fusil sur le président John Fitzgerald Kennedy. S'il est encore trop tôt pour en faire un assassin, une interview de Jackie Kennedy enregistrée en mars 2007 l'incrimine fortement. "Oui, je reconnaîtrais entre mille cet air dangereux", a ainsi certifié la veuve.

La suite de l'investigation est formelle : l'invasion de la Pologne en 1939 a été menée par le seul Nicolas Sarkozy, et non par l'armée allemande. Les journalistes ont déterré - au sens propre du terme - des témoins de l'époque qui ont tous confirmé les dires de l'enquête. Autre preuve irréfutable : une moustache dessinée sur un portrait du candidat, rappelant à s'y méprendre celle d'un ancien Führer germanique.

Dernier scoop : la personne qui aurait livré Jésus aux grands prêtres de Jérusalem ne serait pas Judas, mais bel et bien Nicolas Sarkozy. L'hebdomadaire Marialle a retrouvé, conservés dans du sable datant du 1er siècle, des traces de pas de l'ancien ministre de l'intérieur menant tout droit à la résidence de Ponce Pilate, ami fidèle du candidat UMP (selon Jean-Guy Direnbaum).


Un travail de fond rondement mené, clarifiant enfin la véritable personnalité du candidat de droite, mais effectué "en toute objectivité et dans le but d'éclairer le vote des électeurs indécis", d'après les journalistes.

Écrit par : jérémy | 01/05/2007

> Des procès d’intention aux rumeurs les plus folles,

Dans ce blog nous mettons des analyses basées sur des faits avérés, nous publions nos sources et en mentionnons les liens.

Merci d'indiquer précisément où, dans ce blog vous avez identifié des procés d'intention et/ou des rumeurs.


> des appels lancés aux émeutes…

Où parlons nous de lancer des émeutes ?

> à l’irrespect total du vote démocratique !,

La démocratie c'est une manière d'élire nos représentants c'est aussi une certaine liberté d'expression surtout quand celle ci est fondée sur des faits tangibles. Ce n'est pas parce qu'un individu récolte 20, 30 ou 40% de suffrages qu'il doit être au dessus des débats. Bien au contraire surtout quand celui-ci aspire à présider la République.

Écrit par : Georges Matus | 01/05/2007

Jérémy,

Le fait de prêter à Nicolas Sarkozy des déviances dont il n'est évidemment pas l'auteur vise à déclencher un amalgame dans l'esprit du lecteur :

Puisque Nicolas Sarkozy n'est manifestement pas le responsable de ces méfaits (dénonciation de Jésus Christ ou assassinat de John F Kennedy) il n'est dont pas responsable d'autres maux.

Malheureusement, et les faits avancés dans ce blog en attestent, N. Sarkozy offre les traits d'un individu souffrant de psychopathie. Sa place n'est donc pas à l'Elysée mais à un endroit où ses vélléités destructrices seront minimisées.

Écrit par : Georges Matus | 01/05/2007

Jérémy,
je ne vois aucune rumeur dans les articles de ce site, mais des arguments solides basés sur des faits.
Vous par contre tournez en dérision ces mêmes faits incontestables et les réflexions pertinentes qui en découlent, serait-ce une tentative de décrédibilisation patente, auriez vous des "actions dans l'histoire" ?
Revenez avec des arguments et des faits prouvant que Sarkozy n'est pas un personnage dangereux, instable mentalement et aux idées fascisantes, la discussion en sera plus constructive. Cependant je doute fortement que vous en trouviez.

Écrit par : Prayers | 02/05/2007

Jeremy, c'est pas bien de spammer des blogs avec du copier/coller X(

un petit pensum aux spammés :
http://www.ratiatum.com/forum/index.php?showtopic=73730&st=0&gopid=874043&#entry874043

Écrit par : gtam | 12/05/2007

Les commentaires sont fermés.